Raturé

Photo by @_Nicephore

 

Raturé.

La plume de leurs dents plantées sur mon nom.

Sous ces traits

Je ne veux plus me reconnaître.

 

 

(Ellipse)

 

Une vergeture sur le haut de ma cuisse

Une cicatrice

Tout juste la place pour un minuscule verger

Un oisillon déplumé

Quelques trognons de pommes…

 

Ma cuisse striée enfle :

L’oiseau se remplume

Le verger dégouline le long de ma cuisse

Le bec à peine dehors

Crache des nuits qui n’avaient jamais existées

Les pommes se gorgent de mon sang…

 

corps déraciné

 

Je me liquide

Je me déverse

J’infuse mes terres

 

 

Le déluge de mon Corps après moi

 

Mon Corps Ouragan

Sa bouche immense

Avale la mer et le soleil

La lune et l’océan

 

 

Mon Corps

Bois flottant

Vague…

 

Ils taillent le petit bois comme des silexs

 

Mon Corps

Bois de grève

 

Drossé par l’écume

 

Mon souffle

 

Jusqu’à moi.

 

(Eclipse)

 

Ma nuit sans trace

Leur ligne d’horizon dans mon dos de plumes

 

Je commence à me faire face.

 

 

Ce poème a été rédigé dans le cadre de l’atelier d’écriture “Echappées et brisures” du colloque Archéologies des transidentités : mondes médiévaux (24-26 novembre 2021), organisé par Sophie Albert et Clovis Maillet à la Sorbonne

 

 

Citer cet article : Juliette Cordier, "Raturé", dans Les Jaseuses, publié le 10/01/2022, https://lesjaseuses.hypotheses.org/3643, consulté le 26/05/2022.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search