Les créatrices, l’intime et la bande dessinée

File:Graffiti at the Ambedkar University Delhi, students 2018 222.jpg - Wikimedia Commons

Graffiti at the Ambedkar University Delhi, students 2018 – Wikimedia Commons

Je travaille, depuis 2017, sur les discours des créatrices de bandes dessinées en France1. Cela implique de saisir leur discursivité dans une trajectoire, dans un contexte, éventuellement dans une lignée, dans différents espaces mais aussi dans leur production. Puisqu’on me demande souvent d’expliquer (sic) de quoi est-ce qu’elles parlent, je réponds ici en précisant la teneur hétérogène de leur production : ça peut être des œuvres dystopiques (Chantal Montellier, Léa Murawiec), de vulgarisation (Marion Montaigne, Janine, Lisa Mandel), de science-fiction (Valérie Mangin, Ornella Savarese), historiques (Joëlle Savey, Lisa Lugrin, Marie Bardiaux-Vaïente, Jeanne Puchol) et oui, intimistes (que l’on retrouve dans le genre de la BD dite du réel). Pourtant, c’est sur cette dernière catégorisation que l’on a tendance à s’arrêter. En effet, on me demande encore si le travail des créatrices concerne principalement une réflexion égocentriste (c’est-à-dire centrée sur leurs conditions de vie). Je propose alors de présenter ici mes observations quant aux œuvres dites intimistes des créatrices de BD, un registre dont elles ne détiennent pas le monopole, mais qui permet de comprendre le contexte genré dans lequel elles doivent évoluer.

Exposer l’intime | s’exposer

Depuis les années 1970 dans les pays du Nord global, des créatrices, notamment aux revendications féministes, ont invoqué leur sphère intime (et leurs rapports au privé)2 dans leurs productions culturelles et artistiques3. En France, les créatrices de BD ont fait de la revue Ah ! Nana (1976-1978) l’espace où l’intime se dévoilait, non pas comme une simple tranche de vie, mais bien comme le lieu où le privé pouvait empiéter sur l’espace public4. Quarante-cinq ans plus tard, l’intime est légitimé comme un style à part entière dans l’industrie du neuvième art et les créatrices de bande dessinée habitent cet espace discursif pour s’exposer au singulier mais aussi pour invoquer les voix communautaires5.

S’attaquant à la polémique sur l’autrice Judith Forest6, Marine Gheno questionne (2013) les modes de visibilités des femmes dans l’espace public, et précise que c’est au travers du regard de l’autre que le Soi devient réel :

La visibilité féminine renvoie à la fois à la représentation des femmes en tant que groupe distinct et marginalisé dans la sphère publique, aux notions de visibilité et de sphère publique qui sont en pleine transformation à l’ère de l’information médiatique, et au poids politique de la visibilité sur la constitution et la place du sujet au sein du collectif « société ». L’idée de visibilité part du fait d’être vue et donc de valider sa propre existence à travers le regard de l’autre (Gheno, 2013 : 66).

Ce propos, lié au statut ontologique du Sujet, invite à se pencher sur les phénomènes de reconnaissance qui concernent les femmes (comme catégorie sociale). Méconnues et grandes absentes du récit historique sur le neuvième art (Hertiman, 2022), les créatrices de bande dessinée évoluent en appliquant différentes stratégies de visibilisation7, résistant ainsi à l’un des mécanismes propres au patriarcat. Ces stratégies sont multiples, et parmi celles qui touchent à l’intime, on en trouve deux : les stratégies d’ordre individuel (production) et d’ordre collectif (actions au niveau communautaire).

Les stratégies d’ordre individuel peuvent s’observer au travers de leur production en lien avec l’autofiction, l’autobiographie8 et dans le travail autour de thèmes faisant partie du champ de l’intime. Ainsi, en listant les thèmes que ces autrices abordent régulièrement dans leurs albums, on revient souvent aux mêmes récurrences :

Thème Autrices 
Le genre (catégorie sociale) Sibylline, Sandrine Revel, Lisa Mandel, Chloé Wary, Muriel Douru, Mirion Malle
Le rapport au corps Chloé Wary, Navie, Gally, Lisa Mandel, Marjane Satrapi
La subjectivité dans les rapports de pouvoir Mirion Malle, Sandrine Revel, Chloé Wary, Chantal Montellier, Marion Duclos, Delphine Panique, Muriel Douru
La subjectivité comme ancrage identitaire Coline Picaud, Vanyda, Johanna Schipper, Lisa Mandel, Mirion Malle, Lolita Séchan
Vie de couple | vie de famille Lisa Mandel, Théa Rojzman, Coline Picaud, Muriel Douru
Santé (physique et mentale) Élodie Durand, Mirion Malle, Sibylline, Lisa Mandel, Théa Rojzman, Céline Wagner, Pauline Aubry, Mademoiselle Caroline
Quotidienneté | conditions de vie Elodie Durand, Lisa Mandel, Mirion Malle, Lolita Séchan, Céline Wagner, Mademoiselle Caroline, Muriel Douru, Marjane Satrapi
Le travail, la vie d’artiste depuis un positionnement particulier (classe et genre, notamment) Lisa Mandel, Lolita Séchan, Lucile Gomez, Lolita Séchan, Muriel Douru, Chantal Montellier, Céline Wagner
Précarisation | précarité Leslie Plée, Sandrine Revel, Chantal Montellier, Yatuu, Muriel Douru

On peut interroger cet inventaire à partir de ces dimensions qui font que chacun de ces thèmes puisse être compris comme étant constitutif de la vie en société. Ainsi émergent plusieurs questions (qui ne seront pas résolues ici) : comment les créatrices observent-elles le monde ? Quel est leur positionnement ? Comment est-ce qu’elles représentent des phénomènes sociaux ? Si ces questions pourraient nous aider à rendre compte de l’état de leur monde, depuis leurs subjectivités, elles rendent moins compte de leur rapport à l’intime, puisqu’il s’agit d’une mise en récit de l’exposition de soi.

Quant aux stratégies d’ordre collectif, elles concernent les actions de visibilisation mais répondent aussi à des contraintes de narrativisation similaires. Le discours des créateurices de BD ne peut s’appréhender qu’à l’intérieur des conditions de production (des conditions de travail jusqu’au produit fini et valorisé) propres à cette industrie. Dès lors, il me paraît plus intéressant d’articuler leur production (stratégie individuelle) à leur positionnement discursif au sein de leur communauté (stratégie collective). Ce faisant, je peux étudier un discours qui vient invoquer l’intime comme étant foncièrement politique.

(c) Céline Wagner, Un conte sans histoire, 9 mars 2020.

Un intime Pluriel

Le récit autobiographique a été décisif9 pour la narrative des créatrices de la BD contemporaine. Mais, au-delà de leur écriture bédéïste, c’est au niveau collectif que l’on peut observer une parole intime, qui se fond dans un commun qui est par ailleurs pluriel. Le cas du Collectif des créatrices de bande dessinée contre le sexisme permet de mieux comprendre cette hypothèse.

Aussi connu sous l’appellation « BDégalité », le Collectif des créatrices de bande dessinée contre le sexisme se forme en 2015, afin de lutter contre les discriminations de genre. Agissant comme un organe de veille contre les oppressions systémiques liées au genre, le Collectif offre aussi un espace de parole aux créatrices souhaitant témoigner de leur expérience dans l’industrie du neuvième art. Pour la plupart anonymisés, les témoignages de ces créatrices rendent compte du contexte dans lequel elles évoluent. Ici, elles exposent les violences sexistes et sexuelles expérimentées, les discriminations subies et les difficultés d’évoluer dans un espace où le genre est déterminant. Tous les témoignages ne sont pas rapportés sur le site web du collectif parce que cela pourrait porter (plus de) préjudice aux personnes concernées. Cependant, le collectif propose aussi des espaces privés (chats et groupe privé sur un réseau social très connu), en non-mixité, où elles peuvent s’exprimer sans crainte, sur leur expérience du petit monde (où presque toustes se connaissent) de la bande dessinée.

Le corps intime

Puisque le discours de l’intime ne concerne pas que le contexte privé dans lequel on évolue, les créatrices de BD tendent aussi à questionner l’un des sujets qui, même en leur appartenant, semble aussi appartenir au monde entier : les corps / leurs corps. En effet, les autrices prennent le corps comme un matériau empiriquement observable : elles le décortiquent, l’examinent depuis une approche clinique et le façonnent pour questionner le monde qui norme justement les corps, et avec cela les identités10. Le corps est ainsi travaillé et peut même faire l’affaire d’un trait réaliste poussé à son extrême pour offrir un dessin qui frôle le discours pédagogique sur le corps. Il n’y a donc pas un style homogène, les dessins peuvent ainsi être à la fois réalistes, sémi-réalistes, allusifs ou symboliques11. Dans le cas des albums que j’ai pu analyser (42 sur un corpus de 70), le corps est un indicateur extérieur d’un paradigme hautement politique : celui qui concerne le reclaim de leur image, laquelle est souvent manipulée (au sens d’un travail manuel), sous les normes du regard hégémonique12.

.

(c) Oriane Lassus, Quoi de plus normal qu’infliger la vie, Arbitraire, 2016, p. 4.

Cette sémiotique d’expressions corporelles (et qui ne se manifeste pas que dans le dessin, mais aussi et surtout dans la narration textuelle et co-textuelle) procède d’une tradition discursive chez les créatrices de BD, que l’on peut tracer depuis la publication d’Ah ! nana, et qui se constitue dans l’articulation de la mise en récit de soi, la narrativisation de l’Autre mais surtout du cadre expérientiel des personnes concernées. C’est ainsi qu’au travers de leur production, on peut voir comme l’enveloppe corporelle contient des sentiments, des attitudes et des codes sociaux qui doivent être appréhendés pour ne pas trop être à la marge des normes. L’une des particularités de cette production est ce que l’on voit des autobiographies, de tranches de vie ou des reportages dessinés, où l’on découvre alors une récurrence des corps vieux, jeunes, couverts de marques ou de taches, gros, affaiblis, avec des particularités13 invitant à une réflexion qu’on peut même qualifier de philosophique, parce qu’elle interroge l’être en tant que sujet à l’intérieur de la norme.

L’espace de ce billet m’a permis de mettre en vrac des morceaux de pensée autour d’une partie de la production bédéïste des créatrices en France. S’il est vrai que ces créatrices ont recours au registre de l’intime pour s’exprimer, il n’en est pas (ni plus ni moins) pour des questions nombrilistes auxquelles on a tendance à rattacher les discours des femmes. On voit, au contraire, qu’à travers ce type de productions elles réactualisent l’un des slogans féministes les plus connus de l’histoire. Puisque le privé demeure politique, j’insiste sur la lecture de cet espace, celui d’un intime où continuent à se produire et se jouer les rapports de force qui composent le paradigme de la hiérarchie sociale. Ainsi, il me semble important de finir ce billet en disant que le privé ou l’intime, comme espace a priori non plublicisable, concerne une parole collective et individielle que l’on choisit de rendre active ou passive.

(c) Céline Wagner, Zeste, 2008

 

Pour aller plus loin :
  • Annie Conèthe, “Les mères sans enfant de claire bretécher : la maternité en question au seuil des années 1980”, neuvième art 2.2 revue de la Cité de la BD, novembre 2017, URL : neuviemeart.citebd.org/spip.php?article1176
  • Catherine Meurisse, Entretien avec William Marx, Collège de France, 19 octobre 2021, publié le 2 novembre 2021. URL : https://www.youtube.com/watch?v=15rXwiKd3Ok
  • Discours Sandrine Revel, lauréate avec Théa Rojzman du Prix Etudiant de la BD Politique – LCP , Lire la société, publié le 8 avril 2022. URL : https://www.youtube.com/watch?v=-IYeBTIuUUQ
  • Entrevue avec MIRION MALLE (C’est comme ça que je disparais) – Les Rencontres du 9e type, épisode 03, La vie en BD, publié le 2 septembre 2020. URL : https://www.youtube.com/watch?v=itk7WWmpmRU
  • « Jenny ou le Shōjo à la française », Portrait / entretien de l’autrice Jenny, sur le canal YT de la Cité de la BD, octobre 2012. URL : https://youtu.be/D80Cvju5QtQ
  • Julie Delporte, « Une femme qui regarde les hommes regarder les femmes », neuvième art 2.2 revue de la Cité de la BD, février 2019. URL : neuviemeart.citebd.org/spip.php?article1227
  • Frédéric Chauvaud et Denis Mellier (2019). Les êtres contrefaits : corps difformes et corps grotesques dans la bande dessinée. Rennes, Presses universitaires de Rennes.
  • Trina Robbins. (2002). “Gender Differences in Comics”, in Heike Jüngst (dir.), Image [&] Narrative, “Gender issue”, september 2002.
  • Deborah Chavez. (1985). “Perpetuation of gender inequality : A content analysis of comic strips”. Sex Roles: A Journal of Research, 13(1-2), 93–102Jack Glascock, Catherine Preston-Schreck. (2004). “Gender and Racial Stereotypes in Daily Newspaper Comics: A Time-Honored Tradition?”. Sex Roles: A Journal of Research 51, 423–43
  • Suzanne de Villiers Human. (2002). “Gender, Ideology and Display”, in Heike Jüngst (dir.), Image [&] Narrative, “Gender issue”, september 2002.

 

Citer cet article : Marys Renné Hertiman, "Les créatrices, l’intime et la bande dessinée", dans Les Jaseuses, publié le 20/06/2022, https://lesjaseuses.hypotheses.org/5619, consulté le 11/08/2022.

 

Notes
  1. Pour cette étude, ma démarche part d’un échantillonnage théorique qui est construit sur la base d’une observation participante au sein de l’Association Artémisia, d’une série d’entretiens auprès des créatrices elles-mêmes, de l’analyse de leurs publications (70 bandes dessinées, mais aussi leurs posts sur les réseaux sociaux et des entretiens médiatiques []
  2. Pour une lecture sur la notion d’intime ou du privé, voir l’entretien de Nancy Fraser avec Marina Liakova, pour la revue Eurozine, “Emancipation is not an all or nothing affair”, publié le 1er août 2008. URL : https://www.eurozine.com/emancipation-is-not-an-all-or-nothing-affair/, consulté le 28 avril 2022 []
  3. Aurore Turbiau donne des exemples très justes sur cette pratique chez deux écrivaines québécoises des années 1970 dans un article paru en décembre 2020. En observant ce phénomène social comme n’allant pas de soi (pouvant être intégrée ou rejetée par les créatrices elles-mêmes), Turbiau propose une lecture critique sur une pratique qui participe à la co-construction du sujet auctorial. Turbiau, A., « “Le privé est politique” comme paradoxe littéraire : révolution et intimité chez les Québécoises Louky Bersianik et France Théoret », Textes et contextes, 15-2 | 2020, mis en ligne le 15 décembre 2020. URL : http://preo.u-bourgogne.fr/textesetcontextes/index.php?id=3022, consulté le 28 avril 2022 []
  4. À ce propos, voir : Talet, V., « Le magazine Ah ! Nana : une épopée féministe dans un monde d’hommes ? », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés, 24 | 2006, 251-272 ; Cortijo Talavera, A., « Mirada y representación del cuerpo femenino en el cómic francés: las autoras de ‘Ah! Nana’ » Diablotexto Digital 1 (2016) ; et Pavard, B., Rochefort, F. & Zancarini-Fournel, M. (2020). Chapitre XI. La diffusion d’une culture féministe en rhizomes. Dans : B. Pavard, F. Rochefort & M. Zancarini-Fournel (Dir), Ne nous libérez pas, on s’en charge: Une histoire des féminismes de 1789 à nos jours (pp. 334-353). Paris: La Découverte. []
  5. Cf. : Catherine Bernard, « Ecriture et possession »Sillages critiques [Online], 7 | 2005, Online since 15 January 2009. URL: http://journals.openedition.org/sillagescritiques/1097; DOI: https://doi.org/10.4000/sillagescritiques.1097 []
  6. Des albums à succès publiés, dont le récit autobiographique 1h25, de la maison d’édition belge La Cinquième Couche sous la signature de Judith Forest seraient réalisés par des hommes, que l’on présume cisgenrés. Les interviews données par ladite autrice auraient été réalisées par une actrice engagée à cet effet. Voir notamment l’article de Marine Gheno, « ‘Être auteure, ce n’est pas encore être’ : La visibilité féminine à travers les BD de Judith Forest », Alternative Francophone vol.1, 6(2013), p. 65-79. Toutefois, des structures associatives indépendantes affirment l’existence de cette autrice, qui n’a pas affirmé ou démentie (tout comme la maison d’édition) la rumeur sur son identité. Voir, par exemple, le profil de l’autrice sur le site de l’association pour la défense de la bande dessinée indépendante Chifoumi : https://www.pierrefeuilleciseaux.com/tous-les-auteurs/judith-forest/. []
  7. La construction des stratégies de visibilisation fait partie du jeu politique qui s’instaure entre les groupes hégémoniques et contre-hégémoniques : rendre visible leur expérience et l’expérience des figures miroir des figures dont iels se sentes proches ou, surtout, dont iels peuvent se sentir identifiées. Une partie de ma recherche doctorale (en cours) s’attarde aux formes de résistance et aux stratégies que les femmes déploient pour se faire reconnaître dans le milieu de la bande dessinée. Pour ce qui est des stratégies de visibilisation dans la sphère publique dans le cadre des luttes pour la visibilisation, je renvoie à : Voirol,  O., « Les  luttes  pour  la  visibilité.  Esquisse  d’une  problématique », Réseaux 1 (2005) : 89-121. Web. 18 juillet 2013. <www.cairn.info/revue-reseaux-2005-1-page-89.htm > []
  8. Sur l’autobiographie en bande dessinée, voir : Alary, A., Corrado, D., Mitaine B., Autobio-graphismes – Bande dessinée et représentation de soi, Genève, Georg éditions, collection : L’équinoxe, 2015 ; Cheilan, L., « IV. L’autobiographie en bande dessinée. Quelques exemples, quelques questions », Jean-François Chiantaretto éd., Écritures de soi, Écritures des limites. Hermann, 2014, pp. 55-71 ; El Refaie, E., « Visual authentication strategies in autobiographical comics », Comics Forum (2012). Web. 18 juillet 2013. <http://comicsforum.org/2012/11/30/visual-authentication-strategies-in-autobiographical-comics-by-elisabeth-el-refaie/> ; Miller,  A., et  Murray  P., « Transgressive  bodies  in  the  work  of  Julie Doucet,  FabriceNeaud  andJean-Christophe  Menu:  towards  a  theory of the ‘autobioBD’ » Belphegor:  Popular  Literature  and  Media  Culture 4.1 (2004) : Web. 19 juillet 2013. <http://etc.dal.ca/belphegor/vol4_no1/articles/04_01_Miller_trnsgr_fr.html> []
  9. Cf. : Hillary L. Chute, Graphic Women. Life narrative & contemporary comics, Columbia University Press, New York, 2010. []
  10. Voir, par exemple : Résurgences. Femmes en voie de resociabilisation de Sandrine Revel, Globules et conséquences de Catherine Pioli, « Asiatude » de Christelle Pécout, in Féministes dirigé par Marie Bardiaux-Vaïente, Les Brumes de Sapa de Lolita Séchan ou Entre ici et ailleurs de Vanyda []
  11. Voir, par exemple : « Le vagin », d’Aurélie Bévière et Claudia Les Mains Rouges, in Féministes op. cit., Moi en Double de Mademoiselle Navie et Audrey Lainé, Quoi de plus normal qu’infliger la vie d’Oriane Lassus, (Très) mauvais genre de Chloé Cruchaudet ou encore Saison de Roses de Chloé Wary []
  12. Sur le regard hégémonique, voir : Caitlin Harrison. (2013). Challenging the hegemonic gaze: Women and representation in a cross-cultural context. 359-372, et Walid El Khachab. (2018). “The Veil as National Allegory: Cinema, Visual Arts, and the Epistemological Trope of Fabric.” Canadian Review of Comparative Literature, vol. 45 no. 2, p. 243-261 []
  13. Voir : Sous les bouclettes de Melaka, La parenthèse d’Élodie Durand ou Corps Sonores de Jul Maroh []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search