Membres du collectif

Les Jaseuses forment un collectif de chercheur-euses féministes en non-mixité. Être chercheur-euse, c’est travailler à découvrir, inventer, comprendre, et enrichir la connaissance d’un sujet. Ce qui nous rassemble, c’est la volonté de faire de la recherche sans limiter celle-ci à sa définition académique. Nous sommes journalistes, artistes plasticien-nes, auteur-ices, doctorant-es, docteur-es, masterant-es, illustrateur-ices, photographes, critiques d’art, performeur-euses, vidéastes, danseur-euses, professeur-es, commissaires d’expositions, nous travaillons à l’université, dans la communication, dans les métiers du livre, dans les médias, dans les musées… Certain-es d’entre nous sont rémunéré-es par l’université, d’autres par des emplois plus traditionnels, d’autres par des emplois alimentaires temporaires, d’autres encore sont au chômage : nous travaillons gratuitement par conviction de l’importance scientifique et politique de notre recherche, et attendons d’être financé-es, publié-es, exposé-es, soutenu-es, par les institutions ou par leurs alternatives à venir. Si nous n’avons pas tou-tes les mêmes opinions ni les mêmes ambitions, nous réfléchissons constamment au sens de l’engagement bénévole au sein du collectif. Le groupe est né à Paris mais des Jaseuses se trouvent un peu partout dans le monde ! Voir en plein écran
L’ordre des jaseuses présenté-es ici est aléatoire. Une recherche via ctrl+f permettra de retrouver un-e chercheureuse en particulier.

Marie Allègre. Ma recherche (financée par ma maman :muscle::couleur_de_peau-3:) porte sur les réceptions psychanalytiques anglophones et francophones du travail de Virginia Woolf, produites entre la fin des années 1980 et les années 2010. J’y analyse le type de rapport au texte woolfien qu’impliquent certains cadres conceptuels et leurs effets parfois dangereusement réducteurs sur une œuvre féminine et féministe devenue iconique. Je relis notamment les interprétations littéraires œdipiennes et lacaniennes de Woolf à la lumière des féminismes, des études queer et trans, et de la phénoménologie. J’aime les nouveaux matérialismes féministes, l’autofiction, rêver d’un au-dehors des cases, l’edamame, et changer de coupe de cheveux dès que ça repousse. Je vis en Angleterre, au bord de la mer.
Luce Roudier. Quand je serai grande, je passerai mes journées à lire, tricoter, boire du thé, et me promener avec mon chien. On vivra tous les deux dans une maison ni trop grande ni trop petite, avec des plantes partout et beaucoup de fenêtres, pour laisser entrer tout plein de soleil et voir la mer. Dans cette maison il y aura une cheminée, et un atelier dans lequel patouiller du papier, de la céramique et des couleurs. En attendant que cette maison existe, je travaille sur la littérature sérielle et populaire, et j’essaye de venir à bout de trop de projets à la fois : écrire une thèse, animer une revue pour la recherche en cultures médiatiques, lancer une chaîne youtube de vulgarisation… et me promener avec mon chien.
Lola Sinoimeri. Dans le cadre de ma thèse de doctorat en littérature comparée, je travaille sur le récit d’exil chez des écrivaines contemporaines originaires des Balkans (Albanie et ex-Yougoslavie) qui ont immigré en Europe occidentale. C’est un sujet qui résonne tout particulièrement pour moi car il me donne l’occasion de lire et travailler entre autres dans ma langue natale, l’albanais et de réfléchir à des problématiques qui me sont proches dans une perspective féministe.
A côté de la recherche, je suis une grande passionnée de poésie et de littérature lesbienne. Je fais aussi du théâtre féministe (Le Procès de Don Juan, une création qui joue à Lyon), de la vulgarisation littéraire féministe sur youtube (Les Littératrices).
Nessrine Naccach.Tout ce que je ne suis pas, enfin pas encore : voyageuse infatigable, traductrice (in)fidèle de tous les bouquins qui ont changé mon existence et que je ne cesse de relire, poète qui écrit des pro(è)ses et donc des textes un peu fous mais qui font de leur mieux pour être drôles -je veux dire lisibles-, comparatiste qui est contente de l’être. Maintenant ce que je suis, ou disons ce que j’essaie d’être au quotidien : une thésarde passionnée par les mots en plusieurs langues et des collages d’art, ni tout à fait inquiète ni tout à fait heureuse d’Être. Un peu plus sérieusement et donc moins joyeusement : je fais de la recherche en littérature, j’écris des trucs ici et là sur des thématiques et questions qui me parlent. J’apprécie la vie quand il fait soleil.
Vicky Gauthier. Docteure en lettres et chargée de cours à l’Université du Québec à Chicoutimi. Son sujet de thèse, intitulée Le roman monstre ou la poétique du fantastique du monstrueux moral chez Rachilde, a porté sur l’étude de l’œuvre romanesque de l’écrivaine française décadente, sous l’angle de la sociologie du texte et de son inscription générique dans un fantastique fin-de-siècle. Boursière du Conseil de Recherche en Sciences Humaines du Canada au doctorat et à la maîtrise, elle a publié plusieurs articles, dont deux dans la revue Voix pluriellesLe banquet de Rachilde” ainsi que “La métamorphose du célibataire chez Rachilde”. Chercheure affiliée au sein du projet de recherche subventionné par le CRSH des chercheurs François Ouellet, professeur titulaire de littérature française à l’UQAC, et Patrick Bergeron, professeur titulaire de littérature à l’Université du Nouveau-Brunswick, ayant pour titre “Histoire du roman des femmes en France de 1900 à 1945”, elle prépare en ce moment des recherches postdoctorales dans le sillon de ce projet.
Marie Serisier. Ma recherche doctorale en linguistique appliquée porte sur les discours masculinistes en ligne, plus particulièrement sur le forum Reddit. Dans mon temps libre j’aime lire des BD, faire du vélo mais aussi la sieste, manger du chocolat et faire des câlins aux chats de ma coloc. Je m’intéresse aussi à tout ce qui relève de l’oralité et de l’utilisation de la voix, dans des perspectives poétiques et militantes et j’aime le bruit des vagues à la plage.

Lorraine Alexandre. Mon travail de plasticienne se joue des modes de mise en scène et de réappropriations formelles du corps dans l’ensemble des arts. Je pratique la photographie performative souvent associée au dessin et à l’écriture. Valorisant la transdisciplinarité, je collabore régulièrement avec des artistes du spectacle (comédien.nes, danseur.ses, musicien.nes, drags queens, acrobates) et des plasticien.nes performeur.es. Je m’investis également dans mes auto-mises en scène. J’interroge ainsi les liens entre l’art et le vivant et les différents moyens de construire son identité à travers les mises en scènes, les apparences, du corps. Je suis très attachée à l’articulation des arts et des sciences humaines (psychanalyse, sociologie, esthétique…), j’ai ainsi soutenue une thèse de doctorat intitulée Persona – La pratique des apparences comme acte de création (2008 et dont la troisième partie a donnée lieu à une publication chez L’Harmattan en 2011 intitulée Les enjeux du portrait en art). À la fois artiste et théoricienne de l’art donc, mon travail de recherche me permet d’analyser les enjeux et les intentions de création de mes œuvres. J’expose étant d’abord artiste, et j’interviens également régulièrement dans des colloques, conférences et publications, à l’occasion desquels j’analyse différents sujets au regard et à travers ma propre création plasticienne. Site personnel

Cassandre Martigny. J’étudie les réappropriations de figures féminines mythiques par la modernité, en France et à l’étranger. Après deux mémoires consacrés à Phèdre puis à Circé, je travaille sur le personnage de Jocaste, de l’Antiquité à nos jours, et étudie notamment les reprises de cette figure par la psychanalyse et les réécritures féministes du mythe antique (thèse à Sorbonne-Université, Paris). J’aime transmettre ma passion pour les cultures de l’Antiquité et la traduction, à travers mon métier de professeure. Autre projet en cours : j’analyse les concepts d’intersectionnalité, d’identité et de territoire dans la littérature latino-américaine. J’aime les randonnées, les paysages maritimes, le piano. Mon carnet de thèse : https://mythejocaste.hypotheses.org/
Margot Lachkar. Je suis passionnée par le chocolat, la littérature, les séries mal écrites, les théories lesbiennes, Berlin et les chats. Détestant les compromis, je travaille à Berlin sur la littérature lesbienne en mangeant du chocolat et en regardant des séries le soir, et en câlinant tous les chats que je croise. Bien que n’étant pas financée, et n’ayant toujours pas trouvé de sugar mommy, je mets toute mon énergie à théoriser la littérature et les écritures lesbiennes, à mettre en lumière l’intertextualité et les constellations créatrices qui existent entre mes autrices, et à inventer de nouveaux outils narratologiques afin de mieux appréhender les textes de mon corpus. Je parle de mes recherches ici.
Anna Levy. Je suis chercheuse, enseignante dans le secondaire et maman de deux chats noirs : Michel Foucault et Gilles Deleuze. Je travaille sur les performances littéraires ou littératures performées en m’intéressant notamment à comment ces formes intermédiales sont investies par les artistes femmes, queer et féministes et ouvrent de nouveaux espaces de création politiques et artistiques.
Aurore Turbiau

Aurore Turbiau. Je m’intéresse aux littératures engagées des autrices féministes et/ou lesbiennes des années 1970 — c’est-à-dire aux rapports entre politique et littérature qu’elles mettent en scène dans leurs œuvres. Derrière ça, je fais donc de la théorie de la littérature, et je me forme à l’histoire du féminisme et du lesbianisme — histoire de savoir de quoi je parle, notamment quand je m’interroge sur les questions contemporaines du féminisme. Je vis entre Paris et Besançon. Plutôt geek, “partageuse” et aussi prof dans l’âme, j’aime bidouiller des petits programmes pour accompagner ma recherche, et mettre à disposition mes découvertes et mes interrogations en ligne — sur le slack des Jaseuses, avec d’autres collectifs comme les Ami·es de Monique Wittig, ou sur Twitter, et surtout sur mon carnet personnel: Littératures Engagées !

Camille Islert. J’ai commencé la recherche en travaillant sur les œuvres de Julio Cortázar et Alfonsina Storni d’une part, sur celle Renée Vivien de l’autre. Je consacre toujours une grande partie de mes recherches à la poétique de Renée Vivien et à la production littéraire des femmes entre 1890 et 1920. Je travaille notamment sur la question des influences et de l’intertextualité, qui me permet d’user de mon temps pour dénicher des micro-détails textuels et leur trouver une importance disproportionnée (j’ai aussi d’autres plaisirs dans la vie). Plus largement, je m’intéresse aux enjeux des catégorisations et à la construction des imaginaires genrés. Je suis profe non titulaire à l’université et j’écris de la fiction et des articles sur plein de sujets qui m’importent – ici : https://blogs.mediapart.fr/camille-islert/blog. J’écoute entre autres beaucoup de punk et j’aime faire la cuisine (oui, je sais). Je vis actuellement à Paris chez mon chat.
Patrycja Toczek. Je suis photographe et vidéaste. J’ai réalisé mon premier film en 2019 : Sacrum-profanum, un court-métrage documentaire sur les sorcières polonaises. J’y mène des entretiens avec des femmes de ma famille et explore leurs rapports à la tradition, la magie et la puissance. Je réalise des clips vidéos, je prends les gens et les paysages en photo, je brode, je fais du crochet, et j’ai quitté Paris pour Berlin. https://patrycjatoczek.wixsite.com/home

Isaline Dupond Jacquemart. Formée aux études de genre et à la sociologie à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, à la philosophie à l’université Paris Ouest Nanterre, ainsi qu’à la photographie aux Ateliers Beaux-Arts de la Ville de Paris, je travaille avec l’image et les mots que j’aime tisser dans la nuit. Photographe, je m’intéresse dans mon travail plastique à l’écopoétique, mais aussi à l’identité, au corps et au genre à travers des séries d’autoportraits et d’auto-images interrogeant l’incorporation des normes de genre. Plus récemment, je questionne l’imaginaire des ruines par la fabulation spéculative, mais aussi celui des mondes futurs possibles, entre utopie et dystopie. J’élabore aussi en art vidéo à partir d’archives vidéo autour de la mémoire des désastres et de la manière dont il est possible d’habiter ce trouble. Attachée à traverser et rompre les frontières, à disloquer le centre, à vivre avec la joie, le chagrin, la colère, j’écris, et j’aime construire de nouveaux mondes en images pour interroger le nôtre en retour. Textuel. Visuel. Boom. Je collabore aussi à la réalisation de podcasts et de fictions sonores rejoignant les études de genre. Je suis membre du Laboratoire Corps, genre, arts de l’association EFiGiES et de Bloom. Site internet / Textes / Instagram

Eva Belgherbi. Doctorante en histoire de l’art depuis 2017, son sujet de recherche porte sur l’enseignement de la sculpture aux femmes, en France et au Royaume-Uni (1863-1914). Elle oriente ses recherches vers l’histoire sociale et les études de genre dans une perspective transnationale et s’intéresse aux liens entre féminismes et sculpture, ainsi qu’aux représentations visuelles et littéraires des sculptrices. Elle a co-organisé les journées d’étude « Violent(e)s, genre et violence dans l’histoire de l’art » à l’École du Louvre en 2019 et tient un carnet de recherche sur le rapport des études de genre et les musées. https://ghda.hypotheses.org/
Marie Penicaut. Installée depuis peu au bord de l’eau et du monde dans un coin lointain du Finistère sud, je me consacre à l’écriture et à la mise en oeuvre d’un quotidien politique écoféministe queer. Je suis un peu et tout à la fois libraire, journaliste, chercheuse indépendante, sorcière et poétesse. J’aime les chats, les poules, me baigner dans l’eau très froide, les histoires et les poèmes.
Juliette Cordier. La première chose qui me vient à l’esprit au moment de me décrire, c’est que je suis créatif : j’aime particulièrement écrire de la poésie, gribouiller, pianoter, chantonner… J’essaye de faire de mes textes poétiques la transcription d’expériences sensibles (je m’intéresse particulièrement à l’écriture du corps). Je suis inséparable de la mer, mais je vis à Paris, privé de ma ligne d’horizon. Je suis un peu brouillon (cette bio n’a pas d’ordre particulier et beaucoup trop de parenthèses) et dans la lune… La préparation de mon mémoire (je m’intéresse à la question de la construction et de l’inscription d’un sujet “lesbien” dans le discours, à partir du Corps Lesbien de Monique Wittig et Thérèse et Isabelle de Violette Leduc) dans le cadre de mon Master en littérature devrait occuper la plupart de mon temps, mais, en vérité, je m’adonne davantage à tout le reste…
Héloïse Thomas. En thèse en Études Anglophones à CLIMAS (Université Bordeaux Montaigne). Iel travaille sur la littérature américaine des 20ème & 21ème siècles, plus particulièrement sur la représentation de l’histoire, la futurité, les archives et l’apocalypse dans une perspective féministe, queer et décoloniale. À Lyon, iel co-organise les séminaires et ateliers FELiCiTE en traductologie féministe.
Adèle Cassigneul. J’investis depuis plusieurs années des espaces liminaux, entre la littérature et les arts visuels, les langues française et anglaise. J’ai séjourné quelque temps dans l’œuvre de Virginia Woolf pour y explorer ses rapports multiples aux images. Je reviens régulièrement aux œuvres de la peintre américaine Daisy Patton afin d’affiner ma compréhension de son engagement pictural. Et j’habite désormais les textes d’autrices britanniques contemporaines pour tenter d’élucider leurs rapports au genre et au langage. J’ai un site perso. J’aime butiner de livres en livres et en images. A l’occasion traductrice et modératrice en librairie ou lors de festivals, je nourris quelques compagnonnages collectifs : avec les revues MAI : Feminism and Visual Culture et Polysèmes, avec la Société des Études Woolfiennes et celle d’Études Anglaises Contemporaines. Passionnée par l’écriture (seule ou à plusieurs), la photo, l’endurance du footing et les bouquets de fleurs. Je ne vis pas à Paris.
Suzel Meyer. J’ai beaucoup travaillé sur deux autrices que j’adore, Virginia Woolf et Annie Ernaux, et j’ai écrit une thèse de littérature comparée qui porte sur l’écriture de l’histoire au féminin dans leurs œuvres. J’aime découvrir de nouvelles écrivaines et tisser les lignées et transmissions entre elles, réfléchir aux canons, aux matrimoines, aux féminismes. En bonne comparatiste, je travaille dans l’entre-deux : entre littératures et SHS, entre littérature et études sur le genre, entre les aires culturelles et entre les langues. Les sujets de mes recherches sont eurocentrés pour le moment. Ma recherche n’a pas été financée par l’ESR ; je suis chercheuse indépendante et précaire. Je viens d’Alsace et je vis en Bretagne. J’ai aussi une page personnelle.

Clara Joubert. Je travaille sur la traduction dans une perspective féministe (particulièrement la poésie américaine), et je travaille en ce moment à la traduction de poèmes d’une poétesse américaine et militante féministe, Robin Morgan, essentiellement active dans les années 1960-1970. Je m’intéresse beaucoup à démarche de recherche-création en traduction et à la manière dont on peut conduire une recherche traductologique féministe. Je suis aussi rédactrice au sein d’une revue féministe, Les Ourses à plumes. J’aime beaucoup faire des gâteaux, retourner en Corse voir ma famille, faire du piano et regarder TopChef en jugeant toutes les recettes alors que je ne connais même pas les ingrédients. 

Sandra Kirollos. Doctorante en Langue et littérature françaises à l’Université Paris-Est Créteil. Elle prépare, depuis 2017, une thèse sur la relation entre la littérature-monde et les cinémas africains au prisme du genre, sous la direction de Madame Yolaine Parisot.

Julia Maillard.
Après une thèse envisagée,
Par le système privée de vie – sage,
J’ai fait tomber le masque de mes envies :
Du son, des poèmes, des rêves. J’en vis
L’étendue la puissance, de vie :
Renaissance, nouveau visage.
Lors de tout cela, je vis
Pour exister et envisager
D’agir et d’être à l’envi
Ingénieure ingénieuse du son (ma reconversion) ; poète, avec ou sans S (ma raison) ; photographe, bricoleuse inventive du réel (ma passion) ; thésarde in progress (en suspension) ; poussière d’étoiles en migration (mon horizon) ; moi, enfin !
https://juliamaillardpoetesse.wordpress.com
Juliette Stella. Je fais actuellement une thèse en littérature comparée sur les écrits de femmes incarcérées entre 1950 et aujourd’hui, à partir d’un corpus en langues française, italienne, anglaise et arabe, qui réunit des textes de fiction, des témoignages, des poèmes et des lettres, sous la direction de Yolaine Parisot (UPEC) et Rima Sleiman (INALCO). Mon travail s’inscrit dans une perspective anticarcérale et féministe et s’articule à mes engagements militants.
Emma Schneider. J’aime utiliser beaucoup de mots. J’en lis des poignées et j’aime quand on m’en dit depuis toutes sortes de scènes. J’en émets avec ma voix, j’en dessine avec mes doigts. En féministe, je les articules et réarticule, les tresses dans d’autres idées avec l’envie de comprendre comment les voix émises fabriquent des présences en se détachant des corps. en s’incarnant autrement. Je vis à Lausanne, j’aime les girafes au galop et les autres mouvements qui questionnement le temps qui passe.
Mathilde Leïchlé. Après m’être intéressée au type de la pécheresse repentie, aux courtisanes et au culte de Marie Madeleine, je travaille à présent sur les images et imaginaires des violences sexuelles faites aux femmes au XIXe siècle en France (1857-1908). J’aime les podcasts, les théologies féministes, la taxidermie et les projets collectifs : je suis membre des Doctoriales de la Société des Etudes Romantiques et Dix-neuviémistes (SERD), du Laboratoire Corps, genre, arts et du bureau de l’association EFiGiES ainsi que du collectif Jeunes Critiques d’Art. J’ai mené plusieurs projets avec des musées – une exposition virtuelle au Davis Museum (Wellesley College) et la valorisation des artistes femmes au musée d’Orsay. Je travaille avec des artistes, écris des textes sur leurs pratiques et organise des expositions. J’aime les Vosges. Carnet personnel: À l’ombre des jeunes filles en feu.
Valérie Favre. Entre littérature anglo-américaine et critique littéraire féministe, j’ai passé les cinq dernières années à explorer la postérité de A Room of One’s Own de Virginia Woolf, des deux côtés de l’Atlantique, des années soixante à nos jours – je partage quelques-unes des pépites rencontrées en cours de route ici et . Je m’intéresse plus largement aux réceptions littéraires, critiques et culturelles, féministes et anti-féministes de Woolf et au processus d’iconisation qui a fait d’elle une figure tutélaire de l’écriture au féminin. Quand je ne suis pas coincée derrière mon ordi, je peins, j’arrose mes plantes et je casse de la vaisselle pour m’adonner aux joies du kintsugi.
Manon Berthier. J’aime lire, des femmes et de la fantasy, j’aime aussi les grilled cheese et Taylor Swift. J’ai besoin de vivre près de la mer, mais je suis pour l’instant à Paris. Mes recherches portent sur les lectures féministes de la fantasy, et je m’intéresse beaucoup à la notion d’espace — ceux que l’on cherche et trouve, ceux qui s’ouvrent à nous, ceux que l’on se crée. J’écris parfois ici, je suis doctorante ici.
Marion Marx. Dans une perspective comparatiste et intermédiale, mes recherches s’intéressent aux stratégies littéraires et artistiques de réappropriation du temps et des espaces développées par des autrices et plasticiennes françaises et nord-américaines à partir des années 1970. Mon attention se porte plus particulièrement – mais pas exclusivement – sur les œuvres de Nicole Brossard, de Theresa Hak Kyung Cha et de Monique Wittig. En dehors des littératures et des arts toutes formes confondues, je me passionne, au choix, pour les ballades en pleine nature à pied ou en kayak, les petits coffee shops à l’américaine, la musique punk et métal, les RPG, les livres interactifs, et la fantasy !
Claire Salles. Exploratrice étonnée des câbles ombilicaux et des matrices au cinéma (c’est le sujet de ma thèse), je fréquente des cyborgs, je me demande ce que c’est de (ne pas) faire famille, et je commence à aimer la science-fiction. On peut aussi dire que je me spécialise sur les représentations des personnes enceintes dans les médias. Participer au podcast Echos du futur des Jaseuses a littéralement changé ma vie. Je m’efforce de “refuser de parvenir” (un super concept anarchiste), suite à un parcours privilégié : Ecole Normale Supérieure, contrat doctoral, enseignement à Paris 3. Je vis avec ma caravane et mon vélo, attentive aux réseaux de solidarités là où je suis, et je cherche des endroits où m’allonger sous les arbres.
Heta Rundgren. Paris VIII, post-doc, travaille sur les littératures féministes et “postnormâles” ; fondatrice du réseau https://feministreadings.org/
Lucile Dumont. Après des études littéraires et de longs séjours à l’étranger, je me suis tournée vers la recherche en sociologie. Pour ma thèse, je travaille sur les transformations de la critique littéraire dans les années 1960 et 1970, en prêtant une attention particulière aux différents contextes nationaux et transnationaux dans lesquels elles ont pris forme. Plus généralement, je m’intéresse aux conditions sociales de possibilité des productions intellectuelles et culturelles, ainsi que celles de leur réception. J’enseigne la sociologie, et à côté de mes recherches je participe à des revues indépendantes (Panthère Première, Jef Klak, CQFD). Photo contractuelle: je passe beaucoup trop de temps sur mon téléphone. Ma page professionnelle est ici.
Adélie Le Guen Adélie Le Guen. Depuis 2016, je m’intéresse à la thématique et au motif de la chambre au sein des arts visuels. Progressivement, intimité et corporalité ont donc fait partie de mes écrits. En ce moment, je travaille sur le Woman’s Building (LA) entre 1973 et 1991, où performances, études théâtrales et de genre se côtoient. J’ai décidé en 2020 de faire vivre autrement ma recherche en créant une plateforme et un podcast engagé.es pour participer à une histoire de l’art contemporain féministe, queer et décoloniale : ARTISTES MANIFESTES. Je suis également médiatrice dans un centre d’art et un musée (des emplois plus ou moins fantômes en cette période de pandémie, hâte que les musées rouvrent). Bientôt une thèse ?? Ce qui me fait tenir : le chocolat, The Office et la campagne.
Lénaïg Cariou. Après quelques temps à Paris et aux États-Unis, je vis actuellement à Berlin. J’écris, je traduis, je cherche, je co-écris, je co-traduis, je rature, je réécris – le tout compulsivement, et disperse des textes dans les revues littéraires qui me plaisent. J’aime aussi beaucoup lire et découvrir ce qui s’écrit autour de moi, c’est pourquoi je codirige la revue de création poétique Point de chute. Je traduis de la poésie de femmes et personnes queer nord-américain.es, avec le Collectif de traduction Connexion Limitée / Limited Connection, et j’ai fait quelques entretiens avec des femmes* inspirantes, pour Radio Campus Paris. Avec un collectif de chercheuses, nous avons créé et coorganisé le Festival Poet.e.s.s.e.s, au printemps 2021. À la croisée entre recherche et création, mon travail explore la question du corps, du langage poétique, la manière dont l’un et l’autre s’articulent et s’incarnent dans la voix ou l’espace matériel du livre. Je m’intéresse plus largement aux points d’intersection entre poésie et arts visuels, littérature, écologie et études de genre.
Dishani Samarasinghe. Doctorante en communication à l’École des Médias de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) sous la direction du professeure Viva Paci, elle explore plusieurs déclinaisons du ‘regard féminin’ dans le cinéma au travers de l’intersectionnalité, du queer, de l’âgisme, mais aussi du post-humanisme. Elle s’interroge sur la mise en cadre du corps de la femme à travers cette appellation du ‘regard féminin’. Elle travaille en tant qu’assistante d’enseignement et de recherche dans des séminaires et des projets liés à l’histoire du cinéma et du documentaire. Elle est membre du labdoc (laboratoire de recherche sur les pratiques audiovisuelles documentaires).
Clémence Demay. Touche-à-tout à fleurs et en couleurs, j’aime aussi bien passer mon temps à coudre, à peindre, ou à bricoler, que lire et écrire de la poésie en plusieurs langues. Passionnée de voyage, j’ai passé quelques années en Amérique Latine et notamment au Mexique, où j’ai affiné les convictions féministes et décoloniales qui nourrissent aujourd’hui mes recherches en littérature. Lorsque je n’enseigne pas la littérature ou l’espagnol, j’écris des articles pour des revues, je traduis les poèmes qui me touchent et que l’on ne connaît pas beaucoup, et je chante dans un chœur de meufs.
Marie Gil. Après des études en histoire de l’art à l’Ecole du Louvre, je suis aujourd’hui doctorante contractuelle en études de genre spécialité arts à l’université Paris 8. Ma thèse en cours s’intitule « Femmes en cages, artistes et cages : histoire et politique des formes ».
Élise Huchet. Mon travail porte sur le concept d’inaudibilité sociale, que j’essaie de forger à partir d’une lecture des œuvres de Judith Butler, d’Axel Honneth, de Jacques Rancière, et de Gayatri Chakravorty Spivak. Ce qui m’intéresse est de comprendre les rapports de pouvoir qui tissent le champ du discours, les conséquences de l’inaudibilité sur les sujets politiques, ainsi que les possibilités de rouvrir le champ du dicible. Je réalise ma thèse à l’Université de Paris et je suis doctorante associée au centre Marc Bloch. Mon travail se situe dans le champ de la philosophie politique contemporaine et des études de genre, mais il se nourrit également de nombreux travaux de sociologie. La création en 2018 du laboratoire junior « En quête de voix » a permis d’enrichir mon goût pour l’interdisciplinarité. J’explore également la question de la voix et de la parole à travers l’écoute passionnée et la création collective de podcasts. J’aime aussi beaucoup escalader des montagnes, arpenter la nature, et lire frénétiquement.
Marys Renné Hertiman. J’ai commencé la recherche en 2006, en travaillant sur la dimension expérientielle de la culture (dans un cadre journalistique) et sur la parole des artistes contemporain.e.s. À l’époque, je ne savais pas que ce que je faisais était aussi de la recherche (avec une problématisation, un protocole analytique et une vérification, la récolte des données et même avec la provocation de nouvelles archives). Indisciplinée, et parallèlement à mes pratiques de terrain, je me suis formée dans plusieurs domaines, me plaçant notamment à cheval entre la sociologie et les sciences de l’information et de la communication. Je questionne le monde à partir d’une perspective féministe et observe l’agentivité des figures subalternisées depuis une approche esthétique. Chargée d’enseignement à l’université, je mène aussi un travail alimentaire pour financer mon actuelle recherche (autour des créatrices de BD) et je partage mon temps avec ma famille (dont les Jaseuses font partie). Femme racisée. Drops of jupiter et Preciso me encontrar vont me définir mieux que moi.
Sophie Benard. Diplômée de l’ENS (Paris) en philosophie, Sophie Benard est doctorante en philosophie de la littérature (CURAPP-CNRS). Ses recherches précédentes se sont intéressées aux interprétations féministes de Michel Foucault – Judith Butler et Paul B. Preciado en particulier. Elle travaille actuellement sur les récits de soi de femmes en tant que critiques féministes du langage, des textes autobiographiques de Simone de Beauvoir aux écritures de soi les plus contemporaines. Elle est aussi journaliste littéraire au Monde des livres et à AOC [Analyse Opinion Critique].
Aude Nectoux. Je travaille actuellement dans le marketing du cinéma, de la culture et des médias. J’adore écouter des podcasts, les faire aussi un peu maintenant. J’aime les verres en terrasses, le yoga, les puzzles, et les loisirs créatifs. Et sinon, je m’intéresse aussi aux définitions de genre, aux mythes de la masculinité/féminité et tout ce qu’on peut en déconstruire.
Eugénie Bourlet. Journaliste passée par des études de lettres, j’ai d’abord travaillé dans mes recherches sur la conscientisation et l’émancipation du personnage féminin dans des ouvrages fleuves de l’entre-deux guerres rédigés par des auteurs masculins. Après des expériences dans plusieurs rédactions de presse culturelle, je continue à travailler en indépendante : je m’intéresse notamment à la déconstruction des canons littéraires et à la redéfinition des liens entre presse et littérature par des femmes écrivaines et journalistes. J’aime aussi bidouiller des podcasts, écouter beaucoup de musique produite dans les années 80 et le tarot.
Sandrine Samii. Journaliste s’intéressant aux mouvements féministes et écologiques, et avide lectrice de romans de science-fiction. Autodidacte, j’ai tenu plusieurs blogs avant d’intégrer en 2016 la “Monde Académie” – le programme du quotidien du soir pour favoriser l’accès au métier hors des écoles de journalisme, parrainé par Florence Aubenas – avant d’intégrer la rédaction du Nouveau Magazine littéraire. En tant que pigiste, j’écris en particulier sur les nouvelles technologies, me concentrant sur leur impact politique et social. 
Lucie Nizard. Née en Bretagne et en 1993, Lucie Nizard aime lire de gros romans d’amour, de Dumas à Cohen en passant par Tolstoï. Elle s’intéresse dans la vie et dans ses recherches au désir féminin, et se penche avec attention sur la question du consentement sexuel. Elle s’efforce de transmettre cet intérêt dans son métier d’enseignante.
Anouk Durand. Après m’être un peu égarée en socio, mon introversion a repris le dessus et j’ai réussi à revenir à l’histoire : je suis maintenant en thèse sur le lesbianisme en France aux XVIIIe et XIXe siècles.
Quand je ne suis pas en quête de sources sur les personnes queer de l’Ancien Régime, je lis (de la SFF, de l’horreur, si possible queer), je cuisine (des produits végétaux) et j’essaie de ne pas tuer mes plantes. Quand il fait beau je fais du patin, et je suis dans une équipe de roller derby. Je fais aussi des playlists selon mes humeurs dans lesquelles il y a beaucoup (trop) de Taylor Swift.
Éléonore de Beaumont. Partie enseigner la littérature française à Istanbul il y a quatre ans, je n’ai jamais vraiment pu repartir de cette ville extraordinaire. Au fil des échanges avec mes élèves, je me suis intéressée à l’enseignement du FLE (Français Langue Étrangère) ainsi qu’aux questions d’identité et de féminisme : comme il n’y a pas de genre grammatical en turc, l’apprentissage du français pose de nombreuses questions autour du genre et du sexisme de la langue… et j’ai décidé d’entreprendre une thèse pour creuser tout ça et chercher des réponses dans les pédagogies féministes. Je participe aussi à l’élaboration de manuels de français dans lesquels je m’efforce de donner toute leur place aux autrices. J’aime les récits inspirés de faits divers, les podcasts, les pâtes au pesto, les longues discussions avec les étudiant·es, les verres en terrasse bien entourée, avoir mille projets et traverser le Bosphore en bateau. J’écris aussi ici pour le groupe AYAK (recherche en Turquie).
Caroline Dejoie. Dans mes performances, mes textes et mes dessins, je m’intéresse à des figures féminines hors-norme comme la sorcière, la pute ou la cyborg, et à leurs possibles réappropriations queer et “empuissantantes”. Moi-même un peu sorcière, un peu pute, un peu cyborg, prête à reclaim chaque insulte qu’on m’attribuera, j’essaie de rester flottante malgré l’anxiété sociale renforcée par le climat parisien. Avec mes derniers travaux entre recherche et création, je réfléchis aux pouvoirs des voix des minorisé.es et j’apprends à fabriquer des podcasts. Je suis aussi membre du Laboratoire Corps, genre, arts de l’association EFiGiES. Cancer ascendant balance, lune en vierge, je passe trop de temps sur Instagram et refuse de performer l’âge adulte.
Maud V·P (Plantec). Chercheuse-bâtisseuse écoféministe, j’interroge les femmes et la mer pour comprendre comment le genre, en tant que rapport social, contamine un élément non-humain : l’océan, ses vents, sa houle, ses profondeurs. Et comment en retour l’océan entérine et/ou trouble l’ordre de genre. Je vis sur mon terrain : une côte bretonne au bout du monde où j’ai mi-grandi. J’y récolte des algues et des histoires de femmes. Pour que ces voix existent en dehors du médium de la thèse, voilà que j’écris une pièce de théâtre. Ça parle d’une chercheuse qui s’est perdue, de femmes de marin avec du sel dans les veines, et d’une cachalote sous la lune. Mes mains connaissent mieux la joie que moi : elles aquarellent, cueillent des orties, tournent des pages de livres et construisent une cabane. Car il y a aussi la recherche d’une vie qui résiste : un collectif queer paysanne, à faire naitre, à faire logis. Pour manger, rêver et partager, je travaille à la librairie du port. Un jour post-patriarcal, je raconterai des contes iodés dans une yourte aux cheveux blancs.
Khadija Benfarah. Doctorante en Littérature française et comparée à Sorbonne Université, associée au CELLF (Centre d’étude de la langue et des littératures françaises). Après avoir travaillé, en M1, sur les formes et les enjeux de la photofiction d’après L’Amant de Marguerite Duras et, en M2, sur la photographie et l’autobiographie dans Les Années et L’Usage de la photo d’Annie Ernaux, elle prépare actuellement une thèse sur la question de l’identité et de l’intermédialité dans le récit féminin contemporain, sous la direction de Bernard Vouilloux et de Philippe Ortel.
Coline Fournier. Actuellement blonde platine aux reflets roses, je suis étudiante en master de recherche en lettres et arts. Je travaille sur les sororités violentes chez Virginie Despentes et Julia Ducournau, car j’aime le cinéma qui retourne un peu les entrailles, dévorer les livres en une nuit, et me décolorer les cheveux à la moindre contrariété. Adepte assidue de l’écriture de journaux intimes, j’écris aussi des chroniques Sens Critique sur ce que je lis, vois ou écoute. Originaire de Lille, j’habite à Paris et j’assume totalement ma passion dévorante pour Top Chef et pour les bandes-annonces avant les séances de ciné.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search