Encyclopédie féministe des mythes – Complément numérique

Si l’exemplaire du Brouillon pour une encyclopédie féministe des mythes est entre vos mains et figé sur le papier, ce complément numérique est voué à évoluer au fil de nos lectures et de vos conseils – enrichi par toustes les auteurices, contributeurices et lecteurices de l’ouvrage au fur et à mesure.

Vous trouverez ci-dessous une version enrichie des listes de références déjà présentes dans le livre, classées par notice. Sont proposées également les versions en couleur des images ; ainsi que les formats audio et vidéo mentionnés.

*🐉*🐉*🐉*

Sommaire

*🦄*🦄*🦄*

Ouvrages qui guident nos écritures

Acker Paul & Larrington Carolyne, 2002. The Poetic Edda: Essays on Old Norse Mythology. New York & Londres, Routledge.

Ahmed Sara, 2017. Living a Feminist Life. Durham, Duke University Press.

Albouy Pierre, 1969. Mythes et mythologie dans la littérature française. Paris, Armand Colin.

Alcoff Linda, 1991. « The Problem of Speaking for Others », Cultural Critique, n° 20, p. 5-32.

Anzaldúa Gloria, 2011. « La conscience de la Mestiza. Vers une nouvelle conscience », Les Cahiers du CEDREF, n° 18, p. 75-96.

Auraix-Jonchiere Pascale, 2017. Voix poétiques et mythes féminins. Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal.

Aygon Jean-Pierre, Bonnet Corinne & Noacco Christina (dir.), 2009. La mythologie de l’Antiquité à la modernité. Appropriation, adaptation, détournement. Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Bach Alice (dir.), 1999. Women of the Bible. New York, Routledge.

Barker Pat, [2018] 2020. Le Silence des vaincues. Traduction de Laurent Bury. Paris, Éditions Charleston.

Belhassen Laure, 2019. Femmes animales. Bestiaire métaphorique. Paris, Grands Champs.

Belhôte Hortense, 2021 et 2023. Merci de ne pas toucher ! Websérie, Arte. En ligne: https://www.arte.tv/fr/videos/RC-018008/merci-de-ne-pas-toucher/ (consulté le 22 décembre 2022).

Berjeaut Julien & Signolet Mathieu, 2020. « #Myth-too », 50 nuances de Grecs. Websérie animée, saison 2, épisode 23, Arte. En ligne: https://www.arte.tv/fr/videos/092150-023-A/50-nuances-de-grecs/ (consulté le 22 décembre 2022).

Bodiou Lydie, Chauvaud Frédéric & Soria Myriam (dir.), 2015. Les vénéneuses. Figures d’empoisonneuses de l’Antiquité à nos jours. Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Bost-Fievet Mélanie & Provini Sandra (dir.), 2014. L’Antiquité dans l’imaginaire contemporain. Fantasy, science-fiction, fantastique. Paris, Classiques Garnier.

Boyer Régis, 1986. Le monde du double. La magie chez les anciens Scandinaves. Paris, Berg International.

Brunel Pierre (dir.), 2002. Dictionnaire des mythes féminins. Monaco, Rocher.

—, 1992. Mythocritique. Théorie et parcours. Paris, PUF.

Butler Judith, [1990] 2005. Trouble dans le genre. Traduction de Cynthia Kraus. Paris, La Découverte.

Cadiet Loïc, Chauvaud Frédéric, Gauvard Claude, Schmitt Pantel Pauline,Tsikounas Myriam (dir.), 2010. Figures de femmes criminelles de l’Antiquité à nos jours. Paris, Publications de la Sorbonne.

Cady Stanton Elizabeth, 1895-1898. The Woman’s Bible. New York, European Publishing Company.

Cahun Claude, [1920-1924] 2006. Héroïnes. Paris, Fayard/Mille et Une Nuits.

Cantarella Eva, 1987. Pandora’s Daughters. The Role and Status of Women in Greek and Roman Antiquity. Traduction de Maureen B. Fant. Baltimore & Londres, The Johns Hopkins University Press.

Carbado Devon W., Crenshaw Kimberlé Williams, Mays Vickie M., Tomlinson Barbara, 2013. « Intersectionality. Mapping the Movements of a Theory », Du Bois Review: Social Science Research on Race, vol. 10, n° 2, p. 303-312.

Cazenave Michel (dir.), 1996. Encyclopédie des symboles. Paris, Le Livre de Poche.

Chevalier Jean & Gheerbrant Alain (dir.), 1982. Dictionnaire des symboles. Paris, Robert Laffont.

Chicago Judy (dir.), 2014. The Dinner Party. Restoring Women to History. New York, The Monacelli Press.

Chireau Yvonne P., 2003. Black Magic. Religion and the African American Conjuring Tradition. Berkeley-Los Angeles, University of California Press.

—, 1997. « Conjure and Christianity in the Nineteenth Century: Religious Elements in African American Magic. », Religion and Popular Culture, vol. 7, n° 2: 225-46.

—, 2008. « Conjuring Scriptures and Engendering Healing Traditions », Vincent L. Wimbush (dir.), Theorizing Scriptures: New Critical Orientations to a Cultural Phenomenon. London, Rutgers University Press, p. 119-127.

Choulet-Vallet Anaïs, Clochec Pauline, Frasch Delphine, Giacinti Margot, Védie Léa (dir.), 2021. Théoriser en féministe. Paris, Hermann.

Christ Carole P., 2016. « Pourquoi les femmes ont besoin de la Déesse », Émilie Hache, Reclaim. Anthologie de textes écoféministes. Traduction d’Émilie Notéris. Paris, Cambourakis, p. 83-104.

Cixous Hélène, 1975. Le Rire de la Méduse. Paris, Galilée.

Collectif. 한국민속백과사전 [Hangungminsokbaekgwasajeon, Encyclopedia of Korean folk culture]. En ligne (en coréen, anglais, espagnol): https://folkency.nfm.go.kr/main (consulté le 22 décembre 2022).

Creissels Anne, 2009. Prêter son corps au mythe. Le féminin et l’art contemporain. Paris, Éditions du Félin.

— & Compagnie a+b objet danse, 2019. Mon histoire de l’art féministe. Conférence performance (28 mai), Université de Lille.

Deraismes Maria, [1868] 2014. Ève dans l’humanité. Paris, L’Harmattan.

Detienne Marcel, 1992. L’invention de la mythologie. Paris, Gallimard.

Dijkstra Bram, 1986. Les idoles de la perversité. Figure de la femme fatale dans la culture fin-de-siècle. Londres, Oxford University Press.

Dixon-Kennedy Mike (dir.), 1998. Encyclopedia of Russian & Slavic Myth and Legend. Santa Barbara, ABC-CLIO.

Donoghue Emma, 1997. Kissing the Witch. Old Tales in New Skins. New York, HarperCollins.

Dormeau Léna, 2020. « Pour une épistémologie liminale », Espaces réflexifs, situés, diffractés et enchevêtrés (3 mars). En ligne: https://reflexivites.hypotheses.org/11594 (consulté le 22 décembre 2022).

Dottin-Orsini Mireille, 1993. Cette femme qu’ils disent fatale. Paris, Grasset.

Dowden Ken, 1995. « Approaching Women Through Myth. Vital Tool or Self-delusion? » Richard Hawley and Barbara Levick (dir.), Women in Antiquity. New Assessments. Londres & New York, Routledge, p. 44-57.

Dupont Florence, 2009. « Démystifier la mythologie? » Le français aujourd’hui, vol. 4, n° 167, p. 45-51.

Dussy Dorothée, 2021. Le berceau des dominations. Anthropologie de l’inceste. Paris, Pocket.

Eaubonne Françoise d’, 1976. Les femmes avant le patriarcat. Paris, Payot.

Flynn Elizabeth A. & Schweickart Patrocinio P., 1986. Gender and Reading: Essays on Readers, Texts and Contexts. Baltimore & Londres, The Johns Hopkins University Press.

Foley Helene P., 2001. Female Acts in Greek Tragedy. Princeton & Oxford, Princeton University Press.

Fraisse Geneviève, 2001. La controverse des sexes. Paris, PUF.

Frontisi-Ducroux Françoise, 2009. Ouvrages de dames. Ariane, Hélène, Pénélope. Paris, Le Seuil.

—, 2010. « Mythe et tragédie: épouses et mères sanglantes », Loïc Cadiet, Frédéric Chauvaud, Claude Gauvard, Pauline Schmitt Pantel & Myriam Tsikounias (dir.), Figures de femmes criminelles de l’Antiquité à nos jours. Paris, Presses Universitaires de la Sorbonne, p. 101-115. En ligne: https://books.openedition.org/psorbonne/73492 (consulté le 22 décembre 2022).

—, 2017. Arbres filles et garçons fleurs. Métamorphoses érotiques dans les mythes grecs. Paris, Le Seuil.

Gantz Timothy, 1993. Early Greek Myth. A Guide to Literary and Artistic Sources. Baltimore & Londres, The Johns Hopkins University Press.

Gauthier Vicky, 2020. Rachilde. Écrivaine fantastique monstrueuse. Paris, L’Harmattan.

Gauthier Xavière & ses consœurs, 1975-1982. Sorcières. Les femmes vivent. Revue, Éditions Albatros, Éditions Stock puis Slaktine-France. Tous les numéros sont en ligne: https://femenrev.persee.fr/la-revue-sorcieres (consulté le 22 décembre 2022).

Gauvard Claude (dir.), 2016. Présumées coupables. Les grands procès faits aux femmes. Catalogue d’exposition. Paris, L’Iconoclaste/Archives nationales.

Gély Véronique, 2006. « Pour une mythopoétique: quelques propositions sur les rapports entre mythe et fiction », SFLGC, Bibliothèque comparatiste. En ligne: https://sflgc.org/bibliotheque/gely-veronique-pour-une-mythopoetique-quelques-propositions-sur-les-rapports-entre-mythe-et-fiction/ (consulté le 22 décembre 2022).

—, 2007. « Les sexes de la mythologie: mythes, littérature et gender », Anne Tomiche & Pierre Zoberman (dir.), Littérature et identités sexuelles. Nîmes, Lucie Éditions, p. 47-90.

—, 2008. « Le “devenir-mythe” des œuvres de fiction », Sylvie Parizet (dir.), Mythe et littérature. Nîmes, Lucie Éditions, p. 69-98.

Gimbutas Marija, [1989] 2005. Le langage de la déesse. Paris, Des femmes.

Goldhill Simon, 2004. Love, Sex and Tragedy. How the Ancient World Shapes Our Lives. Chicago, University of Chicago Press.

Göttner-Abendroth Heide, [1980] 1995. The Goddess and Her Heros. Matriarchal Religion in Mythology, Fairy-Tales and Poetry. Traduction de Lilian Friedberg. Stow, Anthony Publishing Company.

Goudot Marie, 2001. « Rivages féminins en mythologie. L’inquiétant savoir des femmes », Études, vol. 394, n° 4, p. 521-532.

Graves Robert, [1958] 1967. Les mythes grecs. Traduction de Mounir Hafez. Paris, Fayard.

Gross Rita M., Christ Carol P., Burford Grace G., Wadud Amina, Chireau Yvonne, Sered Susan, Simmer-Brown Judith, West S’thembile C., Goldenberg Naomi R., Shapiro Susan E., 2000. « Roundtable: Feminist Theology and Religious Diversity. Feminist Theology: Religiously Diverse Neighborhood of Christian Ghetto? » in Journal of Feminist Studies 16, n°2, p. 73-131.

Grunenwald Noémie, 2021. Sur les bouts de la langue. Traduire en féministe/s. Lille, La Contre Allée.

Haraway Donna, [1991] 2009. « Savoirs situés: la question de la science dans le féminisme et le privilège de la perspective partielle », Des singes, des cyborgs et des femmes. La réinvention de la nature. Traduction d’Oristelle Bonis. Arles, Actes Sud, p. 323-353.

—, « Manifeste Cyborg : science, technologie et féminisme-socialisme à la fin du XXe siècle », ibid., p. 267-321.

—, [1985-1997] 2007. Manifeste cyborg et autres essais. Sciences, fictions, féminismes. Anthologie établie par Laurence Allard, Delphine Gardey & Nathalie Magnan. Paris, Exils.

Harding Sandra, 1986. The Science Question in Feminism. London, Open University Press.

Heidmann Ute, Adam Jean-Michel & Calame Claude (dir.), 2003. Poétiques comparées des mythes. De l’Antiquité à la modernité. En hommage à Claude Calame. Lausanne, Payot Lausanne.

Héritier Françoise, 1996. Masculin/féminin. La pensée de la différence. Paris, Odile Jacob.

—, 2002. Masculin/féminin II. Dissoudre la hiérarchie. Paris, Odile Jacob.

Hertiman Marys Renné, 2021. « L’empiétement discursif: formes et mécanismes d’un processus hégémonique », Sociocriticism. En ligne: https://revues.univ-tlse2.fr:443/sociocriticism/index.php?id=2987 (consulté le 12 décembre 2022).

Hodges Kate, 2020. Warriors, Witches, Women, Mythology’s Fiercest Females. Londres, White Lion Publishing.

Husson Anne-Charlotte, Jégat Lucie, Maudet Marion, Michel Lucy, Mozziconacci Vanina, Tatoueix Laura, Thomé Cécile & Triquenaux Maxime (dir.), 2018. Épistémologies du genre. Croisements des disciplines, intersections des rapports de domination. Lyon, ENS Éditions.

Knibiehler Yvonne & Goutalier Régine, 1985. La femme au temps des colonies. Paris, Stock.

Kolodny Annette, 1985. « A Map for Rereading: Gender and the Interpretation of Literary Texts », Elaine Showalter (dir.), The New Feminist Criticism. Essays on Women, Literature, and Theory. New York, Pantheon, p. 46-62.

Laboratoire Corps, Genre, Arts (Association EFiGiES), 2020. L’amour et la violence, exposition collective. Paris, MPAA Bréguet.

Larue ïan, 2018. Libère-toi cyborg! Le pouvoir transformateur de la science-fiction féministe. Paris, Cambourakis.

Lépinard Éléonore & Lieber Marylène, 2020. Les théories en études de genre. Paris, La Découverte.

Le Quellec Jean-Loïc & Sergent Bernard, 2017. Dictionnaire critique de mythologie. Paris, CNRS Éditions.

Loraux Nicole, 1989. Les expériences de Tirésias. Le féminin et l’homme grec. Paris, Gallimard.

Maillet Clovis, 2020. Les genres fluides. De Jeanne d’Arc aux saintes trans. Paris, Arkhé.

Maingueneau Dominique, 1999. Féminin fatal. Paris, Descartes & Cie.

McClure Laura, 2007. Sexuality and Gender in the Classical World. Readings and Sources. Oxford, Blackwell.

Mervin Sabrina & Prunhuber Carol, 1987. Femmes. Les grands mythes féminins à travers le monde. Paris, Hermé.

Odorisio David M., 2023. From Horror to Heroes: Mythologies of Graphic Voodoo in Comics. Palgrave Macmillan, Cham.

Paton Lucy Allen, [1903] 1960. Studies in the Fairy Mythology of Arthurian Romance. New York, Burt Franklin.

Pentikaïnen Juha, 2011. Mythologie des Lapons. Paris, Imago.

Perrot Michelle, 1998. Les femmes ou les silences de l’histoire. Paris, Flammarion.

Pinkola Estés Clarissa, [1992] 2019. Femmes qui courent avec les loups. Paris, Le Livre de Poche.

Pizan Christine de, [1405] 1986. La Cité des dames. Traduction de Thérèse Moreau et Éric Hicks. Paris, Stock.

Pomeroy Sarah B., 1975. Goddesses, Whores, Wives, and Slaves. New York, Schoken Books.

Sabbah Blanche (@lanuitremueparis), 2022. Mythes et meufs. Paris, Dargaud.

Sapiro Gisèle, Steinmetz George & Ducournau Claire, 2010. « La production des représentations coloniales et postcoloniales », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 185, n° 5, p. 4-11.

Sellier Philippe, 1984. « Qu’est-ce qu’un mythe littéraire? », Littérature, n° 55, p. 111-126.

Solnit Rebecca, [2017] 2019. La mère de toutes les questions. Traduction de Céline Leroy. Paris, L’Olivier.

Starhawk, [1982] 2015. Rêver l’obscur. Femmes, magie et politique. Traduction de Morbic. Paris, Cambourakis.

—, [2003] 2019. Quel monde voulons-nous? Traduction d’Isabelle Stengers. Paris, Cambourakis.

Tamas Jennifer, 2023. Au NON des femmes. Libérer nos classiques du regard masculin. Paris, Seuil.

Turbiau Aurore, Leïchlé Mathilde, Islert Camille, Hertiman Marys Renné & Gauthier Vicky (dir.), 2022. GLAD! Revue sur le langage, le genre, les sexualités, n°12: Constellations créatrices. En ligne: https://journals.openedition.org/glad/3723 (consulté le 22 décembre 2022).

Veyne Paul, 1983. Les Grecs ont-ils cru à leurs mythes? Paris, Le Seuil.

Victor-Pujebet Bruno & Blanchard Pascal, 2019. Sauvages, au cœur des zoos humains. Documentaire Arte. En ligne: https://www.youtube.com/watch?v=hsAefJ7X_2c (consulté le 22 décembre 2022).

Walker Barbara G., 1996. Feminist Fairy Tales. New York, Harper Collins.

Warner Marina, [1976] 1989. Seule entre toutes les femmes. Mythe et culte de la Vierge Marie. Traduction de Nicole Ménant. Paris, Rivages.

Yourcenar Marguerite, [1936] 1993. Feux. Paris, Gallimard.

Zajko Vanda & Leonard Miriam, 2006. Laughing with Medusa. Classical Myth and Feminist Thought. Oxford & New York, Oxford University Press.

Zeniter Alice, 2021. Je suis une fille sans histoire. Montreuil, L’Arche.

Zeitlin Froma I., 1995. Playing the other. Gender and Society in Classical Greek Literature. Chicago, University of Chicago Press.

Ziga Itziar, [2020] 2020. Devenir chienne. Traduction de Diane Moquet et Camille Masy. Paris, Cambourakis.

Complément numérique

ZORYA par Marys Renné Hertiman et Lucille Lefrang

Dixon-Kennedy Mike (dir.) 1998. Encyclopedia of Russian & Slavic Myth and Legend. Royaume-Uni, ABC-CLIO.

Douyé Sylvia (autrice), Lai Fabio (illustrateur), 2015. Le monde de l’Épée de Cristal (intégrale), t. 2 : Zorya la Noire. Issy-les-Moulineaux, Vents d’Ouest.

Zaroff Roman, 2015. « Organized Pagan Cult in Kievan Rus’. The Invention of Foreign Elite or Evolution of Local Tradition? », Studia Mythologica Slavica, vol. 2, p. 47-76. En ligne : https://ojs.zrc-sazu.si/sms/article/view/1844/1591 (consulté le 20 novembre 2022).

YAKUMAMA par Marys Renné Hertiman

Afanador Ruvén & González Ana, 2020. Hijas del agua. Bogotá, Éditions Gamm.

Bravo Soledad, 1974. « Canción del Elegido ». Chanson, album Canciones de la nueva trova cubana. Promus.

Störl Kerstin, 2016. « Yakumama en los Andes. La recepción quechua de una figura mítica amazónica : análisis semántico-cultural », Indiana, vol. 33, n° 1, p. 177-198.

X par Anonyme

Favre Valérie, 2021. Virginia Woolf et ses « petites sœurs». Relire A Room of One’s Own au prisme de sa postérité littéraire, critique et féministe dans l’espace atlantique anglophone des années soixante à nos jours. Thèse de doctorat en études anglophones sous la direction de Christine Planté et Pascale Tollance. Lyon, Université Lumière Lyon II.

Meyer Suzel, 2020. Écrire l’histoire au féminin: autour de The Years de Virginia Woolf et des Années d’Annie Ernaux. Thèse de doctorat en littérature comparée sous la direction de Patrick Werly. Strasbourg, Université de Strasbourg.

Woolf Virginia, [1929 ; 1938] 2015. “A Room of One’s Own” and “Three Guineas”. Oxford, Oxford University Press.

Woolf Virginia, [1929] 2016. Un lieu à soi. Traduction de Marie Darrieussecq. Paris, Denoël.

Woolf Virginia, [1929] 2018. « Les femmes et le roman », Rêves de femmes. Six nouvelles. Traduction de Catherine Bernard. Paris, Gallimard.

Woolf Virginia, [1938] 2012. Trois guinées. Préface et traduction de Léa Gauthier. Paris, BlackJack Editions.

Woolf Virginia, 2008. Selected Essays. Oxford, Oxford University Press.

Friesen Ilse E., 2021. The Female Crucifix. Images of St. Wilgefortis since the Middle Ages. Waterloo, Wilfrid Laurier University Press.

Tibot MaryAnge, 2009. Étude sur sainte Wilgeforte et son culte en Flandre et en Normandie. Sepaize, Septera.

Carte Google – évolutive et non-exhaustive – où Maïc recense les représentations (églises et musées) et occurrences (noms de voirie…) de Sainte-Wilgeforte, consultable ici.

Maïc Baxane, statuettes de Sainte Wilgeforte, 2020-2021, crucifix (collection personnelle), pâte époxy, tissu, peinture, système électrique.

Maïc Baxane, Sainte Débarras (Sainte Wilgeforte), 2020, dessin, 50 x 34 cm.

Pour acheter le dessin original imprimé en sérigraphie, c’est à ce lien !

VLASTA par Aurore Turbiau

Boutan Jean, 2021. Amazones de Bohême. Construction du genre et de la nation à l’époque romantique. Paris, Classiques Garnier.

Eaubonne Françoise d’, 1972. Histoire et actualité du féminisme. Paris, A. Moreau.

Eaubonne Françoise d’, 1976. Les femmes avant le patriarcat. Paris, Payot.

Eaubonne Françoise d’, 1978. Les bergères de l’Apocalypse. Paris, Jean-Claude Simoën.

Renooz Cécile, 1921. L’ère de vérité. Histoire de la pensée humaine et de l’évolution morale de l’humanité à travers les âges et chez tous les peuples. Vol. 1 : Le monde primitif. Paris, Marcel Giard et Cie.

Singer Christiane, 1981. La guerre des filles. Paris, Albin Michel.

Triton (Robichon) Suzette (dir. de publication), Causse Michèle, Bompis Sylvie, 1982-1985. Vlasta. Fictions/utopies amazoniennes. Paris, Collectif Mémoires Utopies.

Wittig Monique, 1969. Les Guérillères. Paris, Minuit.

VASHTI par Camille Islert

Beecher Stowe Harriet, 1873. Woman In Sacred History. New York, J.B. Ford and Company.

Brontë Charlotte, 1853. Villette. Londres, Smith, Elder & Co.

Cady Stanton Elizabeth, 1895-1898. The Woman’s Bible. New York, European Publishing Company.

Macchi Jean-Pierre, 2015. « Le droit impérial selon le livre d’Esther », Transversalités, vol. 1, n° 132, p. 83-101.

Reich Hannah, 2016. Vashti: Judaism’s First Feminist Bad Girl. Podcast : https://www.abc.net.au/radionational/programs/earshot/vashti/7794576 (consulté le 27 décembre 2022).

Traduction oecuménique de la Bible, 1988. La Bible. Ancien et Nouveau Testament. Paris, Société biblique française & Éditions du Cerf.

Vivien Renée, [1904] 2007. « Le voile de Vashti », in La Dame à la louve. Paris, Gallimard, p. 87-93.

VAMPIRESSES par Caroline Dejoie

Collectif, 2019. Dracula et autres écrits vampiriques. Traduction d’Alain Morvan, Paris, Gallimard.

Cornu Camille (membre de RER Q Collectif d’autriX), 2018. « distance/mordre », « Baiser la littérature », GLAD!, n° 5 (mai). En ligne: https://journals.openedition.org/glad/1145#tocto1n2 (consulté le 29 novembre 2022).

Crowdagger Lizzie, 2014. Autobiographie transsexuelle (avec des vampires). Strasbourg, Dans nos histoires.

Exposition « Vampires, de Dracula à Buffy ». Cinémathèque, Paris, du 9 octobre 2019 au 19 janvier 2020.

Orléan Matthieu avec Tissot Florence, 2019. Vampires, catalogue d’exposition. Paris, Réunion des musées nationaux – Grand Palais.

@peegpin, 2022. Illustration digitale pour Florence + the Machine et Ethel Cain, Morning Elvis, live au Denver Ball Arena. En ligne: https://www.instagram.com/p/Cl8_DvErlrA/?igshid=YmMyMTA2M2Y= (consulté le 20 décembre 2022).

Tabouret Claire, 2019. Self-Portrait as a Vampire. Acrylique sur bois, 61 x 45,7 cm, courtesy of the artist and Almine Rech.

URSULA · URSULE DE COLOGNE par les Ursulalala

Maillet Clovis, 2020. Les genres fluides. De Jeanne d’Arc aux saintes trans. Paris, Arkhé.

Moulinié Laurence, 1992. « Elisabeth, Ursule et les onze mille vierges: un cas d’invention de reliques à Cologne au 12ème siècle », Médiévales, n° 22-23, p. 173-186.

Voragine Jacques de, [1261-1267] 2004. La légende dorée. Paris, Gallimard.

La chanson des Ursulalala dont le texte est restitué dans l’encyclopédie est disponible ici. Paroles et musique de Sophistick ; interprètes : les Ursulalala.

TRYPHINE, DERNIÈRE FEMME DE BARBE BLEUE par Mathilde Leïchlé

Bausch Pina/Tanztheater Wuppertal, 1977. Blaubart. Beim Anhören einer Tonbandaufnahme von Béla Bartóks Oper « Herzog Blaubarts Burg », danse.

Fièvre François, 2014. « Walter Crane lit Barbe bleue : amour, violence… et politique », Féeries, n° 11, p. 99-123.

France Anatole, [1909] 1975. Les Sept femmes de la Barbe-bleue et autres contes merveilleux. Paris, Librairie générale française.

Guez Lisa (écriture collective dirigée par, mise en scène de), 2019. Les Femmes de Barbe-Bleue, librement inspirée du conte « La Barbe-Bleue » de Charles Perrault [1697]. Juste avant la Compagnie, Paris, Lavoir Moderne Parisien.

La Maison Tellier, 2014. « Barbe Bleue ». Chanson, album Beauté partout. At(h)ome.

Mulvey Laura, 2019. « La boîte de Pandore : topographie de la curiosité », Fétichisme et curiosité. Paris, Brook, p. 142-162.

Perrault Charles, [1697] 2021. « La Barbe bleue », Contes de ma mère l’Oye. Paris, Garnier.

Pinkola Estés Clarissa, [1992] 2019. « Barbe-Bleue », Femmes qui courent avec les loups. Paris, Le Livre de Poche, p. 63-110.

Tatar Maria, Secrets Beyond the Door: The Story of Bluebeard and His Wives. Princeton / Oxford, Princeton University Press, 2006.

Velay-Vallantin Catherine, 1992. « Barbe Bleue, le dit, l’écrit, le représenté », Romantisme, n° 78: Le conte et l’image, p. 75-90.

SPHINGE par Cassandre Martigny

Bacon Francis, De Sapientia Veterum [1609], Collected Works of Francis Bacon. Volume VI, Part II, Literary works. Londres, Routledge : Thoemmes Press, 1996.

Eschyle, [467 av. J.-C.] 1997. Les Sept contre Thèbes. Traduction Paul Mazon. Paris, Les Belles Lettres.

Garreta Anne, Sphinx. Paris, Grasset, 1986.

Goudot Marie, 2001. « Rivages féminins en mythologie. L’inquiétant savoir des femmes », Études, vol. 394, n° 4, p. 521-532.

Kaplan E. Ann, 1979. « Avant-garde Feminist Cinema : Mulvey and Wollen’s Riddles of the Sphinx », Quarterly Review of Film Studies, vol. 4, n° 2, p. 135-144.

Mulvey Laura, Wollen Peter, 1977. Riddles of the Sphinx. Film, BFI Production Board.

Revol-Marzouk Lise, 2018. L’énigme aux origines: le sphinx dans l’Antiquité égyptienne, grecque et romaine. Paris, Classiques Garnier.

SORCIÈRES DES MERS par Marys Renné Hertiman

Allan Jon, 1998. « Dugongs and Mermaids, Selkies and Seals », Australian Folklore. A Yearly Journal of Folklore Studies, n° 13, p. 94-98.

Andersen Hans-Christian, [1837] 1970. La Petite Sirène [1837], Contes. Traduction de Pierre Georget la Chesnais, Paris, Garnier-Flammarion.

Broderick Shane, 2019. « The Ship Sinking Witch of Youghal », Ireland’s Folklore and Traditions. En ligne: https://irishfolklore.wordpress.com/2019/10/29/the-ship-sinking-witch-of-youghal (consulté le 21 décembre 2022).

Ehrenreich Barbara, English Deirdre, [1973] 2015. Sorcières, sages-femmes et infirmières. Une histoire des femmes soignantes. Traduction Louise Lame. Paris, Cambourakis.

Landis Michael, 2019. « The Little Mermaid Was Way More Subversive Than You Realized », The Smithsonian Magazine. En ligne :  https://www.smithsonianmag.com/arts-culture/little-mermaid-was-way-more-subversive-you-realized-180973464 (consulté le 21 décembre 2022).

SORCIÈRE par Caroline Dejoie, avec Claire Salles

Dejoie Caroline, 2019. « Les sorcières ne sont pas des femmes », performance, MPAA Bréguet (Paris), https://carolinedejoie.persona.co/Les-sorcieres-ne-sont-pas-des-femmes.

Dejoie Caroline, 2020. « Ana Mendieta : habiter l’entre-deux ». Les Jaseuses (4 février). En ligne: https://lesjaseuses.hypotheses.org/330 (consulté le 30 novembre 2022).

Ducellier Camille, 2010. Sorcières mes sœurs. Film, Le FRESNOY, Studio National des arts contemporains.

Ducellier Camille, 2021. Sorcière Lisa. Web série documentaire, FTV Slash. En ligne : https://www.france.tv/slash/sorciere-lisa/ (consulté le 12 décembre 2022).

Ducellier Camille, [2011] 2022. Le guide pratique du féminisme divinatoire. Paris, Cambourakis.

Leïchlé Mathilde, Dejoie Caroline, 2022. Radio COVEN. Podcast : https://www.youtube.com/watch?v=jQYGaQxqApY&list =PLjVC9bHdCly-fumlTnGsFwWI26KX5tTX7 (consulté le 30 novembre 2022).

Caroline Dejoie, avec Claire Salles, Cartographie de la sorcière, 2021, illustration digitale.

SOLDATES INCONNUES par Marys Renné Hertiman

Assemblée Nationale, 2020. « Commémoration de l’Armistice et centenaire du soldat inconnu ». En ligne : https://www.assemblee-nationale.fr/dyn/actualites-accueil-hub/commemoration-de-l-armistice-et-centenaire-du-soldat-inconnu (consulté le 14 novembre 2022).

Boutron Camille, 2019. Femmes en armes. Itinéraires de combattantes au Pérou (1980-2010). Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Tazreena Sajjad, 2004. « Women Guerillas: Marching Toward True Freedom? An Analysis of Women’s Experiences in the Frontlines of Guerilla Warfare and in the Post-War Period », Agenda: Empowering Women for Gender Equity, n° 59, p. 4–16.

Veillon Dominique & Levisse-Touzé Christine, 2015. « Des femmes engagées dans la Résistance », Luc Capdevilla & Patrick Harismendy (dir.), L’engagement et l’émancipation, Rennes, Presses Universitaires de Rennes. En ligne : http://books.openedition.org/pur/90549 (consulté le 6 décembre 2022).

SIRÈNES par Andrée Ospina et Caroline Dejoie

Andersen Hans-Christian, [1837] 1970. La Petite Sirène [1837], Contes. Traduction de Pierre Georget la Chesnais, Paris, Garnier-Flammarion.

Clements Ron, Musker John, 1989. The Little Mermaid. Film d’animation, Walt Disney Pictures.

Ducellier Camille, 2021. Sorcière Lisa. Web série documentaire, FTV Slash. En ligne : https://www.france.tv/slash/sorciere-lisa/ (consulté le 12 décembre 2022).

Eugenides Jeffrey, [2002] 2003. Middlesex. Traduction de Marc Cholodenko, Paris, L’Olivier.

Love Jessica, 2022, Julian est une sirène. Traduction de Sylvie Goyon, Paris, École des Loisirs.

Premuda Massimo, 2017. « Sirene Queer », exposition collective avec Fiore de Henriquez, Nika Furlani, Daria Tommasi, Zima Stanco & Nina Alexopoulou. Trieste, Double Room, du 12 janvier 2017 au 30 mars 2017.

Society of Fat Mermaids (collectif): https://societyoffatmermaids.com/ (consulté le 12 décembre 2022).

Caroline Dejoie, Gang, 2022, illustration digitale.

SÎMORGH : HABITER LES SEUILS par Marc Jahjah et Odonchimeg Davaadorj, avec Mathilde Leïchlé

Corbin Henry, 1999. Avicenne et le récit visionnaire. Paris, Verdier.

od-Dîn ‘Attâr Farîd, [1177] 2014. Le cantique des oiseaux. Traduction et introduction de Leili Anvar, Paris, Éditions Diane de Selliers.

Odonchimeg Davaadorj, Femme oiseau, 2017, dessin mural, environ 300 x 330 cm.

SIBYLLE par Claire Salles

Bouquet Monique & Morzadec Françoise (dir.), 2004. La Sibylle: parole et représentation. Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Lenormand (Madame), 1827. « Oracle dit de la Sibylle des Salons ». Jeu divinatoire, 52 lames.

Sibylesque – Shattering Stereotypes. Site collectif : https://sibylesque.com/ (consulté le 12 décembre 2022).

SERPENT par Maud Plantec Villeneuve et Oriane Plantec Villeneuve

Gilon Naomi, 2021. Charmeuse de serpents. Céramique, dimensions variables. Milan, Candy Snake Gallery.

Les Jaseuses, 2021. « Un certain phénomène de l’impostrice – Partage d’expériences sur notre arrivée dans le collectif ». Les Jaseuses (26 août). En ligne : https://lesjaseuses.hypotheses.org/3124 (consulté le 6 décembre 2022).

Orianne Plantec Villeneuve, Õ, huile sur toile, 60 x 73 cm.

SELKIES par Maud Plantec Villeneuve

Moore Tomm, 2014. The Song of the Sea/Le chant de la mer. Film d’animation, Universal Pictures.

Selkies / Nirina Rakotomavo, 2020. « Incantation». Chanson, album Incantation. En ligne : https://www.selkies-music.com/ (consulté le 12 décembre 2022).

Sharpe Christina, 2016. In the Wake. Durham, Duke University Press.

SEDNA, LA MÈRE DE LA MER par Syrielle Deplanque

Hansen Lana, 2009. Sila. Nuuk, Milik.

Laugrand Frédéric & Oosten Jarich, 2011. La femme de la mer. Sedna dans le chamanisme et l’art inuits de l’Arctique de l’Est. Montréal, Liber.

Swinton Nelda, 1980. The Inuit Sea Goddess/La déesse inuite de la mer. Catalogue d’exposition, Montréal, Musée des Beaux-Arts de Montréal.

SAPPHO par Camille Islert

Albert Nicole G., 2005. Saphisme et décadence dans Paris fin-de-siècle. Paris, La Martinière.

Dejean Joan, 1994. Sapho. Les fictions du désir (1546-1937). Paris, Hachette Supérieur.

Delarue-Mardrus Lucie, 1901. Occident. Liège/Paris, La Revue blanche.

Pougy Liane de, [1901] 1987. Idylle saphique. Paris, Des Femmes.

Reinach Théodore, 1911. « Pour mieux connaître Sappho », Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, n° 9, p. 718-734.

Ribeyrol Charlotte, 2009. « Filiations saphiques. De Swinburne à Virginia Woolf et H.D. », Études anglaises, vol. 62, n° 2, p. 205-221.

Scudéry Madeleine de, [1649] 2005. « Histoire de Sapho », Artamène ou le Grand Cyrus. Paris, Flammarion.

Scudéry (Madame de), [1654] 2006. Clélie, Histoire romaine. Paris, Gallimard, Folio Classique.

Staël Anne-Louise-Germaine de, [1861] 1967. Sapho, drame en cinq actes et en prose, Œuvres posthumes de Madame la Baronne de Staël-Holstein précédées d’une notice sur son caractère et des écrits. Genève, Slatkine Reprints.

Wilde Oscar, [1888] 1968. « English Poetesses », Queen, 8 décembre 1888, Literary Criticism of Oscar Wilde. Lincoln, University of Nebraska Press.

SABINA (OU SABINE) DE STEINBACH par Eva Belgherbi

Belgherbi Eva, 2021. « Réactivation et réappropriation de la légende strasbourgeoise de Sabine par les sculptrices du XIXe siècle, entre historiographie et féminisme », Les Jaseuses, colloque « Constellations créatrices: héritages et réseaux féminins/queer » (30 janvier). En ligne : https://youtu.be/jinitBNSZcU (consulté le 6 décembre 2022).

Belgherbi Eva, 2021. « Sculpture et littérature, quelques personnages de sculptrices fictives au XIXe siècle », Sculpture. Études sur la sculpture (XIXe-XXIe siècles). Mont-Saint-Aignan, Presses Universitaires de Rouen et du Havre, n° 7, p. 67-75.

Lamers de Vits Maria, 1905. Les femmes sculpteurs, graveurs, et leurs œuvres. Paris, Référendum Littéraire.

Recht Roland, 1970. « Le mythe romantique d’Erwin de Steinbach », L’information d’histoire de l’art, 15e année, n° 1 (janvier-février), p. 38-45.

ROSIE LA RIVETEUSE par Alice de Charentenay

Gunthert André, 2020. « “Rosie la riveteuse”, ou la force au féminin », L’Image Sociale (29 juillet). En ligne : https://imagesociale.fr/8790 (consulté le 9 décembre 2022).

Knowles Beyoncé, post Instagram, 22 juillet 2014. En ligne : https://www.instagram.com/p/qwWCsgPw7N/?igshid=YmMyMTA2M2Y= (consulté le 03 septembre 2021).

Miller John Howard, 1943. « We Can Do It ! », affiche, 43 x 56 cm.

Ourahmoune Nacima, 2020. « Rosie la Riveteuse, figure controversée de la lutte féministe », The Conversation (23 mars). En ligne: https://theconversation.com/rosie-la-riveteuse-figure-controversee-de-la-lutte-feministe-133543 (consulté le 9 décembre 2022).

Rockwell Norman,1943. Rosie the Riveter, couverture du Saturday Evening Post.

The Four Vagabonds, 1943. « Rosie the Riveter ». Chanson.

REINE DE LA NUIT par Inès Berlet

Collectif, 2006. L’Avant-scène opéra, n° 196: Mozart. La Flûte enchantée.

Masselis Juliette, 2016. «La flûte enchantée, franc-maçonnerie et prélude au féminisme », France Musique, (29 juin). En ligne : https://www.francemusique.fr/opera/la-flute-enchantee-franc-maconnerie-et-prelude-au-feminisme-338 (consulté 9 décembre 2022).

Opéra de Lille, 2019. « Dossier pédagogique. La Flûte enchantée ou le Chant de la Mère ». En ligne : https://www.finoreille.com/fichier/o_media/11031/media_fichier_fr_dossier.pedagogique_la.flute.enchantee.ou.le.chant.de.la.mere.pdf (consulté le 04 novembre 2021).

Q · POUR EN FINIR AVEC LES MYTHES SUR NOS CULS par Hélène Fromen

Acker Kathy, 1993. « Against Ordinary Language : The Language of the Body », Arthur & Marilouise Kroker (dir.), The Last Sex. Feminism and Outlaw Bodies. Montréal, New World Perspectives.

Fromen Hélène, 2021. Gender Trouble in the Life Room: How to Transform Life Drawing Into an Emancipatory Practice. Mémoire de Master of Fine Art, Paris College of Art.

Fromen Hélène, 2021. « Dessin, tendresse et radicalité », En marges, n° 7. En ligne : https://enmarges.fr/2021/12/15/dessin-tendresse-et-radicalite/ (consulté le 19/12/2022).

Grino Claire, 2012. « Interview avec Paul B. Preciado », Inter, n° 112 : SEXES à bras-le-corps, p. 23-29. En ligne : https://www.erudit.org/fr/revues/inter/2012-n112-inter0343/67681ac/ (consulté le 12 décembre 2022).

Site d’Hélène Fromen : www.helenefromen.com.

Hélène Fromen, Autoportrait, octobre 2021, dessin, 29,7 x 42 cm. D’après une photographie prise par Lucie Camous à l’atelier Modèle vivant·e.

PYTHIES par Adèle Cassigneul

Broad William, 2006. The Oracle. Ancient Delphi and the Science Behind Its Lost Secrets. New York, Penguin.

Carson Anne, 1995. « The Gender of Sound », Glass, Irony and God, New York, New Directions Books, p. 119-139.

Guillermo Jorge, 2013. Sibyls. Prophecy and Power in the Ancient World. New York, OverlookDuckworth.

Maurizio Lisa, 2020. « Time and Gender in Epic Guests and Delphic Oracles », Esther Eidinow & Lisa Maurizio (dir.), Narratives of Time and Gender in Antiquity. New York, Routledge, p. 89-104.

PHILOMÈLE ET PROCNÉ par Caroline Dejoie et Anna Levy

Dejoie Caroline & Toczek Patrycja, 2020. Petites oiselles de mauvais augure. Performance. Paris, MPAA Bréguet. En ligne : https://carolinedejoie.persona.co/Petites-oiselles-de-mauvais-augure (consulté le 6 décembre 2022).

Despentes Virginie, 1994. Baise-moi. Paris, Florent Massot.

Ovide, [8 ap. J.-C.] 2017. Les Métamorphoses. Traduction de Marie Cosnay, Paris, L’Ogre.

Caroline Dejoie et Patrycja Toczek, Petites oiselles de mauvais augure, 2020, performance, Le Générateur, Paris, Photographie de Bernard Bousquet.

PHÈDRE par Cassandre Martigny

Euripide, Hippolyte [428 av. J.-C.] 1956. Tragédies II. Traduction de Louis Méridier, Paris, Les Belles Lettres.

Fusini Nadia, 1990. La Luminosa. Genealogia di Fedra. Milan, Feltrinelli.

Garcia-Viño Manuel, 1983. El mito de Fedra (amor, libertad e culpa). Madrid, Fundación Universitaria Española.

Gély Véronique, 2009. Phèdre à la fin du XXe siècle : le désordre dans la cité, S. Parizet (dir.), Lectures politiques des mythes littéraires au XXe siècle. Nanterre, Presses universitaires de Paris Nanterre.

Le Salon des Dames, s.d . « Phèdre, ni pute, ni soumise ». En ligne : https://www.lesalondesdames.paris/fr/news/culture/phedre-ni-pute-ni-soumise (consulté le 12 décembre 2022).

Racine Jean, [1677] 2019. Phèdre. Paris, Flammarion.

Sénèque, Phèdre [1er siècle ap. J.-C.] 2008. Tragédies I. Traduction de François-Régis Chaumartin. Paris, Les Belles Lettres.

Tasnádi István, 2006. Phèdre 2005. Traduction de Kristina Rády. Montreuil-sous-Bois, Théâtrales.

Thévenet Lucie, 2002. Phèdre à Hippolyte. Scènes d’aveux antiques et contemporaines. Paris, Les Belles Lettres.

Tsvetaeva Marina, [1928] 1991. Phèdre. Traduction de Jean-Pierre Morel. Arles, Actes Sud.

Unamuno Miguel de., [1910] 1988. Fedra. La esfinge; La venda; Fedra: teatro. José Paulino Ayuso (éd.). Madrid, Castalia.

Yourcenar Marguerite, [1936] 1957. « Phèdre ou Le Désespoir », Feux. Paris, Plon, p. 7-17.

Zola Émile [1871] 2015. La Curée, Paris, Flammarion.

PETIT CHAPERON ROUGE (BAISE LE LOUP) par Caroline Dejoie

Frier Raphaëlle (autrice) et Dorche Victoria (illustratrice), 2021. La petite rouge courroux. Paris, Sarbacane.

Grimm Jacob et Wilhelm, [1812] 1947. « Le Petit Chaperon rouge », Les contes de l’enfance et du foyer. Traduction de P. Berlin, illustrations Zyg Brunner, Paris, Librairie Delagrave.

Macha Orlova, 2016. La folle histoire du chaperon rouge. Spectacle jeune public. Paris, Comédie Bastille, Compagnie Antre-nous.

Perrault Charles, [1697] 2021. « Le Petit Chaperon rouge », Contes de ma mère l’Oye. Paris, Garnier.

Smith Kiki, 2001. Lying With the Wolf. Encre et mine graphite sur papier, 192 x 223,5 cm, Paris, Centre Pompidou.

Smith Kiki, 2001. Rapture. Sculpture en bronze, 170,8 x 157,5 x 66 cm, New York, Pace Gallery.

Smith Kiki, 2001. Wearing the Skin. Encre et mine graphite sur papier, 160,7 x 208,3 cm, Paris/New York, collection privée, Galerie Lelong.

PERSÉPHONE par Isaline Dupond Jacquemart

Blind Mathilde, 1895. « The New Proserpine ». Songs of the Occident. Londres, Chatto & Windus. En ligne : https://webapp1.dlib.indiana.edu/vwwp/view?docId=VAB7026&chunk.id=d1e4225&brand=vwwp&doc.view=0&anchor.id=#VAB7026-075 (consulté le 20 novembre 2022).

Bodiou Lydie & Briand Michel, 2015. « Rapt, viol et mariage dans l’Antiquité gréco-romaine. L’exemple de Déméter et Korê », Dialogue, vol. 2, n° 208, p. 17-32.

Leïchlé Mathilde, 2019. « Brève histoire des images et imaginaires du viol au XIXe siècle », intervention dans le cadre de la journée d’étude « Désir, consentement, violences sexuelles dans la littérature du XIXe siècle » (17 juin). En ligne : https://malaises.hypotheses.org/1078 (consulté le 20 novembre 2022).

Isaline Dupond Jacquemart, Perséphone, “There lay the memory of hell”, 2022, tirage jet d’encre contrecollé sur Dibond, 50 x 50 cm.

PÉNÉLOPE par Maud Plantec Villeneuve

Ait-Touati Frédérique, 2019. « Récits de la terre », Critique, vol. 1, n° 860-861, p. 5-16.

Homère, [8e siècle av. J.-C.] 2012. Iliade. Texte établi et traduit par Paul Mazon. Paris, Les Belles Lettres.

Neimanis Astrida, 2017. Bodies of Water. Posthuman Feminist Phenomenology. Londres, Bloomsbury.

Rivers Solomon, 2020. Les Abysses. Traduction de Francis Guévremont, Bussy-Saint-Martin, Aux Forges de Vulcain.

PANDORE par lou dimay

Dasen Véronique, 2011. « Pauline Schmitt Pantel: Aithra et Pandora. Femmes, genre et cité dans la Grèce antique », Nouvelles Questions Féministes, vol. 30, n° 2: Amies, p. 115-117.

Granjon Evelyn, 2012. « La boîte de Pandore. Que reste-t-il de l’espérance ? », Le Divan familial, vol. 1, n° 28, p. 31-40.

Hésiode, [VIIIe siècle av. J.-C] 1928. Les Travaux et les Jours. Traduction de Paul Mazon. Paris, Les Belles Lettres.

Starhawk, [2003] 2019. Quel monde voulons-nous ? Traduction d’Isabelle Stengers. Paris, Cambourakis.

lou dimay, Pandore, 2020, linogravure imprimée sur toile (lin), 10 x 12 cm.

PAN par Léo Osmu

Le Guin Ursula K., 2015. « Deep in Admiration», « Element », « Arion», Late in the day. Oakland, PM Press.

Niogret Justice, 2009. Mordre le bouclier. Paris, Éditions Mnénos.

Novik Naomi, [2015] 2017. Déracinée. Paris, Pygmalion.

ONRYO, SAYONA ET AUTRES ESPRITS JUSTICIERS par Marys Renné Hertiman et Zoraida Pujade

Del Regno Stéphanie, 2018. Le livre des Dames blanches. Toulouse, La Vallée Heureuse.

Lagarde y de Los Rios Marcela, 2010. « Feminist Keys for Understanding Feminicide », Rosa Linda Fregoso & Cynthia Bejarano (dir.), Terrorizing Women. Feminicide in the Americas. Durham, Duke University Press, p. 11-26.

Onu Femmes France, 2019. « Féminicides : état des lieux de la situation dans le monde » (25 novembre). En ligne : https://www.onufemmes.fr/nos-actualites/2019/11/25/feminicides-etat-des-lieux-de-la-situation-dans-le-monde (consulté le 16 novembre 2022).

Zoraida Pujade, Sayona, 2021, dessin, 21 x 29 cm.

NÉFERTITI par Eugénie Bourlet et Sandrine Samii

Miano Léonora, 2020. Afropea. Paris, Grasset.

Monáe Janelle, 2013. « Q.U.E.E.N ». Chanson, album Electric Lady. Wondalands Art Society.

Morrison Toni, 1971. « What the Black Woman Thinks About Women’s Lib », New York Times (22 août). En ligne : https://www.nytimes.com/1971/08/22/archives/what-the-black-woman-thinks-about-womens-lib-the-black-woman-and.html (consulté le 17 décembre 2022).

MUSES par Eugénie Bourlet

Fraisse Geneviève, 2019. La Suite de l’histoire. Paris, Seuil.

Johnson Joyce, [1984] 2016. Personnages secondaires. Traduction de Brice Matthieussent. Paris, Cambourakis.

Kaplan Nelly, 2008. « Les muses inspirent mais ne respirent pas. Je n’ai jamais été une muse », Jeux d’archives, France Culture (5 juillet). En ligne : https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/jeux-d-archives-07-08/nelly-kaplan-les-muses-inspirent-mais-ne-respirent-pas-je-n-ai-jamais-ete-une-muse-4141427 (consulté le 14 décembre 2022).

McNulty Callisto, 2018. Carole et Delphine, Insoumuses. Film documentaire, Les Films de la Butte/ArteFrance.

MORGANE, FÉES ET SORCIÈRES ARTHURIENNES EN AVALON par Manon Berthier et Féline Barre

Berthier Manon, 2022. « Retour à Avalon : les affinités littéraires de la déesse », Itinéraires. Littérature, textes, cultures, 2021-1 | 2022 : Écoféminismes : récits, pratiques militantes, savoirs situés. En ligne : https://journals.openedition.org/itineraires/10285 (consulté le 6 décembre 2022).

Hebert Jill M., 2013. Morgan le Fay, Shapeshifter. New York, Palgrave Macmillan.

Monmouth Geoffroy de, [1149] 2013. Merlin – La vie de Merlin suivie des Prophéties de Merlin [Vita Merlini]. Traduction et présentation de Nathalie Desgrugillers. Clermont-Ferrand, Éditions Paleo.

Paton Lucy Allen, [1903] 1960. Studies in the Fairy Mythology of Arthurian Romance. New York, Burt Franklin.

Féline Barre, tatouage, 2019, photographié par Isaline Dupond Jacquemart.

Féline Barre, tatouage, 2019, photographié par Isaline Dupond Jacquemart.

MÈRE CORBEAU par Marys Renné Hertiman et Elena Moaty

Andersen Hans Christian, [1859] 2005. « Ann Lisbeth », Contes et histoires. Traduction de Marc Auchet. Paris, Le Livre de Poche.

Auchet Marc, 2005. Andersen et son temps. Paris, Le Livre de Poche.

Hertiman Marys Renné, 2019. « L’être-sans. Socialité du discours misérabiliste dans les contes d’Andersen », Signes, Discours et Société, n° 20 : Dynamiques discursives de la vulnérabilité. En ligne : http://revue-signes.gsu.edu.tr/article/-LrY-LKRbpfGGoIRs51T (consulté le 9 décembre 2022).

Elena Moaty, Sans titre, 2020, stylo et crayons de couleurs sur papier, 21 x 29,7 cm.

MÉLUSINE par Mathilde Leïchlé

Arras Jean d’, [1393] 2003. Mélusine ou la noble histoire de Lusignan. Traduction, présentation et notes de Jean-Jacques Vincensini. Paris, Le Livre de Poche.

Arras Jean d’, [1393] 1991. Le roman de Mélusine ou L’histoire des Lusignan, mis en français moderne par Perret Michèle. Paris, Stock.

Calmel Mireille, 2008. Le chant des sorcières. Paris, XO.

Calmel Mireille, 2009. La reine de Lumière. Paris, XO.

Coudrette [1401] 1993. Le Roman de Mélusine. Texte présenté, traduction et commentaire de Laurence Harf-Lancner. Paris, Flammarion.

#CulturePrime, 2019. Mélusine, une fée féministe. Vidéo (10 décembre). En ligne : https://youtu.be/jwfVZIPFpMg (consulté le 9 décembre 2022).

Dontenville Henri, 1950. « La serpente Mélusine », Les dits et récits de mythologie française. Paris, Payot, p. 172-186.

Meyerof Léonie, [1907] 1999. « La vengeance de Mélusine », Bréviaire féminin pour les heures misanthropes. Texte cité dans Thüring de Ringoltingen, Mélusine et autres récits, présentés. Traduction de Claude Lecouteux. Paris, Champion.

Necker Éric, Pavlevski-Malingre Joanna, Pieau Cécile, Rionnet Florence & Vieille Karine (dir.), 2019. Mélusine, secrets d’une fée. Catalogue d’exposition. Milan, Silvana.

Pavlevski-Malingre Joanna, 2017. Melusigne, Merlusine, Melusina : fortunes politiques d’une figure mythique du Moyen Âge au XXIe siècle. Thèse de littérature médiévale sous la direction de Christine Ferlampin-Acher, Université Rennes 2.

MÉDUSE GORGONE par Chloé Pretesacque et Élisa Boisseau

Caeymaex Florence, Despret Vinciane, Pieron Julien, 2016. « Le Rire de Méduse. Entretien avec Donna Haraway », Habiter le trouble avec Donna Haraway. Bellevaux, Éditions Dehors, p. 61-89.

Cixous Hélène, 1975. Le Rire de la Méduse, Éd. Galilée, Paris.

Ghys Clément, 2020. « A New York, une représentation de Méduse et Persée fait polémique », Le Monde (23 octobre). En ligne : https://www.lemonde.fr/m-le-mag/article/2020/10/23/a-new-york-une-representation-de-meduse-et-persee-fait-polemique_6057140_4500055.html.

Nachman/Dykewomon Elana, Vera Laura K., 1976. They Will Know Me By My Teeth : Stories and Poems of Lesbian Struggle, Celebration, and Survival. Northhampton, Megaera Press.

Wilner Eleanor, 1993. « The Medusa Connection », TriQuarterly, n° 88, p. 104-132.

Wittig Monique, Zeig Sande, 1976. Brouillon pour un dictionnaire des amantes, Paris, Grasset.

Elisa Boisseau, Chacun de mes doigts dans chacune de tes bouches, 2021, encre de chine sur papier, 16,5 x 14 cm.

MÉDÉE par Anna Levy

Corneille, [1635] 1980. Médée. Théâtre II. Paris, GF-Flammarion.

Tsikounas Myriam, 2008. Éternelles coupables. Les femmes criminelles de l’Antiquité à nos jours. Paris, Autrement.

Vassiliev Anatoli, 2017. Médée Matériau, d’après Heiner Müller [1991]. Paris, Théâtre des Bouffes du Nord.

MARIE MADELEINE par Mathilde Leïchlé

Anonyme [s.d.], 2000. L’Évangile de Marie. Myriam de Magdala. Traduction de Jean-Yves Leloup. Paris, Albin Michel.

Apostolos-Cappadona Diane, 2002. In Search of Mary Magdalene : Images and Traditions. Catalogue d’exposition. New York, N.Y., American Bible Society.

Boer Esther A. de, 1997. The Mary Magdalene Cover-Up. The Sources Behind the Myth. Traduction de John Bowden, Londres, Bloomsbury.

Boer Esther A. de, 2004. The Gospel of Mary : Beyond a Gnostic and a Biblical Mary Magdalene. Londres, Bloomsbury Publishing Plc.

Brown Dan, [2003] 2004. Da Vinci Code. Traduction de Daniel Roche, Paris, Jean-Claude Lattès.

Burnet Régis, 2008. Marie-Madeleine. De la pécheresse repentie à l’épouse de Jésus: histoire de la réception d’une figure biblique. Paris, Le Cerf.

Byatt Antonia [1990] 1993. Possession, Paris, Flammarion.

Davis Garth, 2018. Mary Magdalene. Film, See-Saw Films, Film4 Productions, Porchlight Films, Focus Features, FilmNation Entertainment.

Fedele Anna, 2013. Looking for Mary Magdalene : Alternative Pilgrimage and Ritual Creativity at Catholic Shrines in France. Oxford / New York, Oxford University Press.

Graham Brock Ann, 2003. Mary Magdalene, The First Apostle: The Struggle for Authority. Harvard, Harvard Theological Studies.

Haskins Susan, 1993. Mary Magdalen : Myth and Metaphor. Londres, Harper Collins.

Leïchlé Mathilde, 2016. La représentation de Marie Madeleine en peinture au Salon sous le Second Empire. Mémoire d’histoire de l’art sous la direction d’Alice Thomine-Berrada, Isolde Pludermacher et Emmanuelle Amiot-Saulnier. Paris, École du Louvre.

Leïchlé Mathilde, 2018. Marie Madeleine, sainte ou pécheresse ? Une dialectique fin-de-siècle. Représentations en peinture et sculpture de 1871 à 1907 en France. Mémoire d’histoire de l’art sous la direction de Claire Barbillon et Isabelle Saint-Martin. Paris, École du Louvre.

Leïchlé Mathilde, 2018. « Saint and Sinner: Perspectives on Mary Magdalene ». Exposition virtuelle. Wellesley College-Davis Museum. En ligne : https://www.wellesley.edu/davismuseum/whats-on/Virtual_platform/mary_magdalene (consulté le 12 décembre 2022).

Leïchlé Mathilde, 2022. « Pouvoir divins de l’amour : deuil, résurrection et extases de Marie Madeleine dans les représentations du second XIXe siècle » Brossillon Céline et Prince Nathalie (dir.), L’Amour des Morts : Love with Ghosts, Vampires and Other Dead(ly) Beings in the 19th Century, French Forum, 47.1, p. 139-153.

Schaberg Jane, [2002] 2004. The Resurrection of Mary Magdalene. New York, Continuum.

Smith Kiki, 1994. Mary Magdalene. Sculpture en bronze et acier, 152,4 x 52,1 x 54,6 cm, Courtesy Pace Gallery, New York.

Wijnia Lieke (dir.), 2021. Mary Magdalene: Chief Witness, Sinner, Feminist. Catalogue d’exposition. Zwolle, Waanders Uitgevers.

MARÍA LIONZA par Marys Renné Hertiman et Barbara Hertiman

Canals i Vilageliu Roger, 2017. A Goddess in Motion. Visual Creativity in the Cult of María Lionza. New York, Berghahn Books.

Banhart Devendra, 2009. « Maria Lionza ». Chanson, album Who Would We Be. Warner Bros Records.

Barretto Daisy J., 1989. « Perspectiva histórica del mito y culto a María Lionza », Boletín americanista. Revistas científicas de la Universitat de Barcelona (RCUB), n° 39-40, p. 9-26.

Luis Gaitán, 2006. María Lionza. Film, RCTV International.

Barbara Hertiman, María Lionza, déesse écoféministe, 2021, illustration digitale.

MANMAN DLO, FORCE DE LA NATURE ET PROTECTRICE par Sandrine Samii

Chamoiseau Patrick, 1982. Manman Dlo contre la fée Carabosse. Théâtre conté. Paris, Éditions Caribéennes.

Niogret Réjane & Poslaniec Christian (auteurices), Poirot-Chérif Sandra (illustratrice), 2019. Ti tambour rouge et Manman Dlo. Contes et poèmes des Caraïbes. Montreuil, Le Temps des Cerises.

Rivers Solomon, 2020. Les Abysses. Bussy-Saint-Martin, Aux Forges de Vulcain.

LYSISTRATA par Suzel Meyer

Aristophane, [-411] 2021. Lysistrata. Traduction de Laetitia Bianchi et Raphaël Metz, Paris, Arléa.

Blume Kathryn et Bower Sharron, 2003. Lysistrata Project: A Theatrical Act of Dissent. Performance mondiale.

Greer Germaine et Willmott Phil, [1972] 2000. Lysistrata: The Sex Strike. After Aristophanes. Londres, Aurora Metro Press.

Montéhus, Les amis d’ta femme, 2005. « La grève des mères ». Chanson, album Noir…et rouge aussi un peu, Décibel Prod.

OVIDIE, La chair est triste hélas, Paris, Julliard, 2023.

Stuttard David (dir.), 2011. Looking at Lysistrata. Eight Essays and a New Version of Aristophanes’ Provocative Comedy. Londres, Bloomsbury Academic.

Woolf Virginia, [1921] 2018. « Une société », Rêves de femmes. Six nouvelles. Traduction de Michèle Rivoire, Paris, Gallimard.

Woolf Virginia, [1938] 2012. Trois guinées. Préface et traduction de Léa Gauthier. Paris, BlackJack Editions.

Woolf Virginia, 1934. « Why? », Lysistrata, Oxford.

LOUP-GAROU par Caroline Dejoie

Fawcett John, 2000. Ginger Snaps. Film, Motion International.

Parker Jack (Taous Merakchi), 2017. Le grand mystère des règles. Paris, Flammarion.

Shakira, 2009. « She Wolf ». Chanson, album She Wolf. Epic Records.

LOLITA par Maud Cazaux, avec Mathilde Leïchlé et Caroline Dejoie

Collectif, 2014. Apprendre le consentement en trois semaines. Fanzine. En ligne : https://infokiosques.net/spip.php?article1121 (consulté le 23 mars 2023).

Kubrick Stanley, 1962. Lolita. Film, Metro-Goldwyn-Mayer.

Laboratoire Corps, Genre, Arts (Association EFiGiES), 2020. « L’amour et la violence ». Exposition collective, Paris, MPAA Bréguet. En ligne: https://cga.hypotheses.org/246 (consulté le 9 décembre 2022).

Mokiejewski Olivia, 2021. « Lolita » méprise sur un fantasme. Film documentaire, Arte, TV Presse Productions.

Nabokov Vladimir, [1955] 2005. Lolita. Paris, Gallimard.

Sokhna Fall, 2014. « Humbert et Lolita : l’autre comme proie », René Frydman, L’Autre, le semblable, le différent. Paris, PUF, p. 73-80.

Springola Vanessa, 2020. Le consentement. Paris, Grasset.

Tison Christophe, 2019. Journal de L. Paris, Goutte d’or.

Maud Cazaux, Lolita (bride-bavarde), 2019-2020, série “Lolita-Sans nom”, graphite sur papier, 60 x 80 cm.

Maud Cazaux, Sans nom (portraits), 2019-2020, série “Lolita-Sans nom”, graphite sur papier, 60 x 80 cm.

LILITH par Camille Islert

Auraix-Jonchière Pascale, 2011. Lilith, avatars et métamorphoses d’un mythe entre romantisme et décadence. Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal.

Belloy Auguste de, [1855] 2018. « Lilith », Légendes fleuries. Paris, Hachette/BNF.

Champsaur Félicien, 1900. Lulu, roman clownesque. Paris, Eugène Fasquelle.

Chardourne Marc, 1937. Dieu créa d’abord Lilith. Paris, La Palatine.

France Anatole, [1889] 1928. « La fille de Lilith », Balthasar. Paris, Calmann-Lévy.

Gourmont René de, 1892. Lilith, Paris, Presses des Essais d’art libre.

Haddad Joumana, [2007] 2011. Le retour de Lilith. Arles, Actes Sud.

Hugo Victor, [1886] 2012. La fin de Satan. Paris, Gallimard, Folio Classique.

Huysmans Joris-Karl, [1891] 1985. Là-bas. Paris, Gallimard, Folio Classique.

Lorrain Jean, 1897. « Lilith », L’Ombre ardente, Paris, Eugène Fasquelle.

Richepin Jean, [1921] 1996. Le coin des fous : histoires horribles. Paris, Séguier.

Rossetti Dante Gabriel, 1866. Lady Lilith. Huile sur toile, 96,5 × 85,1 cm, Delaware Art Museum, Wilmington.

Villiers de l’Isle-Adam, [1886] 1993. L’Eve future. Paris, Gallimard, Folio Classique.

Vivien Renée, [1903] 2009. « Lilith », Du vert au violet. Houilles, Le Livre Unique.

KARABA par Marie Penicaut, Élise Huchet et Obroni

Desnoyers Adéola, 2021. « Karaba : femme, sorcière et symbole féministe ? », Urbania. En ligne: https://urbania.fr/article/karaba-femme-sorciere-et-symbole-feministe (consulté le 12 décembre 2022).

Lanone Catherine, 2017. « Michel Ocelot, ou l’enfant, la conteuse et le cri », Cycnos, n° 33 : Voyage vers la parole. L’enfant, les sens, l’acquisition du Langage. Nice, Université Côte d’Azur, p. 237-249.

Sabbah Blanche (@lanuitremueparis), 2022. Mythes et meufs. Paris, Dargaud, p. 23-27.

Obroni, Case départ, 2021, linogravure sur papier, 25 x 20 cm.

KALI · काली par Lise Desceul

McDermott Rachel, 2003. Encountering Kali: In the Margins, at the Center, in the West. Berkeley, University of California Press Books.

Mohanty Seema & Pattanaik Devdutt, 2009. Book of Kali. New Delhi, India Penguin.

Mookerjee Ajit, 1988. Kali: The Feminine Force. New York, Destiny Books.

Dorlin Elsa, 2017. Se défendre. Une philosophie de la violence. Paris, La Découverte.
Gentileschi Artemisia, 1612. Judith décapitant Holopherne. Huile sur toile, 158,8 × 125,5 cm. Naples, musée de Capodimonte.
Klimt Gustav, 1901. Judith et Holopherne. Huile sur toile et placage or, 84 × 42 cm. Vienne, Österreichische Galerie Belvedere.

Isaline Dupond Jacquemart, Moi, Judith, 2022, tirage jet d’encre contrecollé sur Dibond, 50 x 50 cm.

JOCASTE par Cassandre Martigny

Anonyme, 2008. Le Roman de Thèbes. Traduction, présentation et notes d’Aimé Petit, Paris, Champion.

Comte Francine 1991. Jocaste délivrée : maternité et représentation des rôles sexuels. Paris, La Découverte.

Cixous Hélène, 1978. Le Nom d’Œdipe, chant du corps interdit. Paris, Des femmes.

Delcourt Marie, 1981. Œdipe ou la légende du conquérant. Paris, Les Belles Lettres.

Dolce Lodovico, 1566. Giocasta. Venezia, appresso Domenico Farri.

France Anatole, [1878] 1984. « Jocaste », Œuvres complètes I. Édition établie, présentée et annotée par Marie-Claire Bancquart. Paris, Gallimard, p. 3-78.

Gascoigne George, Kinwelmershe Francis [1566] 2000. JocastaA Hundreth Sundrie Flowres George Gascoigne. G.W. Pigman (éd.). Oxford, Clarendon Press.

Harpman Jacqueline, 2006. Mes Œdipe, Bruxelles, Le Grand Miroir.

Haynes Natalie, 2018. The Children of Jocasta. Londres, Picador.

Huston Nancy, 2009. Jocaste reine. Arles, Actes Sud.

Loraux Nicole, 1986. « L’empreinte de Jocaste », L’Écrit du temps n°12, p. 35-54.

Martigny Cassandre, en préparation depuis 2020. Devenir Jocaste : naissances et renaissances du personnage de l’Antiquité à nos jours. Thèse de littérature comparée sous la direction de Véronique Gély et de Marie-Pierre Noël, Sorbonne Université. Carnet de thèse : https://mythejocaste.hypotheses.org/107.

Martigny Cassandre, 2022. « Relire pour nous relier: voix, chants et contrechants dans les réélaborations féminines du mythe de Jocaste », Aurore Turbiau, Mathilde Leïchlé, Camille Islert, Marys Renné Hertiman, Vicky Gauthier (dir.), GLAD!, n° 12 : Constellations créatrices. En ligne: http://journals.openedition.org/glad/4275 (consulté le 16 décembre 2022).

Olivier Christiane, 1980. Les Enfants de Jocaste. Paris, Denoël.

Pontaut Alain, 1983. Madame Jocaste. Montréal, Leméac.

Sénèque, [1er siècle ap. J.-C.] 2018. Œdipe. Traduction de Blandine Le Callet, Paris, Gallimard.

Skittecate Lucie-Anne, 1998. Les Silences de Jocaste : essai sur l’inconscient féminin. Paris, Imago.

Skittecate Lucie-Anne, 2004. Crie, Jocaste, crie. Nice, Bénévent.

France Anatole, |1878] 1984. « Jocaste », Œuvres complètes I. Édition établie, présentée et annotée par Marie-Claire Bancquart, Paris, Gallimard, p. 3-78.

Maupassant Guy de, [1883] 1974, « M. Jocaste », Contes et nouvelles I. Texte établi et annoté par Louis Forestier, Paris, Gallimard, p. 717-721.

Racine Jean, [1664] 2010. La Thébaïde ou Les frères ennemis. Paris, Gallimard, Folio Théâtre.

Voussaris Athanase, 2002. « Jocaste », Pierre Brunel (dir.), Dictionnaire des mythes féminins. Monaco, Éditions du Rocher, p. 1059-1070.

JEANNE D’ARC par Elisabeth Ropartz

Feinberg Leslie, 1997. Transgender Warriors: Making History From Joan of Arc to Dennis Rodman. Boston, Beacon Press.

Lafitte Pierre (dir.) 1918. « On fête aujourd’hui Jeanne d’Arc dans toute la France », Excelsior : journal illustré quotidien (12 mai). Paris.

Maillet Clovis, 2020. Les genres fluides. De Jeanne d’Arc aux saintes trans. Paris, Arkhê.

Warner Marina, 1983. Joan of Arc. The Image of Female Heroism. Londres, Penguin.

LES JASEUSES par des Jaseuses

Les Jaseuses (2022). « Les Jaseuses : Collectif de chercheur·e·s féministes. Faire de la recherche une constellation critique, autoréflexive et sororale. » Nouvelles Questions Féministes, vol. 41, p. 202-206. En ligne : https://doi.org/10.3917/nqf.411.0202 (consulté le 23 mars 2023)

Rochedereux Évelyne, 1974. « Les belles histoires de la Ghena Goudou », Les Temps modernes, n° 333-334, « Les femmes s’entêtent ». p.  2051-2065.

Wittig Monique, [1985] 2022. Le voyage sans fin. Préface de Wendy Delorme. Paris, L’Imaginaire.

Wittig Monique, [2001] 2007. La pensée straight. Paris, Amsterdam.

ISMÈNE par Cécile Neeser Hever

Engelstein Stefani, 2011. « Sibling Logic; or, Antigone Again », PMLA, vol. 126, n° 1, pp. 38-54.

Honig Bonnie, 2011. « Ismene’s Forced Choice. Sacrifice And Sorority in Sophocles’ Antigone », Arethusa, n° 44, p. 29-68.

Kirkpatrick Jennet, 2011. « The Prudent Dissident: Unheroic Resistance in Sophocle’s Antigone », The Review of Politics, vol. 73, n°3, p. 401-424.

Neeser Hever Cécile, 2022. « Caring (about) Ismene : (r)écriture et care », Alexandre Gefen & Andrea Oberhuber (dir.), Pour une littérature du care. Souci de l’autre, souci de soi et création. Fabula / Les colloques.

Rawlinson Mary C., 2014. « Beyond Antigone. Ismene, Gender, and the Right to Life », Tina Chanter & Sean D. Kirkland (dir.), The Returns of Antigone. Interdisciplinary Essays. Albany, State University of New York Press, p. 101-121.

Steiner George, [1984] 1986. Les Antigones. Traduction de Philippe Blanchard, Paris, Gallimard. En particulier les p. 160-167, consacrées à Ismène.

Vekemans Lot, [2005] 2010. Sœur de [Zus van]. Traduction d’Alain Van Crugten, Saint-Gély-du-Fesc, Éditions espaces 34.

Wintterlin Lea, 2019. Antigones Schwester, poetin literaturmagazin, n° 27, Andreas Heidtmann (éd.). Traduction anglaise de Cristina Burack, No man’s land, 2020. En ligne : https://www.no-mans-land.org/article/antigones-sister/.

IEMANJA par Marys Renné Hertiman et Claire Salles

Boudet Isabelle & Aubrée Marion, 2009. Iemanjá, la sirène aux étoiles. Paris, Larousse.

Cherques Camille, 2021. Podcast Iemanja. Le podcast qui explore la place des femmes engagées pour l’Océan.

Oliveira Kiusam de, 2009. « Iemanjá e o poder da criação do mundo », Omo-Oba, Histórias de princesas. Belo Horizonte, Mazza Edições.

HYPATHIE par Justine Muller

Cameron Alan, 2015. « Hypatia : Life, Death, and Works », Wandering Poets and Other Essays on Late Greek Literature and Philosophy. Oxford, Oxford University Press.

Duras Marguerite, Gauthier Xavière, 1974. Les Parleuses. Paris, Éditions de Minuit.

Dzielska Marie, 2020. Hypatie d’Alexandrie. Traduction de Dominique Taffin et Collectif des femmes, Paris, des femmes-Antoinette Fouque.

Le Doeuff Michèle, 2000. Le sexe du savoir. Paris, Flammarion.

HEVA ET SARLAVE par Mathilde Lebon

Kamaty Maya, 2019. « Diampar 2.0 ». Chanson, album Pandiyé. Ginger Sounds/L’Autre Distribution. Concert live @WOMEW 19, Tempere, Finlande :​​ https://www.youtube.com/watch?v=KUOthYDe3us (consulté le 23 mars 2023).

Le Guin Ursula, [2016] 2021. Aux douze vents du monde. Traduction de Pierre-Paul Durastanti. Paris, Le Livre de Poche.

Vaxelaire Daniel, 2014. Chasseurs de Noirs. Saint-Denis de La Réunion, Orphie.

HÉLÈNE DE TROIE par Claire Salles

Atwood Margaret, [1939] 1995. « Helen of Troy Does Countertop Dancing », Morning in the burned house. Londres, Virago, p. 33-36.

Blondell Ruby, 1996. Helen of Troy : Beauty, Myth, Devastation. Oxford, Oxford University Press, 2013.

Ziga Itziar, 2020. Devenir chienne. Traduction de Diane Moquet et Camille Masy. Paris, Cambourakis.

GALATÉE par Vicky Gauthier, Cassandre Martigny et Caroline Dejoie

Balzac Honoré de, [1831] 2008. Le chef d’œuvre inconnu. Paris, Flammarion.

Brey Iris, 2020. Le regard féminin. Paris, L’Olivier.

Cukor George, 1964. My Fair Lady. Film, Warner Bros.

Guy Alice, 1906. Madame a des envies. Film, Gaumont.

Kleiser Randal, 1978. Grease. Film, Paramount Pictures.

Miller Madeline, [2013] 2022. Galatea. Londres, Bloomsbury.

Perry Edith, 2014. « Lady L. et Pygmalion », Loxias, vol. 44 (2 mars). En ligne : http://revel.unice.fr/loxias/index.html?id=7707 (consulté le 20 décembre 2022).

Rachilde, [1884] 2022. Monsieur Vénus, roman matérialiste. Paris, Gallimard.

Rivette Jacques, 1991. La Belle Noiseuse. Film, Pierre Grise Productions.

Shaw George Bernard, 1914. Pygmalion. Londres, Her Majesty’s Theatre.

Shelley Mary, [1818] 2019. Frankenstein. Traduction de Joe Ceurvorst, Paris, Librairie générale française.

Zola Émile, [1886] 1974. L’Oeuvre, Paris, Flammarion.

Caroline Dejoie, Sandy en Galatée, 2022, illustration digitale.

FURIES · ÉRYNIES par Suzel Meyer

Ahmed Sara, 2017. Living a Feminist Life. Durham, Duke University Press.

Alderman Naomi, [2016] 2018. Le Pouvoir. Traduction de Barbaste Christine. Paris, Calmann-Lévy.

Atwood Margaret, 2022. L’Odyssée de Pénélope. Traduction de Lori Saint-Martin. Paris, Robert Laffont.

Atwood Margaret, Ali Smith, Emma Donoghue, Kirsty Logan, Chibundu Onuzo, Caroline O’Donoghue, Linda Grant, Susie Boyt, Stella Duffy, Kamila Shamsie, 2023. Furies: Stories of the Wicked, Wild and Untamed. Londres, Virago Press.

Burnier Marcia, 2020. Les Orageuses. Paris, Cambourakis.

Eschyle, [- 458] 1961. Agamemnon, Les Choéphores, Les Euménides. Texte établi et traduit par Paul Mazon. Paris, Les Belles Lettres.

Fennell Emerald, 2020. Promising Young Woman. Film, Nation Entertainment, LuckyChap Entertainment.

The Furies Collective, 1972-1973. The Furies: Lesbian/Feminist Monthly. Etats-Unis, Washington DC.

Gabriel Katherine Anne, 2016. « Performing Femininity : Gender in Ancient Greek Myth », Senior Projects Spring, Bard College. En ligne : https://digitalcommons.bard.edu/senproj_s2016/259 (consulté le 19 décembre 2022).

Gaiman Neil, [1994] 2008. Les Bienveillantes. Sandman, tome 9. Paris, Panini.

King Emma, 2016. « How the Furies Got Their Fury Back : Remythologizing the Matriarchy in Neil Gaiman’s The Sandman », Hapax Legomenon, « The Classical in Art and Literature », Swarthmore College.

Lafon Lola, 2014. Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s’annonce. Arles, Actes Sud.

Lafon Lola, 2017. Mercy Mary Patty. Arles, Actes Sud.

Mey Louise, 2016. Les Ravagées. Paris, Fleuve.

Rochefort Christiane, [1971] 2021. Définition de l’opprimé. Nantes, Les vilains. En ligne : https://www.editionslesvilains.fr/livres/christianerochefortdefinitiondelopprimee-texteintegral (consulté le 22 décembre 2022).

Shuttleworth Ashley, 2021. A Dark and Hollow Star. New York, Simon Pulse.

Solanas Valerie, [1967] 2021. SCUM Manifesto. Traduction Emmanuelle de Lesseps. Paris, Gallimard.

Walker Sarai, [2015] 2017. (In)visible [Dietland]. Paris, Gallimard.

Zahavi Helen, [1991] 2022. Dirty Weekend. Traduction Jean Esch. Paris, Libretto.

FREYJA ET HYNDLA par Marys Renné Hertiman

Anonyme, 1936. Hyndluljoth. The Poem of Hyndla. Traduction d’Henry A. Bellows. En ligne : https://www.sacred-texts.com/neu/poe/poe15.htm (consulté le 6 décembre 2022).

Acker Paul & Larrington Carolyne, 2002. The Poetic Edda : Essays on Old Norse Mythology. New York/Londres, Routledge.

Boyer Régis, 1986. Le monde du double. La magie chez les anciens Scandinaves. Paris, Berg International, « L’Île Verte ».

FIFI BRINDACIER par Sophie Benard

Aventin Christine, 2021. FeminiSpunk. Le monde est notre terrain de jeu. Paris, La Découverte.

Heldner Christina, 1992. « Une anarchiste en camisole de force. Fifi Brindacier ou la métamorphose française de Pippi Langstrump », La revue des livres pour enfants, n° 145, p. 65-71.

Söderberg Eva, 2011. « Fifi Brindacier, un héros féminin intemporel et trangénérationnel ? »,  Loïse Bilat & Gianni Haver (dir.), Le héros était une femme… Le genre de l’aventure. Traduction de Loïse Bilat, Lausanne, Antipodes, p. 65-79.

Lindgren Astrid [1945] 2007. Fifi Brindacier. Traduction d’Alain Gnaedig, Paris, Hachette.

FÉE par Walri

Alpheratz, 2018. Grammaire du français inclusif. Châteauroux, Vent solars.

Lecerf Maulpoix Cy, 2021. Écologies déviantes. Voyage en terres queers. Paris, Cambourakis.

FÉE DU LOGIS par Maud Plantec Villeneuve

Barbe Sylvie, 2013. Vivre en yourte. Gap, Yves Michel.

Federici Sylvia, [1975-2017] 2019. Le capitalisme patriarcal. Paris, La Fabrique.

Femmes de boue. Collectif en lutte pour la réappropriation féministe des savoirs de la construction écologique. En ligne: https://nydiasolis.blogspot.com/p/femmes-de-boue-collectif-de-travail.html (consulté le 16 décembre 2022).

EUGÈN·I·E, SAINT·E ET TRANS par Clovis Maillet

Gutt Blake & Spencer-Hall Alicia, 2021. Trans and Genderqueer Subjects in Medieval Hagiography. Amsterdam, Amsterdam University Press.

Maillet Clovis, 2020. Les genres fluides, de Jeanne d’Arc aux saintes trans. Paris, Arkhê.

Mills Robert, 2018. « Visibly Trans? Picturing Saint Eugenia in Medieval Art », Transgender Studies Quarterly, vol. 5, n° 4, p. 540-564.

DIBUTADE · ARTISTE FEMME par Mathilde Leïchlé

Bourges Gaëlle, 2021. (La bande à) Laura. Sociation Os.

Chadwick Whitney, [1990] 2012. Women, Art and Society. Londres, Thames & Hudson.

Frontisi-Ducroux Françoise, 2007. « “La fille de Dibutade”, ou l’inventrice inventée », Cahiers du Genre, vol. 2, n° 43 : Genre, féminisme et valeur de l’art, p. 133-151.

Gentileschi Artemisia, 1638-1639. Autoportrait en allégorie de la peinture. Huile sur toile, 98,6 × 75,2 cm, Londres, château de Windsor.

Guerilla Girls, 1989. Do Women Have To Be Naked To Get Into the Met. Museum? Lithographie, 27,9 × 71,1 cm.

Kauffmann Angelica, 1778. Zeuxis choisissant des modèles pour sa peinture d’Hélène de Troie. Huile sur toile, 78,1 x 109,2 cm, Providence, Brown University Library.

Knorr Karen, 1994-1995. La Fille de Dibutade. Série « Imitation », photographie.

Monjour Servanne (dir.), 2018. « Dibutade. L’origine de la création », MuseMedusa, n° 6. En ligne : http://musemedusa.com/dossier_6/ (consulté le 16 décembre 2022).

Nochlin Linda, [1971] 2021. Pourquoi n’y a-t-il pas eu de grands artistes femmes ? Traduction de Rietsch Margot. Londres, Thames & Hudson.

DIANE · ARTÉMIS par Vicky Gauthier et Caroline Dejoie

Belhôte Hortense, 2021. « Dirty Diana, Diane et Callisto – Le Titien ». Épisode de la websérie Merci de ne pas toucher ! Arte. En ligne: https://www.arte.tv/fr/videos/092036-005-A/dirty-diana/ (consulté le 16 décembre 2022).

Bril Manon (Manon Champier), 2020. « Artémis – le relooking mythologique ». Vidéo de la chaîne YouTube « C’est une autre histoire ». En ligne: https://www.youtube.com/watch?v=ijLzCjE0x9s&t=91s (consulté le 16 décembre 2022).

Eaubonne Françoise d’, [1951] 2021. Le complexe de Diane. Paris, Julliard.

DAHUD par Maud Plantec Villeneuve

Amemiya Hiroko, 2006. « La déesse bretonne de la mer », Littératures de Bretagne. Rennes, Presses Universitaires de Rennes, p. 253-266.

Plassard Annaïg (autrice) & Sécheresse Loïc (illustrateur), 2018. Ys. Paris, Delcourt.

Shiva Vandana, [1993] 2021. Monocultures of the Mind. Perspectives on Biodiversity and Biotechnology. New Delhi, Natraj Publishers.

CYBORG par Caroline Dejoie et Maud Plantec Villeneuve

Dejoie Caroline, 2019. Les sorcières ne sont pas des femmes. Performance. Paris, MPAA Bréguet. En ligne: https://carolinedejoie.persona.co/Les-sorcieres-ne-sont-pas-des-femmes (consulté le 23 mars 2023).

Fondation cyborg : https://www.cyborgfoundation.com/ (consulté le 23 mars 2023).

Larue ïan, 2018. Libère-toi cyborg ! Le pouvoir transformateur de la science-fiction féministe. Paris, Cambourakis.

Ribas Moon, 2013-2016. Seismic Sense. Projet chorégraphique cyborg qui traduit les perceptions de la danseuse après l’implantation de capteurs sismiques dans son coude.

CLYTEMNESTRE par Palmyre de La Touanne

Auffret Séverine, 1984. Nous, Clytemnestre. Paris, Des femmes.

Bertière Simone, 2006. Apologie pour Clytemnestre. Paris, Librairie générale française.

Cardinal Marie, 1997. Le Passé empiété. Paris, Le Livre de Poche.

Frontisi-Ducroux Françoise, 2010. « Mythe et tragédie : épouses et mères sanglantes », Loïc Cadiet, Frédéric Chauvaud, Claude Gauvard, Pauline Schmitt Pantel & Myriam Tsikounias (dir.), Figures de femmes criminelles de l’Antiquité à nos jours. Paris, Presses universitaires de la Sorbonne, p. 101-115. En ligne : https://books.openedition.org/psorbonne/73332 (consulté le 6 décembre 2022).

Irigaray Luce, 1981. Le corps-à-corps avec la mère. Montréal, La Pleine Lune.

CLÉOPÂTRE par Eugénie Bourlet et Sandrine Samii

DeMille Cecile B., 1934. Cleopatra. Film, Paramount Pictures.

Gentileschi Artemisia, 1633-1635. Cléopâtre. Huile sur toile, 117 cm × 175.5 cm, Rome, collection privée.

Gordon Edwards J., 1917. Cleopatra [La Reine des Césars]. Film, 20th Century Fox.

Hughes-Hallet Lucy, 2006. Cleopatra. Queen, Lover, Legend. Londres, Pimlico.

Mankiewicz Joseph L., 1963. Cleopatra, Film, 20th Century Fox.

Mattoli Mario, 1953. Deux Nuits avec Cléopâtre. Film, Excelsa Film.

Pascal Blaise [1670] 1962. Les Pensées. Texte établi par Louis Lafuma, Paris, Seuil.

Pascal Gabriel, 1945. Caesar and Cleopatra. Film.

Plutarque, [100-120] 2015. Vie d’Antoine. Texte établi et traduit par Émile Chambry, Paris, Les Belles Lettres.

Pollock Griselda, 1999. Differencing the Canon. Feminist Desire and the Writing of Art’s History. Londres, Routledge.

Properce, [1e siècle av. J.-C.] 2005. Élégies. Texte établi et traduit par Simone Viarre, Paris, Les Belles Lettres.

Quenehen Martin (dir.), 2015. Cléopâtre (69-30 av. J.-C.). Une vie, une œuvre. Documentaire. France Culture (11 avril). En ligne: https://www.youtube.com/watch?v=_cyZWeVk6lw (consulté le 16 décembre 2022).

CIRCÉ par Cassandre Martigny

Atwood Margaret, [1974] 2021. Circé. Poèmes d’argile. Traduction de Christine Évain, Paris, Éditions Bruno Doucey.

Bettini Maurizio & Franco Cristiana, [2010] 2013. Le mythe de Circé. Paris, Belin.

Homère, [8e siècle av. J.-C.] 2007. Odyssée. Texte établi et traduit par Victor Bérard. Paris, Les Belles Lettres.

Martigny Cassandre, 2022. « Les métamorphoses de Circé : vision et révision d’un mythe », Revue de littérature comparée, vol. 2, n° 282, p. 199-215.

Porter Katherine Anne, 1955. A Defense of Circe. New York, Harcourt, Brace.

Yarnall Judith, 1994. Transformations of Circe. The history of an enchantress. Urbana et Chicago, University of Illinois Press.

Welty, Eudora, [1940] 1955. « Circe », The Bride of the Innisfallen, and Other Stories. New York, Harcourt, Brace and Company.

CENDRILLON par Manon Berthier

Belmont Nicole, Lemirre Élisabeth (dir.), 2007. Sous la cendre. Figures de Cendrillon. Paris, José Corti.

Berthier Manon, à paraître. « “Something yet unnamed”, ou si le lesbianisme m’était conté : la puissance narrative d’une Cendrillon sortie du bal de l’hétérosexualité (Emma Donoghue, Malinda Lo, Kalynn Bayron) ». Actes du colloque « Fantasy et féminismes, à l’intersection du/des genres » (Paris, 11-14 mai 2021), ActuSF.

Göttner-Abendroth Heide, 1980. Die Göttin und ihr Heros. Die matriarchalen Religionen in Mythos, Märchen und Dichtung. Munich, Munchen Frauenoffensive.

Göttner-Abendroth Heide, [1980] 1995. The Goddess and Her Heros. Matriarchal Religion in Mythology, Fairy-Tales and Poetry. Traduction de Lilian Friedberg. Stow, Anthony Publishing Company.

Lubie Lou, 2021. Et à la fin, ils meurent : la sale vérité sur les contes de fées. Paris, Delcourt.

Perrault Charles [1697] 2021. « Cendrillon ou la petite pantoufle de verre », Contes de ma mère l’Oye. Paris, Garnier.

Salem ilese, « mad at disney ». Chanson. En ligne: https://youtu.be/uJbooOYyBCA (consulté le 23 mars 2023).

CASSANDRE par Mathilde Leïchlé et Suzel Meyer

Eschyle, [- 458] 1961. Agamemnon, Les Choéphores, Les Euménides. Texte établi et traduit par Paul Mazon. Paris, Les Belles Lettres.

Euripide, 1925. Les Troyennes, Tragédies, t. IV. Texte établi et traduit par Henri Grégoire et Léon Parmentier. Paris, Les Belles Lettres.

Eymard Julien, 1976. « Ophélie ou la naissance d’un mythe », Littératures, vol. 23, p. 86.

Frémon Jean, Drathen Doris von, 2009. Nalini Malani, Cassandra. Paris, Galerie Lelong, repères, cahier d’art contemporain n° 143.

Gossow Kathryn, 2017. Cassandra. Waikanae (Nouvelle-Zélande), Odyssey Books.

Haynes Natalie, 2019. A Thousand Ships. Londres, Mantle.

Homère, [8e siècle av. notre ère] 2007. Odyssée. Texte établi et traduit par Victor Bérard. Paris, Les Belles Lettres.

Homère, [8e siècle av. notre ère] 2012. Iliade. Texte établi et traduit par Paul Mazon. Paris, Les Belles Lettres.

Klinger Max, Cassandre, vers 1893, buste en bronze, incrustations de verre rouge pour les yeux, patine de couleur différente pour le bandeau, 58,5 x 30 x 36,5 cm, Paris, musée d’Orsay.

Servoise Sylvie, 2013. « Christa Wolf ou le dilemme de Cassandre », Salha Agathe et Saignes Anna (dir.), De Big Brother au Grand Inquisiteur. Art, science et politique. Paris, Classiques Garnier, p. 245-260.

Wathelet Paul, 1989. Les Troyens de l’Iliade Mythe et histoire. Paris, Les Belles Lettres.

Wolf Christa, [1983] 2003. Cassandre. Paris, Stock.

Zimmer Bradley Marion, [1987] 2004. Troie ou La trahison des dieux. Paris, Le Livre de Poche.

CARIBAY ET LES AIGLES BLANCS par Marys Renné Hertiman

Bravo Pelizzola Bernardita, 2021. Tus amigos de América. Antología de los cuentos, mitos y leyendas que llegan a Chile con la migración. Santiago, La Bonita.

De Cora María Manuela, 1972. Kuai-Mare. Mitos aborígenes de Venezuela. Caracas, Monte Avila.

CALYPSO par Eugénie Bourlet

Ben Hassen Nida, 2020. Figures et voiles de Calypso: écrire dans le silence d’Homère. Thèse de littérature comparée sous la direction de William Marx et Jaled El Gharbi, Université de Nanterre et Université de Tunis.

Bouffartigue Jean, 2006. « Calypso entre nom et personnage », Φιλολογία. Mélanges offerts à Michel Casevitz. Lyon, MOM Éditions, p. 57-65.

Broumas Olga, 1977. « Calypso », Beginning with O. Londres, Yale University Press.

Vega Suzanne, 1987. « Calypso ». Chanson, album Solitude Standing. A&M Records.

CALLISTO par Solène Raclot

Martin Nastassja, 2019. Croire aux fauves. Paris, Verticales.

Kouki Élisabeth, 1993. « Rituel antique et mythe personnel. Textures mythiques », Ethnologie française, vol. 23 n° 1, p. 135-143.

Herzog Werner, 2005. Grizzly Man. Film, Lions Gate Films Inc.

Raclot Solène, 2020. Callisto. Performance. Paris, Théâtre aux Mains Nues.

Raclot Solène, 2020. Sans-titre et Carnet de recherche, « Retracer notre ciel». Exposition virtuelle collective curraté par le Laboratoire Corps, genre, arts. En ligne : https://cga.hypotheses.org/734 (consulté le 23 mars 2023).

Solène Raclot, La java de l’ourse, 2020, papier découpé, 12 x 27 cm.

(GUIDE POUR DEVENIR) BUFFY SUMMERS par Lissania Elchire

Delaume Chloé, 2007. La nuit je suis Buffy Summers. Maisons-Alfort, Éditions Ère.

Elchire Lissania, 2020. Bring you my fucking love. Performance. Gentilly, Le Générateur. En ligne: https://youtu.be/watch?v=xZSCc95vXxw (consulté le 16 décembre 2022).

Lee Isaiah M., 2021. « The Caucasian Persuasion Here in the Dale »: Othering, White Normality, and Post-Racialism in Buffy the Vampire Slayer. Thèse sous la direction de Josh Epstein. Portland University. En ligne: https://pdxscholar.library.pdx.edu/honorstheses/1094/ (consulté le 23 mars 2023)

Whedon Joss, 1997-2003. Buffy the Vampire Slayer. Série télévisée.

BRODEUSE DE DENTS ET AUTRES ÊTRES IMAGINAUX par Marc Jahjah et lou dimay

Corbin Henry, [1977] 2005. Corps spirituel et terre céleste. De l’Iran mazdéen à l’Iran shî’ite. Paris, Buchet Chastel.

Radomska Marietta, Mehrabi Tara & Lykke Nina, 2020. « Queer Death Studies: Death, Dying and Mourning From a Queerfeminist Perspective », Australian Feminist Studies, vol. 35, n° 104, p. 81-100.

Starhawk, [1982] 2015. Rêver l’obscur. Femmes, magie et politique. Traduction de Morbic. Paris, Cambourakis.

lou dimay, Sans titre, linogravure imprimée sur textile (lin), 2020, 8 x 12 cm.

BÊTE À MAN IBÉ : REGARDER LE MONSTRE par Sandrine Samii

Confiant Raphael, 2007. Dictionnaires des croyances et pratiques magico-religieuses du monde créole. En ligne : https://kapeskreyol.potomitan.info/guides/diko_majiko.pdf (consulté le 22 décembre 2022).

Manne Laura & Poullet Hector, 2019. Mythologie antillo-guyanaise. Le Lamentin, Caraïbéditions.

Poullet Hector, 2017. Abobo! Quatre légendes antillaises inédites. Le Lamentin, Caraïbéditions.

BÉGUINES par Éléonore de Beaumont avec des Jaseuses

Anonyme, [13ème siècle] 2009. La Vie de Béatrice de Nazareth. Traduction et notes par B. Standaert, Abbaye Val Notre-Dame Éditions.

Épiney-Burgard Georgette & Zum Brunn Émilie, 1988. Femmes troubadours de Dieu. Anvers, Brepols.

Kiner Aline, 2017. La nuit des béguines. Paris, Liana Levi.

Lauwers Michel, 1995. « L’institution et le genre. À propos de l’accès des femmes au sacré dans l’Occident médiéval », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés, 2. En ligne : http://journals.openedition.org/clio/497 (consulté le 22 décembre 2022).

BAUBÔ par Claire Salles et Caroline Dejoie

BauBô, dates inconnues, lieux inconnus. Graffitis. En ligne : https://womenstreetartists.com/baubo-1 (consulté le 21 décembre 2022).

Dutch Dorota M., 2015. Ancient Obscenities: Their Nature and Use in the Ancient Greek and Roman Worlds. Ann Arbor, University of Michigan Press.

Olender Maurice, 1985. Aspects de Baubô. Textes et contextes antiques. Paris, PUF.

Caroline Dejoie, Baubô, 2019, illustration digitale.

BARI · 바리 par Inhye Hong

Cha Ok-Sung (dir.), 2010.『동아시아여신신화와여성정체성』[Dongasia yeosin sinhwawa yeoseong jeongcheseong, «Le mythe des déesses en Asie du Nord-Est et l’identité féminine »]. Séoul, Presses universitaires de l’Université pour femmes d’Ewha.

Lee Kyung-ha, 2019. 『바리공주/바리데기』[Barigongju/Barideki, « Princesse Bari/Barideki »]. Séoul, Presses universitaires de l’Université Nationale de Séoul.

Lee Sun hee (interprète), 1999. Bari, The Forgotten Lullaby. Comédie musicale.

No Seong-Sook, 2005. «신화를통해본여성주체의형성: 『바리공주』텍스트분석을중심으로» [Sinhwareul tonghae bon yeoseong jucheui hyeongseong : Barigongju tekseuteu bunseogeul jungsimeuro, « La formation de la subjectivité féminine à travers la mythologie : analyse de Princesse Bari »], 한국여성학 [Hangugyeoseonghak, Revue des études féministes de la Corée], vol. 2, n° 21, p. 6-37.

BARBARA (SAINTE BARBE) ET CHANGÓ par Marys Renné Hertiman

Collectif, s.d. Vodou and Vodou culture, A Brief Summary of Voodoo History and Culture. En ligne : https://www.arcgis.com/apps/Cascade/index.html?appid=8b72aa529c8b4996bdaff5f222a3b3ee (consulté le 21 décembre 2022).

Lindelfed David F. & Richardson Miles, 2012. Beyond Conversion and Syncretism. Indigenous Encounters With Missionary Christianity, 1800-2000. New York, Berghahn Books.

Padilioni James Jr., 2017. « Cosmological Queerness Across the Yoruba Diaspora », Black perspectives, the digital platform of the African-American intellectual History Society (AAIHS). En ligne : https://www.aaihs.org/cosmological-queerness-across-the-yoruba-diaspora/
(consulté le 21 décembre 2022).

BACCHANTES par Camille Islert

Dobby-Poirson Florence, 2010. « La figure de la Bacchante dans la tragédie humaniste française », Seizième Siècle, n° 6, p. 63-76.

Vitacca Sara, 2013. « La métamorphose de la Bacchante dans l’art de la seconde moitié du XIXe siècle: du mythe antique à la “ménade parisienne” », Actes de la sixième séance de L’Atelier du XIXe siècle organisée par la Société des études romantiques et dix-neuviémistes, « La culture visuelle au XIXe siècle : high and low » (20 avril). En ligne : https://serd.hypotheses.org/files/2018/08/SaraVitacca.pdf (consulté le 21 décembre 2022).

Vivien Renée, [1901] 2015. « Bacchante triste », Études et Préludes. Paris, Erosonyx. Et « La Mort d’une Bacchante », Évocations, Paris, Lemerre.

BABA YAGA par Estelle Saint-Georges

Claes Christina, 2020. « Beyond the Mother Metaphor: Baba Yaga’s Ecofeminist Manifesto », Rejoinder, n° 5. En ligne : https://irw.rutgers.edu/rejoinder-webjournal/issue-5-storytelling-for-social-change/488-beyond-the-mother-metaphor-baba-yaga-s-ecofeminist-manifesto (consulté le 21 décembre 2022).

Liadov Anatoly, 1904. Baba-Yaga. Opus 56, pièce symphonique.

Ugresik Dubravka, 2021. Baba Yaga a pondu un œuf. Traduction de Chloé Billon. Paris, Christian Bourgois.

ATHÉNA · MINERVE par Mathilde Leïchlé

Clément Catherine, 2014. « Les déesses vierges : Athéna ou l’éblouissement ». Documentaire. France Culture (22 juillet) : « Nous serons comme des dieux ». En ligne : https://www.franceculture.fr/emissions/nous-serons-comme-des-dieux/les-deesses-vierges-athena-ou-l-eblouissement (consulté le 9 décembre 2022).

Graves Robert, [1958] 1967. Les mythes grecs. Traduction de Mounir Hafez. Paris, Fayard, p. 154-161.

Ollier Nicole, 2010. « Les filles d’Athéna et des Amazones en Amérique », Miranda, n°2 (3 juillet). En ligne : http://journals.openedition.org/miranda/1274 (consulté le 9 décembre 2022).

ARIANE par Marie Penicaut

Barrier Hélène, 2017. Minotaure doré. Broderie sur tissu, 45 x 55 cm.

Diaz Nathalie, 2022. « La lamentation d’Astérion », Poème d’amour postcolonial. Paris, Globe, p. 71-75.

La Halle de La Machine, 2018. Le Minotaure. Machine en acier, bois, cuir, 13 x 4 x 14 m, Nantes, compagnie La Machine.

ARACHNÉ par Éléonore de Beaumont

Faire des travaux d’aiguille un outil de subversion : c’est dans cette lignée que s’inscrivent aujourd’hui des artistes comme Annegret Soltau, qui coud des photos pour créer des portraits questionnant les normes corporelles, Sarah Naqvi en brodant du sang menstruel sur des culottes ou Eliza Bennet en brodant sa propre main pour visibiliser la douleur causée par le travail domestique. (Eléonore de Beaumont)

Ballestra-Puech Sylvie, 2006. Métamorphoses d’Arachné. L’artiste en araignée dans la littérature occidentale. Genève, Librairie Droz.

Ballestra-Puech Sylvie et Stead Évanghélia, 2019. Dans la toile d’Arachné. Contes d’amour, de folie et de mort, Éditions Jérôme Millon.

Bernard Laura, 2018. « Femmes et fil. Les anti-Pénélope », Carnet Paragone. En ligne: https://paragone.hypotheses.org/3825 (consulté le 23 mars 2023).

Annegret Soltau, 2004-2008. Transgenerative. Série de photographies brodées. En ligne: https://www.annegret-soltau.de/cycle/transgenerative/  Has Art Have To Be Beautiful ? A Portrait of Annegret Soltau. Vidéo. En ligne: https://www.youtube.com/watch?v=Q1rSUuTH3Fo (consulté le 23 mars 2023).

Bennet Eliza, 2012-2014. A Woman’s Work Is Never Done (AWW). Série de photographies, peau, fil, empreintes digitales. En ligne: https://www.elizabennett.co.uk/new-gallery/d04djafht08i76icv2ce3qja2yu4jv (consulté le 23 mars 2023).

Kirilof Éva, 2021. « Arachnée, Bourgeois et le doute », Les Glorieuses (21 juillet). En ligne: https://lesglorieuses.fr/par-eva-kirilof/ (consulté le 23 décembre 2022).

Naqvi Sarah, Sans titre, broderie, 2016, https://www.instagram.com/p/BLs1oIqgbnH/ (consulté le 23 mars 2023).

Naqvi Sarah, Sans titre, broderie sur serviette hygiénique, 2016, https://www.instagram.com/p/BMLyobKAcYb/ (consulté le 23 mars 2023).

Naqvi Sarah, Sans titre, broderie sur tampon, 2016, https://www.instagram.com/p/BODGjqpgW-y/ (consulté le 23 mars 2023).

Ovide, [8 ap. J.-C.] 2017. Les Métamorphoses. Edition Lafaye Georges, traduction Marie Cosnay. Paris, L’Ogre.

Voisset-Veysseyre Cécile, 2010. « Arachné : le féminin à l’œuvre », Amaltea. Revista de mitocrítica, vol. 2, p. 157-168.

APHRODITE · VÉNUS par Vicky Gauthier et Camille Islert

Jeddi Sophie, 2001. « Vénus pervertie : variations autour de l’anneau de Vénus, ou de l’émergence d’une Vénus chrétienne », Alain Montandon (dir.), Les mythes de la décadence. Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise-Pascal, p. 47-58.

Swinburne Algernon Charles, [1866] 1923. Laus Veneris. Traduction de Francis Viele-Griffin. Paris, Pichon.

Thorel-Cailleteau Sylvie, 2004. « Aphrodite wagnérienne ou la leçon de classicisme », Revue de littérature comparée, vol. 309, n° 1, p. 37-54.

ANTIGONE par Mathilde Leïchlé et Suzel Meyer

Anouilh Jean [1942] 2016. Antigone. Paris, La Table Ronde.

Bracke Sarah & Puig de la Bellacasa Maria, 2013. « Le féminisme du positionnement. Héritages et perspectives contemporaines ». Traduction d’Isabelle Clair. Cahiers du genre, n° 54, p. 45-66.

Butler Judith 2000. Antigone’s Claim: Kinship Between Life and Death. New York, Columbia University Press.

Carson Anne [2012] 2019. Antigonick. Traduction Louis Edouard. Montreuil, L’Arche.

Dante Alighieri [1303-1321] 1992. L’Enfer, La Divine comédie. Traduction Risset Jacqueline. Paris.

Djebar Assia, 1991. Loin de Médine. Paris, Le Livre de Poche.

Doré Chantal & Lambert Cécile, 2015. « Antigone : emblème de la voix des femmes en éthique », Recherches féministes, vol. 28, n° 1, p. 1-10.

Dorlin Elsa (dir.), 2021. Feu ! Abécédaires des féminismes présents. Montreuil, Libertalia.

Duroux Rose, Urdician Stéphanie (dir.), 2010. Les Antigones contemporaines (de 1945 à nos jours). Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal.

Euripide, 1973. Les Phéniciennes, Tragédies tome V. Traduction Henri Grégoire et Louis Méridier. Paris, Les Belles Lettres.

Gambaro Griselda, 1988. « Antígona furiosa », Gestos, n°5, p. 178-194.

Kirkpatrick Jennet, 2011. « The Prudent Dissident: Unheroic Resistance in Sophocle’s Antigone »,The Review of Politics, vol. 73, n° 3, p. 401-424.

Meyer Suzel, 2022. « La constellation comme pratique créatrice chez Virginia Woolf et Annie Ernaux », GLAD!, n° 12. En ligne : http://journals.openedition.org/glad/4977 (consulté le 23 mars 2023).

Neeser Hever Cécile, 2023. « La  “revanche” d’une blonde : le personnage d’Ismène dans Sœur de de Lot Vekemans (2005) », Litter@ Incognita, n°12 « Les personnages féminins dans les réécritures féministes : dramaturgie, esthétique et politique des classiques à la scène ». En ligne : https://blogs.univ-tlse2.fr/littera-incognita-2/2023/01/23/la-revanche-dune-blonde-le-personnage-dismene-dans-soeur-de-de-lot-vekemans-2005/?doing_wp_cron=1679605005.7627179622650146484375 (consulté le 23 mars 2023).

Pizan Christine de [1405] 1986. La Cité des Dames. Traduction Thérèse Moreau et Éric Hicks. Paris, Stock Moyen Âge.

Racine Jean [1664] 2010. La Thébaïde ou Les frères ennemis. Paris, Gallimard, Folio Théâtre.

Rotrou Jean de, [1637] 2012. Antigone. Paris, Hachette Livres BNF.

Shamsie Kamila, 2017. Home Fire. New York, Riverhead Books.

Uribe Sara [2012] 2016. Antígona Gonzales. Traduction Pluecker John. Los Angeles, Les Figues Press.

Yourcenar Marguerite, [1954] 2017. Électre ou la chute des masques. Saint Clément de rivière, Fata Morgana.

Woolf Virginia [1937] 2012. Les Années. Traduction Topia André, OEuvres romanesques, t. II. Paris, Gallimard.

Woolf Virginia [1938] 2012. Trois guinées. Traduction Gauthier Léa. Paris, Presses du réel.

ANDROGYNE par Vicky Gauthier et Camille Islert

Causse Michèle, 1980. « Amazone/Ange/Androgyne. Étude sur l’œuvre de Natalie C. Barney », Berthe ou un demi-siècle auprès de l’Amazone. Paris, Tierce, p. 12-48.

Gauthier Vicky, 2017. « Le banquet de Rachilde », Voix plurielles, Brock, vol. 14, n° 2, p. 92-102.

Libis Jean, 1980. Mythe de l’androgyne. Paris, Berg international éditeurs.

Rich Adrienne, 1984. « Natural resources », The Fact of a Doorframe. Poems Selected and New, 1950-1984. New York, Norton, p. 256-264.

Woolf Virginia, [1928] 2018. Orlando. Traduction d’Aubert Jacques, Paris, Gallimard.

AMAZONES par Cassandre Martigny

Brossard Nicole, 1985. La Lettre aérienne. Montréal, Remue-ménage.

Bugnon Fanny, 2015. Les « amazones de la terreur ». Sur la violence politique des femmes, de la Fraction armée rouge à Action directe. Paris, Payot.

Fletcher John, Shakespeare William, [1634] 2012. Les Deux nobles cousins, Paris, Les Cygnes.

Joubi Pascale, 2020. Le retour des Amazones dans les œuvres littéraires et picturales françaises, de la Belle Époque à aujourd’hui. Thèse de littérature sous la direction d’Andrea Oberhuber, Université de Montréal.

Kasprzak Laura, 2017. La figure de l’Amazone dans la culture populaire. Mémoire en sous la direction de Frédéric Le Blay, Université de Nantes. En ligne : https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01614655 (consulté le 23 décembre 2022).

Kleist Heinrich von, [1808] 1954. Penthésilée. Traduction de Julien Gracq, Paris, José Corti.

Koertge Noretta, 1984. Valley of the Amazons, New York, St. Martin’s Press.

Larrouy Michèle, 2000-2010. Amazone. Gravure, dimensions inconnues, Archives lesbiennes, Paris.

Lemenager Adelin*, en cours depuis 2015. Les Amazones au prisme des études de genre. Persistances et transformations d’un mythe antique dans la pensée et les représentations contemporaines. Thèse en histoire de l’art sous la direction d’Elvan Zabunyan. Université Rennes 2. Carnet hypothèse : https://ea1279.hypotheses.org/equipe/doctorants/adelin-lemenager (consulté le 02 décembre 2022).

Lemenager Adelin*, 2018. « Construction d’une histoire et d’une esthétique lesbienne et féministe à travers la réinterprétation du mythe des Amazones ». Actes du colloque Nouveaux imaginaires du féminin, Plate-forme Epi-Revel, Université Nice Sophia Antipolis.

Moulton Marston William, 1941. « Wonder Woman », All Star Comics. New York, DC Comics.

Pastre Geneviève, 1996. Les Amazones : du mythe à l’histoire. Paris, Geneviève Pastre.

Thiébaut Élise, 2021. L’Amazone verte : le roman de Françoise d’Eaubonne. Paris, Charleston.

Viennot Eliane, 2008. « Les Amazones dans le débat sur la participation des femmes au pouvoir à la Renaissance », Guyonne Leduc (dir.), Réalité et représentations des Amazones. Paris, l’Harmattan.

Xavier Clément (auteur), Lugrin Lisa (illustratrice), 2020. Jujitsuffragettes, les Amazones de Londres. Paris, Delcourt.

AKKA par Syrielle Deplanque

Hodges Kate, 2020. Warriors, Witches, Women. Mythology’s Fiercest Females. Londres, White Lion Publishing.

Motz Lotte, 1997. The Faces of the Goddess. Oxford, Oxford University Press.

Pentikäinen Juha, 2011. Mythologie des Lapons. Paris, Imago.

AGRIPPINE par Cassandre Martigny

Ginsburg Judith, 2006. Representing Agrippina. Construction of Female Power in the Early Roman Empire. Oxford, Oxford University Press.

Girod Virginie, 2019. Agrippine. Sexe, crimes et pouvoir dans la Rome impériale. Paris, Taillandier.

Grimal Pierre, 1992. Mémoires d’Agrippine. Paris, de Fallois.

Grimal Pierre, 1995. Le Procès de Néron. Paris, de Fallois.

Marcus Paul, 2004. Imperium : Nerone. Film, Lux Vide, Rai Fiction, EOS Entertainment.

Mchugh Mary R., 2013. « Constantia Memoriae. The Reputation of Agrippina the Younger », Silke Knippschild & Marta Gracía Morcillo (dir.), Seduction and power. Antiquity in the Visual and Performing arts. Londres, Bloosmbury Academic, p. 226-242.

Néraudau Jean-Pierre, 1988. Les Louves du Palatin. Paris, Les Belles Lettres.

Vaoyeke Violaine, 1990. Les Louves du Capitole. Paris, Robert Laffont.

Wankenne Jules, 1981. « Faut-il réhabiliter Néron ? », Les Études Classiques, n° 49, p. 135-152.


Présentations des contributeurices

Maïc Baxane

Né·e en 1984 en région parisienne, Maïc Baxane est artiste, illustrat·rice et graphiste. En parallèle d’une formation à Estienne puis aux Arts-Déco de Paris, ell·e découvre les fanzines, la culture queer, le féminisme radical et l’état d’esprit DIY. Aujourd’hui Maïc vit et travaille à Paris, ell·e dessine et produit ses affiches-images sous forme de multiples aux couleurs franches, des visuels jouissifs qui placent les corps en leur cœur, bousculent et redéfinissent les représentations qui nous entourent, esquissant d’autres mythologies. Des chimères et des collages, du fluo et de l’encre noire, des filles poilues, des saint·es déchu·es, des adultes pas sages et des enfants sauvages peuplent son multivers coloré de joie et de rage. Impliqué·e et partie prenante des communautés queer, son travail de design graphique et d’illustration participe à la création de messages et de signes pour nos luttes, nos revendications, nos imaginaires. C’est depuis une subjectivité queer et féministe aussi, qu’ell·e travaille l’autoportrait et les portraits communautaires. Enfin, depuis septembre 2021, Maïc organise et curate les Sale Art Salons à la Mutinerie, Paris. Ce salon des auto- & micro-éditions rassemble des univers politiques, poétiques, explicites, minoritaires-minorisés et sans censure.
Maïc Baxane est l’un·e des 10 lauréat·es du Prix Utopi·e 2023 – Prix LGBTQI+ dans l’Art.
site web : www.maicbaxane.com
shop en ligne : www.maicbaxane.etsy.com
instagram : @maic.baxane

Manon Berthier

Manon Berthier est doctorante en littérature comparée. Elle travaille sur les modalités des lectures éthiques et politiques la fantasy anglophone et francophone contemporaine, et sur l’articulation entre le genre littéraire et le genre en tant que rapports sociaux de sexe. Elle a notamment publié Écrire à l’encre violette. Littératures lesbiennes en France de 1900 à nos jours avec Aurore Turbiau, Margot Lachkar, Camille Islert et Alexandre Antolin (2022). Site internet : https://fantasygenre.hypotheses.org/

Maud Cazaux

Maud Cazaux (1981-) je vis et travaille à Toulouse. Je suis diplômée de l’école des Beaux-arts de Toulouse en 2006 en option Art et de l’ENSAV (école nationale supérieure d’audiovisuel) de Toulouse, en réalisation expérimentale en 2016. Actuellement doctorante en cinéma à l’université Jean Jaurès de Toulouse au sein du laboratoire ALLPH@ où je m’intéresse à la question de la subjectivation dans l’œuvre de la réalisatrice Su Friedrich.

Mon travail s’est développé dans les milieux alternatifs, artistiques et universitaires où j’ai participé à des expositions, performances et concerts. Depuis 2007, je travaille les médiums du dessin, de la vidéo et du son. En 2013, j’ai développé au sein du projet To the Moon and Back un dispositif de musique live et de projections vidéo, accompagnée par le musicien Iso Couderd. Ce projet a évolué aujourd’hui sous le nom de Chien Pourri dont le premier album est sorti en février 2023. L’album est co-produit par plusieurs labels notamment, Araki (Paris), Domination Queer Records (Marseille), Hidden bay (Toulouse).

En 2020, j’ai été artiste en résidence au Lieu commun Artist Run Space (Toulouse) où j’ai notamment participé à la LCTV, un projet TV en ligne où le film Trou Noir (tourné avec l’artiste Sophia El Mokthar) et le clip Yellow Sand de Chien Pourri ont été diffusés. Je travaille aujourd’hui à une série d’atelier autour du costume et de l’identité nommé Troubleshop avec le plasticien
Renaud Helena. Un premier atelier se déroulera à la Fabrique du Ciam à Toulouse en Novembre 2023.

Quelques liens : https://maudcazaux.wixsite.com / https://www.sorocine.com/revue / https://www.instagram.com/radical_kitten/

Caroline Dejoie

Caroline Dejoie est artiste et chercheuse indépendante. Depuis 2018, elle nourrit une réflexion en gestes, en images, en mots et en sons autour de figures dites monstrueuses auxquelles elle s’identifie. Sorcières, putains, harpies, chimères et cyborgs peuplent ses performances : Les sorcières ne sont pas des femmes (2019), Petites oiselles de mauvais augure (2020), Tuto make-up pour devenir une chimère misandre (2022) et ses illustrations : Ardent·es, Cyborg gang, Racines (produits en 2022). Elle participe à créer des objets sonores qui font résonner les mondes à venir : en 2022, Echos du futur (Les Jaseuses) et Radio Coven (avec Mathilde Leïchlé). Membre du Laboratoire Corps, genre, arts, elle participe à la curation d’une exposition virtuelle : « Retracer notre ciel » (2021) et d’une soirée artistique : « Métamorphes. Des rites de passage qui n’en finissent pas de passer » (2023). Dans ses derniers travaux, elle réfléchit à la question des sonorités de la prise de parole des personnes minorisées : M’entends-tu ? (2021), Entends monter nos cris. Contre-coaching vocal en milieu patriarcal (avec Mathilde Leïchlé et Camille Islert, 2022). Site internet : https://carolinedejoie.persona.co/

Syrielle Deplanque

Syrielle Deplanque est titulaire d’une licence et d’un master en Études Nordiques obtenu à Sorbonne Université. Elle poursuit son cheminement académique en faisant un doctorat en cotutelle entre Sorbonne université en civilisations, langues et littératures nordiques et l’Université de Québec à Montréal en études littéraires. Son domaine de recherche entremêle les études autochtones, la sociologie littéraire et la littérature pour questionner le rôle et les enjeux des institutions littéraires dans la production littéraire autochtone.

lou dimay

Autrice, enseignante et chercheuse, lou dimay a trouvé dans l’écriture les conditions de la survie, l’activation d’autres possibles et la vitalité de la révolte face aux violences ordinaires et aux rapports de domination de « l’ordre social ». Elle s’ancre dans l’expérience ordinaire, l’éphémère, les silences, les voix, les dits, non-dits et indicibles, le langage des corps et la texture des êtres. Elle explore les formes de l’écriture et de la parole qui déprotègent et reconnaissent la fragilité en même temps qu’elles s’inscrivent dans le désir et la puissance collective. Premier roman : Le Souffle.

Isaline Dupond Jacquemart

Né en 1995, Isaline Dupond Jacquemart questionne par l’image et le texte les liens entre le corps en métamorphose, le genre et le vivant. C’est dans un univers onirique et parfois inquiétant qu’iel nous invite – du portrait au fragment en passant par l’autoportrait – comme si la fiction, ou plutôt un interstice parallèle, en disait toujours plus sur notre réalité. Diplômé en philosophie et en études de genre de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, iel a étudié la photographie aux Ateliers Beaux-Arts de la Ville de Paris et s’attache à croiser recherche et création. Nourri par les études féministes et queer, iel travaille avec l’image – photographie, vidéo – et les mots – textuels et sonores – qu’iel aime tisser dans la nuit. À travers une approche plasticienne, Isaline Dupond Jacquemart s’attache à créer des espaces narratifs alternatifs. Iel est exposé au festival InCadaques (2022), à la galerie Sono (2022) et ses images sont publiées dans des revues indépendantes et des ouvrages collectifs (She Gazes, 2019, Opium Philosophie, 2021, “Esthétiques du désordre” aux éditions Le Cavalier Bleu, 2022). La photographie devient alors une matière – profondeur, texture et teintes – et dans cette fabrique de l’image jouant avec les frontières de l’esthétique, se glissent l’étonnement et l’ellipse pour penser le sensible. Site internet et instagram : https://isalinedj.com  https://www.instagram.com/isalinedj/

Marys Renné Hertiman

Marys Renné Hertiman est doctorante en sciences de l’information et de la communication. À partir d’une approche indisciplinée (Laurent Loty) et en mode bandita (Linda Singer), elle étudie les théories de la reconnaissance et l’histoire des créatrices dans la bande dessinée française. Porteuse du projet « Histoire, mémoire, revendications et représentations des femmes dans le neuvième art », elle co-dirige avec Camille de Singly l’ouvrage Matrimoine de la BD (à paraître). Elle explore également le lien entre politique et différentes formes d’expression artistique (recherches sur Hans-Christian Andersen et sur le cinéma underground espagnol) et s’interroge aussi et surtout sur la pratique du féminisme sur le terrain.

Marc Jahjah

Marc Jahjah est enseignant-chercheur en sciences de la communication (Université de Nantes). Il travaille sur les transformations des mondes de l’écriture, sur la culture numérique, les études queers et raciales. À l’écoute de ses voix, il tente avec elles de faire exister d’autres manières de faire de la recherche.

Lucille Lefrang

Nez de formation, parfumeuse indépendante de métier; plus qu’à l’objet-parfum je m’intéresse aux odeurs de manière générale. Ce qu’elles disent de nous, de l’intime, comment elles sont représentées dans l’art et la culture populaire. Je chéris les liens entre l’odorat et nos autres sens (particulièrement la vue et l’ouïe), travaille avec des artistes (photographes, musicien.ne.s, écrivaines) quand je ne produis pas mes propres contenus intersensoriels.

J’ai travaillé de longues années comme assistante d’un parfumeur indépendant, ai étudié les agrumes dans une usine en Calabre, ai participé aux débuts de Nez, la revue olfactive… Aujourd’hui, je développe mon propre mini-laboratoire, crée des parfums sur-mesure pour qui veut et tente de transmettre ma passion lors d’ateliers olfactifs.Tout comme Monique, j’aime l’opoponax et le lesbianisme politique, mais aussi la cannelle et les jacinthes.

Mathilde Leïchlé

Mathilde Leïchlé est chercheuse en histoire et histoire de l’art, critique d’art, commissaire d’exposition et podcasteuse. Après s’être intéressée au type de la pécheresse repentie, aux courtisanes et au culte de Marie Madeleine, sa thèse porte à présent sur les images et imaginaires des violences sexuelles faites aux femmes au XIXe siècle en France. Membre de Jeunes Critiques d’Art, elle collabore régulièrement avec des artistes contemporain·es et a été lauréate du prix du jury du Prix Sciences Po pour l’art contemporain en 2017, en binôme avec l’artiste Raphaëlle Peria. Elle a travaillé pour différentes institutions, dont le Davis Museum (États-Unis, Wellesley College) et le musée d’Orsay à plusieurs occasions, par exemple en tant que chargée de mission auprès de la direction de la conservation pour valoriser les artistes femmes au sein des collections. Site internet : https://ardentes.hypotheses.org

Anna Levy

Anna Levy est doctorante en littérature française. Agrégée de lettres modernes, elle a enseigné quelques années dans le secondaire et se consacre maintenant à l’écriture d’une thèse sur les performances littéraires, qui réfléchit à la manière dont ces formes intermédiales sont investies par les artistes femmes, queer et féministes et ouvrent de nouveaux espaces de création politiques et artistiques. Elle s’intéresse à la littérature vivante, quand elle se pratique en communauté (festival littéraires, soirées de performances, etc.) et s’interroge sur comment faire littérature autrement.

Cassandre Martigny

Professeure agrégée de lettres classiques, Cassandre Martigny est chercheuse en littérature comparée et en littérature antique. Son sujet de thèse porte sur la construction du mythe de Jocaste, de l’Antiquité à nos jours, à travers différentes aires géographiques et culturelles. Elle s’intéresse plus généralement aux réappropriations des figures féminines mythiques par la modernité en Occident dans des travaux qui croisent littérature, sciences humaines et études de genre. Elle a notamment publié en 2022 un article consacré à Circé dans la Revue de Littérature Comparée (« Les Métamorphoses de Circé : vision et révision d’un mythe », RLC, vol. 382, n° 2, p. 199-215) et un autre, dans la revue GLAD!, portant sur les réappropriations féminines de l’Œdipe Roi au xxie siècle (« Relire pour nous relier : voix, chants et contre-chants dans les réélaborations féminines du mythe de Jocaste », GLAD! [Online], n° 12, 2022). Site internet : https://mythejocaste.hypotheses.org/

Suzel Meyer

Suzel Meyer est docteure en littérature comparée. Ses recherches portent sur les échos et échanges entre les autrices anglophones et francophones au cours des vingtième et vingt-et-unième siècles, autour des œuvres de Virginia Woolf et d’Annie Ernaux. Elle s’interroge notamment sur la reprise des figures mythiques dans leurs textes (“La constellation comme pratique créatrice chez Virginia Woolf et Annie Ernaux”, revue GLAD!, 2022). Elle est co-fondatrice de la revue Outsider, revue de critique créative et engagée.

Andrée Ospina

Andrée Ospina est bibliothécaire, artiste-chercheuse, poétesse. Elle mène des recherche autour des cultures queers et de la micro-édition dans le champ de l’art, des féminimes et de la poésie, notamment à travers la gestion d’une bibliothèque lesBi·Bi·Queer itinérante, la collection BBQ. Sa pratique artistique mêle recherche, écriture, micro-édition (sous le nom des éditions maison-maison), DJ set, performances. Elle écrit des poèmes érotiques, aqueux et terreux sous le nom de Andrée aka Aqua Femme, qu’elle partage sous la forme de fanzines ou de performances. L’eau, les machines, l’écosexualité, le soleil, la pornographie, les collections, l’identité fem, sont parmi les fils rouges de son travail. Son texte “Secrétaires mes sœurs, secrétaires ta mère“, sorte de manifeste cyberféministe pour la libération d’espace dans le cerveau des femmes, a été publié sur ce carnet.
Andrée aka Aqua Femme : https://www.instagram.com/aqua.femme/

Les Ursulalala / Sophie Guyot-Tabet

Musicienne et marionnettiste, elle développe un travail engagé, poétique et humoristique. En 2000, elle crée son premier spectacle Squizz la souris, cabaret théâtral. Elle joue dans L’histoire du communisme racontée aux malades mentaux avec le Théâtre du Grotesque, sous la direction de Guy Cambreleng. Puis, elle explore l’univers du clown et se forme auprès de Caroline Obin de Apprentie Compagnie. Entre 2012 et 2016, elle travaille en tant que marionnettiste pour la compagnie Jeux de mains, jeux de vilains et se forme aux arts de la marionnette avec la compagnie Coatimundi. Elle créa ensuite avec Maëlle Thibault Tigresse compagnie. Pendant quatre ans, elle fait la mise en scène, la construction et manipulation pour un spectacle d’ombre jeune public Rouge feuille.

En tant que musicienne, guitariste et chanteuse, elle collabore avec plusieurs groupes (Ursulalala, Pompon Sauvage…) et joue également en solo Sophistick, un spectacle de reprises de chansons version punk Boby and the sticks, tribute rock to Boby Lapointe.

Maud Plantec Villeneuve

Maud Plantec Villeneuve est chercheuse et médiatrice écoqueerféministe. En explorant la construction genrée du rapport à l’océan des femmes des bords de mer, elle interroge ce que le non-humain fait au genre, et le genre au non-humain. Au croisement de cette approche hydroféministe et des apports de la Communication Pacifiante (CNV, Process Work), elle accompagne des éco-collectifs alternatifs sur les questions de micro-agressions, de relations de pouvoir, de soin et de reliance. Elle se forme actuellement à la Gestalt thérapie pour proposer du soin queerféministe ancré sur un territoire rural.

Claire Salles

J’écris sur les télécommunications au cinéma, quand elles sont montrées avec un imaginaire gestationnel : des câbles ombilicaux nous relient, et nous voilà dans la matrice… Je rêve de films de science-fiction féministes, de télécommunications alternatives et de cyberwitches. J’ai rejoint les Jaseuses en 2019. Nous avons été 7 à créer le podcast de fiction post-patriarcale Échos du futur. Vous pouvez découvrir ma voix dans le podcast d’Ange Billard À la recherche de l’art où je parle de ma recherche, du refus de parvenir dans une carrière universitaire et de la création en collectif. J’ai aussi créé le podcast Le divan sur la barricade avec des psychanalystes dont la pratique repose sur leur conscience des rapports de domination.



Citer ce billet
Les Jaseuses (2022, 21 décembre). Encyclopédie féministe des mythes – Complément numérique. Les Jaseuses. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qun6

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. 07/05/2023

    […] académique, poétique, fantaisiste…) et se trouve enrichi d’un complément numérique (https://lesjaseuses.hypotheses.org/9136) comprenant des références bibliographiques supplémentaires, des illustrations en couleur et la […]

  2. 20/05/2023

    […] encyclopédie féministe des mythes, rédigé sous la direction de huit membres (1) du collectif les Jaseuses, fondé en 2019 par des chercheur·euses, artistes, enseignant·e·s, journalistes, on plonge d’abord dans […]

  3. 23/07/2023

    […] Un complément numérique, qui comprend la bibliographie complète mais aussi des références artistiques et littéraires supplémentaires, ainsi que les versions originales de certaines des créations visuelles contenues dans le livre, sera disponible dès le jour de parution sur notre carnet à ce lien. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search