Membres du collectif

Les Jaseuses forment un collectif de chercheur-euses féministes en non-mixité. Être chercheur-euse, c’est travailler à découvrir, inventer, comprendre, et enrichir la connaissance d’un sujet. Ce qui nous rassemble, c’est la volonté de faire de la recherche sans limiter celle-ci à sa définition académique. Nous sommes journalistes, artistes plasticien-nes, auteur-ices, doctorant-es, docteur-es, masterant-es, illustrateur-ices, photographes, critiques d’art, performeur-euses, vidéastes, danseur-euses, professeur-es, commissaires d’expositions, nous travaillons à l’université, dans la communication, dans les métiers du livre, dans les médias, dans les musées… Certain-es d’entre nous sont rémunéré-es par l’université, d’autres sont salarié-es, freelances, d’autres encore sont au chômage : au sein des Jaseuses, nous travaillons gratuitement. Nous sommes convaincu-es de l’importance scientifique et politique de notre recherche, et attendons d’être financé-es, publié-es, exposé-es, soutenu-es, par les institutions ou par leurs alternatives à venir. Si nous n’avons pas tou-tes les mêmes opinions ni les mêmes ambitions, nous réfléchissons constamment au sens de l’engagement bénévole au sein du collectif. Le groupe est né à Paris mais des Jaseuses se trouvent un peu partout dans le monde !

Voir en plein écran

L’ordre des jaseuses présenté-es ici est aléatoire. Une recherche via ctrl+f permettra de retrouver un-e chercheureuse en particulier.

Marie Serisier. Ma recherche doctorale en linguistique appliquée porte sur les discours masculinistes en ligne, plus particulièrement sur le forum Reddit. Dans mon temps libre j’aime lire des BD, faire du vélo mais aussi la sieste, manger du chocolat et faire des câlins aux chats de ma coloc. Je m’intéresse aussi à tout ce qui relève de l’oralité et de l’utilisation de la voix, dans des perspectives poétiques et militantes et j’aime le bruit des vagues à la plage.
Alex Lachkar. Après 7 ans à Berlin, je suis désormais à Vienne, où je travaille en thèse sur la littérature lesbienne contemporaine en France. Pour la financer, je travaille à l’université dans la chaire d’une professeure de littérature. Quand je ne bouquine pas j’écume Internet à la recherches de séries et films lesbiens, je milite, je traîne trop sur les réseaux sociaux ou je suis en boucle sur l’île de Lesbos. Je parle de mes recherches ici et de mes lectures sur Instagram mais aussi dans ma newsletter.
Emma Dos Santos. Petite, je me souviens avoir écrit ceci sur un carnet d’enfant : « J’écris comme je pleure : en secret et dans la honte. » Prendre cette petite fille par la main et lui apprendre avec Hélène Cixous que dans écrire, il y a « rire », et qu’il existe un lieu où l’on peut partager ces éclats dans une douceur qui prolifère. Petit à petit, c’est ce que j’essaye de construire : particulièrement intéressée par la littérature des avant-gardes, j’ai travaillé en Master dans une perspective de littératures comparées sur l’œuvre d’Anaïs Nin et de Colette Peignot, en analysant la manière dont elles ont pu mobiliser la tradition des écrits de mystiques féminines pour penser leur rapport à elle-mêmes et à la sexualité. Je poursuis ce travail le temps de me préparer à devenir enseignante, en pensant la réception de leurs écrits par les féminismes post-structuraux.
Alice Hagopian. Ex-bisontine qui s’est enfuie à 18 ans pour aller rencontrer plein de monde et apprendre plein de choses, ailleurs. Après avoir vagabondé entre l’Irlande, l’Espagne et le Mexique pendant ma licence, je finis tout doucement mon master Erasmus Mundus Crossways in Cultural Narratives à l’université de St Andrews en Ecosse. En parallèle, je suis professeure de français langue étrangère aussi à l’université et c’est une des activités qui me met le plus en joie. Je m’attache aux personnages de fiction, aux chansons, aux idées qui font clic, aux personnes dont la présence me rassure et me permet d’exister mieux, aux textes qui m’inspirent, aux jolis chemins en bord de mer qui me portent, etc. En plus des Jaseuses, je suis membre du Narratives of Neurodiversity Network et d’autres réseaux de recherche et discussion autour des études françaises surtout au Royaume-Uni et en Irlande. Ces collectifs sont tellement précieux ! Mes recherches sur la littérature française, le handicap, la neurodiversité, les pratiques de lecture, les méthodes de critique littéraire et créative, les études féministes et queer, etc. tout cela ne serait pas possible sans tout ce soutien extra-institutionnel, sans les constellations créatrices que nous créons, ensemble, sans tout ce qu’on partage. C’est tout doux.
Anna Levy. Je suis chercheuse, enseignante dans le secondaire et maman de deux chats noirs : Michel Foucault et Gilles Deleuze. Je travaille sur les performances littéraires ou littératures performées en m’intéressant notamment à comment ces formes intermédiales sont investies par les artistes femmes, queer et féministes et ouvrent de nouveaux espaces de création politiques et artistiques.
Isaline Dupond Jacquemart. Formé aux études de genre et à la sociologie à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, à la philosophie à l’université Paris Ouest Nanterre, ainsi qu’à la photographie aux Ateliers Beaux-Arts de la Ville de Paris, je travaille avec l’image et les mots que j’aime tisser dans la nuit. Artiste, je m’intéresse dans mon travail plastique à l’écopoétique, mais aussi à l’identité, au corps et au genre à travers des séries d’autoportraits et d’auto-images interrogeant l’incorporation des normes de genre. Plus récemment, je questionne l’imaginaire des ruines par la fabulation spéculative, mais aussi celui des mondes futurs possibles, entre utopie et dystopie. J’élabore aussi en art vidéo à partir d’archives vidéo autour de la mémoire des désastres et de la manière dont il est possible d’habiter ce trouble. Attaché à traverser et rompre les frontières, à disloquer le centre, à vivre avec la joie, le chagrin, la colère, j’écris, et j’aime construire de nouveaux mondes en images pour interroger le nôtre en retour. Textuel. Visuel. Boom. Je collabore aussi à la réalisation de podcasts et de fictions sonores rejoignant les études de genre. Je suis membre du Laboratoire Corps, genre, arts de l’association EFiGiES, de Bloom et  de (feu). Site internet / Textes / Instagram
Eva Belgherbi. Doctorante en histoire de l’art depuis 2017, son sujet de recherche porte sur l’enseignement de la sculpture aux femmes, en France et au Royaume-Uni (1863-1914). Elle oriente ses recherches vers l’histoire sociale et les études de genre dans une perspective transnationale et s’intéresse aux liens entre féminismes et sculpture, ainsi qu’aux représentations visuelles et littéraires des sculptrices. Elle a co-organisé les journées d’étude « Violent(e)s, genre et violence dans l’histoire de l’art » à l’École du Louvre en 2019 et tient un carnet de recherche sur le rapport des études de genre et les musées. Carnet hypothèses : https://ghda.hypotheses.org/
Milo Penicaut. Installé-e depuis peu au bord de l’eau et du monde dans un coin lointain du Finistère sud, je me consacre à l’écriture et à la mise en œuvre d’un quotidien politique écoféministe queer. Je suis un peu et tout à la fois libraire, journaliste, chercheureuse indépendant-e, sorciaire et poétesse. J’aime les chats, les poules, me baigner dans l’eau très froide, les histoires et les poèmes.
Adèle Cassigneul. J’investis depuis plusieurs années des espaces liminaux, entre la littérature et les arts visuels, les langues française et anglaise. J’ai séjourné quelque temps dans l’œuvre de Virginia Woolf pour y explorer ses rapports multiples aux images. Je reviens régulièrement aux œuvres de la peintre américaine Daisy Patton afin d’affiner ma compréhension de son engagement pictural. Et j’habite désormais les textes d’autrices britanniques contemporaines pour tenter d’élucider leurs rapports au genre et au langage. J’ai un site perso. J’aime butiner de livres en livres et en images. A l’occasion traductrice et modératrice en librairie ou lors de festivals, je nourris quelques compagnonnages collectifs : avec les revues MAI : Feminism and Visual Culture et Polysèmes, avec la Société des Études Woolfiennes et celle d’Études Anglaises Contemporaines. Passionnée par l’écriture (seule ou à plusieurs), la photo, l’endurance du footing et les bouquets de fleurs. Je ne vis pas à Paris.
Juliette Stella. Je fais actuellement une thèse en littérature comparée sur les écrits de femmes incarcérées entre 1950 et aujourd’hui, à partir d’un corpus en langues française, italienne, anglaise et arabe, qui réunit des textes de fiction, des témoignages, des poèmes et des lettres, sous la direction de Yolaine Parisot (UPEC) et Rima Sleiman (INALCO). Mon travail s’inscrit dans une perspective anticarcérale et féministe et s’articule à mes engagements militants.
Marie Karas-Delcourt. Voguant entre la traduction littéraire, l’enseignement des langues (anglais, espagnol, serbo-croate) et la chanson dans un groupe de folk engagé, je mène ma barque tant bien que mal à travers plusieurs mondes. La défense des “minorités” et l’étude des genres sous toutes ses formes restent au cœur de mon travail traductif et pédagogique. Je participe à la rédaction et à la traduction de plusieurs revues comme CAFÉ (dédiée aux littératures minorées), Jef Klak et Sœurs. Je suis membre de l’Association pour la Promotion de la Traduction Littéraire et bénévole chez Ressources alternatives. Lors de mes études littéraires, j’ai eu la joie de découvrir l’œuvre théâtrale de Maja Pelević, jeune dramaturge serbe et figure de la nouvelle génération qui rompt avec les pratiques postmodernistes et j’ai publié ma première traduction : Peau d’orange (l’Espace d’un Instant, 2022) qui questionne les rôles attribués aux genres dans un système post-communiste. Je traduis un recueil de la poétesse Radmila Petrović ainsi qu’un roman de Milena Marković. Quand je ne traduis pas, je chante des chants de luttes féministes et engagés du monde entier, j’écris des pièces de théâtre et je roule sur ma bécane car je me suis mise à la compétition de cyclisme sur route depuis deux ans et je milite pour la promotion du cyclisme féminin !
Claire Salles. Exploratrice de ce que peut une écocritique féministe du cinéma pour penser, ressentir et agir dans l’écocide (c’était le sujet de ma thèse en Arts et médias). Je me passionne pour les infrastructures électriques qui nous relient aussi bien que pour les formes multiples de gestation. On peut aussi dire que je me spécialise sur les représentations des personnes enceintes (cinéma et audiovisuel). Bricoler le podcast Échos du futur des Jaseuses a changé ma vie. Je m’efforce de “refuser de parvenir” (un super concept anarchiste), suite à un parcours privilégié : École Normale Supérieure, contrat doctoral, enseignement à Paris 3. J’aime ma montagne, je chante, je brode, je danse, je repense à ma caravane.
Cécile Neeser Hever. L’héroïne de ma thèse en littérature comparée est la sœur d’Antigone, Ismène. Ismène, c’est la blonde du corpus tragique, la potiche par excellence, le degré zéro de la femme. Elle est l’incarnation du mineur, du secondaire, mais aussi, je crois, une figure du care. C’est grâce à elle que j’ai découvert le care et ses éthiques, qui ont changé ma vie. C’est aussi grâce elle que j’ai connu les Jaseuses, à travers le très beau Brouillon pour une encyclopédie féministe des mythes, où elle figure en excellente compagnie. Après avoir vécu, étudié et aimé entre Paris et Berlin pendant plus de dix ans, je suis de retour à Genève, où j’ai la chance d’avoir un contrat d’assistante à l’université et d’enseigner la littérature à des étudiant.e.s sensibles et motivé.e.s. Dans mon temps libre, j’aime lire des utopies féministes, de la littérature yiddish, et je viens de découvrir l’auto-défense féministe (incroyable outil de mise en pratique de tout ce dont on parle beaucoup :agency, empouvoirement, sororité…) Page institutionnelle : https://www.unige.ch/lettres/littcomp/enseignants/enseignants/m/
Virginie Trachsler. Mes recherches portent sur des poétesses irlandaises contemporaines. Je m’intéresse plus précisément aux objets, aux rôles divers que ces poétesses leur font jouer et à la place qu’ils occupent en poésie. J’ai enseigné le français en Irlande et en Angleterre et continue de garder un pied à Dublin pour mes recherches. Quand je suis à Paris, je donne des cours de littérature anglophone et de traduction. Je suis traductrice, en anglais, en italien et en français. J’aime placer de la poésie entre les mains de celles et ceux qui disent que ce n’est pas leur tasse de thé, pour tenter de les faire changer d’avis. C’est ce qui me tient à cœur lorsque je traduis, que j’écris et que j’enseigne.
Sandrine Samii. Journaliste s’intéressant aux mouvements féministes et écologiques, et avide lectrice de romans de science-fiction. Autodidacte, j’ai tenu plusieurs blogs avant d’intégrer en 2016 la “Monde Académie” – le programme du quotidien du soir pour favoriser l’accès au métier hors des écoles de journalisme, parrainé par Florence Aubenas – avant d’intégrer la rédaction du Nouveau Magazine littéraire. En tant que pigiste, j’écris en particulier sur les nouvelles technologies, me concentrant sur leur impact politique et social. 
Éléonore de Beaumont. Partie enseigner la littérature française à Istanbul il y a quatre ans, je n’ai jamais vraiment pu repartir de cette ville extraordinaire. Au fil des échanges avec mes élèves, je me suis intéressée à l’enseignement du FLE (Français Langue Étrangère) ainsi qu’aux questions d’identité et de féminisme : comme il n’y a pas de genre grammatical en turc, l’apprentissage du français pose de nombreuses questions autour du genre et du sexisme de la langue… et j’ai décidé d’entreprendre une thèse pour creuser tout ça et chercher des réponses dans les pédagogies féministes. Je participe aussi à l’élaboration de manuels de français dans lesquels je m’efforce de donner toute leur place aux autrices. J’aime les récits inspirés de faits divers, les podcasts, les pâtes au pesto, les longues discussions avec les étudiant·es, les verres en terrasse bien entourée, avoir mille projets et traverser le Bosphore en bateau. J’écris aussi ici pour le groupe AYAK (recherche en Turquie).
Elisa L. Walter. Chercheuse & poète{sse. Depuis plusieurs années, je navigue entre ma formation de recherche en littérature française, et l’écriture en autodidacte. Spécialiste des littératures lesbiennes, en particulier de la Belle Époque (on peut lire mon premier mémoire de master sur l’œuvre de Renée Vivien ici), je nourris aussi mon art de réflexions sur les écritures queer et les (re)catégorisations génériques et stylistiques. — Toujours un peu plus, je cherche à ouvrir ma poésie aux autres, au monde et au(x) corps, dans un art en perpétuelle arborescence qui n’en a pas fini de se {et nous} transformer.
Caroline Dejoie. Dans mes performances, mes textes et mes dessins, je m’intéresse à des figures féminines “monstrueuses” comme la sorcière, la pute ou la cyborg, et à leurs possibles réappropriations queer et empuissantantes. Moi-même un peu sorcière, un peu pute, un peu cyborg, prête à reclaim chaque insulte qu’on m’attribuera, j’essaie de rester flottante malgré l’anxiété sociale renforcée par le climat parisien. Avec mes derniers travaux entre recherche et création, je réfléchis aux pouvoirs des voix des minorisé·es, j’écris sur les femmes-serpents, j’apprends à fabriquer des podcasts. Je suis aussi membre du Laboratoire Corps, genre, arts où je me découvre pas mauvaise en logistique et production. Je refuse de performer l’âge adulte et voilà mon site internet : https://carolinedejoie.persona.co/
Maud V·P (Plantec). Chercheuse-bâtisseuse écoféministe, j’interroge les femmes et la mer pour comprendre comment le genre, en tant que rapport social, contamine un élément non-humain : l’océan, ses vents, sa houle, ses profondeurs. Et comment en retour l’océan entérine et/ou trouble l’ordre de genre. Je vis sur mon terrain : une côte bretonne au bout du monde où j’ai mi-grandi. J’y récolte des algues et des histoires de femmes. Pour que ces voix existent en dehors du médium de la thèse, voilà que j’écris une pièce de théâtre. Ça parle d’une chercheuse qui s’est perdue, de femmes de marin avec du sel dans les veines, et d’une cachalote sous la lune. Mes mains connaissent mieux la joie que moi : elles aquarellent, cueillent des orties, tournent des pages de livres et construisent une cabane. Car il y a aussi la recherche d’une vie qui résiste : un collectif queer paysanne, à faire naitre, à faire logis. Pour manger, rêver et partager, je travaille à la librairie du port. Un jour post-patriarcal, je raconterai des contes iodés dans une yourte aux cheveux blancs.
Juliette Sauvage. Je suis docteure en littérature et civilisation françaises, spécialiste de la littérature de 14-18 à laquelle j’ai consacré ma thèse. La particularité de ma posture de recherche : à mi-chemin entre littérature et histoire, avec un grand intérêt pour la critique génétique. Je me passionne aujourd’hui pour les autrices, et en particulier pour l’écoféminisme dans le roman contemporain. J’explore en douceur ces nouvelles pistes de recherche… Au quotidien, je chronique des livres sur Instagram, je m’investis dans le milieu associatif féministe et inclusif, je promène ma chienne (meilleure amie / compagne / fille), je bois des citronnades, j’écris des poèmes et je peins. Je ne suis pas parisienne, et ça ne me gêne pas : picarde de naissance, je me vois bien partir vers l’ouest de la France d’ici peu…
Quitterie de Beauregard. Éco-anxieuse et féministe, j’ai choisi naturellement d’écrire une thèse sur les représentations du genre dans les romans apocalyptiques contemporains en anglais. Je m’intéresse à la notion de postérité, aux utopies et dystopies féministes, et à l’imagination de futurs alternatifs en général. Pour me distraire de la fin du monde, je dessine (un peu), je re-regarde Mad Men (souvent) et je me balade dans Paris.
Emilie Victor Ollivier. Je cherche et j’écris.
Je m’intéresse aux renouvellements de la représentation, à la notion de théâtralité, aux écritures à la première personne et à la maléabilité du langage. Je suis docteure en littérature comparée, et j’écris des trucs : des textes pour des revues (Débridé, Grands espaces, etc.), des morceaux d’une pièce de théâtre à venir sur mon site internet, des articles, des ressentions d’ouvrages, entre autres. En 2020, j’ai créé Ecriture de soi-R, une revue consacrée aux écritures à la première personne et dédiée aux jeunes chercheur.ses, j’en suis toujours l’une des rédacteurices en chef, nous grandissons doucement.
J’aime Marguerite Duras de manière déraisonnée et j’ai tous ses livres en double.
Abel Delattre. Après une licence en histoire de l’art dénuée de toute femme, j’ai consacré deux mémoires sur deux femmes, et maintenant une thèse (sans contrat) sur la place que leur donnent les institutions. À côté de ça je fais des critiques d’expos (surtout à Paris, où je vis) ; je suis engagé dans le Collectif Arts et Représentations Queers ; je regarde beaucoup trop de séries de cuisine alors que je ne cuisine pas ; je suis en colocation avec Isis, 8 ans, chatte noire ; j’ai une impressionnante collection de cartes postales ; et je lis beaucoup. Vous connaissez la Maison des feuilles ?
Marie Priester. Doctorante en littérature (thèse financée par l’université Paris-Est Créteil), mes recherches portent sur les autrices qui ont pratiqué le genre de l’antiroman pendant la période romantique en France, et en particulier sur leur appropriation des registres de l’ironie, de la parodie, de l’humour et de la critique. Ma vie est partagée entre Nancy, où je suis née, Lyon, mon ancienne ville d’études où j’ai laissé des ami.es et beaucoup de souvenirs, et Paris, que j’essaie tant bien que mal d’apprivoiser. J’aime regarder mes séries préférées en boucle, faire des fan-edits (je suis hyper forte en photomontages), l’aquarelle et la couture. J’ai également l’audace de me décrire comme une plant mother (alors que je suis incapable de réussir une bouture), et comme une amoureuse des chiens (alors que j’en ai pas).
Mathilde Castanié. Je m’intéresse à l’histoire du corps, du sensible, de l’imaginaire et du genre. Après avoir écrit un master sur l’histoire sociale et culturelle des victimes de viol au XIXe siècle, à Paris 1 Panthéon-Sorbonne, je m’intéresse désormais à l’historicité des troubles du comportement alimentaire au XIXe siècle, plus particulièrement aux corps anorexiques. J’aime Paris, ma chienne Laïka, l’odeur du vieux papier – mais surtout Laïka.

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search