Février 2022 : La rage, les monstres, et aller mieux

On est en hiver, un lundi, il fait froid, il est 17h et il fait déjà nuit. La journée pèse et semble interminable, tout comme cet hiver. Les résolutions pour 2022 sont perdues dans une to-do list longue de plusieurs kilomètres. Le chat rompiche et on aimerait être à sa place. Mais la to-do list n’avancera pas toute seule.

Puis : « Écoute Radio Coven ! »

Alors ça va un peu mieux. Je n’y étais pas, mais c’était comme si. Entendre toutes ces femmes être heureuses juste parce qu’elles sont entourées par d’autres femmes. Qu’elles se sentent en sécurité, tout de suite à l’aise. Qu’elles sortent de leur timidité, qu’elles s’assument, qu’elles chantent et qu’elles dansent. Qu’elles rient, beaucoup. Qu’elles composent des menus. Qu’elles partagent leur aventure avec moi, qui n’y étais pas.

Et là je me dis que les journées s’allongent et que nous gagnons quelques minutes de soleil chaque jour. Que la to-do list est longue parce qu’il y a plein de belles choses à créer. Que si les journées n’en finissent pas, c’est qu’on peut les meubler à notre guise. Que si le chat rompiche, c’est qu’il se sent bien avec nous.

Mais surtout, qu’il y aura toujours quelqu’un-e avec qui on se sent à l’aise, avec qui on peut rire, chanter et danser.

Paty


Apocalypse

Entre poésie et essai libre, Isaline Dupond Jacquemart offre une carte blanche apocalyptique toute en introspection, dans laquelle elle se demande comment habiter ce monde : Exister avec la rage du désespoir est illustré par une des photographies de l’autrice, issue de sa série en cours “Monde alternatif”.

Club de lecture

Juliette Cordier revient sur le roman graphique hors-norme Moi ce que j’aime c’est les monstres et son autrice Emil Ferris. Découvrez Un monstre de la bande dessinée dans nos notes de lecture.

Traductions

Caroline Dejoie raconte Une histoire du corps de la Déesse à partir du souvenir d’une chanson. Entre écoféminisme, essentialisme, identité, spiritualité et réappropriation… elle parle surtout de sororité.

 


 ⚡On jase aussi par ici

:en_colère: Eva Belgherbi et Marion Cazaux rédigent un texte à quatre mains. Comment les pratiques des influenceur-euses culture renforcent les conditions de travail déjà désastreuses des chercheur-euses en histoire de l’art : “Percer l’abcès : influences et recherches dans la culture”.

:pellicule: Adèle Cassigneul signe un essai autour de deux monographies sur Wanda de Barbara Loden dans la Los Angeles Review of Books, ainsi qu’une critique des deux recueils – nouvelles et poèmes parus chez Blast – de Luz Volckamn pour Jeanne Magazine.

:pierre_précieuse: Patrycja Toczek présente le clip de Soleil Vert qu’elle a réalisé pour Diamanda Callas.

:épingle2: Heta Rundgren et le réseau Lectures féministes lancent un appel à contribution “Pratiques situées : critique en action des modes de production du savoir universitaire”, pour un numéro de la revue Itinéraires. Littérature, textes, cultures.

:bougie: Lorraine Alexandre présente son exposition personnelle “Les Voyages dans le temps” à PloumExpo, dans le cadre du Festival Autour d’Elle à Ploumagoar (22), du 26 février au 12 mars.

:écriture: Marys Hertiman publie un article dans la revue Glad! sur les enjeux de la matrimonalisation de la bande dessinée : Provoquer des archives et invoquer la mémoire. Elle parlera aussi du traitement des corps par les créatrices de bande dessinée, lors du colloque Corps, Genre et Image, le 24 mars à la Maison de la recherche de Paris 8.

:rouge_à_lèvres: Caroline Dejoie présentera pour la première fois sa performance “Tuto make-up pour chimère misandre” en clôture du colloque Corps, Genre et Images qui se tiendra les 24 et 25 mars à la Maison de la recherche de Paris 8.

:œil: Isaline Dupond Jacquemart a donné à voir sa vidéo “Qui regarde ?” (5’35) lors de la soirée d’électronique Aesthesis x Jellyflesh au Sample Bagnolet le 17 février. Elle a publié un article sur la recherche “Women in Type: the contributing of type drawing offices in the twentieth century” d’Alice Savoie et Fiona Ross. Les chercheuses et dessinatrices de caractères éclairent dans l’histoire de l’industrie typographique le travail des femmes, invisibilisé, au XXe siècle.

:micro_de_studio: Eugénie Bourlet a participé à l’émission “L’esprit critique” de Mediapart autour des romans de Nicolas Mathieu, Laure Gouraige et Xhang Guixing, à écouter sur les plateformes de podcast habituelles (ici sur Spotify).

:pousse: Mathilde Leïchlé et Caroline Dejoie dévoilent le premier épisode de Radio COVEN, un podcast revenant sur le projet COVEN, initié par la chorégraphe Nina Santes et soutenu par l’Atelier de Paris, auquel elles ont participé. On y entend les sons et les voix d’une communauté de femmes qui dansent, chantent, prennent soin, transforment et se transforment. Également sur Deezer, Spotify et la chaîne Youtube des Jaseuses.

:plume_pointe_noire: Sophie Benard a publié un article sur une pathologie vulvaire peu connue des médecins et des patient.e.s, et qui fait pourtant pourtant souffrir de nombreuses personnes : le lichen scléreux.

:poupées_russes: Lucile Richard, avec Adèle Sueur et Ana-Maria Szilagyi, organise un colloque intitulé « Care(s) matérialiste(s) » les 30 juin et 1er juillet prochains. Il portera sur les dialogues possibles ou impossibles, les divergences et/ou complémentarités entre les théories du care d’un côté, et le féminisme matérialiste français ainsi que les théories féministes marxistes de la reproduction sociale, de l’autre. Conçu comme un évènement interdisciplinaire et intergénérationnel, son objectif est de créer un espace de rencontres entre chercheur-euses d’expériences et de statuts différents autour des diverses conceptions du travail domestique, reproductif et de soin, ainsi qu’autour des luttes sur ces sujets. On vous met l’appel à contribution ici.

:livre: Aurore Turbiau participera le 2 mars à la soirée de lancement du numéro 108 de la revue Mouvements : des idées et des luttes, au Lieu dit à Paris, 19h. Le numéro est consacré aux utopies, parle de luttes actuelles, de science-fiction, de la force et des paradoxes des rêves. La soirée est organisée comme une rencontre-débat avec Pierre-François Moreau, Axelle Playoust Braure, Laëtitia Riss et Aurore Turbiau, tout le monde est bienvenu ; toutes les infos sur le site de la revue.

:homme_en_lévitation: Margot Lachkar a corrigé le premier ouvrage de Marie Dasylva, coach pour personnes racisées dans le monde du travail : Survivre au taf. Stratégies d’autodéfense pour personnes minorisées est sorti fin janvier aux Éditions Daronnes.

:bouquet: Mathilde Leïchlé analyse l’œuvre de Banksy Rage, the Flower Thrower pour les 20 ans de l’Inha. Dans cette vidéo, elle parle d’art pariétal et de street art, de soulèvement, de frontières et de réconciliation, de résistance et des colleureuses contre les féminicides.

 Ami·es des Jaseuses

:bobine_fil: Sentimentale Foule présente son nouveau spectacle, Vierges maudites !, alliant broderie et réécriture de la légende arthurienne. Un atelier de création textile collective ainsi que trois représentations sont prévues en février au Rheu puis à Rennes (35). Pour suivre cette création inédite, contacter bienvenue@sentimentalefoule.com.

:vieille_clé: Le cinéma La Clef se bat pour ne pas fermer. L’équipe occupe l’espace 24h/24 en ce moment avec une programmation incroyable pour contrer la menace d’expulsion.

:imprimante: Les Typotes ont atteint leurs objectifs et on lancé leur projet d’édition sur l’imprimerie de femmes ! Bravo !

:fourmi: Marie-Anaïs Guégan propose, sur Litteralutte, de lire Odes, recueil de poèmes de Sharon Olds, en “fourmi rouge” : lectrice engagée dans une réflexion sur la lecture et l’écriture féministe. À lire !


Ce mois-ci s’est tenue notre assemblée générale. Par écrans interposés, nous nous sommes retrouvé-es, certain-es se sont rencontré-es pour la première fois. L’ordre du jour géant et les to-do list à rallonge ne nous découragent pas. Le groupe évolue, le carnet grandit et se transforme, les idées folles se concrétisent, les projets d’écriture et de création poussent tout autour… On continue de jaser !

Conceptrices : Patrycja Toczek et Caroline Dejoie


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search