Juillet 2022 : Merci

Merci :cœurs:

Après mille et une péripéties, j’ai rendu ma dissertation (71 pages sur L’Étranger d’Albert Camus). Plus qu’une vingtaine de pages de mon analyse comparée de Carmen, pour changer de Sophie Rabau et du Voyage sans fin de Monique Wittig et c’est les vacances ! Pour de vrai. Je suis sur le point de finir mon master Erasmus Mundus Crossways in Cultural Narratives. (…) Dans d’autres circonstances, tout cela n’aurait rien de remarquable, et je ne souhaite pas même m’attarder pas sur les obstacles rencontrés sur mon chemin, mais la fin d’une étape porte à réflexion. Comment en sommes-nous arrivées-là ? Quelles leçons en tirer pour la suite ? De quels genres de suite voulons-nous ?

Ce qui est certain, c’est qu’on m’a beaucoup aidé, depuis toujours. Je n’ai pas pu écrire de remerciements pour mon mémoire. Ça aurait été trop d’émotions, je n’avais plus le temps ni l’énergie. Et puis j’ai tellement appris en dehors des cours : j’ai eu la chance incroyable de faire tant de belles rencontres académiques, d’échanger avec d’autres chercheureuses, toustes fantastiques, passionné-es et passionnant-es. Et je pense aux ami-es, à la famille qu’on choisit, à celleux dont la gentillesse, la patience, la disponibilité sont si précieuses pour mon petit cœur. Certains textes aussi ont eu une merveilleuse influence sur mon rapport au monde, sur mes pratiques de recherche, sans pour autant être cités systématiquement. Ces fameux textes qui nous accompagnent, toujours présents avec nous, que l’on aurait envie de faire lire au monde entier, dont on perçoit continuellement des échos dans nos lectures suivantes. Je crois que c’est ça qui me plaît le plus dans nos apprentissages, ou du moins dans ma formation intellectuelle que je construis avec, en compagnie de, voire sous le regard bienveillant des personnes qui le veulent bien. Ça me rassure de penser qu’on n’est jamais complètement seul-e. Qu’il y a toujours quelqu’un-e quelque part dont les travaux et ambitions nous parlerons. Et toujours quelqu’un-e quelque part qui aura envie de nous écouter aussi. Le tout est de nous repérer, de nous récupérer mutuellement, d’échanger – idéalement dans un cadre serein, un lieu safe, sans trop de pression. Moi, je sais que ça marche quand je peux ne pas masquer en interactions avec mes interlocuteurices ; c’est reposant et énergisant à la fois, c’est empouvoirant, c’est tout doux.

Bref, en ce mois de juillet deux mille vingt-deux, je nous souhaite un futur tout doux, des rencontres textuelles inspirantes, des projets collectifs enthousiasmants, des constellations créatrices comme nous, et toujours autant de soutien qui rassure.

Bisous de St Andrews,

Alice Hagopian


Publication

Nous avons le plaisir et la fierté de pouvoir annoncer la parution du 12e numéro de la revue GLAD!, “Constellations créatrices” coordonné par Aurore Turbiau, Mathilde Leïchlé, Camille Islert, Marys Renné Hertiman et Vicky Gauthier pour Les Jaseuses :scintillements::tada:
Le numéro est en partie issu du colloque “Constellations créatrices : héritages et réseaux féminins/queer” qui s’est tenu en janvier-février 2021. Les interventions ont été approfondies et retravaillées, et le dossier s’enrichit de nouveaux entretiens et recensions. L’ambition est de proposer le concept de “constellation”, comme une notion créative et critique utile, en particulier, aux études sur le genre. Elle est dans l’air du temps, elle est un peu floue, un peu vague : les autrices du numéro ont montré comment elles pouvaient la bricoler et se l’approprier comme un véritable outil critique. On espère qu’elle donnera lieu à de nouvelles recherches et analyses “constellatrices” !

Cartes blanches

« De quoi parlent les créatrices de bandes dessinées ? » Marys Hertiman répond à cette question dans une nouvelle carte blanche : Les créatrices, l’intime et la bande dessinée. En soulignant le caractère hétérogène des thèmes investis par les femmes en BD, elle nous parle particulièrement du registre de l’intime, révélateur du contexte genré dans lequel s’inscrivent les productions qu’elle étudie, et réactualisation du fameux sloggan « le privé est politique ».

On reçoit Maëlle Roger dans la rubrique Carte Blanche, avec un article tiré de ses recherches : Le paradigme du corps féminin chez les peintresses du début XXe siècle : objet ou sujet d’art ? On y croise Suzanne Valadon, Valentine Prax, Marie Laurencin, Tamara de Lempicka… au salon de Natalie Clifford-Barney.


Nouvelles Jaseuses

Ce mois-ci on accueille aux Jaseuses Marion Lata, Natacha Aprile et Marion Quetier, bienvenue !!

⚡On jase aussi par ici

:traces_de_pas: Pour la revue de vulgarisation scientifique Papier Mâché, Éléonore de Beaumont décrypte un article d’Ann Coady sur le rejet du langage inclusif en France.

:bulle_de_parole: Éléonore de Beaumont et d’autres jeunes chercheureuses créent un réseau d’entraide pour le domaine Genre et Sciences du langage. L’idée ? Un espace (virtuel, principalement) pour s’entraider, partager, échanger sur nos recherches, et pourquoi pas rêver de nouveaux projets. Si vous avez envie de les rejoindre, n’hésitez pas à lui écrire : eleonore.de.b@gmail.com !

:pousse::scintillements: Marie Penicaut et Maud Plantec ont accueillie luvan, autrice de science-f(r)iction queer, pour une rencontre autour de son roman Agrapha. Dans un lieu magique, assis-es sur des bottes de pailles, entre les poules et les châtaigniers, on a parlé d’Histoire et de ses contre-récits, de poésie, de fantasy féministe, de langage, de communautés alternatives, de quotidien politique. On a dit traces, subsistance, kinship, saltus et sippe… Elle reviendra.

:haut_parleur: Élise Huchet a publié un article “Faire entendre les subalternes” dans la revue Trajectoires.

:vampire_femme: Dans le numéro spécial de French Forum consacré à L’Amour des Morts. Love with Ghosts, Vampires and Other Dead(ly) Beings in the XIXth Century dirigé par Céline Brossillon et Nathalie Prince (47.1, Spring 2022), Mathilde Leïchlé publie un texte intitulé “Pouvoirs divins de l’amour: Deuil, résurrection et extases dans les représentations de Marie Madeleine du XIXème siècle“.

:livre: Pour Jeanne magazine, Adèle Cassigneul signe une chronique d’Écrire à l’encre violette. Littératures lesbiennes en France de 1900 à nos jours (Le Cavalier bleu 2022).

:théière: Luce Roudier se lance dans une activité de potière. En attendant le lancement de sa boutique, vous pouvez la suivre et la soutenir sur son instagram.

:plage_avec_parasol: Sophie Benard a fait appel à plusieurs Jaseuses pour son article “Pourquoi ne bronze-t-on plus seins nus sur la plage ?” sur Slate.

 Ami·es des Jaseuses

:voiture_bleue: Sophie Imren et Noémie Cadeau (qui avaient illustré et écrit un Un jour une Jaseuse sur Annemarie Schwarzenbach) lancent un très chouette projet de bande dessinée à propos de Annemarie Schwarzenbach et Ella Maillard, et leur voyage de Genève à Kaboul en 1939. Pour les soutenir et les aider à publier cette bande dessinée, c’est par là et leur insta, c’est par ici !

:cerveau: On soutient le lancement de la revue féministe Psychologie, genre et société. Un appel à contribution à été lancé, ouvert tant au milieu universitaire qu’aux milieux militants, cliniques, artistiques.

:cœur_bleu: On relaie la cagnotte de Wil Hélio Floréal et Riv Graham Kay, pour les aider à payer leurs torsoplasties. Si vous le pouvez, aidez en contribuant ou en relayant !

:feuillu: Le collectif écoféministe La Sève organise un festival écoféministe autogéré du 4 au 7 août aux Tanneries à Dijon. C’est à prix libre, inscription ici. Chaque participant-e peut proposer, sur la base du bénévolat, des ateliers, performances, expositions, concerts, etc. Il n’y a pas besoin d’être expert-e dans un domaine mais simplement d’avoir envie de l’explorer. Les organisateur-ices d’ateliers sont aussi participant-es au festival le reste du temps. Pour soumettre une proposition, vous pouvez remplir le formulaire disponible ici. Plus d’infos sur leurs pages facebookinstagram et leur site. Et l’événement facebook ici.

:clavier_musical: On nous a signalé la création de Majeures, un annuaire de profesionnel-les femmes, personnes trans et non binaires de la musique.

:écriture: Sur Instagram, l’aventure d’écriture collective #100joursd’écriture, lancée par Adèle Cassigneul et lou Dimay se poursuit.


Que ce moment soit propice aux bilans, aux pauses, aux suites ou bien que vous continuiez sur votre lancée, aux Jaseuses on ne vous souhaite qu’une chose : d’être en mouvement. Merci d’avoir lu, un très bel été à toustes !

Conceptrices : Patrycja Toczek et Caroline Dejoie


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search