Une histoire du corps de la Déesse

Cabane, Caroline Dejoie

 

My body is a living temple of love

My body is the body of …………………

Ohhh I am what I am

 

En 2019, dans le cadre de COVEN – un projet proposé par la chorégraphe Nina Santes et financé par l’Atelier de Paris – j’ai rejoint une communauté de femmes. Nous étions une quinzaine les premiers jours, plus tard certaines sont parties, d’autres ont rejoint le groupe. Pendant trois ans, nous nous sommes retrouvées régulièrement dans divers lieux d’Île de France pour chanter, danser, coudre, manger, se masser les unes les autres, parler, dessiner, écrire, rire, cuisiner, crier… La participation était gratuite, les repas et tickets de métro étaient pris en charge.

Si cette expérience fut fondamentale dans la construction de mon féminisme, le mot – féminisme – n’a presque jamais été prononcé au sein du groupe. Le projet était perçu comme un “stage de danse” par certaines, un “projet social” ou un “moment bien-être” par d’autres, et était hébergé par un théâtre. C’est l’avantage d’un féminisme qui ne dit pas son nom : chacun-e peut s’y reconnaître et y puiser de la force. C’est aussi un très gros défaut : dépolitisé, chacun-e peut en déformer le sens. En dehors de deux amies également participantes, et peut-être certaines des intervenantes issues des milieux artistiques et militants que je côtoie, j’ai vite pris conscience que je n’aurais probablement jamais rencontré les membres de COVEN ailleurs que dans ce cadre spécifique.

COVEN m’a appris la sororité. Il y a un épisode en particulier, auquel je reviens sans cesse et que je n’ai pas fini de démêler, qui me pose problème mais auquel j’associe aussi beaucoup de tendresse. Le jour où Nina nous a transmis la chanson de la Déesse.

Elle n’a pas expliqué l’origine ou le sens de ce couplet. Elle l’a présenté comme une chanson parmi d’autres, que l’on pouvait chanter ensemble. A trois groupes et en canon, c’est vraiment très beau.

 

My body is a living temple of love

My body is the body of the Goddess

Ohhh I am what I am

***

Mon corps est un temple vivant de l’amour

Mon corps est le corps de la Déesse

Ohhh Je suis comme je suis

 

Je connaissais cette chanson. C’est une “heart song” issue des pratiques wiccanes. Je savais aussi que Nina avait rencontré la sorcière, théoricienne et militante Starhawk, qu’elle avait participé à des rassemblements et manifestations féministes et éco-féministes en Californie et ailleurs, je me doutais qu’elle avait chanté ces mots dans ce contexte. Je comprends la référence à la Déesse, l’histoire dans laquelle elle s’inscrit1. En naviguant entre les lectures et les événements éco-féministes, je connais aussi la manière dont celle-ci peut être utilisée de manière essentialisante et excluante par les terfs2. Moi, j’aime l’idée de la Goddess. J’aime le renversement, la parodie qu’elle incarne par rapport aux religions patriarcales, j’aime qu’elle donne de la puissance à celleux qui ont grandi avec l’idée qu’iels n’en avaient pas, j’aime le rapport au monde et aux autres êtres vivants qu’elle me permet de tisser. Elle est féminine pour des raisons historiques, et ça me va. Mais puisqu’elle est tout et partout, elle est évidemment non-binaire, évidemment queer, bi-e, pan, trans, évidemment non-blanc-he. La Déesse n’est pas seulement une femme. Je ne la laisse pas aux terfs.

Mais ce jour-là, rassemblées au milieu de la cabane que nous avions fait nôtre, nous n’avons pas parlé de tout ça. Et alors que Nina nous apprenait les paroles, quelque chose d’important s’est passé. Naomi a refusé de chanter la Goddess. Elle a dit NON. Elle était choquée et très contrariée. Il était hors de question pour elle d’employer le mot Goddess, encore moins de la célébrer ou de s’y identifier. Parce que Naomi est chrétienne, et que parler de “la Déesse”, c’est célébrer l’inverse de Dieu. Elle a expliqué que l’inverse de Dieu, c’est toujours le diable, et c’est blasphème. Je me suis demandée ce que Naomi aurait pensé si elle avait su que je m’identifiais comme sorcière. Rétrospectivement, je me dis que, de ma place de personne blanche ayant grandi dans un endroit où personne n’a été brûlé-e pour sorcellerie depuis un long moment, il aurait été très grave de lui faire une leçon à ce propos. Je suis heureuse de ne pas l’avoir fait. Naomi était visiblement en colère, mais aussi triste et confuse. Je m’entendais bien avec Naomi. On avait ri ensemble au déjeuner, on parlait en anglais, je l’avais massée la veille. Elle hésitait à quitter les lieux et le groupe, alors quelqu’une proposa de changer les paroles.

 

My body is the body of a woman

***

Mon corps est le corps d’une femme

 

Je n’ai rien dit. Pourtant je n’aimais pas ce changement de Goddess à woman et j’étais à mon tour très contrariée. Personnellement je n’en avais rien à faire de blasphémer, j’en étais même ravie même si bien sûr je le gardais pour moi. Je ne voyais pas ce que Dieu ou qui que ce soit avait à voir avec nous qui chantions dans notre cabane.

Et que venait faire ici cette histoire de corps de femme ? Dans cette cabane qui sentait le pin et la sueur, assises ou allongées sur le parquet doux, nous n’avions pas toutes le même corps, peut-être même nous ne nous identifions pas toutes comme femmes. Je suis une femme, mais par moments plus que d’autres ; je suis une femme, et souvent je le subis ; je suis une femme, mais pas tout le temps, pas toujours de la même façon et pas exclusivement. La plupart du temps, j’ai “un corps de femme” lorsqu’on me fait penser à ce corps, lorsque je sens sur lui des regards qui me mettent mal à l’aise ou me font peur, lorsque quelqu’un m’impose des mots, des gestes, des attitudes auxquelles je n’ai pas consenti, lorsqu’on me fait sentir que je n’ai pas ma place à l’endroit où je me trouve.

Chanter que mon corps est le corps de la Déesse, c’est me débarrasser du poids de ce corps perçu comme féminin, revendiquer sa place dans le monde et ressentir ses liens avec tous les autres corps peu importe leur genre, humains et non-humains. L’idée derrière la Déesse est de refuser de diviser les différentes formes de vie selon des règnes, des cases, des classifications. Dans un mouvement perpétuel de renaissance des corps, la Déesse est un grand organisme vivant dans lequel les dualismes, hiérarchies et dominations – de genre, de race, de classe – n’ont pas lieu d’être.

Dans cet endroit traversé de soleil, au milieu de la forêt, avec les membres de COVEN, nos corps sont présents, nos corps sont puissants et vulnérables à la fois, nos corps se touchent et se ressentent, nous en prenons soin. Comment alors, dans ce contexte, mon corps pourrait-il être – simplement – le corps d’une femme ?

Je voulais dire tout cela à Naomi et au reste de COVEN, mais je n’ai pas osé, je n’ai pas voulu. Plus tard, la même Naomi a dit, à propos de notre petite communauté non-mixte :

 

We are the night

***

Nous sommes la nuit

 

J’ai trouvé ça beau et super badass. J’ai trouvé ça vrai.

Finalement, je suis heureuse que nous ayons changé les paroles de la chanson. Je suis heureuse que Naomi ait été écoutée et qu’elle soit restée. Je suis contente de m’être tue, de ne pas avoir compliqué les choses, d’avoir pris soin de Naomi et du groupe en gardant le silence. Ça me parle d’alliance. Surtout, j’ai aimé chanter avec elles. Maintenant, pour moi, pour d’autres à qui j’aimerais transmettre cette chanson, je me questionne et je cherche d’autres mots pour mieux dire d’abord, et pour soigner aussi.

 

My body is a living temple of love

My body is the body of a human

My body is the body of an animal

My body is the body of a survivor

My body is the body of an ally

My body is always changing

My body is everything at once

My body is the body of the night

My body is the body of the forest

My body is connected to all the other bodies

My body is a queer body

My body is strong and beautiful

My body is a body

My body is me

Ohhh I am what I am

 

***

 

Mon corps est un temple vivant de l’amour

Mon corps est le corps d’un-e humain-e

Mon corps est le corps d’un-e animal-e

Mon corps est un corps de survivant-e

Mon corps est un corps d’allié-e

Mon corps change sans cesse

Mon corps est tout à la fois

Mon corps est le corps de la nuit

Mon corps est le corps de la forêt

Mon corps est connecté à tous les autres corps

Mon corps est un corps queer

Mon corps est beau et puissant

Mon corps est un corps

Mon corps c’est moi

Ohhh Je suis comme je suis

 

Radio COVEN

Nina Santes

L’Atelier de Paris

Une version chantée de la chanson de la Déesse

 

 



Citer ce billet
Caroline Dejoie (2022, 21 février). Une histoire du corps de la Déesse. Les Jaseuses. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qumc

  1. Carol P. Christ, “Pourquoi les femmes ont besoin de la déesse : réflexions phénoménologiques, psychologiques et politiques”, dans Reclaim, Recueil de textes écoféministes, choisis et présentés par Émilie Hache, Paris, Cambourakis, 2016. []
  2. Sigle anglophone signifiant Trans Exclusionary Radical Feminist. Le terme désigne des femmes cisgenres qui se définissent comme féministes mais qui excluent les femmes trans de leur combat contre le patriarcat. Leurs idées et actions transphobes s’appuient sur l’idée que les femmes trans sont en réalité des hommes qui veulent infiltrer les mouvements féministes pour les faire échouer, et que les hommes trans sont des femmes qui trahissent leur soi-disant condition de femmes pour fuir l’oppression du patriarcat. De manière globale, les terfs se réfèrent à une définition du féminisme et du genre basés sur la biologie et la soi-disant “essence féminine”.
    Voir “Lexique évolutif des Jaseuses”, dans Les Jaseuses, https://lesjaseuses.hypotheses.org/lexique-evolutif-des-jaseuses, consulté le 17/02/2022. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search