Des béguines-guérillères… Atelier de création littéraire autour de Monique Wittig

Les Jaseuses ont pris la plume ! Au cours de notre semaine de béguinage sororal cet été dans les Corbières (une semaine d’échanges et de vie en commun), j’ai proposé aux Jaseuses volontaires de s’adonner à un jeu littéraire inspiré de l’OULIPO : la textée. Ce jeu, régulièrement mis à l’honneur dans la regrettée émission littéraire « Les papous dans la tête », consiste à sélectionner un texte et à en rédiger une sorte de mode d’emploi ou de recette de cuisine. Les participant.e.s au jeu doivent ensuite réécrire le texte en suivant les instructions qui leur sont lues, mais sans savoir quel est le texte original. C’était sans compter la perspicacité de certaines Jaseuses qui ont vite reconnu le début des Guérillères de Monique Wittig.


Participantes : Manon Berthier, Caroline Dejoie, Isalie Dupond Jacquemart, Lissania Elchire, Margot Lachkar, Mathilde Leïchlé, Cassandre Martigny, Suzel Meyer, Marie Penicaut, Claire Salles.

Voici les instructions rédigées par mes soins, puis les textes des participantes dans le désordre, tous plus poétiques, enthousiasmant et beaux les uns que les autres. Et enfin le texte original.

Les instructions :

Le texte se présente comme un poème de 3 strophes en vers libres et sans rimes. Tout est écrit en majuscules et sans ponctuation. Nous n’écrirons que la première et la troisième strophe.

1ère strophe :
Le premier vers est composé de 3 mots qui évoquent respectivement un intervalle, une couleur, et un oubli
Une courte phrase impersonnelle évoque l’observation d’un espace naturel coloré
Cet espace naturel n’est pas seulement observé, mais perçu par d’autres sens
Une phrase nominale décrit des animaux-fossiles calmes
La fin des combats alors que la nuit tombe
Dans le calme s’élèvent des chants
Le dernier vers de la strophe est un hommage rendu aux disparues. Il se compose d’un mot (au féminin) répété 3 fois

3ème strophe :
Le premier vers désigne des animaux des airs, puis des animaux des mers
Une partie caractéristique du corps des seconds, puis des premiers
Un astre d’une couleur peu habituelle est évoqué 2 fois
Des étendues herbeuses à la couleur tout aussi singulière
Ce vers composé de 3 mots au pluriel désigne des manifestations expressives : elles se font entendre, expriment leur joie et se déplacent
Les deux derniers vers forment une phrase coupée en son milieu de façon poétique. Dans la première partie de la phrase, un sujet féminin pluriel prend courageusement position…
En faveur d’un agir révolutionnaire.

Les textes :

ANNÉES BLEUES AMNÉSIQUES
OBSERVER LES DUNES ROUGES
SENTIR LE SABLE SOUS LES PIEDS
L’ODEUR DE L’HORIZON
AMMONITES ENDORMIES DANS LE SILENCE
LES ARMES À TERRE, LE SOLEIL SE COUCHE
LES VOIX, LES CRIS, LE RYTHME
FLAMBOYANTES, FLAMBOYANTES, FLAMBOYANTES


OISEAUX, POISSONS, HIRONDELLE ET BALEINE
LES BRANCHIES ET LES AILES
LUNE POURPRE LUNE POURPRE
PLAINES VIOLACÉES
APPELS, RIRES, COURSES EFFRÉNÉES,
ELLES SE DRESSENT FACE A TOUS
ET DANSENT VERS L’AVENIR

***

TOMETTES ROUGES SOLEILS
LE BARRAGE BLEU VERT OR
LE VENT DANS LES PINS L’ODEUR DES PIGNONS
ÉCRASÉS SUR LA PIERRE CHAUDE
DES SANGLIERS ET DES HOMMES SUBMERGÉS 
LE VENT QUI TOMBE
LES VIGNES QUI S’ÉLÈVENT
RACINES RACINES RACINES


HÉRONS ET ANGUILLES
ÉCAILLES ET PLUMES
LA LUNE MAUVE
LES COLLINES AUSSI
QUI BRUISSENT QUI CHANTENT QUI ONDULENT
ELLES SE SONT SOULEVÉES
POUR QUE D’AUTRES PUISSENT CROÎTRE 

***
ENTRE VERTS PERDUS
IL PLEUT SUR LA FORÊT 
ON VOIT L’HUMIDE EN ÉMANER
LES DINOSAURES RONFLANTS
LES MOUSTIQUES RASSASIÉS 
LE SILENCE COUPÉ PAR LES CHANSONS
NOUS NOUS NOUS


OISEAUX ET POISSONS
ÉCAILLES ET AILES
LUNE JAUNE LUNE ROUSSE
MARÉCAGES BLEUTÉS 
CHANTEUSES HEUREUSES COUREUSES
ELLES AVANCENT ET ÉCRASENT ENSEMBLE
CES SALOPERIES DE MOUSTIQUES

***

TEMPS AMNÉSIQUE ROUGI
ON CONTEMPLE UNE MER AUX REFLETS FLAMBOYANTS
LA HOULE L’ÉCUME LES VENTS SE SENTENT SE RESSENTENT
DE SILENCIEUX AMMONITES
LE CRÉPUSCULE DES SANGS VERSÉS
LES CHŒURS JAILLISSANTS DES EAUX ÉTALÉS
LES SIRÈNES LES SIRÈNES LES SIRÈNES


ALBATROS PIEUVRES
LES TENTACULES LES AILES
UNE LUNE ROUGE UNE HÉCATE BRULANTE
DES CHAMPS DE LIN ARDENTS
COURS, CRIS, DANSES
LES MÉDUSES FONT BARRIÈRE
CONTRE LES FOLIES MEURTRIÈRES

***

ENTRE BLEUS EFFACÉS
JET D’ŒIL SUR LA MER TURQUOISE
ET LES CLAPOTIS AU CREUX DE L’OREILLE AUSSI
GROS BIGORNEAUX ENDORMIS
SE RÉCONCILIENT AU CRÉPUSCULE
TOUTE LE MONDE DORT MAIS IEL CHANTE A TUE-TÊTE
BYE BYE BYE

LES OISELLES QUI VOLENT ET CELLES QUI NAGENT
LES ÉCAILLES ET LES PLUMES BLEUTÉES
VÉNUS HOLOGRAPHIQUE, CETTE GROSSE PLANÈTE PAILLETÉE
ET DESSUS DES KILOMÈTRES DE PRAIRIE ARC-EN-CIEL
CRIS, RIRES, TORNADES
IELS S’EN FOUTENT

IELS VONT TOUT BRÛLER 

***
TEMPS VERTE RIVIÈRE
C’EST UN UNIVERS MINÉRAL ET VÉGÉTAL
D’EAUX DE POISSONS EXPLOSANT DE COULEURS
LA PLANTE DES PIEDS REGARDE LA CHALEUR DE LA PIERRE
INSECTE PÉTRIFIÉ MÉDITANT SUR SA FEUILLE
LE NOIR GLISSE LES ÂMES VERS LE REPOS
ACCUEILLIES PAR LE VIDE DES VOIX CHANTENT
SIRÈNES SIRÈNES SIRÈNES


LA MOUETTE ET LA BALEINE ENSEMBLE SUR LA PEAU AQUATIQUE
NAGEOIRES ET AILES LIÉES
SOLEIL BLEU SOLEIL BLEU POUR LES RASSEMBLER
GAZON DE CIEL VERT
VAGUES EXPLOSENT ROULENT DE PLAISIR
VERS LE RIVAGE
SOUVENIRS SAUTILLENT DE ROCHER EN ROCHER
ROCHERS LAISSENT GLISSER LEUR MOUVEMENT AVEC AMOUR
LES JOIES DÉCIDENT DE SUBMERGER ET ADOUCIR LE MONDE
DE SA PUISSANCE

***

LOIN NACRE DE CE PROJET
IL Y A DU VENT OCRE-JAUNE-MORDORE
DE L’AMOUR NAISSANT
UNE COQUILLE
LÂCHER PRISE L’ÉCOUTER
HMM HMMM
NOS AMOURS NOS AMOURS NOS AMOURS


ABEILLES CACHALOTES
VENTRE IMMENSE ANTENNES TORPEUR
PLEINE NOUVELLE
LE VERT D’EAU DU JARDIN D’AROMATES
RIRES ÉTINCELLES CARESSES
LES AMANTES SE SOUTIENNENT
POUR VIVRE L’UNE SANS L’AUTRE AMIES

***

SUR LE PAS DE LA PORTE VERTE ELLE RÉALISE
ELLE A OUBLIE SON CARNET DE LA MÊME COULEUR
SE RETOURNER ET NE PAS SAVOIR OU DONNER DE LA TÊTE
TANT LA NATURE DÉBORDE DE COULEURS
SENS EXACERBÉS RIEN NE VEUT S’ARRÊTER ALORS ELLE RENTRE
DEPUIS LA FENÊTRE OBSERVER LES MUES DES CIGALES
PUIS OBSERVER LE SOLEIL DISPARAÎTRE EN MÊME TEMPS
QUE LE CHANT DES CIGALES
FEMMAGES FEMMAGES FEMMAGES


MOUETTES PUIS SARDINES
ARÊTES BLANCHES PUIS BECS JAUNES
LA LUNE DEVIENT JAUNE PUIS VERTE IGNORANT MOUETTES ET SARDINES
LES PRAIRIES SE RÉVEILLENT ET DEVIENNENT BLEUES
PUIS UN ENCHANTEMENT: DES CHANTS DES CRIS DES DANSES
ENFIN TOUTES ENSEMBLE ELLES SE LÈVENT
ET ELLES SE CASSENT

***

ENTRE ROUGES DÉLAISSÉS 
LA REVERDIE S’INFILTRE
ELLE PASSE DES YEUX AUX NEZ
SOUS SES RACINES DES OS VIEUX
SUR SES PISTILS LE SANG ENDORMI
DES VOIX VIVES? CHANTS DE RIEN
VOUS VOUS VOUS


LES ABEILLES LES SARDINES
LES ARÊTES LES RAYURES
PIQUENT ÉTOILES ORANGES ÉTOILES ORANGES
DANS LES MÊMES CHAMPS NOIRS
CRIS JUBILATIONS REMOUS
TOUTES S’EXCLAMENT POUR QUE
TOUT SE RENVERSE

***


Le texte original


ESPACEMENTS DORÉS LACUNES
ILS SONT VUS LES DÉSERTS VERTS
ON LES RÊVE ON LES PARLERA
LES OISEAUX DE JAIS IMMOBILES
LES ARMES COUCHÉES AU SOLEIL
LE SON DES VOIX CHANTANTES
LES MORTES LES MORTES LES MORTES

(…)

LES OISEAUX LES SIRÈNES NAGEANTES
LES ARÊTES TRANSLUCIDES LES AILES
LES SOLEILS VERTS LES SOLEILS VERTS
LES PRAIRIES VIOLETTES ET PLATES
LES CRIS LES RIRES LES MOUVEMENTS
ELLES AFFIRMENT TRIOMPHANT QUE
TOUT GESTE EST RENVERSEMENT.

Monique Wittig, Les Guérillères, Paris, Editions de Minuit, 1969, p. 7

 

Citer cet article : Elise Huchet, "Des béguines-guérillères… Atelier de création littéraire autour de Monique Wittig", dans Les Jaseuses, publié le 17/09/2021, https://lesjaseuses.hypotheses.org/3273, consulté le 30/06/2022.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 17/10/2021

    […] Connaissez-vous la textée ? C’était le jeu littéraire inspiré de l’OULIPO proposé par Élise Huchet au cours de l’atelier d’écriture qu’elle a animé lors de notre béguinage. Sans savoir de quel texte il s’agissait, les participant·es ont reçu des instructions décrivant précisément la structure d’un extrait des Guerillères de Monique Wittig, afin de constituer leurs propres poèmes… […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.