Avril 2022 : La fin d’un monde ?

Les temps sont graves, le contexte anxiogène…

On a peur de (continuer à) faire confiance, on a peur d’avancer et ne plus avoir d’amarres, ces amarres qui font désormais partie de nos racines, parce qu’entrelacées. Je commence à faire mes digressions, mais les racines et les amarres vont souvent de pair, enfin je crois.

Je veux faire fuir la peur, cette peur qui s’est installée, mais qui doit laisser place à la régénérescence. Je pense alors aux salamandres, dont la régénérescence part justement de ce qui a été abîmé, mutilé, amputé. Je digresse encore, mais ça fait sens pour moi.

Je pense à Elza Soares, ses mots me parlent, je la paraphrase :

Nos cris ne sont rien d’autre que du carnaval
Et nos larmes dansent au son de la samba
Nous sommes femmes (cis et trans) dans cette fin du monde

C’est bel et bien la fin d’un monde, ça doit l’être en tout cas.

Les stratégies patriarcales et capitalistes nous annoncent une troisième guerre mondiale, mais les luttes féministes commencent à porter leurs fruits (au moins dans le petit monde de la BD). Alors, je pense à ces penseuses féministes canoniques qui m’ont tant inspirée. Et je pense encore plus fort à toustes ces penseuses et faiseuses d’espoir qui, sans avoir un nom connu ni un jargon militant, font résistance et renversent à leur manière l’ordre social. Et je me dis alors que, ce monde tel qu’on le connait, peut être renversé.

C’est bel et bien la fin d’un monde et pour ça nos cris invoquent le carnaval. Et pour danser la samba avec des larmes de joie, je laisse les échos du futur entrer en moi…

Marys Renné


Charte des Jaseuses

Les Jaseuses existent depuis trois ans ce mois-ci :visage_festif: En trois ans, le collectif a grossi et compte désormais une petite centaine de membres. Les définitions de “la recherche” que nous menons ont beaucoup évolué, de colloques en ateliers, entraides et séances de soutien, de discussions politiques en rêves sur les futurs possibles du collectif : c’est toujours l’ébullition, on n’a pas changé pour ça ! La vie du collectif, en trois ans, a aussi entraîné des évolutions permanentes des codes implicites et explicites du mouvement interne. Nous profitons de cet anniversaire pour partager avec vous la charte que nous signons désormais en entrant aux Jaseuses. Destinée à évoluer elle-même, cette charte nous permet de définir ce qu’est ce groupe hybride, tentaculaire et un peu délirant, de prévenir les conflits éventuels et les résoudre, enfin, de parvenir ensemble, très nombreux·ses pourtant et éparpillé·es à travers le globe, à jaser et à chercher ensemble… comment faire de la recherche autrement !

Podcast

Les cinq épisodes des Échos du futur, la fiction sonore post-patriarcale des Jaseuses, sont désormais accessibles à l’écoute sur notre carnet, Youtube, Instagram et toutes les plateformes de podcast habituelles ! Ce projet a été imaginé et fabriqué par Eugénie Bourlet, Caroline Dejoie, Isaline Dupond Jacquemart, Élise Huchet, Mathilde Leïchlé, Claire Salles et Sandrine Samii, pour les Jaseuses. Une soirée d’écoute collective est peut-être à prévoir…

Note de lecture

Coline Fournier dépose sur le carnet un très beau texte intitulé “Elles disent révolution : Wendy Delorme, entre chiennes et louves”. Elle y revient sur sa lecture de Viendra le temps du feu, roman brûlant et adoré par nous toustes.


 ⚡On jase aussi par ici

:hôpital: Claire Salles publie un article sur les stratégies de visibilisation des violences obstétricales par les femmxs qui les ont subies, en France et en Belgique : en témoignant à visage découvert dans des vidéos en ligne et des films (Ovidie), elles luttent pour la reconnaissance de ces violences de genre.

:mage_femme: Caroline Dejoie participe au festival “Sorcière(s)” organisé les 20 et 21 avril à l’Université Paris 8. Elle parlera le mercredi 20 à 16h30 d’art et pouvoir(s), avec Camille Ducellier, Ophelie Nessens et Ariane Temkine, et présentera sa performance “Les sorcières ne sont pas des femmes” à 15h le jeudi 21. Inscriptions à la journée d’étude ici.

:insecte: Isaline Dupond Jacquemart présente des photographies issues de sa série “Mum and the Garden : Chrysalis” du 20 avril au 13 mai dans le hall de l’Université Paris 8 à l’occasion du festival “Sorcière(s)”. Elle participera aussi à une table ronde avec les autres artistes de l’exposition le 21 avril à 16h30.

:œil: Adèle Cassigneul a animé une rencontre autour du livre Des îles (Lesbos 2020 – Canaries 2021) de Marie Cosnay. L’occasion a été filmée par TV Bruits pour la librairie toulousaine Terra Nova. Elle signe également une chronique dans Jeanne Magazine sur les essais que la chercheuse Catherine Viollet a consacré à l’œuvre de Violette Leduc (éditions iXe, 2022).

:feuilles: Manon Berthier publie un article dans le numéro de la revue Itinéraires consacré aux écoféminismes : récits, pratiques militantes, savoirs situés. “Retour à Avalon : les affinités littéraires de la Déesse” s’intéresse au lien qu’entretiennent écoféminismes, néopaganismes et genre littéraire de la fantasy, à partir d’un roman de Marion Zimmer Bradley, The Mists of Avalon. Elle interviendra aussi dans le cadre du séminaire doctoral sur la science-fiction de l’Université Gustave Eiffel, le 13 mai, pour parler de la place du lesbianisme dans les littératures de l’imaginaire (inscriptions présentiel/hybride : seminairedoctoral-sf@u-pem.fr).

:hibou: Avec d’autres membres de Jeunes Critiques d’Art, Mathilde Leïchlé a co-construit la deuxième saison du podcast Prendre place diffusé par la Villette a l’occasion de 100% L’EXPO. C’est un voyage sonore en trois épisodes qui pose les questions suivantes : qui fabrique les expositions ? En tant qu’artiste, peut-on percer avec une expo ? Y a-t-il une place pour tout le monde dans une exposition d’art contemporain ?

:feu: Le troisième épisode de Radio COVEN, réalisé par Mathilde Leïchlé et Caroline Dejoie, est disponible sur Youtube et toutes les plateformes de podcast. Formules magiques et manifeste semi-politique, chant pour rire et pour prendre soin. “Nous sommes au commencement”.

:clap_de_tournage: Élise Huchet organise une projection-débat du film “Debout les femmes” de François Ruffin et Gilles Perret au cinéma Sputnik de Berlin, le 26 Avril à 19h. 

 :micro: Margot Lachkar a animé le 16 mars dernier une table ronde autour de la visibilité de la littérature et des autrices lesbiennes, avec pour invitées les écrivaines Mathilde Forget, Jo Güstin et Pauline Gonthier, ainsi que Christine Lemoine, cofondatrice de la librairie Violette & Co. Le podcast Gouinement Lundi a enregistré l’échange et en a fait le sujet de son dernier épisode. Elle participera également le 26 avril, à 19h, à l’occasion de la journée internationale de visibilité lesbienne, à une table ronde organisée en ligne par Marame Kane pour l’Inter-LGBT, sur le thème “Vous avez dit visibles ?”.

 Ami·es des Jaseuses

:scintillements:  Depuis le 8 avril et jusqu’au 15 mai, on peut voir l’expo Femzine : la presse féministe de BD dans le cadre du Pulp Festival à La Ferme du Buisson. On peut même apprendre à fabriquer femzine dans l’atelier participatif animé par Sarah Ayadi, Flore Chemin et Chloé Wary. Plus d’infos ici.

:grand_diamant_orange: Vincent d’Eaubonne, Alain Legonzar et toute l’équipe de “la bande à d’Eaubonnot” ont annoncé début mars l’ouverture d’un site entièrement consacré à l’œuvre de Françoise d’Eaubonne et à sa postérité : à faire connaître !

:poing_levé::cœur_violet: Le 23 avril, un collectif de lesbiennes radicales anti-racistes, anti-validistes et anticapitalistes organise une nouvelle marche lesbienne à Paris : soyons nombreuxses dans les rues ce jour-là ! Une cagnotte a été créée pour aider à financer l’organisation, ça se passe ici pour celleux qui le peuvent. Le même jour, le collectif Lesbiennes contre le patriarcat organise une marche à Lyon, tandis que les Assises Lesbiennes de Marseille lancent un appel pour le 26 avril, journée internationale de la visibilité et des luttes lesbiennes.

:feu: La collective Bye Bye Binary ouvre une Typothèque proposant en libre téléchargement des typographies inclusif·ves, non-binaires, post-binaires. La collective lance aussi QUNI, Queer Unicode Initiative, pour faciliter l’utilisation et la création de de fontes inclusives.


Entre utopies et dystopies, avec les textes, les images et les sons, on tisse la fin de ce monde et on s’organise pour fabriquer ceux qui lui succéderont. Merci de nous lire et de soutenir nos initiatives apocalyptiques !

Conceptrices : Patrycja Toczek et Caroline Dejoie


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search