Littératures lesbiennes : recherches en cours

En mai, nous aurons quelques nouvelles à annoncer côté Jaseuses : en ce moment, nous sommes quelques-unes à travailler de près sur l’histoire française de la littérature lesbienne. Or, globalement dans le contexte francophone — peut-être surtout français ? — nous sommes encore peu nombreux-ses à travailler sur cette question, et les bibliographies restent largement à défricher. Cet article vise à proposer un aperçu d’une partie des recherches en cours sur la littérature lesbienne, à travers une présentation de mémoires soit récemment soutenus, soit encore en cours.

Comme souvent pour les projets de recherche “neufs”, c’est-à-dire en tout cas relativement peu installés dans le domaine général des recherches universitaires, les mémoires jouent un rôle énorme. Mais contrairement aux thèses, ils ne sont généralement pas référencés, et sont donc difficiles à trouver. Rarement présents en ligne, contrairement cette fois aux médias spécialisés, aux blogs ou diverses propositions grand public nativement proposées sur les réseaux (YouTube, Instagram, Twitter…), les mémoires sont peu mis à disposition en ligne, et sont rarement publiés sur papier. Cette liste – non exhaustive – de mémoires en cours ou récents vise donc aussi à mettre en relation de (jeunes) chercheureuses, pour que les travaux puissent se nourrir les uns des autres.

Dans quelques mois, nous compléterons cet article en y ajoutant un lien vers une bibliographie fournie, que nous sommes en train de construire pour le moment.

Nous n’avons évidemment pas pu tout recenser : n’hésitez pas à nous signaler vos travaux !

À noter, y compris pour celleux déjà cité·es ici : nous modifierons immédiatement toute information qu’il vous semblerait bon de modifier tant que l’article sera en ligne, il suffira de nous la signaler.

 

Littérature (et socio de la littérature)

Camille Aurégan-Foucault, “Poésie lesbienne : place et sens d’un genre marginal dans la construction d’une identité marginale”. Mémoire de master 1 en sociologie, à Sciences Po Rennes, sous la direction de Christian Le Bart. Parmi les autrices sur lesquel·les elle travaille, on peut citer notamment Nour Condamin (@oceanknives sur Instagram).

Dans le cadre de mon M1 je travaille sur la poésie lesbienne dans une perspective sociologique, le titre très provisoire étant “Pratiques culturelles lesbiennes : place et sens de la poésie dans la communauté lesbienne”, c’est un projet qui se base sur une dizaine d’entretien avec des lesbiennes qui lisent/écrivent de la poésie ! Aucune idée de sa valeur, je l’ai pas encore soutenu, mais voilà haha ! J’ai aussi commencé à créer une revue plus largement culturelle lesbienne (@tangiblesrevue), projet en pause pour le moment.

👉 Mots clés : sociologie, identité, construction identitaire, lecture, écriture, poésie, point de vue lesbien / lesbian gaze, marginalité, communauté (lesbienne), réappropriation, pratique culturelle, culture lesbienne…

 

Andréa Béarez, “Création d’une identité lesbienne dans des récits d’enfance et jeunesse”. Mémoire de M1 en Lettres, arts et sciences humaines , à l’Université de Paris, sous la direction de Florence Lotterie.

Dans le cadre de mon M1 je travaille sur un corpus de récits d’enfance et de jeunesse : L’Opoponax de Monique Wittig, Thérèse et Isabelle de Violette Leduc, et Hymne aux Murènes de Mireille Best. Le cadre choisi de la jeunesse permet la création d’un espace intérieur, celui de l’apprentissage, de la découverte de soi. Je m’intéresse aux motifs qui rendraient compte de la construction d’une identité lesbienne à travers ces récits d’autofiction. Cela me permet aussi d’étudier le choix de la narration, la manière dont on se dit, dont on représente l’amour lesbien. Par ailleurs, ces œuvres reconfigurent des imaginaires littéraires et ont ainsi un effet politique…

👉 Mots clés : autofiction, écriture de soi, récit d’enfance, jeunesse, espaces, identité, lesbianisme, naissance à soi, initiation, dire l’amour, sexe, corps, imaginaires littéraires, poésie, réécritures, politique.

 

Manon Bochet-Marquis, “Lesbiennes et subversions des genres littéraires : pour un renouveau de la figure littéraire saphique”. Mémoire de master 2, sous la direction de Marie-Jeanne Zenetti et Yannick Chevalier, Université Lumière Lyon 2 (France), soutenu en 2021.

 

Lou Brunel (📩), “Paradigme sexiste des personnages de femmes cannibales : perspectives historiques, typologiques et comparatistes des cannibalismes féminins”. Mémoire de M1, Université Lumière Lyon 2.

Dans mes recherches sur la dimension (hétéro)sexiste du stigmate de la femme cannibale dans les productions artistiques je travaille beaucoup sur la spécificité lesbophobe, j’analyse des textes sur la réappropriation/subversion de cet imaginaire (surtout chez Wittig (et Zeig)). En gros, je travaille la question du motif de la dévoration érotique, chez Wittig surtout mais dans la littérature lesbienne en général, où les thèmes de l’incorporation et de la crudité, descriptions organiques du corps m’intéressent. Le but est aussi de faire émerger une poétique du cannibalisme littéraire lesbien (je parle aussi de cette poétique chez les artistes femmes non-lesbiennes je précise) et la particularité de l’intertextualité chez Wittig, que j’analyse comme cannibalisme littéraire.

👉 Mots clés : cannibalisme, dévoration, essentialisme, incorporation, transgression, figure maternelle, male gaze, femme fatale, eros, chair.

 

Cyriel Clère (📩), ““Je ne crois à la littérature que lorsqu’elle n’en est pas” : la mise en scène de la relation amoureuse lesbienne dans Idylle saphique de Liane de Pougy et Correspondance amoureuse de Natalie Clifford Barney et Liane de Pougy”. Mémoire de littérature francophone dirigé par Tanja Schwan et Uta Felten, Universität Leipzig, Leipzig, octobre 2021.

Ce mémoire explore la création d’outils littéraires et créatifs servant l’esquisse d’un imaginaire lesbien écrit par des lesbiennes, à une époque où les figures lesbiennes fleurissent uniquement sous les plumes des hommes qui en font des personnages très négativement connotés. En étudiant la réappropriation et le dépassement des codes littéraires fin-de-siècle par les deux autrices, le mémoire met en lumière l’esquisse d’un modèle littéraire transgressif et émancipatoire qui pose les jalons de la littérature lesbienne et des théories critiques du système hétéropatriarcal du XXème siècle.

👉 Mots clés : autofiction, correspondance, invertie, femme fatale, lesbienne criminelle, femme fleur, travestissement, religion.

 

Juliette Cordier, “Faire et défaire le sujet lesbien : le sujet lesbien comme force de perturbation identitaire dans le Corps Lesbien de Monique Wittig et Thérèse et Isabelle de Violette Leduc”, Master 1 de littérature française, sous la direction de Françoise Simonet-Tenant

Si la norme (l’hétéronorme) produit et marginalise le sujet lesbien, je souhaite avant tout montrer les perturbations identitaires qu’engendrent les relations lesbiennes et les différents procédés de désidentification dans les textes.

 

Sophia Evezard, La place de Monique Wittig dans la littérature lesbienne féministe d’aujourd’hui. Mémoire dirigé par Stéphane Bikialo, Poitiers (France), Master 2 Livres et Médiations.

Ce mémoire a pour but de connecter les rééditions récentes des écrits de Wittig avec les œuvres d’écrivaines lesbiennes contemporaines (Pauline Gonthier, Carmen Maria Machado, Juliet Drouar, Wendy Delorme). En quoi et à quel moment Wittig a t-elle influencé ces autrices et en quoi peut-on parler (ou non) de littérature lesbienne ? Ainsi, au travers de ce projet de mémoire, je souhaite explorer l’inscription des œuvres de Monique Wittig dans le matrimoine et dans l’histoire des féminismes.

Ce mémoire comporte une part de recherche-création : l’autrice y mélange des extraits de son mémoire avec des poèmes et des réflexions sur la littérature lesbienne et sur la fomation de nos imaginaires.

 

Coline Fournier, “Sororité et violence chez Julia Ducournau et Virginie Despentes : de l’amitié passionnelle au regard lesbien”, Mémoire de Master 1 de recherche en littérature française, sous la direction de Mme Inès Cazalas, Université de Paris (France), à soutenir en juin 2022.

Je travaille sur un corpus comparatiste entre le roman Baise-moi de Virginie Despentes (1994) et le film Grave de Julia Ducournau (2016) : la proximité subie de deux sœurs végétariennes qui se meuvent en cannibales et la folle cavale de deux meurtrières qui se choisissent comme sœurs me permet de montrer certaines spécificités de la relation sororale, et d’en montrer les ramifications diverses. D’abord amitié passionnelle, puis cercle concentrique de l’entre-dévoration, la sororité peut aboutir à la naissance d’un regard lesbien, notamment dans l’adaptation cinématographique de Baise-moi par Despentes et Trinh Thi en 2001. Ces sororités, et leurs génitrices – qu’elles soient autrice lesbienne ou réalisatrice hétérosexuelle – sont transgressives, du fait du lien sanglant qu’elles tissent entre eros et thanatos, mais également par le « trouble dans le genre » qu’elles montrent : en dérogeant aux codes de genre(s) qu’on leur impose, les autrices et les personnages deviennent « polymorphes et hyperpuissantes ». Enfin, ce mémoire est également une façon de réfléchir à l’être-au-monde collectif, pluriel et féministe, souvent lesbien ; au delà d’être des sœurs, les personnages de Despentes et Ducournau s’allient et s’aiment, s’entraident et luttent ensemble, profitant du plaisir d’être à deux. À l’aide des textes de Monique Wittig (Les Guérillères et « Le Cheval de Troie », La Pensée Straight), il s’agira de penser la sororité comme un point de départ vers la multiplicité des rhizomes anti-généalogiques que préconisaient Deleuze et Guattari dans Mille Plateaux, sans en oublier les possibles zones grises et l’aspect « abrasif » évoqué par Wendy Delorme dans Viendra le temps du feu. En somme, d’« instaurer une logique du ET ».

👉 Mots clefs : sororité, violence, féminisme, lesbianisme, body horror, littérature contemporaine, cinéma de la New French Extremity, sang

 

Gilke Geeraerts (📩), “Les romances LGBT de la filiale française de Harlequin”. Mémoire de bachelor. En ce moment, “L’homoparentalité dans des romances lesbiennes de Homoromance Éditions”. Mémoire de master, à l’université de Leuven (Belgique).

Éternelle romantique, je m’immerge aussi dans l’amour dans le cadre de mon Master en littérature à l’université de Leuven (Belgique). Ma recherche porte sur la romance lesbienne contemporaine. Je m’intéresse plus particulièrement à la manière dont l’homoparentalité y est présentée, ce qui est extrêmement pertinent, puisque “Elles vécurent heureuses et eurent beaucoup d’enfants” n’est après tout pas aussi évident pour des personnages lesbiens que pour des protagonistes hétérosexuels. Mon mémoire de Bachelor, intitulé “Harlequin sort du placard”, traitait déjà l’adaptation de la formule hétérosexuelle à une formule LGBT dans les romances LGBT de Harlequin France. Je prépare actuellement aussi une proposition de thèse de doctorat qui s’appuiera sur ces deux travaux.

 

Beth Kearney, Figures de femmes chez Valentine Penrose : à la croisée du saphisme littéraire et du roman gothique, Mémoire de maîtrise, Université de Montréal, 2019. En ligne.

  • À paraître : « Fleeing the Heterosexual Norm: Gothic Tropes and Illicit Lesbianism in Martha’s Opera (1946) », Valentine Penrose : Landscapes of Feminist-Surrealist Odyssey, dirigé par Felicity Gee, 2024.
  • « ‘Un dimanche à Mytilène’ : topographies de l’exotisme dans Dons des féminines (1951) de Valentine Penrose », Postures, no. 31, 2020. revuepostures.com/sites/postures.aegir.nt2.uqam.ca/files/kearney_31_0.pdf
  • « The Nemesis of an Infamous Hungarian Countess: Hybris and Faustianism in La Comtesse sanglante (1962) by Valentine Penrose », MuseMedusa, no. 8, 2020. musemedusa.com/dossier_8/kearney/

 

Ange Maillet, Mémoire de Master 2, Champs des Etudes Culturelles : “La représentation des masculinités dans la bande dessinée lesbienne Dykes to Watch Out For d’Alison Bechdel : de la dénonciation à la subversion du modèle hégémonique”, sous la direction d’Hélène Tison, Université de Tours. Soutenu en juin 2021.

La bédé de Bechdel est tellement transversale qu’on peut trouver de nombreuses intersections avec des littératures lesbiennes. Par ailleurs, ma directrice de mémoire, Hélène Tison, a publié un livre novembre dernier avec la maison d’édition Routledge et qui s’intitule : Female Cartoonists in the United States: Bad Girls and Invisible Women. C’est un livre qui ne traite pas que de sujets lesbiens mais qui s’attarde bien entendu sur de nombreux•se auteur•ices de bédé lesbiennes !

 

Nina Lutz (📩), “Transfiguration du réel et subversion des normes dans trois œuvres en prose de Renée Vivien : La Dame à la Louve (1904), Du vert au violet (1903) et Une Femme m’apparut… (1904).”

D’un point de vue générique, l’objectif est de montrer comment la prose permet à une autrice principalement connue pour sa poésie versifiée d’insérer un discours politique au sein de la fiction. Les trois œuvres en prose effectuent un bouleversement axiologique permanent qui renverse l’échelle de valeurs dominantes et dénonce par les moyens de l’ironie l’absurdité des normes de genre et de sexualité tout en exprimant une solidarité envers d’autres être opprimés tels que les prostituées – le discours allant à l’encontre de l’abolitionnisme majoritaire chez les féministes de la fin du XIXe siècle- et les animaux. Transformant systématiquement le lien dépréciatif tissé par la doxa entre ces différentes catégories d’opprimé·e·s, l’écriture de Vivien met en œuvre une « resignification subversive » (Butler) de tous les éléments de culture misogynes et autres mythes du patriarcat. Ancrée dans son époque, elle se réapproprie par l’écriture un grand nombre de figures de femmes mythiques et de symboles chers aux décadents qui les ont actualisés dans un sens toujours plus sexiste et leur redonne autonomie et agentivité. Ce faisant, elle constitue une culture de lesbiennes et d’insoumises qui permet de dessiner les contours d’une communauté et de repenser un sujet féminin et lesbien complexe en le libérant des clichés et fantasmes décadents et des généralisations misogynes des discours théoriques de l’époque à propos de “la femme”. La poétique de Vivien semble prendre sa source dans le rejet décadent d’une société fin-de-siècle dominée par le positivisme, l’industrialisation et le fantasme du progrès, mais elle lie constamment ces problématiques à la question de la domination masculine et instaure une esthétique de l’instabilité et du flou qui rejette toute idée de production ou de reproduction, prône l’artificiel afin de rejeter la nature en tant que norme et lutte contre la fixité des identités de genre comme des genres littéraires. Ces dynamiques de transfiguration et de subversion à l’œuvre dans le corpus viviennien dessinent un idéal libérateur de mouvement permanent permettant d’échapper à toute normalisation réductrice et orientée des êtres comme de la littérature.

 

Adina Stroia, recherches post-doctorales en cours sous le titre provisoire “Féminin/féminin: Lesbian Elusiveness in Contemporary French Women’s Writing”, déjà présentées dans le cadre du colloque “Narratives of Selfhood and Ambivalence” en septembre 2021 [enregistrement en ligne].

  • “Lesbian Selves: The Figure of the (Body) Double in Marie Nimier’s Works”, Queer(y)ing Bodily Norms in Francophone Culture, dirigé par Polly Galis, Maria Tomlinson et Antonia Wimbush, 2021.
  • Communication à venir : “‘Écrire de chez la lesbienne’ dans la littérature française contemporaine” dans le cadre du congrès 2022 de la SELF XX-XXI (16-18 juin).

 

Elisa Walter (📩),

  • Poétique de Renée Vivien : entre spiritualité et désir (étude croisée de sa poésie amoureuse en vers et en prose, dans les recueils Cendres et Poussières et Du Vert au Violet), mémoire de Master 1 en littérature française à Sorbonne Université (anciennement Paris IV) sous la direction d’Olivier Gallet, soutenu en septembre 2021.
  • Le roman-poème chez Renée Vivien (étude des deux versions d’Une Femme m’apparut et de L’Être double publié sous le pseudonyme de Paule Riversdale), mémoire de Master 2 en littérature française à Sorbonne-Université, toujours sous la direction d’Olivier Gallet, soutenance vers juin (?) 2022.

 

Histoire de l’art

Maëlle Roger, “La représentation de l’érotisme féminin par les femmes artistes autour du salon privé de Natalie C. Barney (1910-1939)”. Mémoire de master 1 de recherche en histoire de l’art, sous la direction de Mme Catherine Méneux à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Je travaille sur un corpus de six artistes : Marie Laurencin, Valentine Prax, Tamara de Lempicka, Mariette Lydis, Suzanne Valadon et Louise Janin. Mon mémoire s’attache à interroger la représentation de l’érotisme féminin par ces artistes tout en questionnant leur dimension sociale grâce au Salon privé de Natalie Barney. Une place importante est faite à l’esthétique cubisante de Laurencin, Prax et Lempicka qui sont les artistes de mon corpus principal. Une partie de mon mémoire s’appuie sur la littérature et la place que celle-ci prend dans la culture visuelle des artistes. J’aborde notamment la réception qu’elles peuvent avoir aussi bien du côté de la critique contemporaine que des écrits en études de genre des années 1970-1980 qui catégorisent le travail que ces artistes font. » (@Maelle257 sur Twitter)

👉 Mots clés: peintresses, érotisme, Salon privé, female gaze et lesbian gaze, cubisme orphique, paradigme féminin, hypersexualisation, critique d’art, les « Deux Amies ».

 

Sciences de l’information et de la communication

Lena Bouillard : Existe-t-il une mémoire lesbienne sur internet ? Étude des archives du web (militant) lesbien. Mémoire de master 2 en archivistique numérique à l’Ecole nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (ENSSIB) à Lyon, sous la direction de Clément Oury. Soutenance prévue début septembre 2022.

Dans ce mémoire, je me questionne sur l’existence ou non d’une mémoire lesbienne sur internet, car, quand on pense “archives lesbiennes”, on pense surtout aux archives papier (livres, affiches, lettres, etc), aux objets (t-shirts, pin’s, etc) ou aux archives audiovisuelles (films, documentaires, séries, etc). Pourtant, les lesbiennes sont très présentes sur internet, elles utilisent ce canal pour consulter et partager des informations, pour se rencontrer, voire pour militer parfois. Je vais donc constituer un corpus de sites internet lesbiens (avec évidemment la question de : qu’est-ce qu’un site lesbien ? qu’est-ce qu’un site militant ? qu’est-ce qu’un site lesbien militant et dois-je ne collecter que ceux-ci ou bien élargir à tout site lesbien en partant du principe qu’un site qui se dit ouvertement lesbien est forcément militant quelque part ?).

Je vais ensuite analyser les liens hypertextes qui existent entre les sites de mon corpus via un outil de cartographie de réseaux. Car mon but est aussi de réfléchir aux liens entre les sites lesbiens : est-ce qu’on se connaît ? est-ce qu’on collabore ? (parce que si chacune fait son projet dans son coin, on est condamnées à repartir de zéro à tout jamais).

Enfin, je vais faire des entretiens avec les lesbiennes à l’origine des sites de mon corpus, mais aussi avec des archivistes, car je cherche également à savoir qui pourrait archiver ces sites web lesbiens et les rendre accessibles. En France, les institutions publiques d’archivage sont peu nombreuses à conserver des archives du web. Seules la Bibliothèque nationale de France (BnF) et l’Institut national de l’audiovisuel (INA) collectent, conservent et communiquent les archives du web français, mais cette communication se fait de manière très encadrée (il faut se rendre physiquement à la BnF ou à l’INA pour les parisien.ne.s, ou bien se déplacer jusqu’aux postes de consultation qui n’existent que dans certains lieux précis de certaines villes). Ces archives ne sont donc pas très accessibles et la plupart des personnes ne savent même pas qu’elles existent. Car c’est aussi ça mon objectif : rendre les archives du web lesbien aux lesbiennes !

(Je suis @lenascameo sur Twitter, si jamais !)

👉 Mots clés : Archives du web, archives lesbiennes, community archives, tournant archivistique, humanités numériques, cartographie de réseau, cyberactivisme, histoire des luttes lesbiennes

 

Science politique

Manon Rivière (📩) : La résurgence du lesbianisme politique en France à la fin des années 2010 : contexte et caractéristiques, Master 1 de science politique à la Faculté de droit et de science politique de Rennes, mémoire sous la direction de Prunelle Aymée.

Ce mémoire a pour but d’étudier la résurgence du lesbianisme politique et de la remise en cause de l’hétérosexualité comme structure par essence de domination patriarcale dans les milieux féministes aujourd’hui. Ainsi, mon objectif est d’établir le constat de cette résurgence et d’en dégager les causes.

 

Histoire

Juliette Deman (📩), “La littérature lesbienne des années 1950”. Master 2 d’Histoire du genre dirigé par Sylvie Chaperon, Université Toulouse 2 Jean Jaurès

Ce mémoire se concentre sur la littérature lesbienne dans les années 1950, les manières dont des autrices concernées écrivent des personnages et relations entre femmes et les différents stéréotypes qui se retrouvent. Le premier but de cette recherche était de réunir un maximum de titres écrits par des femmes ayant eu des désirs ou des relations lesbiennes. Le deuxième, sur lequel je travaille en ce moment, est d’étudier comment ces autrices écrivent le lesbianisme : les personnages, les relations, le milieu… je m’intéresse en particulier beaucoup aux stéréotypes : en partant du travail de Nicole G. Albert j’ai dressé une première liste, qui me sert de grille de lecture. Le troisième objectif serait de regarder les évolutions entre l’avant guerre et les 50’, mais je n’y suis pas encore !

👉 Mots clés : Histoire, histoire du genre, littérature, stéréotypes, années 1950

 

Philosophie

Claire Pollet (📩), “La littérature : un champ de lutte pour une transformation langagière et sociale. Repenser la force politique des œuvres littéraires de Monique Wittig”. Mémoire de recherche de Master 2 de Philosophie Contemporaine, sous la direction de Sandra Laugier, à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, soutenu en 2021.

Dans ce mémoire, je tente de repenser la force d’action de la littérature et l’enjeu politique d’en faire un champ de lutte féministe, à partir de l’analyse des œuvres de Monique Wittig.

Je repolitise, dans un premier temps, les liens entre l’ordre social hétérosexiste, le langage et la littérature afin de saisir l’enjeu de l’exclusion des femmes de deux domaines d’expressivité : le langage et sa pratique ordinaire ainsi que la littérature et sa pratique d’écriture. Je m’appuie sur la conception de Wittig d’un langage structurellement binaire et possédant une force matérielle ainsi que sur les théories du langage performatif et ordinaire, notamment dans leur reprise par Judith Butler. Cela me permet de concevoir que, par leur sexe, les femmes sont faites autres dans le langage les empêchant de parler, autres dans la littérature les empêchant d’écrire et autres dans l’espace social les empêchant d’agir : ce rapport de co-renforcement stabilise et naturalise le langage dominant et violent et donne l’illusion d’une communauté linguistique et sociale harmonieuse, reproduisant l’ordre inégalitaire, par une silenciation efficace des femmes à tous les niveaux.

En jetant un “soupçon” sur la fiction, ne peut-on pas la prendre “au sérieux” et se demander ce qu’elle fait : que peut-elle faire au champ littéraire, à l’ordre social et au langage lui-même qui ne puisse se faire par nos pratiques de discours ordinaires et communicationnelles ? Je reprends les outils théoriques que Butler développe, dans le Pouvoir des mots, pour penser des actes de parole subversifs et insurrectionnels dans les pratiques du langage ordinaire afin de repenser les actes littéraires de Wittig. Prendre au sérieux la littérature de Wittig en tant qu’acte littéraire et politique et non plus comme une application de sa théorie ou comme une représentation et une communication de son projet politique, permet d’ouvrir le potentiel révolutionnaire de sa littérature et d’éviter des confusions dans sa pensée théorique en conservant le lien indissoluble qu’elle tisse entre politique, théorie et littérature. (résumé plus complet disponible sur le site des Études wittigiennes)

👉 Mots-clés : Féminisme ; Philosophie du langage ordinaire ; Performativité ; Littérature ; Monique Wittig ; Genre ; Actes de parole ; Actes littéraires ; Fiction.

 

… liste à continuer, envoyez-nous vos sujets, titres, mots-clés, tout ce qui peut vous permettre de mettre en valeur votre recherche !

 

Citer cet article : Les Jaseuses, "Littératures lesbiennes : recherches en cours", dans Les Jaseuses, publié le 11/03/2022, https://lesjaseuses.hypotheses.org/3798, consulté le 06/07/2022.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search