Des vaines tentatives pour comprendre ce désir

Couverture de l'album "Marchita" de l'artiste mexicaine Silvana Estrada

Couverture de l’album “Marchita” de l’artiste mexicaine Silvana Estrada

Lorsque le désir apparaît, le monde s’arrête et cette nouvelle situation occupe une place centrale dans nos pensées, nos conversations et nos rêveries. Elle est donc conçue comme une émotion extrêmement puissante et totalement irrépressible […] Le désir et la manière dont nous le vivons sont donc un mécanisme social sur lequel nous avons un pouvoir, même si nous ne semblons pas en avoir conscience.

(Vasallo : 2018 – epub 78%) – traduction propre.

 

Sans titre

Mon cœur en noyade

Cherche furieusement à remonter à la surface.

Cette poitrine ensevelie n’arrive plus à le contenir.

Hauts les cœurs,

Envie de vomir,

Vomir ce cœur chagriné qui cherche à s’extirper de moi, pour ne pas mourir noyé.

 

Brouillard 

Comme un brouillard d’été

Personne ne le voit.

Il semble seulement exister dans la tête,

Une tête qui ne pense plus,

Une tête qui n’arrive plus à discerner le fantasme de la réalité.

Après avoir tenté vainement de comprendre un moment conditionné par l’alcool et la musique,

Cette tête est perdue et fatiguée, obnubilée,

Aucune déconstruction ou théorisation ne peuvent l’aider à voir plus clair dans ce dense brouillard d’été

Invisible à l’œil nu, ce brouillard est à couper au couteau.

 

Trémulations 

Respiration haletante,

Corps vibrants,

Tremblants comme des feuilles,

Comme des corps hypothermiés en pleine période caniculaire.

Entre tes bras, elle ne peut pas s’empêcher d’écouter ton cœur qui bat à 1000/h…

Un cœur fébrile comme celui d’un adolescent qui s’apprête à livrer sa pire confession.

Sa main gauche te dirige contre sa poitrine pendant que tu caresses son bras droit,

Tu l’embrasses,

Elle ébranle ton sexe,

Tu caresses ses cheveux,

Elle te mord,

Serrés l’un-e contre l’autre,

Tremblant-es d’un désir rageux qui met en évidence des refoulements.

Vos lèvres ne dissimulent plus leurs besoins.

Le courant de vos cœurs, que dis-je de vos corps, est électrifiant.

Encore plus des caresses, des morsures et des trémulations.

Craignant tous les lendemains,

Vos corps sont l’expression ultime d’un désir inavoué.

Vous êtes des interdits et vous cherchez à tout assouvir,

Inabouti, ce désir devient toxique.

Ça la ronge, la dévore et la déchire.

Mais pour toi, trop des choses sont en jeu et il vaut mieux faire comme si de rien n’était.

 

Prudence 

Perdue après un instant d’extase ;

Elle ne comprend plus rien.

En elle, trois femmes :

une fanée par le temps,

une qui lui montre la fugue de quelqu’un-e qui n’a rien à perdre

et une autre qui prend son temps, car elle sait qu’elle a toute sa vie devant soi.

Timide et circonspect, lui, il s’est enfin ouvert à elle.

C’était un dialogue sourd :

Iels chouchoutaient.

Iels s’écoutaient sans s’entendre vraiment ;

Leurs voix trémoussantes cherchaient à tout s’avouer, mais…

Mais le battement de leurs cœurs s’entendait plus fort.

Alors, iels ont préféré de suivre ce que disaient leurs corps.

Iels se sont trop écoutés.

Des bruits voisins ont tout arrêté.

L’instant de lucidité est arrivé.

Les lendemains fébriles ont causé des dégâts ;

Plus de dégâts chez celle qui s’estimait si libre et déconstruite, mais qui livrait des choses qu’elle ne s’était jamais autorisée à penser.

Elle aurait dû être prudente quand elle cherchait à comprendre : se questionner et trop questionner l’ont embrumée.

Son âme est fendue.

Sa circonspection à lui n’est que la réminiscence d’une construction culpabilisante et hétéronormée : ne pas s’ouvrir, ne pas parler, penser d’abord aux autres, surtout à cet ami, quitte à se trahir soi-même pour faire comme si de rien n’était.

Il lui disait ne pas vouloir lui faire du mal.

Et elle, elle ne cesse encore de se répéter qu’elle aurait dû être prudente avant de lui montrer son âme.

 

Comment l’expliquer… 

Comprendre, que faut-il comprendre et comment l’interpréter ?

Ce sont deux âmes sœurs qui ont tout fait pour s’éviter.

Ce sont deux âmes sœurs égarées qui, durant cette nuit d’été, ont relâché tout ce qui les a toujours freinées.

L’âme la plus solaire disait : c’est la faute à la musique, à cette playlist qui les a enivrées, plus qu’à l’alcool qu’iels ont consommé.

Et l’âme circonspecte répondait : ça serait ridicule de dire que c’est la faute à la bière ou la musique, puisque c’était bien plus que quelque chose de matériel.

Pourtant, malgré l’évidence de ce qui se trame chez la dernière âme, rien ne sera avoué.

Mais, si ce n’est ni la musique qui les rapproche tant, ni l’alcool désinhibant, ni cette chaleur qui les faisait trembler, comment expliquer tout cela ?

 

Refuge

Je tente de consoler ce cœur explosé.

Lui qui ne cherchait qu’un refuge après cette nuit d’extase où je me suis complètement perdue.

Je ne pensais qu’à toi, malgré ce monde qui tombait en miettes autour de moi.

Mais je te pardonne parce que si je survis à mon monde apocalyptique, c’est aussi grâce à toi…

Faisant fi des conséquences, j’implorais un droit d’asile.

Tu as pourtant décidé de refuser ma demande.

Je ne demandais qu’une seule nuit d’asile pour ce pauvre corps qui me réclame d’être sur toi et à tes côtés.

J’en suis malade… Je te veux, en moi.

Ce ressenti qui me torture, Drexler l’exprime mieux que moi.

Mes nuits blanches témoignent de mon âme en suspens.

Déchirée, je lèche mes plaies et je cherche à panser cette blessure suintante et infectée.

 

Apprendre à comprendre 

J’aimerais apprendre à comprendre.

À comprendre que ce que je ressens n’est pas une fatalité, mais bien une expérience à ne pas rationaliser.

Et j’aimerais saluer cette nuit enivrante, qui me tient malade et à tes pieds, comme un moment qui m’a fait revivre.

Rien que pour ça je devrais être en gratitude,

Mais je n’arrive pas.

Tes caresses et tes baisers m’ont permis de me sentir en vie,

après cette période comateuse qui a duré trop longtemps.

Mais nous sommes des interdits.

L’accalmie qui découle de l’orage estompé est vite arrivée.

Des silences se sont suivis puis un flot (unilatéral) de confessions jusque-là inavouées.

Il paraît que tu n’es plus confus,

Désormais, il n’est plus question de ce qui était en jeu.

Il parait que tu penses ne plus ressentir le même désir de cette nuit-là.

Là, je me sens agoniser.

J’active le mode survie de mon système et je cherche à comprendre.

J’avais presque toutes les données à ma disposition : les sensations, des mots et toutes ces phrases hachées, ainsi que le contexte et les explications a posteriori

Voulant voir plus clair, je me suis approché trop du soleil et sa lumière m’a aveuglé.

Ai-je loupé les données les plus pertinentes ?

Est-ce que lors d’une de ses phases, cette expérience a été trafiquée ?

Ou c’est bien moi qui ai tout surinterprété ?

Quel que soit le cas, si nous ne sommes que les deux concernés par ce petit échantillonnage, pourquoi ai-je l’impression qu’il n’y a que moi qui ait été induite en erreur ?

Pourquoi il ne faut plus prendre en considération tout ce que nous nous sommes dit et ce que nous avons vécu cette nuit, tous les deux ?

Mon cerveau part en vrille.

Entre déchirure et préoccupation, mon cœur s’engouffre au fond de moi.

Peut-être pour arrêter de s’essouffler une fois pour toutes ?

Au secours, je veux apprendre à comprendre pour [te] résister et revenir à la vie.

 

Epílogo

La tranquilidad que me envuelve desde hace días me empuja a escribir estas palabras.

Al parecer mi alma le lanzó la tregua a una guerra interna.

J’ai bon espoir…

Y sí, te hablé de este deseo, te expliqué toda la incomprensión que me inundó.

Tú no pudiste, mejor dicho no quisiste ayudarme a entender. Sin embargo, tenía derecho a esas respuestas. Ellas me incumben porque tratan de aquel momento en el que nos unimos.

Y sí, me perdí buscando comprender, pero ya no me interesa ninguna explicación.

Entonces aprovecho esta tregua para elegirme, para elegirme a mí.

Me elijo porque aun y cuando yo no tenga todas las herramientas, tengo la voluntad de ser feliz.

Ya igual me vale que un día nos deseemos como al último elixir de la vida y que al instante que sigue no muestres mayor interés.

Hoy me da igual porque me elijo a mí y me soy suficiente.

Me elijo a mí, esta persona con las agallas necesarias para vivir. Con las agallas necesarias para amar fuera de las normas y de los complejos, pero sin los sacrificios que me aniquilan.

Porque cuando esos sacrificios acaban con los principales involucrados, se le restan respeto y valor a la experiencia vivida, a lo que somos tú y yo, pero también a lo que son los otros dos.

Insisto, yo no me sacrifico y me elijo a mí. Porque de eso se trata todo, al fin y al cabo: de vivir, de no dejarse morir ni de estar simplemente existiendo.

Entonces, al elegirme a mí, decido de vivir sin miedo a vivir: sin miedo a la rutina, sin miedo al qué dirán, sin miedo a lo nuevo o a lo desconocido, sin miedo a ti, sin miedo a mí.

Tú escogiste enterrar aquel eco mutuo que yo sentí en tu cuerpo.

Te negaste a vivir y a sentir. Tant pis pour toi, como dicen aquí.

Yo me niego a vivir opacando mis deseos y mis sentimientos. Yo me niego simplemente a no vivir, puesto que eso que te frena y que te estanca, a mí me libera.

Entonces, sí, me elijo a mí.

Elijo acompañar el sufrimiento de tu rechazo hasta su fin, pero asumiendo que no estoy hueca por dentro.

Y me toca terminar el duelo de lo que alguna vez pudimos ser. Pero yo soy como las salamandras, y en cada herida o en cada miembro que se me ha amputado, consigo una oportunidad de regenerar.

Ya duele menos porque ya no pienso a dos. Ya estoy empezando nuevamente a pensar en mí. A pensar en mí dentro de un todo.

A pensar en mí sin aniquilar la intensidad que hace que mi alma sea algo más que un simple plano existencial.

Entonces si, me elijo a mí, aunque sea solo conmigo.

Me elijo para ser libre y seguirme llenando de amor auténtico, sin trampas normativas y con la fuerza de un deseo que renace una y otra vez.

 

Scène du clip "Tristeza" de Silvana Estrada. Direction artistique : Karla Read & Edwin Erazo, Glassnote Music LLC

Scène du clip “Tristeza” de Silvana Estrada. Direction artistique : Karla Read & Edwin Erazo, Glassnote Music LLC


Référence de la citation en début du texte

Brigitte Vasallo. 2018. Pensamiento Monógamo, Terror Poliamoroso. Madrid: Oveja Roja.

 



Citer ce billet
Marys Renné Hertiman (2022, 19 septembre). Des vaines tentatives pour comprendre ce désir. Les Jaseuses. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qumx

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search