Octobre 2021 : #OrganisonsLePessimisme

La lumière a baissé, les jours ont raccourci ; cet automne – qui ressemble bien à l’hiver pour celles d’entre nous vivant le plus au nord – s’accompagne d’une certaine fatigue, d’une lassitude parfois amère et d’un profond découragement.

Après une série de confinements éprouvants pendant lesquels rien n’était certain, il y a ce retour étrange à une « normalité » qui n’a plus rien de naturel. Si la vie sociale et professionnelle « en présentiel » est de nouveau possible et moins dangereuse, elle est vectrice d’angoisse. On peine à s’avouer, et souvent avec une pointe de culpabilité, qu’on hésite à sortir pour le plaisir – se revoir, se divertir, etc.

Affronter le dehors et les autres va d’autant moins de soi que la situation pandémique n’a pas fait évoluer grand-chose : les grandes professions de foi n’ont, en majorité, pas été suivies d’effets et les quelques miettes concédées aux travailleuses des premières lignes (professions du care et personnels de grandes surfaces au premier chef) ou les timides engagements écologiques de nos dirigeants sont un très piètre cache-misère.

En plus du recul terrifiant des droits des femmes et des personnes minorisées dans certains de nos pays (sans parler de la scandaleuse déformation de leurs revendications par nos gouvernements et politiques), la grammaire des réseaux, fondée sur une économie de captation de l’attention, rend difficile les positionnements théoriques, politiques et militants. Les débats et questions semblent de plus en plus dur.e.s à débrouiller et les situations difficiles à saisir. Comment se parler, débattre et progresser ensemble quand tout incite à la violence verbale, l’échange sourd de punchlines, la performance de l’indignation (performance of outrage), au virtue signalling et autre marketisation de l’individu ? Autant de mécanismes allant contre le temps long d’un changement en profondeur.

Alors s’impose la nécessité de continuer à s’appuyer les un·e·s sur les autres, à se dire quand ça ne va pas et quand on n’en peut plus, à persévérer dans nos projets individuels et collectifs – notre chantier de charte des Jaseuses ; diverses publications en préparation ; initiatives connexes des un·e·s et des autres ; ateliers et rencontres à venir – bref, à trouver de la joie les un·e·s dans les autres. Selon l’adage attribué à Antonio Gramsci,1 soyons “pessimistes par l’intelligence mais optimistes par la volonté.” Organisons le pessimisme !2

Et bon courage à toustes*

Marie Allègre, pour Les Jaseuses


Un jour une jaseuse

On accueille avec plaisir un texte signé Noémie Cadeau, à propos d’Annemarie Schwarzenbach, écrivaine-voyageuse queer oubliée, accompagné des belles illustrations de Sophie Imren. On en profite pour rappeler que la jaseuse Héloïse Thomas avait aussi écrit un portrait de l’autrice suisse sur notre ancien carnet.


⚡On jase aussi par ici

:filmer: Patrycja Toczek a réalisé le clip de Il fait chaud. Une histoire d’humains chelous et insensibles au réchauffement climatique voulant convertir Lucie et Saint Bernard à leur vision du monde avec un cocktail mystérieux…

🐚Mathilde Leïchlé a collaboré à la préparation de l’exposition Signac collectionneur qui a ouvert le 12 octobre au musée d’Orsay. Elle signe deux textes dans le catalogue sur les artistes Louis Valtat et Jean Puy. Dans le cadre des Doctoriales de la Société des Etudes Romantiques et Dix-neuviémistes, elle organise une visite guidée le samedi 23 octobre à 10h gratuite et sur inscription à contact.doctoriales.serd@gmail.com. La dernière des dix notices qu’elle a écrit pour le répertoire AWARE vient de paraître et porte sur la sculptrice et peintre allemande Clara Rilke-Westhoff. Elle sera aussi à Rotondes, le congrès des jeunes chercheurs en histoire de l’art et archéologie, pour parler avec d’autres de “L’histoire de l’art en podcast”, vendredi 22 octobre à 14h (inscriptions ici).

:étoile2: Carla Robinson présentera une communication lors du colloque “Ignorance scientifique, ignorance du genre ? La construction genrée des problèmes de santé publique” qui aura lieu les 9 et 10 décembre à Rennes. Le programme arrive bientôt !

🐺 Valérie Favre codirige avec Shilo McGiff le 99ème numéro du Virginia Woolf Miscellany (à paraître en 2022) sur le thème « Portmanteau Woolf ». L’appel à contributions (essais, poèmes, photographies …), ouvert jusqu’au 3 décembre, est consultable ici !

🧱 Aurore Turbiau annonce la parution du numéro 26 de la revue Fabula-LHT, “Situer la théorie : pensées de la littérature et savoirs situés”. L’ensemble du sommaire est à tomber par terre, aussi bien les articles du dossier principal que les compte-rendus d’ouvrages. Elle y propose pour sa part un article sur le rapport que les écrivaines Hélène Cixous et Monique Wittig entretiennent avec “la théorie”, rapport malaisé qui se trouve à la fondation de nouvelles épistémologies féministes. Elle y publie aussi un compte-rendu de Living a Feminist Life de Sara Ahmed, focalisé sur ce que signifie théoriser et travailler en féministe et militante intersectionnelle au sein de l’université actuelle, ainsi qu’un bout de traduction du texte de Ahmed sur les pratiques et généalogies citationnelles. Par ailleurs, elle signale un billet qui peut rendre service aux masterant·es, doctorant·es ou tou·tes autres rédacteur·ices en fin de rédaction, qui récapitule comment on peut créer des index un peu complexes et automatisés sous Word.

:jongleuse: April Dupont communiquera le vendredi 22 octobre via Zoom lors de la journée d’étude “Âgisme : Construction et déconstruction des représentations liées à l’âge dans la littérature, les arts et les médias”. C’est en hybride, distanciel le 22 et présentiel avec retranscription Zoom le 23. Pour s’inscrire c’est ici. April y parlera des représentations des (femmes) vieillissantes dans les littératures contemporaines française et germanophone, à l’exemple de Vernon Subutex de V. Despentes et de Gier d’E. Jelinek.

📚 Margot Lachkar s’est intéressée au roman Outrages de Tal Piterbraut-Merx (Editions Blast, 2021) dans le dernier numéro de Jeanne Magazine, un magazine 100% lesbien. Un livre qui parle de lesbianisme, de PMA et matergouinité, de grossophobie, de judaïté, et du rapport à la nature.

:pousse: Eva Belgherbi parlera de “Ce que le genre fait à l’histoire de l’art, aux musées et aux expositions” avec Justine Bohbote et Julie Botte, à l’occasion de la première édition du congrès des jeunes chercheurs en histoire de l’art et archéologie, le vendredi 22 octobre à 10h30 (inscriptions ici).

Ami·es des Jaseuses

:léopard: Le numéro 7 de la revue Panthère Première a été lancé le 7 octobre au Monte-en-l’air à Paris. C’est une revue de critique sociale, féministe et généraliste, avec “du courage et de l’audace” dedans pour faire face à cet automne 2021, “toutes générations dehors et solidaires contre la start-up nation”.

:haute_tension:Le dernier épisode de Thésard·es invitait le Clasches pour parler de harcèlement sexuel dans le monde universitaire.


Ce mois-ci, on vous souhaite de trouver du secours et de la joie auprès de vos aimé·e·s (peut-être autour d’un bon gros film d’épouvante) et d’organiser colère et pessimisme 😉

Et on vous rappelle que vous pouvez vous abonner à notre agenda ou au padlet du carnet des Jaseuses pour être certain·e de ne rater aucun de nos événements !

Conceptrices : Patrycja Toczek et Caroline Dejoie

  1. Voir ses Lettres de Prison, écrites entre 1926 et 1937 []
  2. Selon la formule d’« organisation du pessimisme » de Pierre Naville dans le texte “Mieux et moins bien” paru dans la revue La Révolution Surréaliste en octobre 1927. Walter Benjamin la reprend à son compte dans son article de 1929 intitulé “Le surréalisme, le dernier instantané de l’intelligentsia européenne”. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.