Mai 2022 : Entretenir la flamme

« J’essayais de vivre un féminisme joyeux, mais en fait j’étais très en colère. » 

Les mots d’Agnès Varda, extraits de son autoportrait Les Plages d’Agnès (2008), résonnent particulièrement en cette période électorale. Que ce soit celle qui ronge, qui explose ou qui abat, la colère est partout : dans la campagne, les urnes, les sondages, le premier tour, le deuxième tour, les résultats, dans le désespoir d’être reparti·e·s pour cinq ans d’une politique néolibérale, assassine, raciste, et patriarcale, ou dans la perfide proclamation d’un féminisme qui serait de nouveau “la grande cause du quinquennat”. 

Que faire de cette colère ? 

On peut tenter de l’apaiser ou au contraire la cultiver, la taire ou la hurler, la chanter ou la danser, la peindre ou la sculpter. On peut l’écrire au monde entier ou à une seule personne, dans une lettre intitulée “Cher Connard”, comme le nouveau roman de Virginie Despentes, qui paraîtra le 17 août 2022 (et on compte les jours). On peut se lever et se casser, au bout de la rue ou prodigieusement loin, comme elle nous encourageait déjà à le faire il y a deux ans.

On peut la laisser là, tenter de cohabiter avec elle, de l’apprivoiser et de la comprendre. On peut entretenir notre propre flamme et la raviver quand elle vacille.

On peut se réfugier dans l’exposition Pionnières au Musée du Luxembourg, qui met en lumière le rôle fondamental des femmes dans les grands mouvements artistiques du début du XXème siècle, femmes qui ont eu le privilège de s’habiller comme elles le souhaitaient, de ne pas se marier, de choisir leur sexualité, d’inventer leur vie (cette expo a fait jaser, voir par exemple cet article de la Jaseuse Eva Belgherbi). Ou dans le dernier roman de Tiffany McDaniel, brutal mais merveilleux, Betty. Betty Carpenter, sixième de huit enfants, fille d’une mère blanche et d’un père Cherokee, grandit bercée par la magie des histoires paternelles avant de se confronter à la noirceur de la vie d’adulte.

On peut se recroqueviller affectueusement seul·e avec un chat et lui murmurer notre colère à l’oreille ou se réunir à dix, à cent, à mille, aller marcher, courir, rouler, coller pour la laisser fulgurer.

On peut tout brûler, pour tout recommencer. 

En mai, fais ce qu’il te plaît.

Clara pour les Jaseuses


Parution

Nous sommes heureux·ses d’annoncer la parution à venir de Écrire à l’encre violette. Littératures lesbiennes en France de 1900 à nos jours, co-écrit par Aurore Turbiau, Margot Lachkar, Camille Islert, Manon Berthier et Alexandre Antolin. Premier essai synthétique et en français consacré à ce sujet, il sortira le 26 mai aux Éditions du Cavalier Bleu, et peut être pré-commandé ici. Plus d’informations sur la soirée de lancement à venir bientôt.

Apocalypse

Mathilde Leïchlé dépose un poème dans la rubrique apocalyptique du carnet. Il s’appelle “Crépuscule”. Odonchimeg Davaadorj prête une œuvre pour l’accompagner.

Carte Blanche


Un texte poétique ainsi que deux photographies d’Isaline Dupond Jacquemart s’ajoutent à notre rubrique Carte Blanche. Le baiser du lézard raconte des histoires de nuit, de varans, de baisers. Des histoires fiévreuses, drôles et ragoûtantes. Slurp !

 


Nouvelles Jaseuses

Plusieurs Jaseuses ont rejoint le collectif dernièrement : on accueille Julia Maillard, Coline Fournier, Élisa Walter, Claire Pollet, Clara Joubert et Alice Forge. Bienvenue à elleux !

 ⚡On jase aussi par ici

:haute_tension: Les Jaseuses ont publié un texte écrit à plein de mains, intitulé “Les Jaseuses : Collectif de chercheur·e·s féministes. Faire de la recherche une constellation critique, autoréflexive et sororale” dans la rubrique Collectifs du nouveau numéro de Nouvelles Questions Féministes. On est ravi·es et fier·es !

:feu: Manon Berthier interviendra dans le cadre du séminaire doctoral sur la science-fiction de l’Université Gustave Eiffel, le 13 mai, pour parler de la place du lesbianisme dans les littératures de l’imaginaire (inscriptions présentiel/visio : frederic.guignard@unil.ch).

:cœur_scintillant: Une écoute collective du fabuleux podcast post-patriarcal des Jaseuses, Échos du futur, a eu lieu dimanche 8 mai à La Pluie d’été, merveilleuse café-librairie tenue par Anne et Thérèse à Pont-Croix dans le Finistère. Ce podcast a été imaginé et fabriqué par Eugénie Bourlet, Caroline Dejoie, Isaline Dupond Jacquemart, Élise Huchet, Mathilde Leïchlé, Claire Salles et Sandrine Samii, pour les Jaseuses. D’autres moments d’écoute collective sont à prévoir…

:mage_femme: La journée artistique et l’exposition organisées par Alice Forge pour le festival Sorcière(s) à l’Université Paris VIII sont reportées aux 18 et 19 mai. Rendez-vous mercredi 18 à 19h à la BU pour le vernissage de l’exposition, et jeudi 19 à partir de 11h pour des lectures, un atelier d’écriture, des performances et des projections ! Téléchargez le programme ici.

:fée: Isaline Dupond Jacquemart proposera une intervention artistique intitulée “C’est là que nous nous déployons” lors de la journée d’études (24-25 juin) “Les migrations des plantes : modalités, ambivalences, enjeux” organisée par Bronwyn Louw et Marion Grange, doctorantes au Centre de recherches sur les arts et le langage (CRAL). Elle exposera aussi au festival Sorcière(s) de Paris VIII, reprogrammé en mai les 18 et 19, des tirages de sa série “Mum and the Garden: Chrysalis”. Elle publie également un article “Avec Eugénie Bidaut, redessiner les lignes entre genre et typographie” au sujet de la typographie inclusive, post-binaire et non-binaire.

:plume: Caroline Dejoie présentera sa performance Les sorcières ne sont pas des femmes jeudi 19 mai à 16h30 lors du festival Sorcière(s) à l’Université Paris VIII (Amphi X).

:art: Aurore Le Ludec présente son exposition personnelle « Interstices », du 24 au 31 mai à la Galerie Pop up du Label au 14 rue Abel dans le 12ème arrondissement de Paris. Rendez-vous au vernissage le 24 mai à 18h00.

:couteau: Sophie Benard a écrit un article pour Slate sur le succès du true crime et ce qu’il révèle de notre fascination collective pour la souffrance des femmes – et leurs cadavres (!).

:lampe_torche: Pour L’Éclaireur, Mathilde Leïchlé a rencontré quatre commissaires d’exposition – Noam Alon, Anne Dressen, Marianne Derrien et Julie Crenn – pour qu’iels lui parlent de leur métier, de leurs engagements et inspirations et de comment gagner sa vie en présentant des œuvres. Plongez dans les coulisses des expos !

:brocoli: Camille Islert a parlé des entrelacements entre les œuvres de Natalie Barney et Renée Vivien dans une communication autour de « l’écriture en partage », à l’occasion du colloque « Collaboration entre intellectuel-les queer 1880-1920 » organisé par Michael Rosenfeld à l’université libre de Bruxelles.

:carnet: Le premier mémoire d’Élisa Walter en littératures lesbiennes, Poétique de Renée Vivien : entre spiritualité et désir, a été ajouté au catalogue de Big Tata, plateforme documentaire dédiée au recensement de mémoires LGBTQI.

:fantôme: Aurore Turbiau, Margot Lachkar et Alexandre Antolin participent à la 10ème conférence internationale organisée par Women In French, “Voix et voies des marges”, qui a lieu en ligne du 12 au 14 mai. Le vendredi 13, iels organisent un panel de 17h à 18h30 autour de la littérature lesbienne, intitulé “La littérature lesbienne ? Ça n’existe pas. Ça ne fait pas un objet d’étude”. L’autrice Wendy Delorme sera leur répondante. C’est ici pour accéder au programme et ici pour s’inscrire.

 Ami·es des Jaseuses

:téléphone: On fait tourner cet annuaire en mixité choisie de technicieXnes sur toute la France, regroupant cinéma, arts visuel et spectacle, spécialistes lumière, son, vidéo, plateau ET sans mec cis hétéro.

:silhouette_parlante: Les Bréchoises vous invitent au vernissage de l’exposition “Paroles d’autrices”. Ce sera le 12 mai à 17h30 à la Maison des Sciences de l’Homme Paris Nord (MSHPN). Cette exposition résulte de la valorisation d’une partie du fonds d’archives créé dans le cadre du séminaire “Matrimoine de la BD” et sera accessible à toustes du 13 mai au 31 octobre, toujours à la MSHPN.

:cor_de_postillon: Lesbien Raisonnable lance sa cagnotte ulule. C’est par ici si vous voulez soutenir l’indispensable média pop culture du lesbianisme.

☁ Élodie Petit publie aux éditions du commun Fiévreuse Plébéienne. “Dans ce remake lesbien de Dirty Dancing tourné au pied des HLM d’Asnières Gennevilliers, des personnages d’amoureuxses changent de corps comme de chemises, emportant la lectrice dans un Muppet Show frappadingue où se croisent Violette Leduc, Michelle Foucault et des armées de fêtardes en sortie d’after.”

:globe_avec_méridiens: L’installation “Constellations Brisées” du collectif Queer Code à la Bibliothèque Marguerite Durand (Paris 13) est ouverte au public jusqu’au 28 mai. Ce projet participatif européen, numérique et féministe, présente une cartographie de trajectoire de femmes ayant aimé des femmes durant la Seconde Guerre Mondiale.


Merci d’avoir lu. On vous souhaite un mois de mai printanier, plein d’amour, de soleil et d’adelphité, et on vous retrouve en juin !

Conceptrices : Patrycja Toczek et Caroline Dejoie

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search