Janvier 2022 : (Ré)solutions

Je n’ai jamais aimé les « bonnes résolutions » de début d’année.

Quand j’étais enfant, l’expression sonnait comme une hypocrisie, un peu comme cet autre grand mensonge : le Père Noël ne passerait pas si je n’étais pas sage. Il n’y a pas eu d’année sans bêtise, et pourtant il est toujours passé ; il n’y a pas eu d’année sans sans un.e adulte pour me demander quelles bonnes résolutions j’allais prendre.

Cette expression avait un petit côté Comtesse de Ségur qui la rendait encore plus antipathique : comme une « bonne élève » qui récolte des « bons points », on attendait de moi des réponses de petite fille modèle. Cette année, je travaillerai bien à l’école. Cette année, je serai gentille et sage.

Ces derniers temps, je remarque que les résolutions prises dans mon entourage relèvent davantage de l’injonction imposée de l’extérieur que d’une réelle volonté d’atteindre un objectif senti comme étant bon pour soi. Cette année, je vais maigrir. Cette année, je ne serai plus célibataire. Cette année, je vais lire un livre par mois. Cette année, je vais travailler plus. Ces résolutions reproduisent des injonctions liées à l’apparence physique, à la productivité, etc, et pourraient toutes se résumer en une seule : « Cette année, je vais me faire violence. » Autrement dit : « Je vais maigrir alors que je n’en ai pas vraiment besoin ou envie, parce que mon corps n’est pas celui que le regard de la société voudrait voir. Je vais me forcer à lire à un rythme régulier parce que ça fait bien, alors que je n’aime pas vraiment ça. » Et ainsi de suite.

Comme si de tels changements pouvaient dépendre uniquement d’une décision personnelle, prise à un instant T et jamais plus ébranlée ensuite. Cette année, j’irai davantage voir ma mamie, et sans me plaindre que ce sont des moments difficiles pour moi. Sauf que la réalité, c’est ce qui résiste. Si je fonce dans un mur, je vais me faire mal, et si je décide unilatéralement de modifier quelque chose qui ne dépend pas de moi, je vais échouer. Je peux aller voir davantage mes grands-parents, mais rien au monde ne rendra ces moments moins pénibles quand l’un perd la tête et ne me reconnaît plus (« Bonjour, Madame ») et que l’autre est éternellement insatisfaite et culpabilisante. Cela ne dépend pas de moi. En me faisant croire que tout dépend de moi, le rituel des bonnes résolutions alimente cette idée (chère au « développement personnel » façon start-up nation) selon laquelle si j’échoue, c’est de ma faute : quand on veut, on peut, et si je ne peux pas, c’est que je n’ai pas assez voulu.

Alors s’il fallait absolument en prendre une, de (ré)solution pour cette année 2022, ce serait peut-être la suivante : Cette année, je veux prendre soin de moi. Mais pas selon les publicités du secteur cosmétique, non. Prendre soin de moi, en 2022, ce serait… en vrac : assumer ma sologamie et m’y épanouir, tisser des réseaux affectifs nouveaux et différents, déborder d’amour pour mon chien, oser m’écouter et dormir quand j’ai sommeil, dire non que je n’ai envie de voir personne, ne plus m’imposer de travailler dans l’épuisement malgré les urgences et les délais… et alors, là seulement, vu la difficulté que peuvent représenter certains éléments de cette liste, alors oui, prendre soin de moi nécessite de la résolution.

Luce


Un jour une jaseuse

Juliette Cordier nous offre un portrait de la rappeuse Little Simz, the king of Hip-Hop, rempli de citations empouvoirantes, paroles brillantes et nombreuses recommandations musicales. Ça parle de succès, de sororité, et de célébrer les real life queens qui nous entourent – “Woman to woman I just wanna see you glow“.

Cartes blanches

Marys Hertiman se demande comment raconter l’Autre, sans parler à sa place, sans dénaturer, déformer, invisibiliser, silencier… Un condensé de ses réflexions dans cette nouvelle carte blanche : La co-construction discursive comme politique d’enquête : ma posture de chercheureuse à l’encontre de l’empiétement discursif.

 

Un poème de Juliette Cordier se pose sur le carnet. Raturé est accompagné d’une photographie (merveilleuse) de _nicephore.


 ⚡On jase aussi par ici

:chat_noir: Chaque jour, Patrycja Toczek dessine un animal sur un post-it. Sur Instagram, ça s’appelle @animal_on_a_postit et c’est adorable.

:plume_pointe_noire: Un entretien avec Sol et Karima, fondatrices des éditions queer, féministes et anarchistes Blast, est paru dans le n°92 de Jeanne Magazine. Il est signé Adèle Cassigneul.

:livres: Sophie Benard couvre la rentrée littéraire dans la presse. Elle a aimé Les Enchanteurs de Geneviève Brisac, Watergang de Mario Alonso, Le goût des garçons de Joy Majdalani, Un coup de hache dans la tête de Raphaël Gaillard, Cité de Nicolas Geibel, et Paris-Briançon de Philippe Besson. Et elle n’a pas aimé Anéantir de Michel Houellebecq. Sophie animera aussi une rencontre avec Pauline Delabroy-Allard et Léa Chauval-Lévy pour la Nuit de la lecture, le 22 janvier à la bibliothèque de Joinville.

:écriture: Aurore Turbiau publie dans la revue Mouvements un article sur l’utopie “réelle” de Monique Wittig, une lecture croisée de son roman Virgile, non et de l’essai d’Herbert Marcuse, qu’elle a traduit elle-même en français en 1968, L’Homme unidimensionnel. Une soirée de lancement du numéro est en cours de préparation pour début février à Paris !

:silhouette_parlante: Caroline Dejoie, Camille Islert et Mathilde Leïchlé ont présenté leur conférence-performance “Entends monter nos cris. Contre-coaching vocal en milieu patriarcal” au Frac Lorraine à Metz. C’était l’occasion de parler de leur projet de publication autour des voix des femmes et des personnes queer, qui a nourri cette création. Retours sur cette moment en images, sons et quelques mots ici et .

:dos_de_la_main_levé: Lorraine Alexandre présente son exposition “Journal de tes marques”, à la Galerie Éphémère (1 Rue Kléber, Montreuil). Le vernissage a lieu le 4 février à partir de 18h30.

:ensoleillé: Isaline Dupond Jacquemart signe un article sur le roman graphique écoféministe “ReSisters” conçu par l’illustratrice Aurore Chapon et la philosophe Jeanne Burgart Goutal. Elle publie aussi un site-blog diy back to the 2000s rassemblant ses différents textes accompagnant ses séries de photographie.

Ami·es des Jaseuses

:œil: Le Laboratoire Corps genre arts et l’association Queerinal ouvrent les inscriptions pour le colloque “Censurer les arts – Encadrer les corps” qui aura lieu à l’école des chartes les 4 et 5 février. Retrouvez le programme en pdf ici : https://bit.ly/3t0EjFi et pour s’inscrire, envoyez un mail à censure2021@gmail.com en précisant les demi-journées qui vous intéressent.

:boum: Les Bréchoises prolongent jusqu’à mi-février leur appel à contribution pour le colloque “Faire corps ? Représentations et revendications des créatrices de bandes dessinées en Europe et dans les Amériques”.

:poupées_russes: Solène Raclot lance un atelier hebdomadaire d’art thérapie et écriture à prix libre à Montreuil ! L’idée est de se (re)trouver à travers des médiations artistiques. L’occasion de rencontrer de nouvelles pratiques et de s’ouvrir à l’intime, la sensation, l’éphémère. N’hésitez pas à la contacter pour avoir plus d’informations.

:vernis_à_ongles: Andrée Ospina des Éditions Maison-maison lance son merveilleux projet de bibliothèque gouine itinérante ! Pour l’instant, elle a besoin d’aide pour récolter des livres et des fanzines, des textes et des images lesbiennes et féministes. A partir du printemps, elle fera voyager ces trésors à bord de son camion, l’itinéraire est à venir !

:en_colère: Le collectif féministe contre les violences sexistes et sexuelles Hero·ïnes 95 appelle à signer cette pétition pour une prise en charge digne, rapide et efficace des victimes #MeTooGHB (les Jaseuses étaient signataires de la tribune publiée dans LeMonde.fr).

:couteau_hocho: Les PhilosophEs répondent au dernier édito du Philosophoire… C’est un régal !


Une très bonne année, pleine de solutions, de la part des Jaseuses !

Conceptrices : Patrycja Toczek et Caroline Dejoie


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search