Mars 2022 : Aller marcher

Et comment vivre et habiter dans ce monde ? Qui aimer, que faire ? Où puiser notre énergie ? Dans ce monde-là : l’ARN simple brin à polarité positive, des bombes à l’Est en Ukraine. Et puis le torrent des élections en France et son déversement gras et fier, claque bien sèche : néolibéralisme, racisme, misogynie, classisme, validisme… On s’en reprendrait bien une tranche, c’est sûr. Jusqu’ici tout va bien, on presque. Dans ce présent, au futur visqueux, on se retrouve à devoir exister, tracer son chemin, trouver sa voie. Alors, face à l’absurde, quand dans ce rayon de supermarché je me demande si je vais prendre le sachet de frites à droite dans le rayon ou celui plus à gauche, je me demande : comment vivre quand même ? 

Quand même… Nous sommes déjà le 8 mars… À contempler les scissures du patriarcat. On se rassemble, dans la rue ou en pensée. 

En cet fin d’après-midi, le soleil brille doucement et se reflète sur les paillettes collées sur les joues de toutes ces personnes venues se réunir pour faire avancer la lutte pour les droits des femmes. Une lutte longue, lente, douloureuse et nécessaire.

Une lutte sans cesse recommencée.

Il y a bien quelque chose d’absurde à aller manifester dans la joie et la bonne humeur quand douze jours plus tôt une guerre a éclaté à deux heures d’avion et que chez nous, le discours de haine a une popularité qui frise les quatorze pourcents.

On se sent dissocié·e, on se demande à quoi bon.

Pourtant dans cette foule bien compacte, on tisse des liens, dans la radicalité de nos engagements, dans la rue ou en pensée. 

Et au-delà du grand écart mental qu’implique d’aller marcher, ces quelques heures sont une démonstration que le collectif prime toujours. C’est une ressource thérapeutique, personnelle. On rentre le soir et on se dit qu’on n’est pas seul·e et que malgré la morosité ambiante, on continue à chanter, danser et rire de manière spontanée. On fait un pied de nez à l’absurdité du monde simplement en faisant acte de présence, parce qu’on a choisi d’être ici et maintenant, aux côtés de ces autres gens et ça n’a rien de contingent ni d’absurde.

Peut-être qu’à travers cette adelphité, cette sororité, nous sommes là, enfin, présent·es. Nous empruntons d’autres chemins, parfois similaires, parfois banals, mais toujours autres. 

En allant marcher, on donne sa chance à d’autres formes d’amour, à d’autres liens à tisser. En allant marcher on refuse les murs. En allant marcher, on joue à la paix.

Alors que peut-on faire, sinon s’attacher à traverser et rompre les frontières, à disloquer le centre, à vivre avec la joie, le chagrin, la colère ?

 

Isaline Dupond Jacquemart & Marie Serisier

 


Cartes blanches

Isaline Dupond Jacquemart raconte sa relation aux images à travers son expérience de photographe dans une nouvelle carte blanche : Le grondement des images. Elle s’interroge sur sa manière d’habiter la nuit, de traîner avec les fantômes, et se demande quoi à dire à propos du silence des images.

On rassemble un aperçu d’une partie des recherches en cours sur la littérature lesbienne, à travers une présentation de mémoires soit récemment soutenus, soit encore en cours. Les travaux de masterant-es étant souvent peu visibles, cet article est une petite pierre pour en référencer quelques-uns, mettre en réseaux leurs auteur-ices et, surtout, les personnes qu’iels inspireront !

Podcast

Découvrez le teaser des Échos du futur, le podcast post-patriarcal des Jaseuses. Il a été imaginé et bricolé par Eugénie Bourlet, Caroline Dejoie, Isaline Dupond Jacquemart, Élise Huchet, Mathilde Leïchlé, Claire Salles et Sandrine Samii, avec le soutien de La Générale. La suite arrive bientôt sur le carnet, Youtube, Instagram et toutes les plateformes de podcast !


 ⚡On jase aussi par ici

:appareil_photo_avec_flash: Véra Léon a mené avec Alice Morin un entretien inédit avec la photographe Laure Ledoux. Il s’intitule “Vêtir et dévêtir des hommes. Photographier des corps, révéler les masculinités”, et est publié dans le dernier numéro de la revue Clio. Femmes, genre, histoire, qui porte sur les enjeux politiques du dénudement. Elle est aussi intervenue dans la table-ronde sur le genre dans les écoles de photographie, à la BnF, dans le cadre du Mois de la photo. Elle y parle avec la directrice de l’école d’Arles Marta Gili, la photographe britannique Anna Fox, et la photographe Vladimira Kotra.

:silhouette_parlante: Marie Karas-Delcourt participe au festival “Les Femmes Ont de la Voix” à Montreuil du 1er au 3 avril. En tant que bénévole  de l’association Ressources Alternatives, elle animera un arpentage et un atelier de chants féministes internationaux. Plus d’infos sur Facebook et Instagram.

:bulle_de_parole: Marys Hertiman parlera du « Discours des créatrices de BD sur la représentation des corps normés », lors du colloque Corps, Genre et Image, le 24 mars à la Maison de la recherche de Paris 8. Le 31 mars à 10h10 (heure québecoise) elle parlera aussi des « Liens de veille et d’accompagnement dans le 9e art français » lors du colloque Femmes de lettres, dont le thème cette année a pour titre « Entre elles : déclinaisons des liens entre femmes dans les pratiques et productions culturelles ».

:rouge_à_lèvres: Caroline Dejoie présentera sa performance “Tuto make-up pour chimère misandre” en clôture du colloque Corps, Genre et Images qui se tiendra les 24 et 25 mars à la Maison de la recherche de l’Université Paris 8. Elle sera aussi en live sur son compte instagram.

:maison: Marie Allègre co-organise un événement en ligne qui se tiendra en anglais le 16 mars : Writing Home : A Conversation between Olivia Wenzel and Kaoutard Harchi. Avec Luca Pinelli, elle co-anime aussi un séminaire en ligne et en anglais intitulé ‘Woolf, Beauvoir, and Phenomenologyle 25 mars, de 19 à 21h. (Lien zoom à demander par mail aux organisateurices des Woolf Salons.)

:gerbe_de_riz: Adèle Cassigneul a réalisé un entretien avec Alice Baylac autour de son livre Colza pour Jeanne Magazine.

:haut_parleur: Lola Sinoimeri, avec Naïma Berkane, lance un appel à contributions sur l’engagement féministe dans les arts et les littératures balkaniques pour un numéro de la revue d’études pluridisciplinaires Balkanologie.

:feuilles: Caroline Dejoie et Mathilde Leïchlé sont heureuses de présenter le deuxième épisode de Radio COVEN, qui revient sur des moments de soin, de transmission et de sororité. Un podcast réalisé sur invitation de Nina Santes, La Fronde et l’Atelier de Paris.

:écriture: Carla Robison participe à organiser le colloque “Genre et médicalisation” qui aura lieu à l’automne prochain à Sorbonne Université. L’appel à contribution dure jusqu’au 16 mai 2022.

🏳️‍🌈 Margot Lachkar a parlé du dernier roman d’Anne-Fleur MultonLes Nuits bleues, pour Jeanne Magazine. Et elle animera mercredi 16 mars une table ronde lors de la soirée de lancement du nouveau numéro de la revue lesbienne Well well well. Intitulée “Littératures lesbiennes : une visibilité nouvelle ?”, elle aura pour invitées Christine Lemoine, Mathilde Forget, Jo Güstin et Pauline Gonthier (entrée libre et gratuite).

:livres: Marie-Dominique Gil a rédigé un article pour le n°34 de la revue Recherches féministes. Dans Le traitement du corps dans l’œuvre plastique de Kate Millett : une matérialisation esthétique des politiques du genre, elle revient sur la pratique artistique d’une figure majeure du féminisme états-unien.

 

 Ami·es des Jaseuses

:drapeau_arc_en_ciel: On signale que la Pride des banlieues a désormais son propre compte Instagram.

:gerbe_de_riz: Colza est un “roman de traversée” écrit par Alice Baylac et publié par les éditions blast, une maison qu’on aime et qu’on soutient fort.

:scintillements: QueerCode présentera l’exposition “Constellations brisées Ravensbrück” à la bibliothèque Marguerite Durand inauguration le 2 avril à 14h30.

:bulle_de_parole: Le 25 mars paraitra dans les librairies Last girl standing. Trina Robbins. Mémoires d’une icône féministe, l’autobiographie de Trina Robbins traduite par Marie-Paule Noël (Georgette Sand / Les Bréchoises). Un portrait de Robbins avait été publié dans la rubrique Un jour, une jaseuse, par Marys Hertiman.

:trinquer: Armâne & Clémence du Studio Iconographia vous invitent au vernissage de l’exposition de photographies Her-itages le 17 mars à partir de 18h à la Galerie Amarrage (Paris).

:café: Le Kimia Café, dans le 20ème arrondissement de Paris, est un endroit super qui risque de fermer ! On relaie l’appel à venir y manger, boire, chiller ou télé-travailler dans les jours et semaines qui viennent pour tenter de le sauver (petits prix, salle calme, jus et plats faits maisons, brunch, jeux pour enfants, bonne playlist) !

 


Merci d’avoir lu. A bientôt !

Conceptrices : Patrycja Toczek et Caroline Dejoie


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search