Un monstre de la bande-dessinée

Emil Ferris, Autoportrait, 2017

“Je ne voulais pas être une femme, je voulais être un monstre. Je voulais être une sirène, je voulais être Medusa, je voulais être le loup-garou, bref je voulais être n’importe qui sauf ces femmes enfermées dans ces petites maisons!”

Quand on est un monstre, on fait ce que qu’on veux, on peut faire tout ce qu’il n’est pas possible de faire normalement. Et surtout, on n’est pas obligé de jouer un rôle imposé par les autres. On peut vivre son propre rôle.”

La bédéaste Emil Ferris naît en 1962 dans le South Side de Chicago, au sein d’une famille d’artistes. Elle travaille dans un premier temps comme illustratrice et conceptrice de jouets, avant de s’inscrire à un cours d’écriture créative au sein de l’institut d’art de Chicago. Elle se lance parallèlement dans un travail monumental auquel elle consacrera six ans de sa vie. Cet ouvrage, intitulé “Moi, ce que j’aime, c’est les monstres”, essuie quarante-huit refus, avant d’être publié chez l’éditeur américain Fantagraphics en février 2017. Le best-seller s’écoule à plus de 100 000 exemplaires, et trouve rapidement son chemin vers l’hexagone. Cinquante pages sont d’abord pré-publiées dans le journal Libération en 2018, puis, l’éditeur Monsieur Toussaint Louverture, connu pour sa politique éditoriale audacieuse, se charge de le publier. Emil Ferris est ainsi reconnue par de grand-es bédéastes (Alison Bechdel, Art Spiegelman, Chris Ware) et reçoit de nombreux prix1 d’Angoulême 2019.

Si elle ne se revendique pas d’une école ou d’un courant artistique en particulier, on peut néanmoins constater l’influence que la peinture a eu sur l’auteure : Ferris intègre à son travail de nombreux dessins d’œuvres d’arts, à l’image de Goya, d’Eugène Delacroix, Seurat, Léon Gérôme ou encore Jacob Joardens, qui témoignent d’une large culture artistique héritée de son père2. Elle redonne vie à ces toiles en les intégrant pleinement à l’histoire puisque la protagoniste passe beaucoup de temps à dessiner et à se balader au musée avec son frère Deeze. Son enquête est ainsi jalonnée par de célèbres tableaux qui semblent parfois s’animer, grâce au regard singulier du personnage. Ces peintures côtoient des couvertures de magazines d’horreurs délirantes, inspirées des affiches de films américains ainsi que des DC comics. Bien sûr, Emil Ferris est aussi une férue de bande-dessinée : on la compare notamment à Robert Crumb pour ses dessins hachurés, à Will Eisner ou encore à Maurice Sendak et Art Spiegelman.

 

“Moi ce que j’aime c’est les monstres”, Emil Ferris, Monsieur Toussaint Louverture, 2017

 

Couverture de “Moi ce que j’aime c’est les monstres”, Emil Ferris, Monsieur Toussaint Louverture, 2017

J’ai découvert le roman graphique d’Emil Ferris un peu par hasard, au milieu de tous les trésors de la librairie parisienne Super-Héros. J’étais persuadé que je m’apprêtais à lire le récit banal d’une enfant marginale un peu nerdy, rejetée par ses camarades de classe. A la lecture, l’intrigue et les personnages m’ont complètement fascinés. Cette bande-dessinée faite entièrement au stylo à bille est complètement hors-norme, monstrueusement fabuleuse, tant par son ambition graphique que narrative.

L’histoire, partiellement inspirée de l’enfance d’Emil Ferris3, se déroule à Chicago à la fin des années 1960. Le personnage principal, Karen Reyes, dix ans, est passionnée par les créatures monstrueuses et se perçoit elle-même comme un loup-garou.

Le jour de la Saint-Valentin, Karen apprend la mort de sa voisine, Anka Silverberg. La jeune inspectrice décide de mener l’enquête et consigne ses réflexions dans son journal intime. Grâce aux cassettes retrouvées par le veuf, elle découvre le terrible passé d’Anka au coeur de l’Allemagne nazie et du milieu de la prostitution. Le récit cadre, constitué du flux de pensées ininterrompues de Karen, est entrecoupé d’épisodes flashbacks, racontant les souvenirs d’Anka.

La caractérisation des personnages s’effectue majoritairement par le biais du récit de la protagoniste. Son carnet et ses dessins nous permettent d’accéder à sa perception sensible des autres personnages. Sur la planche  Karen effectue le portrait de sa mystérieuse voisine, qui fera l’objet de cette enquête complexe. La forme du journal intime – la narration à la première personne, ainsi que l’éparpillement des éléments graphiques et textuels – permet d’établir une caractérisation atypique et subjective du personnage. La jeune inspectrice construit le portrait d’Anka à partir d’un ensemble de petits éléments visuels fragmentés : une boucle d’oreille bleue, les balles d’un revolver qui fusent, un chat aux yeux verts diaboliques, le visage fermé et inquiétant du mari d’Anka… Une vision panoptique de la planche est essentielle pour saisir l’impression singulière que provoque Anka chez Karen.

 

“Moi ce que j’aime c’est les monstres”, Emil Ferris, Monsieur Toussaint Louverture

En s’émancipant radicalement des standards de la bande-dessinée4, Emil Ferris participe sans conteste au renouvellement du genre, au regard de sa manière inédite de penser la séquentialité ainsi que le rapport entre le texte et l’image5 et de la liberté qu’elle insuffle dans son dessin.

Avec ce livre, Emil Ferris nous offre un magnifique clair-obscur, en faisant apparaître la lumière dans l’obscurité6, la beauté chez les monstres qui peuplent notre quotidien7.

Citer cet article : Juliette Cordier, "Un monstre de la bande-dessinée", dans Les Jaseuses, publié le 08/02/2022, https://lesjaseuses.hypotheses.org/3923, consulté le 06/07/2022.

 

  1. “Moi, ce que j’aime, c’est les monstres” reçoit par exemple le fauve d’or au festival []
  2. “Mon père adorait tellement l’art, qu’il nous emmenait dans tous les musées de Chicago pour voir des tableaux. Il nous disait regarde ce tableau, reste devant, regarde-le en profondeur, respire-le, ressens-le, aime le, ou déteste le, peu importe, mais sois à l’intérieur de lui. C’est ce que j’ai fait.” / “C’est grâce à mon père que j’ai appris la composition, avec lui que j’ai appris à lire l’art. Il m’a tout appris. Et quand on a appris à apprendre, on peut ensuite s’éduquer soi-même. C’est l’héritage qu’il m’a légué.” []
  3. Le personnage de Karen fait notamment écho à la perception qu’Emil Ferris avait d’elle-même, et la plupart des personnages sont des gens qu’elle connaissait []
  4. “Et je voulais que ce soit un carnet. Je me foutais des standards de la bande dessinée, pas parce que je ne les aime pas, au contraire, je les adore, mais cette histoire n’aurait jamais voulu rentrer dans les cases.” []
  5. Emil Ferris utilise une technique de dessin intuitive; elle laisse l’histoire guider la mise en page : “L’histoire a progressé au fur et à mesure de l’écriture. C’était mieux de laisser les choses venir, je sais c’était un peu fou, et un peu angoissant, je me disais oh mon Dieu, comment je vais m’en sortir, est-ce que je ne vais pas me perdre est-ce que je ne vais pas tout rater ? Mais en même temps c’est comme un pari, et c’est est excitant d’une certaine manière, de ne pas savoir ce qui va arriver.” []
  6. “On a besoin de l’obscurité pour voir la lumière. La beauté est plus belle quand elle sort de la noirceur. Il suffit de regarder les peintures de Caravage”. []
  7. Toutes les citations proviennent de l’interview du 28 septembre 2018 menée par Laurence Houot pour France Info à l’occasion de l’exposition de l’œuvre d’Emil Ferris à la Galerie Martel []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search