Renata Andrade, “Appropriation du mythe cannibale par des artistes-femmes contemporaines : une constellation émancipatrice”

« L’art, s’il est le lieu privilégié d’épanouissement des mythes et le véhicule idéal d’une construction du mythe, pourrait bien, quand il conserve un caractère de proposition et qu’il participe d’une micro-inscription critique, opposer une résistance » (Creissels, 2009, p.12)

Comme l’a démontré Anne Creissels dans son ouvrage de 2009, Prêter son corps au mythe, le féminin et l’art contemporain, l’utilisation des mythes par les artistes-femmes est une manière de contester et de troubler la domination phallocentrique du monde de l’art. En suivant cette même idée, je propose, dans cet article, une table de recherche que j’ai construite autour du thème du mythe cannibale. Un travail artistique et de recherche dans lequel j’invite les lectrices et les lecteurs à naviguer et faire dialoguer quelques œuvres d’artistes femmes qui s’approprient ce mythe à l’intérieur de l’univers élargi du monde de l’art. Un dialogue qui fait apparaître comment l’appropriation de ce mythe par ces artistes contemporaines est un facteur de contestation de la domination patriarcale et coloniale.

Dans son ouvrage Du goût de l’autre, de 2018, l’anthropologue Mondher Kilani montre en effet qu’au-delà de la consommation de chairs humaines par des humains, le cannibalisme est surtout un imaginaire, un mythe, une peur de l’altérité. Le caractère émancipateur du mythe cannibale a notamment été utilisé vers les années 1920 au Brésil par quelques artistes qui proposaient comme méthode de « cannibaliser » l’art occidental pour construire un art brésilien. Dans le Manifeste anthropophage (1928), Oswald de Andrade et Tarsila do Amaral invitaient ainsi à retourner le discours colonial et à devenir l’autre en s’appuyant sur la pratique du rituel cannibale des peuples autochtones au Brésil. Certains d’entre eux mangeaient leurs ennemis pour s’approprier leur qualités. À partir de ce détournement métaphorique de discours, quelques artistes modernes du Brésil ont conçu une méthode d’appropriation des techniques et des courants artistiques européens. Cette idée a évolué et, comme l’a montré Henri Hugues dans son ouvrage L’art brésilien au féminin, de 2017, certaines artistes femmes contemporaines se sont appropriées le concept et l’appliquent, au pied de la lettre, en mettant en scène le mythe cannibale dans leurs œuvres. Aujourd’hui, nous pouvons identifier une constellation d’artistes-femmes de plusieurs nationalités, qui utilisent, voire radicalisent, l’appropriation du mythe cannibale. Plus qu’une simple métaphore de la dévoration de l’autre, certaines artistes-femmes figurent ou incarnent la cannibale dans leurs travaux. Elles questionnent ainsi leur altérité supposée, l’exotisation et l’objectification de leur corps en tant qu’objet de consommation sexuelle, mais aussi le caractère cannibale de la maternité.

En disposant 100 images sur cette toile de cinq mètres par cinq, j’invite le public à interagir, suivre de multiples trajets et faire émerger les enjeux de cette stratégie commune. Ce montage rappelle les planches d’Aby Warburg qui, dans son Atlas mnémosyne, réalise des associations d’images synchroniques et diachroniques. Ainsi mon travail part des œuvres contemporaines de cinq artistes femmes (Adriana Varejão, Melissa Ichiuji, Kara Walker, Wangechi Mutu et Rébecca Chaillon). Ce sont elles qui nous incitent à nous approcher et à naviguer dans ce labyrinthe d’images et à réfléchir sur le caractère émancipateur de l’appropriation du mythe cannibale.

Mode d’emploi

Cette table de recherche a été réalisée dans un format pdf afin qu’elle soit accessible à toutes et à tous. Des liens actifs sur les images et les traits permettent de naviguer facilement à travers la création. Si ceux-ci ne fonctionnent pas dans votre navigateur internet, essayez d’ouvrir le fichier avec une visionneuse pdf type acrobat reader.

La question des droits d’image dans un monde de circulation ouverte de la connaissance

Le travail proposé dans cet article est constitué d’une myriade d’images représentant des dizaines d’œuvres d’art. J’ai récolté ces images sur internet, sur les sites des artistes ou des galeries qui les représentent, sur le site de la BNF et d’autres institutions de conservation des œuvres. Faire un usage commercial des images que j’ai sélectionnées pour ma “table de recherche” constitue une violation flagrante des droits d’auteurs·rices. En tant qu’artiste, je défends activement la juste rémunération des créateur·rice·s.

Mais en tant que doctorante en arts à l’université de Paris 8, je milite aussi pour une libre circulation de la connaissance. Cette publication, libre d’accès, constitue une création pédagogique visant à la vulgarisation de ma recherche de doctorat. Convaincue de l’intérêt de cette dernière, j’ai participé à de nombreux colloques et journées d’études ouvertes à tou·te·s. En publiant les résultats de plusieurs années de recherche, j’espère permettre au plus grand nombre de profiter de mon travail.

L’article 28 de la Loi pluriannuelle de programmation de la recherche votée fin 2020 va dans mon sens. C’est sur ce texte que je me suis basée lors de la construction de ce travail. L’article prévoit en effet une licence collective étendue pour les reproductions figurant dans les travaux de recherche et travaux issus de l’enseignement supérieur, à condition qu’ils soient publiés en accès ouvert et dans un cadre non lucratif. C’est le cas de ce site internet et c’est à ce titre que je vous propose ma création-réflexion aujourd’hui.

 
Renata Andrade est doctorante au laboratoire TEAMeD (Théorie, expérimentation, arts Médias et Design) de l’université de Paris 8. Elle mène une recherche intitulée Le cannibalisme dans l’art contemporain : appropriation de mythes et stratégies d’émancipation sous la direction d’Anne Creissels, chercheure en arts plastiques à l’Université Paris 8. Diplômée de l’Institut des arts scéniques à São Paulo (INDAC) et de la Faculté de Beaux Arts de São Paulo (FPA), elle a obtenu un master en arts visuels à l’université de Lille en 2019 avec un mémoire ayant pour titre L’anthropophagisme : un outil d’émancipation pour les artistes brésiliennes. Artiste plasticienne, Renata Andrade développe des productions artistiques en lien avec sa recherche académique. Ses travaux ont déjà été exposés au Brésil, en Argentine, en France et en Chine.

 

Bibliographie

ANDRADE, Oswald. 1928. Manifesto Antropofago.
BARTHES, Roland. 1957. Mythologies. Paris : Le Seuil.
BHABHA, Homi K. 2007. Les lieux de la culture. Paris : Payot & Rivages.
BONNET Marie-Jo. 2004. Les femmes dans l’art. Qu’est-ce que les femmes ont apporté à l’art ? Paris : La Martinière.
BOULAY, Roger. 2001. Kannibals et vahinés. Paris : catalogue d’exposition, Musée des arts d’Afrique et d’Océanie.
BUTLER, Judith. 2017. Le pouvoir des mots. Discours de haine et politique du performatif. Paris : Amsterdam.
CASTRO, Eduardo Viveiros de. 2009. Métaphysiques cannibales. Lignes d’anthropologie poststructurale. Paris : PUF.
CREISSELS, Anne. 2009. Prêter son corps au mythe. Le féminin et l’art contemporain. Paris Éditions du Félin.
CUKIERMAN, Leïla, DAMBURY, Gerty et VERGÈS, Françoise. 2018. Décolonisons les arts ! Paris : L’Arche.
DE CASTRO, Sérgio. 2010. Matriarcado, antropofagia e psicanálise. São Paulo : Scriptum.
DE SOUZA MARTINEZ, Elisa. 2009. « Antropofagos ou Canibais : Modos de ver e ser visto » in 18º Encontro da Ass. Nacional de Pesquisadores em Artes Plásticas Transversalidades nas Artes Visuais. Bahia.
ESTURGIE, Claude. 2008. Le Genre en Question ou Questions de Genre. Paris : Léo Scheer.
FREUD, Sigmund. 1993. Totem et tabou. Paris : Gallimard.
HENRI, Hugues. 2017. L’Art brésilien au féminin. Paris : L’Harmattan.
HUNT, Jean-Marc. 2019. Désir Cannibale. Catalogue d’exposition. Guadeloupe.
KILANI, Mondher. 2018. Du Goût de L’Autre. Paris : Seuil.
———. 2006. « Le cannibalisme. une catégorie bonne à penser » in Études sur la mort, n°129.
LESTRINGANT, Frank. 1994. Le Cannibale, Grandeur et Décadence. Paris : Perrin.
LÉVI-STRAUSS, Claude. 2013. Nous sommes tous des cannibales. Paris : Le Seuil.
NOCHLIN, Linda. 1993. « Pourquoi n’y a-t-il pas eu de grandes femmes artistes ? » in Femmes, art et pouvoir, et autres essais : 201-244.Nîmes : Jacqueline Chambon.
PARKER Rozsika POLLOCK Griselda. 1995. Old mistresses : women, art, and ideology. Londres : Pandora Press.
RENNES Juliette (dir.). 2016. Encyclopédie critique du genre. Paris : La Découverte.
SPIVAK CHAKRAVORTY Gayatri. 1988. « Can the Subaltern Speak? », in Cary Nelson et Larry Grossberg (dir.), Marxism and the interpretation of Culture.
WARBURG, Aby. 2012. L’atlas Mnémosyne. Paris : L’écarquillé-INHA.
ZWINGENBERGER, Jeanette (dir). 2011. Tous Cannibales. Catalogue d’exposition. Paris : Artpress 22.

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Renata Andrade (31 août 2022). Renata Andrade, “Appropriation du mythe cannibale par des artistes-femmes contemporaines : une constellation émancipatrice” Les Jaseuses. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qumv


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search