Décembre 2021 : Reclaim les fêtes de fin d’année

C’est bientôt Noël.

Qu’on le fête ou pas, Noël est omniprésent dans nos vies : c’est LA fête du capitalisme hétéropatriarcal. Impossible d’y échapper tout à fait.

C’est bientôt Noël et ça dégueule de guirlandes, de lumières, de rouge et de vert, de faux Père Noël, de faux sapins, de fausse neige, ça dégueule de pubs dans le métro, d’injonctions à consommer, à consommer toujours plus, toujours plus car c’est Noël il faut se réjouir il faut manger et boire beaucoup il faut faire des cadeaux il faut passer du temps en famille subie il faut être heureux·se il faut passer un bon moment.

Et puis, pour bon nombre d’entre nous, ça dégueule d’angoisse. Comment on fait quand on est la féministe / l’écolo / la gaucho de service ? Quand on est gros·se ? Quand on est queer ? Quand on est une femme proche de la trentaine et qu’on n’a pas envie d’avoir d’enfants ? Quand on a des troubles du comportement alimentaire ? Quand on doit passer les fêtes en compagnie de notre agresseur ?

On fait comme on peut, je crois. On rassemble les morceaux de notre être et on tente tant bien que mal de les faire tenir tous ensemble le temps d’une soirée, d’une journée, malgré l’inconfort, les micro-agressions, les attaques. Heureusement, les milieux et médias militant·e·s regorgent de stratégies de survie, de masterclasses d’autodéfense ou de messages de soutien.

On peut décider que non, que cette année vraiment c’est trop, et de passer les fêtes en famille choisie.

On peut se rappeler qu’il y a plein de gens dans le monde qui ne fêtent pas Noël, et qui s’en portent très bien.

On peut cancel cette fête immonde et puis se la réapproprier, en faire quelque chose de beau, de joyeux, de simple.

On peut aussi se dire que pour chaque moment difficile passé en famille subie, on s’offrira un moment merveilleux en famille choisie.

On peut fêter le solstice d’hiver – la nuit la plus longue de l’année – et puis danser, danser jusqu’au point du jour nouveau, danser parmi les rires, parmi la nuit, parmi les ami·e·s ; danser en attendant que les jours s’allongent et que les arbres refleurissent ; danser pour mettre du beau du doux du tendre de l’espoir dans ce monde si triste.

Coco pour les Jaseuses.


Colloques et journées d’étude

On a re-publié notre bingo du colloque sexiste, qui rassemble les attitudes et propos problématiques repérés lors de trop nombreux événements universitaires. Vous pouvez télécharger votre propre grille pour y consigner vos expériences et observations. Et si vous faites bingo, et bien vivement le prochain colloque des Jaseuses pour vivre autre chose ensemble !

Carte blanche

Claire Salles a assisté à un moment de spectacle, de soin, de sororité créé par l’association Merveilleux Prétexte. Elle raconte dans une carte blanche très douce, ce qu’elle y a vu, vécu, senti.


 ⚡On jase aussi par ici

:cœur_brisé: L’autrice afroféministe bell hooks est décédée, Sophie Benard a parlé d’elle dans Le Monde. De notre côté, on la (re)lit et on réfléchit à la manière dont on aimerait parler d’elle et de son travail.

:silhouette_parlante: Caroline Dejoie, Camille Islert et Mathilde Leïchlé présenteront leur conférence-performance « Entends monter nos cris : contre-coaching vocal en milieu patriarcal » au Frac Lorraine à Metz, le 15 janvier à 16h dans le cadre de la saison de la Cité musicale-Metz autour de la voix. La première version – virtuelle – de cette conférence-performance est visible ici.

:couronne: L’enregistrement audio et le powerpoint de la communication de Manon Berthier sur les réécritures lesbiennes de Cendrillon (“Something yet unnamed, ou si le lesbianisme m’était conté : la puissance narrative d’une Cendrillon sortie du bal de l’hétérosexualité”) sont désormais disponibles sur son carnet.

:couteau_hocho: Isaline Dupond Jacquemart participe à l’exposition collective de lancement du prochain numéro de la revue d’Opium Philosophie, “Faire corps”, dans lequel plusieurs de ses photographies sont aussi publiées. L’exposition a commencé le 18 décembre à la Base Bleue, 9 rue du Dahomay, Paris 11e.

:loup: Valérie Favre présentera sa thèse sur la postérité littéraire, critique, et féministe de A Room of One’s Own de Virginia Woolf dans le cadre du séminaire de l’Axe Genre du laboratoire LCE, le vendredi 21 janvier à 14h (Université Lumière Lyon 2 – MILC, salle 305).

:micro_de_studio: Aurore Turbiau a parlé quelques minutes au micro de Clémence Allezard pour son documentaire “Françoise d’Eaubonne (1920-2005) : l’imagination comme seul pouvoir”, à propos des Bergères de l’Apocalypse.

:étudiante: Camille Islert a soutenu avec brio sa thèse intitulée “Renée Vivien, une poétique sous influence ?” et est désormais docteure/doctrice/doctoresse !

:micro: Le 15 décembre dernier, Adèle Cassigneul a animé une rencontre autour de Virginia Woolf à la librairie L’Instant (Paris 15e). C’est par ici pour visionner !

:feuilles: Mathilde Leïchlé a publié sur son carnet le texte écrit pour l’exposition Peaux / Parures / Empreintes / Ar(mue)res.

:baleine: A Plogoff (29), Maud Plantec a proposé un atelier sur les masculinités autour d’ouvrages qui identifient le privilège masculin, décortiquent la solidarité patriarcale, démantèlent le mythe de la virilité et explorent la question de l’allié –> Si père, maris, frères, amis ont décommandé (5 hommes présents seulement), les 15 femmes de 25 à 75 ans ont parlé héritage, vagues féministes et révolution, et ce fut beau !

:livres: Margot Lachkar publie une analyse du premier roman de Pauline Gonthier, Les Oiselles sauvages (Julliard, octobre 2021), à lire dans le prochain numéro du magazine lesbien Jeanne Magazine. Un roman lesbien et militant dont on vous recommande chaudement la lecture !

Ami·es des Jaseuses

:ordinateur: Les captations du colloque Féminicides au XIXème siècle en Franceorganisé par Mathilde Leïchlé, Lucie Nizard, Margot Giacinti, Samy Lagrange et Rémi Rouméas qui s’était tenu en visioconférence les 14 et 15 mai derniers ont été publiées sur la chaîne YouTube de l’Atelier Corps, genre, arts de l’association EFiGiES. L’occasion de (re)voir les communications de plusieurs Jaseuses notamment : Camille Islert, Mathilde Leïchlé, Lucie Nizard et Caroline Dejoie.

:sapin_noël: En bonus, l’image la plus feel good de la saison, les biscuits de Noël de la jaseuse Valérie Favre !


On vous souhaite de tout cœur de belles fêtes de fin d’année, beaucoup d’amour, de soin, de douceur, et de force en cette période compliquée ✨

Conceptrices : Patrycja Toczek et Caroline Dejoie


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search