Colette, la naissance d’une légende

Par : Estelle D.

 

Dans Claudine en ménage, alors que Claudine est en lune de miel avec Renaud, son mari, Colette lui prête ces mots :

Lui, amoureux du voyage pour le voyage, il se lève joyeux sous un ciel étranger, en songeant qu’aujourd’hui il partira encore. Il aspire aux montagnes de ce pays proche, à l’âpre vin de cet autre, au factice agrément de cette ville d’eaux peignée et fleurie, à la solitude de ce hameau perché. Et il s’en va, ne regrettant ni le hameau, ni les fleurs, ni le vin puissant.

Moi, je le suis. Et je goûte – si, si, je goûte aussi – la ville aimable, le soleil derrière les pins, l’air sonore de la montagne. Mais je me sens, au pied, un fil dont l’autre bout s’enroule et se noue au vieux noyer, dans le jardin de Montigny.

Il me semble que c’est cette citation-là qui éclaire le mieux l’œuvre de l’autrice : mélancolique, nostalgique, ouverte sur la nature et les beautés simples du monde. Née en 1873 à Saint-Sauveur-en-Puisaye, Colette a vécu une enfance simple et rurale, auprès de parents un brin excentriques. Elle garde de son enfance, sinon une vaste connaissance du monde, du moins une science très précise de la nature, de la faune et de la flore, qui se retrouve dans toute son œuvre. Mais elle en tire également son plus célèbre livre, qui lance sa carrière en 1900, Claudine à l’école, un roman qui prend la forme du journal fictif de Claudine, une écolière vive et incisive1. Sous ce personnage, c’est évidemment Colette et ses souvenirs d’école qui se dessinent. Son mari, auteur en vogue, plagieur, critique musical, mondain et pour ainsi dire oublié de nos jours, redécouvrant le manuscrit de sa jeune épouse, décide de la lancer – et, au passage, de s’enrichir grâce à elle. Et voici Colette sur le devant de la scène. Sur la couverture de Claudine à l’école, c’est le nom de son mari, Willy, qui s’étale. Mais la réputation – littéraire et sulfureuse – de Colette, qui lui collera à la peau jusqu’à la fin de sa vie est lancée. Son mari se garde bien de l’étouffer, la cultive au contraire. Colette est déjà plus qu’une autrice, c’est un personnage et un phénomène2. Elle a ses entrées chez tout le gratin littéraire parisien, elle ne cache pas ses aventures lesbiennes, assume tout à fait sa bisexualité. Voilà ce qu’est Colette au tout début du siècle. C’est généralement ce que l’on retient d’elle, aujourd’hui encore.

Colette vers 1900, fonds Les Amis de Colette.

Mais Colette fut aussi mime, propriétaire d’un salon de beauté, journaliste, Présidente de l’académie Goncourt, Grand Officier de la Légion d’Honneur. Divorcée de Willy, elle se remarie, prend pour amant le fils de son nouveau mari, divorce, finit par se remarier sur le tard avec celui qu’elle appelle « mon meilleur ami »… pour profiter d’une croisière transatlantique, alors réservée aux couples dits légitimes : sa vie aussi est un véritable roman.

Colette dans son magasin de cosmétiques, 1931, fonds Les Amis de Colette.

 

Colette a laissé une œuvre prolifique, parfois volontairement scandaleuse, souvent piquante, et toujours de la plus délicate des plumes. On y trouve une véritable poésie de la nature, louange de la beauté des fleurs et des bêtes, déclaration d’amour aux plus insignifiants parfums, aux plus pâles couleurs créées par la nature. Mais, plus profondément, et bien que Colette s’affirme farouchement anti-féministe, la bisexualité, et la sexualité féminine en général, qui forment un volet extrêmement important de son œuvre, en font également une autrice d’avant-garde qui accompagne depuis plus de cent ans l’émancipation des femmes.

Colette en 1932, photo par l’agence Mondial Photo-Press.

Bibliographie :

DEL CASTILLO Michel, Colette, Une certaine France, Stock, 1999.

DURBIANO Lucie, Claudine à l’école, Gallimard, 2018.

PICHOIS Claude et BRUNET Alain, Colette, Éditions de Fallois, 1999.

Pour aller plus loin :

Le film biographique Colette, réalisé par Wash Westmoreland, relate les jeunes années de l’autrice, et dépeint notamment la naissance du « mythe » de Claudine-Colette. Ici la bande annonce : https://www.youtube.com/watch?v=Q5wcB6MQiTs

Entendre un peu la voix formidable de Colette, dans un entretien de René-Maurice Picard en 1948, à retrouver sur France Culture, ici : https://www.franceculture.fr/emissions/la-nuit-reveede/souvenirs-de-colette-1010-souvenirs-dete-1ere-diffusion-12121948

L’association Les Amis de Colettehttps://www.amisdecolette.fr ) publie notamment les « Cahiers de Colette », recense les travaux qui concernent l’autrice, et constitue une mine d’information quasi inépuisable. L’association est aussi à l’origine du sauvetage de la maison d’enfance de Colette,aujourd’hui transformée en musée (information sur http://www.maisondecolette.fr/ )

Notes :

 

  1. Claudine à l’école a été adapté en bande dessinée, et faisait partie de la sélection du Festival d’Angoulême en 2019 (Claudine à l’école, Lucie Durbiano, Gallimard, 2018). []
  2. Le film biographique Colette, réalisé par Wash Westmoreland en 2018, relate les jeunes années de l’autrice, et se penche en particulier sur la naissance du « mythe » de Claudine-Colette. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.