Little Simz, King of Hip-hop

Screenshot du clip “Woman” réalisé par Little Simz

Simbi Ajikawo, plus connue sous le nom de Little Simz, est une rappeuse, musicienne et actrice anglaise, née en 1994 dans le borough londonien d’Islington. Elle grandit dans cet arrondissement au Nord de Londres aux côtés de sa mère d’origine nigériane et se met à rapper et à chanter dès le plus jeune âge1, marchant dans les pas d’artistes qu’elle admire, à l’image de Missy Elliott, Lauryn Hill, 2Pac, Nas ou encore Kendrick Lamar. A 9 ans, elle rédige sa première chanson intitulée “Achieve, Achieve, Achieve”, un titre qui ne laisse que peu de doute sur sa détermination ; à 10 ans, elle l’interprète sur la scène d’un talent show londonien. A l’adolescence, elle achète son premier micro avec le salaire de son job étudiant et apprend à jouer à la guitare avec des vidéos YouTube. A 16 ans, elle enregistre sa première mixtape intitulée “Stratosphere” qui sera jouée par une radio nationale. L’autodidacte étudie par la suite à la Highbury Fields School de Londres, puis à Westminster Kingsway College, afin d’obtenir un diplôme en technologie de la musique. Sa carrière musicale prenant de plus en plus de place dans sa vie, l’artiste met rapidement de côté ses études afin d’obtenir plus de temps pour composer : “I was already doing what I wanted to be doing in the future. I was already doing shows, and recording my own music and putting it out.”.2

Couverture de l’album Sometimes I Might be Introvert (3 September 2021 by Age 101 Music and AWAL)

Grâce à la diffusion de plusieurs albums ambitieux – A Curious Tale of Trials (2015), Stillness In Wonderland (2016) ainsi que Grey Area (2019) – Simz se fait progressivement connaître du grand public. En septembre 2021, la sortie de son dernier album, Sometimes I Might Be Introvert, fruit d’une collaboration avec le producteur Inflo, fait beaucoup de bruit sur la scène hip-hop. Nominé pour les Brit Awards, de nombreux magazines le mentionnent parmi les 50 meilleurs albums de l’année 2021.

Aujourd’hui, son rap expérimental et authentique, mêlant hip-hop, soul, funk, jazz, gospel et afrobeat, est reconnu par des figures majeures du rap tel que Kendrick Lamar, qui la décrit comme “the illest doing it right now”.3

Si la jeune rappeuse de 27 ans s’est imposée parmi les constellations du rap, ce n’est pas pour autant sans difficultés. En effet, le sexisme dans l’industrie du hip-hop empêche trop souvent les femmes d’obtenir la reconnaissance qu’elles méritent, comme Simz le rappelle dans son titre “Venom”, devenu un véritable hymne féministe grâce aux nombreux partages sur la plateforme TikTok : “They would never admit I’m the best here / From the mere fact that I’ve got ovaries.” // “Never giving credit where it’s due cos you don’t like pussy in power”. 4

Couverture de Venom

Couverture de l’album Grey Area (01 mars 2019 by Age 101)

Malgré tout, la rappeuse utilise sa voix pour faire passer le message, martelant que les femmes peuvent aussi être des rois5 : “[…] Je suis consciente que j’ai désormais une voix qui porte, que des femmes peuvent éventuellement se reconnaître en moi, et je dois faire en sorte que mon message puisse les inspirer. Il faut que mon message les fasse se sentir fortes. C’est important parce que je pense qu’il n’y a pas assez de femmes qui jouent ce rôle. Je suis très fière d’avoir cette responsabilité, je veux remplir ce rôle et m’assurer de faire toujours du mieux que je peux6.

En 2019, Little Simz collabore avec la chanteuse londonienne Cleo Sol7, sur le titre “Woman”, savant mélange entre rap, soul et R&B. Ce morceau empouvoirant célèbre les self-made women du monde entier.

La voix douce et envoutante de Cleo Sol, qui assure le refrain, brise tous les plafonds de verre. La chanteuse clame son admiration envers une femme ayant réussi à laisser la misère derrière elle, pour mener une vie d’opulence (“I love how you go from zero to one hundred and leave the dust behind […]”). Les quelques mots de Little Simz précédant le refrain (“Woman to woman I just wanna see you glow”) rappellent le lien de sororité qui unit les femmes dans cette quête d’une vie meilleure, écartant ainsi l’idée d’une mise en concurrence8.

Screenshot du clip Woman

Capture d’écran du clip de “Woman”

Dans ce clip coloré et flamboyant, réalisé par les soins de Little Simz, aucune présence masculine; seulement des “real life queens” élevant leurs voix durant des réunions d’affaires, signant des gros chèques, préparant des cocktails derrière le bar, ou encore dansant devant des tableaux de maîtres. Pour Little Simz l’intention est claire : “I love it when I see women doing their thing and looking flawless; I’m here for that! […] It’s empowering, it’s inspiring; I wanted to say thank you and I wanted to celebrate them.”. Simz souhaite avant tout mettre en lumière des femmes racisées puissantes, comme les chanteuses Joy Crookes et Denai Moore, la mannequin Sienna King, ou encore la présentatrice Zeze Millz.

Pochette de Woman

Pochette du single “Woman 

Little Simz, à travers les titres percutants qui composent cet album magistral (“Point and Kill”, “Introvert”, “I Love You I Hate You”, ou encore “Miss Understood”), se distingue du rap mainstream par son audace, tant sur le plan musical que sur le plan politique9, ainsi que par son exigence de sincérité. En effet, ses albums constituent pour elle un journal intime au sein duquel elle consigne des fragments de son intériorité : “[…] because, I mean, it’s almost like reading a diary. You’re like, Oh yeah, I remember that phase. […] And some things I listen to and I’m like, Damn, I still feel like that now10.”

Celle qui se définit comme une “Yoruba girl tougher than imperial leather11, n’est donc pas prête de retourner dans l’ombre, comme elle le rappelle dans l’un des couplets de “Woman” (“Done being in the shadow going public yeah yeah […]”) ainsi que dans une interview pour le magazine Gentlewoman : “[…] I want this to be spoken about in 50 years. Everything I do I want to be timeless, basically”12.

 

Citer cet article : Juliette Cordier, "Little Simz, King of Hip-hop", dans Les Jaseuses, publié le 04/01/2022, https://lesjaseuses.hypotheses.org/3628, consulté le 26/05/2022.

 

  1. Notamment à l’église Saint Mary où elle rencontre le futur producteur Inflo. []
  2. Gentlewoman, Autumn / Winter 2021 : “J’étais déjà en train de faire ce que je voulais faire plus tard. Je faisais déjà des concerts, j’enregistrais ma propre musique et je la diffusais.” []
  3. Kendrick Lamar dans une interview de 2015 pour la BBC Radio 1 []
  4. Paroles du titre “Venom” dans Grey Area (2019) : “Ils n’admettront jamais que je suis la meilleure ici, pour le simple fait que j’ai des ovaires.” / “Tu ne rends jamais les honneurs à celles qui les méritent parce que t’aimes pas voir les femmes au pouvoir.” []
  5. Paroles du titre “Persons”, dans A Curious Tales of Trials + Persons (2015) : They told her women cannot call themselves kings […] Women can be kings.” / “Ils lui ont dit que les femmes ne peuvent pas se proclamer rois […] Les femmes peuvent être rois.” []
  6. Interview du 23 octobre 2015 pour le magazine rap “l’Abcdr du son”.

    Little Simz ne se pense pas pour autant comme le “role model” d’une génération, mais plutôt comme un “real model” : “[…] and I don’t have all the answers. Everything I speak of in my music is from a place of somewhat knowing, but it’s feeling. I can only speak about what I feel, and people often mistake that for gospel truth.” affirme-t-elle dans son interview de 2021 pour le magazine “Gentlewoman”. []

  7. La chanteuse londonienne soul Cleopatra Zvezdana Nikolic (Cleo Sol) a produit l’album Rose in the Dark (2020) et Mother (2021) aux côtés du producteur Inflo []
  8. Paroles du titre “Woman”, dans l’album Sometimes I Might be Introvert (2021) : “J’adore comment tu passes de zéro à 100 et laisse la poussière derrière toi” / “De femme à femme, je veux juste te voir briller.” []
  9. Dans son titre “Introvert”, Simz évoque sans détour les inégalités sociales, la violence de rue, les droits civiques, son vécu en tant que femme noire… []
  10. (Interview pour le magazine “Gentlewoman”, Autumn / Winter 2021 : “ C’est presque comme lire un journal intime. Tu es genre ah oui, je me souviens de cette période. […] Et quand je réécoute certaines choses, je me dis Damn je me sens toujours comme ça maintenant.” []
  11. Paroles provenant du titre “Woman []
  12. “Je veux que l’on parle toujours de ça dans 50 ans. Au fond, je veux que tout ce que je fais soit éternel.” []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search