Octobre 2022 : Trouver sa place

je t’apprendrai que tout peut se jouer sur un même mode
l’admiration la vocation la découverte et le plaisir travail respect création réalité et son fantasme tout à la fois sur le mode de l’égalité
J’ai appris tard ce qu’était le concept d’égalité. Je me souviens en avoir eu la révélation soudaine en découvrant Portrait de la jeune fille en feu. Ce fut pour moi l’expérience initiale qui me révéla un idéal à atteindre. Car cette épiphanie ne signifiait pas pour autant qu’il est aisé de mettre ses valeurs en pratique dans chaque aspect de sa vie, au quotidien.
Pour moi, l’occasion en fut un mélange chimérique de chance, d’opportunité saisie, de rencontres qui m’ont ouvert leurs espaces et leur amitié – ou plutôt, ne les ont jamais présentées comme inaccessibles –, et de ma volonté affirmée de progresser en fonction de mes valeurs, elles aussi destinées à s’ouvrir et se métamorphoser sans cesse au-delà d’elles-mêmes.
Lorsque j’ai rejoint les Jaseuses, je ne savais pas vers quoi je me dirigeais – sinon la volonté de m’affirmer davantage dans mon parcours de chercheuse et d’écrivaine ; et, délibérément, inscrire dans le marbre mon choix de bifurquer d’une création solitaire initiale vers un mouvement de genèse collectif. – Choix du saut dans l’inconnu.
Pas un instant je n’ai regretté ce choix. Outre la chaleur humaine et le soutien que j’ai pu recevoir dès mon arrivée, – une multitude de petites choses sont, patiemment, devenues miennes par cette expérience commune. Et chaque jour m’apprend toujours un peu plus la confiance, la fierté, l’admiration, l’exaltation, le partage, la joie sous toutes leurs formes, dans toutes leurs possibilités.
Expérimenter – non plus seulement fabuler. Peut-être la création, d’une manière ou d’une autre, parviendra-t-elle à accéder à une joie authentique – elle ne peut pas, en tout cas, y parvenir sans y croire ni essayer.
Alors j’essaie.

Elisa L. Walter


Carte blanche

Marys René Hertiman livre une série de poèmes sur le carnet. Intitulée “Des vaines tentatives pour comprendre ce désir”, elle y parle de désir et de déraison, de douleur et d’incompréhension, de brouillard et de cœur noyé.

Note de lecture

Adèle Cassigneul nous offre un compte rendu du beau recueil de Mag Lévêque Tant qu’il reste quelque chose à détruire, publié chez Blast. Retrouvez Au bord des lèvres, il y a des fleurs, il y a du sang – A propos de la poésie de Mag Lévêque dans notre rubrique Notes de lecture.

Ateliers – #Wittig2023

Répondant à l’appel à projets lancé par l’Association des Ami·es de Monique Wittig, les Jaseuses proposeront les mois qui viennent une série d’activités autour de l’œuvre de Monique Wittig, dont on commémorera en 2023 les vingts ans de la disparition, et les cinquante ans du Corps lesbien. Au sein du collectif, nous mettons sur pied une exposition, un podcast, quelques séances de séminaire, dont vous aurez bientôt des nouvelles. Nous organiserons aussi des ateliers, pour lesquels nous avons dès à présent besoin de participations : des ateliers d’écriture, pour lesquels il nous faut estimer à l’avance le nombre d’inscription pour pouvoir réserver des lieux, ainsi que des ateliers “Questions bêtes (pas bêtes)” à propos de l’œuvre de Wittig, destinés à réfléchir ensemble aux points difficiles à comprendre, à lire de manière contemporaine, bref, tout ce qu’on n’ose pas forcément se demander sur l’œuvre de Monique Wittig. Toutes les informations par ici !


⚡On jase aussi par ici

:île_déserte: Un article de Cassandre Martigny est publié dans la Revue de littérature comparée, 2-2022, p.199-215, “Les Métamorphoses de Circé : vision et révision d’un mythe”. Elle participera également au colloque “Les figures merveilleuses de l’Antiquité et leur réception des origines à nos jours : reconductions, reconfigurations, subversions” les 17 et 18 novembre, avec une communication intitulée “« Déesse ou humaine ? » : Circé comme figure de l’altérité, des poèmes merveilleux au conte fantastique”.

:cœur: Isaline Dupond Jacquemart montre son travail de photographie et de création sonore lors de l’exposition collective “Manger les fleurs” à la galerie Sono du 4 novembre au 17 décembre.

:feuillu: Du 26 au 30 septembre, les Jaseuses bretonnes Maud, Coco et Claire ont accueilli avec joie Andrée et sa Collection bbq, bibliothèque lesBi·Bi·Queer itinérante (arts, micro-édition, féminismes). L’arpentage proposé par Andrée : Sexe et utopie de Pat Califia – on a parlé non-monogamie, et BDSM dans les relations stables.

:feu: Claire Salles anime une écoute collective du podcast Échos du futur le mardi 11 octobre à 19h30, à la librairie L’Angle rouge de Douarnenez (29), qui fait vraiment un angle rouge. Entrée libre, réservation indispensable par mail à reservation@librairiedelanglerouge.com ou au 02 22 12 99 28. Une fiction post-patriarcale pour chatouiller nos oreilles près de la mer !

:océan: Patrycja Toczek présentera sa série photographique “Summer blues” au Schneiderei Restaurant à Berlin, mardi 25 octobre à partir de 18h. Toutes les infos sont ici.

:livres: Audrey Haensler et Cassandre Di Lauro ont participé à l’écriture de Genres et Militantismes, publié aux éditions Double Ponctuation. Elles seront toutes les deux à la Librairie Nicole Maruani (Paris 13) samedi 12 novembre à 16h, pour présenter le livre !

:note: Adèle Cassigneul signe dans Jeanne Magazine une critique de Fem de Joan Nestle, paru aux éditions Hystériques & Associées, dans la traduction de Noémie Grunenwald et Christine Lemoine.

:boum: Aurore Turbiau annonce la parution prochaine d’un ouvrage collectif co-dirigé avec Judith Cohen et Samy Lagrange, Esthétiques du désordre. Vers une autre pensée de l’utopie, ouvrage consacré à repenser la notion d’utopie à l’aune de ses actualisations plurielles, en mouvement, désordonnées. L’ouvrage est disponible en précommande ; certaines membres des Jaseuses y ont préparé un texte présentant Les Échos du futur, et Marie Penicaut ainsi que Quitterie de Beauregard y signent un chapitre chacune. Aurore signale aussi, sur son carnet, la publication d’un billet présentant l’ouvrage Toutes trois, par Lisa, Liu et Gro, roman lesbien paru en 1975.

:cœur_violet: Margot Lachkar publie dans le dernier numéro de Jeanne Magazine une critique de L’Evaporée (Ed. Cambourakis), le roman d’une rupture lesbienne, écrite à quatre mains par Fanny Chiarello et Wendy Delorme.

:danseur: Véra Léon a exposé un projet de portraits et d’enquête en archives visuelles à propos de la ville de Berlin, assortie d’une interview. Le projet continue de circuler à Berlin… Elle a aussi participé au podcast Oyez Oh Yeah, pour l’épisode “C’est beau d’être un homme ?”.

Ami·es des Jaseuses

:filmer: Du 20 au 23 octobre a lieu à Paris le festival de cinéma lesbien et féministe Cineffable ! Programme ici.

:poing_levé: La CGT annonce la création d’une antenne dédiée aux doctorant·es, un groupe auprès duquel il est donc désormais possible de se syndiquer : c’est rare et l’information mérite de circuler !

:dollar: L’AIEQ (Association Internationale des Études Québécoises), dont Aurore est membre, annonce l’attribution d’un prix “destiné à récompenser des jeunes chercheurs dont le sujet de thèse contribue à l’enrichissement des connaissances sur le Québec”. Infos à faire tourner.


⚡Note

Les Jaseuses signalent la parution, aux éditions des femmes – Antoinette Fouque, d’une réédition du texte de Xavière Gauthier, Rose saignée.
Nous saluons la nouvelle édition d’un texte fort sur l’avortement, sur les règles, le désir, les difficiles rapports entre hommes et femmes engagés dans de mêmes mouvements de luttes progressistes à l’orée du mouvement de libération des femmes, un texte qui représente l’effervescence d’un mouvement littéraire naissant au moment des années 1970, artisanal, bricolé, où la création est souvent collective.
Des membres du collectif avaient proposé d’accompagner Xavière Gauthier dans la réédition de ce texte, imaginant contribuer à une recomposition et élaborer un dossier critique solide revenant sur son contexte historique et idéologique, soulignant l’aspect très problématique de passages relevant d’un imaginaire raciste et essentialiste. Le dossier devait aussi analyser l’intérêt d’autres aspects du texte pour retracer les filiations et ruptures entre différentes générations féministes.
Ces membres des Jaseuses se sont retirées du projet lorsque la décision a été prise de rééditer ce texte aux éditions des femmes, sans réécriture ni appareillage de notes, et lorsque la mise en place du dossier critique n’a plus été possible. Le collectif n’a pas été informé en amont de la mention des Jaseuses dans la postface.


Merci de suivre nos actualités. Puisse le mois d’octobre vous apporter ses chaleureuses couleurs d’automne ! :feuille_morte:

 

Conceptrices : Patrycja Toczek et Caroline Dejoie



Citer ce billet
Les Jaseuses (2022, 19 septembre). Octobre 2022 : Trouver sa place. Les Jaseuses. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qumy

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search