Membres du collectif

 

Lilas Bass. Elle est en troisième année de doctorat en sociologie à l’EHESS, sous la direction de Gisèle Sapiro. Elle mène une thèse sur les conditions de publication, de publicisation et de légitimation des écrivaines en littérature française contemporaine (de 1980 à nos jours). Elle bénéficie d’une bourse de recherche de la Bibliothèque nationale de France dans le cadre d’un statut de chercheuse associée. Elle participe par ailleurs à une enquête collective sur les agent.e.s littéraires internationaux, coordonnée par Tristan Leperlier et Gisèle Sapiro.
  Eva Belgherbi
Khadija Benfarah. Doctorante en Littérature française et comparée à Sorbonne Université, associée au CELLF (Centre d’étude de la langue et des littératures françaises). Après avoir travaillé, en M1, sur les formes et les enjeux de la photofiction d’après L’Amant de Marguerite Duras et, en M2, sur la photographie et l’autobiographie dans Les Années et L’Usage de la photo d’Annie Ernaux, elle prépare actuellement une thèse sur la question de l’identité et de l’intermédialité dans le récit féminin contemporain, sous la direction de Bernard Vouilloux et de Philippe Ortel.
  Manon Berthier
Eugénie Bourlet. Diplômée d’un master de Littérature générale et comparée, elle valide actuellement un deuxième master en Journalisme culturel à la Sorbonne Nouvelle. Elle a consacré un premier mémoire à l’émancipation du personnage féminin dans des œuvres de Knut Hamsun, D. H. Lawrence et Romain Rolland sous la direction de Tiphaine Samoyault. Après avoir travaillé en rédaction de presse littéraire, elle rédige son second mémoire sur la littérarité de la critique journalistique.
  Fanny Cardin
Lénaïg Cariou. Agrégée de Lettres modernes et normalienne, elle prépare un doctorat de littérature à l’Université Paris VIII sous la direction de Martine Creac’h et de Lionel Ruffel (EA 7322-LHE). Sa thèse porte sur les rapports entre poésie, corps et matière dans la production poétique de la maison d’édition Orange Export Ltd., dirigée par la peintre Raquel Lévy et le poète Emmanuel Hocquard dans les années 1970 et 1980. Ses recherches portent, de manière plus générale, sur l’intermédialité, la poésie contemporaine et l’intersection entre études littéraires et études de genre. Elle partage son temps entre ses travaux de recherche, écriture et de traduction poétique (de l’américain vers le français). Elle crée également des portraits radiophoniques de femmes pour Radio Campus Paris.
  Sophie Coudray
Caroline Dejoie. Sorcière, performeuse et autrice transféministe. Elle a réalisé deux mémoires de recherche à Paris VII portant sur les mécanismes de retournement de l’insulte sexiste à travers les performances féministes, d’abord sur la figure de la putain, puis sur celle de la sorcière autour de l’œuvre d’Ana Mendieta. Dans sa pratique performative comme dans ses textes, elle s’intéresse particulièrement à des figures féminines hors-normes comme la sorcière, la pute ou la cyborg, et à leurs possibles réappropriations queer et « empouvoirantes ». Elle réalise également des chroniques et notes de lecture féministes sur Instagram et Twitter (@caroline_dejoie).
  Lucile Dumont
Vicky Gauthier. Docteure en lettres et chargée de cours à l’Université du Québec à Chicoutimi. Son sujet de thèse, intitulée Le roman monstre ou la poétique du fantastique du monstrueux moral chez Rachilde, a porté sur l’étude de l’œuvre romanesque de l’écrivaine française décadente, sous l’angle de la sociologie du texte et de son inscription générique dans un fantastique fin-de-siècle. Boursière du Conseil de Recherche en Sciences Humaines du Canada au doctorat et à la maîtrise, elle a publié plusieurs articles, dont deux dans la revue Voix plurielles « Le banquet de Rachilde » ainsi que « La métamorphose du célibataire chez Rachilde ». Chercheure affiliée au sein du projet de recherche subventionné par le CRSH des chercheurs François Ouellet, professeur titulaire de littérature française à l’UQAC, et Patrick Bergeron, professeur titulaire de littérature à l’Université du Nouveau-Brunswick, ayant pour titre « Histoire du roman des femmes en France de 1900 à 1945 », elle prépare en ce moment des recherches postdoctorales dans le sillon de ce projet.
  Sarah Ghelam
  Ariane Gibeau
Marys Renné Hertiman.Chercheuse-doctorante en Information et Communication (ED 401, Sciences Sociales, Université Paris 8). Elle est aussi chargée d’enseignement à Paris 8 et professeure d’espagnol à l’Académie de Versailles. Elle étudie la société à partir des discours et de représentations qui émanent des produits culturels. Actuellement, elle prépare une thèse sur les discours des femmes dans la bande dessinée française contemporaine (sous la direction de Fabien Granjon). D’autres de ses recherches ont porté sur « la représentation des femmes dans le cinéma d’auteur espagnol (premier franquisme) » et sur « la dimension sociopolitique des contes d’Hans-Christian Andersen ».
  Élise Huchet
Camille Islert. Agrégée de lettres modernes, elle est doctorante à la Sorbonne Nouvelle, associée au CRP19 (Centre de recherche sur les poétiques du xixe siècle). Elle a mené un double master au sein des départements d’études ibériques et latino-américaines et de littérature française, et consacré respectivement ses mémoires de recherche à Alfonsina Storni et à Renée Vivien. Sa thèse, « Renée Vivien, une poétique sous influence ? », propose d’analyser les relations qu’entretient cette poétesse avec son époque littéraire et artistique. Centré sur la question des influences, son travail a pour objectif de mettre en lumière la subversion intertextuelle, mythique et esthétique qui se joue dans l’œuvre de Vivien, dont la finalité est l’émergence du sujet poétique lesbien.
Sandra Kirollos.Doctorante en Langue et littérature françaises à l’Université Paris-Est Créteil. Elle prépare, depuis 2017, une thèse sur la relation entre la littérature-monde et les cinémas africains au prisme du genre, sous la direction de Madame Yolaine Parisot.
Pamela Krause. Elle est doctorante en littérature française à Sorbonne université sous la direction du professeur Christian Doumet dans le cadre du laboratoire CELLF (Centre d’étude de la langue et des littératures françaises). Sa double formation en lettres modernes et en philosophie lui permet de mener des recherches interdisciplinaires, axées sur la poésie de la pensée. Sa thèse interroge l’éloge du monde dans la poésie du XXème, tant au niveau rhétorique que philosophique. Elle est par ailleurs membre du comité de rédaction de la revue étudiante de Sorbonne université (l’Eclectique) et relectrice pour la revue Traits-d’Union de Sorbonne nouvelle.
Charlotte Laure. Agrégée de Lettres Modernes, doctorante en Études théâtrales à la Sorbonne Nouvelle – Paris 3. Elle prépare depuis septembre 2017 une thèse sous la direction de Sylvie Chalaye qui porte sur les tragédies décoloniales écrites en français dans la deuxième moitié du XXe siècle (Afrique, Caraïbe, Madagascar).
Mathilde Leïchlé. Diplômée de l’Ecole du Louvre en Histoire de l’Art et de l’université Paris 3-Sorbonne Nouvelle en Lettres Modernes, Mathilde Leïchlé prépare, depuis l’automne 2019, une thèse à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes sur les représentations de la sainte Marie Madeleine dans l’imaginaire et la culture visuelle du XIXe siècle en France (1808-1914). Lauréate de la bourse Soriano (Wellesley College, Etats-Unis), elle a travaillé au Davis Museum et a conçu la première exposition en ligne de l’institution. Dans le cadre de la bourse « Immersion » du Labex CAP, elle travaille au musée d’Orsay de janvier à novembre 2020 à la valorisation des artistes femmes. Membre organisateur des Doctoriales de la Société des Etudes Romantiques et Dix-neuviémistes (SERD), elle est aussi co-responsable de l’atelier « Corps, genre, arts » de l’association EFiGiES. Carnet personnel: À l’ombre des jeunes filles en feu.
  Marion Letellier
  Anna Levy
Nessrine Naccach. Doctorante en Littérature générale et comparée à l’Université Sorbonne Nouvelle- Paris 3, bénéficiaire d’une bourse d’excellence pour Master et Doctorat (2015-2019) et rattachée Centre d’Études et de Recherches Comparatistes, (CERC, EA 172). Elle prépare, depuis 2016, sous la direction de Claudine Le Blanc, une thèse sur les représentations et usages contemporains de Shéhérazade dans les littératures et les arts (cinéma, peinture et bande dessinée).
  Lynda Nawel-Tebbani
Lucie Nizard. Agrégée de Lettres Modernes, elle est en troisième année de doctorat à l’Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle, sous la direction d’Eléonore Reverzy. Elle est associée au laboratoire du CRP19 (Centre de Recherche sur les Poétiques du XIXe siècle). Sa thèse porte sur la poétique du désir sexuel féminin dans les textes narratifs en prose du second XIXe siècle. Elle a organisé avec Anne Grand d’Esnon et sous la direction d’Eléonore Reverzy deux journées d’études sur le thème « Désir, consentement et violences sexuelles en littérature ». Elle coorganise l’atelier « Corps, genre et art » de l’association EFiGiES ( jeunes chercheuses et chercheurs en études féministes, genre et sexualités).
Kiev Renaud. Kiev Renaud termine un doctorat à l’Université McGill au Québec à propos du portrait de la beauté chez Marguerite Duras et Violette Leduc. Elle est impliquée au sein de l’Association des Amis de Violette Leduc et de la revue d’essai littéraire Contre-jour. Elle est aussi écrivaine : son dernier roman, Je n’ai jamais embrassé Laure, est paru chez Leméac Éditeur en 2016 et elle a remporté le Prix du Jeune écrivain de langue française (PJEF) en 2015.
Luce Roudier. Agrégée de Lettres Modernes et normalienne, elle mène depuis 2013 des recherches sur Michel Zévaco, dont elle réédite les œuvres complètes. Elle est en 2015 co-fondatrice du Centre International Michel Zévaco, et fondatrice en 2016 des Editions La Taupe Médite et de la revue Le Pardaillan. Elle débute en 2017 une thèse portant sur les manuscrits et les archives de la littérature populaire, sous la direction de Matthieu Letourneux (Paris Nanterre) et Judith Lyon-Caen (EHESS), et au CSLF (Centre des Sciences des Littératures en langue Française, Paris Nanterre).
  Heta Rundgren. Paris VIII, post-doc, travaille sur les littératures féministes et « postnormâles » ; fondatrice du réseau https://feministreadings.org/
  Claire Salles
  Chloé Savoie-Bernard
  Lynda-Nawel Tebbani
Héloïse Thomas. En thèse en Études Anglophones à CLIMAS (Université Bordeaux Montaigne). Iel travaille sur la littérature américaine des 20ème & 21ème siècles, plus particulièrement sur la représentation de l’histoire, la futurité, les archives et l’apocalypse dans une perspective féministe, queer et décoloniale. À Lyon, iel co-organise les séminaires et ateliers FELiCiTE en traductologie féministe.
  Anna Tjé
Palmyre de La Touanne. Doctorante en littérature française et humanités numériques à Sorbonne Université (CELLF/Labex OBVIL) elle travaille sur le style de Marguerite Yourcenar (1903-1987) et sa réception dans la presse.
Aurore Turbiau.Doctorante en Littérature française et comparée à Sorbonne Université, associée au CRLC (Centre de Recherche en Littérature Comparée). Elle travaille en thèse sous la direction d’Anne Tomiche (SU) sur la manière dont, en France et au Québec, s’est constituée dans les années 1970-1980 une littérature engagée, féministe et bisexuelle-lesbienne. Ses autres axes de recherche concernent la théorie de l’engagement littéraire et ses évolutions dans la seconde moitié du XXe siècle. Carnet personnel: Engagées. Sur Twitter aussi !