Septembre 2021 : « Tourner moins de pages que prévu »

Le ralentissement que permet parfois la période estivale a été l’occasion pour certaines Jaseuses de passer une semaine ensemble, de se (re)connaître mieux, de se reposer, de se lier. L’occasion de laisser son corps « se mêler aux quatre éléments », son esprit « palpiter à son rythme alangui » et son travail « se dorer nu au soleil ».

« Engoncée[s], complexée[s] et gauche[s] sous des épaisseurs de vêtements qui ne [leur] vont jamais », certaines Jaseuses ont profité de l’été pour « vivre nue[s] », ou porter le minimum : « un short, un crop top et [leurs] poils ». Les remarques inappropriées sur les corps dévoilés existent l’été plus que jamais, mais elles n’y cèdent pas, « ne cacher[ont] pas [leur] nombril ni n’épiler[ont] les poils tout autour. » Malgré les complexes de celles qui ne « correspondent pas aux canons de beauté que glorifient les médias », l’été est resté l’occasion de « découvrir [leur] peau, la libérer ».

La chaleur peut se transformer en « parcours de combat, pour que [l]a peau et [l]es contours s’exposent à la lumière ». Mais c’est tout de même « les jambes nues et de plus en plus de poils à l’air » que les Jaseuses ont « fantasm[é] des espaces infinis à investir de lectures, de pensées et d’observation, dilatés sous le soleil ».

Si « la chaleur cultive [l]a flemme » de certaines, d’autres sentent « à nouveau l’énergie jusque dans [leurs] doigts de pied » et laissent leur esprit rentrer « en ébullition ». Celles qui ne peuvent pas « se permettre une rupture totale » avec leurs travaux se sont tout de même autorisées à « tourner moins de pages que prévu » ou à passer au moins une semaine « sans toucher au travail ».

Les Jaseuses ont eu envie de « changer d’air, d’aller ailleurs, auprès de [leurs] ami.e.s et famille pour quelques temps », de « [s]’immerger dans des polars nordiques », de « faire le jardinage nécessaire chez [leur] grand-père », de « manger des bonnes choses », de « cunnis à l’eau glacée » ou de « tout réussir, tout faire, tout dépasser ».

Bref, les projets collectifs et personnels de cette rentrée sentent encore bon le sable chaud et les peaux nues !

Sophie, pour les Jaseuses


Carte blanche

Pour cette rentrée, on a eu envie de rendre visible une discussion qu’on a régulièrement en interne à propos du sentiment d’illégitimité que nous sommes nombreux·ses à traîner au quotidien dans nos activités de chercheur·ses. Voici donc Un certain phénomène de l’impostrice – Partage d’expériences sur notre arrivée aux Jaseuses, un article à plein de mains qui souhaite retracer les insécurités, appréhensions, hésitations ou angoisses pouvant être ressenties en arrivant dans un groupe tel que les Jaseuses, avant de trouver sa place. C’est aussi une manière, on l’espère, de rassurer celleux qui hésiteraient à nous rejoindre !

Ateliers mutants

Isaline Dupond Jacquemart revient sur l’un des workshops ayant eu lieu pendant le béguinage des Jaseuses (une semaine d’échange et de vie en commun cet été). Avec « Effusion et métamorphoses des mondes », elle a proposé une matinée de création collective d’image, de gestes et de mots. « Comment imaginer le monde que nous souhaiterions habiter ? Un monde intérieur ou extérieur, un monde futur. Comment donner un nouveau souffle à notre capacité à fabuler ? […] Du germe au geste et du geste à la fabulation. C’est la métamorphose… ».

 

Connaissez-vous la textée ? C’était le jeu littéraire inspiré de l’OULIPO proposé par Élise Huchet au cours de l’atelier d’écriture qu’elle a animé lors de notre béguinage. Sans savoir de quel texte il s’agissait, les participant·es ont reçu des instructions décrivant précisément la structure d’un extrait des Guerillères de Monique Wittig, afin de constituer leurs propres poèmes…

⚡On jase aussi par ici

:dé_à_jouer: Mathilde Leïchlé, dans le cadre de l’Atelier Corps, genre, arts d’EFiGiES, a proposé un après-midi pour découvrir le jeu L’Art & Ma Carrière, créé par l’artiste Olivia Hernaïz, autour des discriminations sexistes dans les milieux de l’art. Elle a écrit le texte de l’exposition Peaux / Parures / Empreintes / Ar(mue)res qui regroupe des œuvres d’Anne Da Silva, Hugues Séguda et Taylor Smith (Brioude, Chapelle de la Visitation, jusqu’au 30 septembre). Ses notices biographiques sur Sarah Bernhardt, Annie Swynnerton, Marcello et Claude Vignon ont paru sur le site d’AWARE. Elle est intervenue dans l’épisode 5 du podcast Pourvu qu’iels soient douxces (Jeunes Critiques d’Art) pour parler de l’exposition Hôtel Sahara (Pantin, Magasins Généraux) ainsi que des espaces d’ateliers et d’exposition du Grand Paris.

Bande Dessinée Bulles, Des Sons, Pow Marys Hertiman coordonne le séminaire « Matrimoine de la BD » organisé avec les Bréchoises. Dès le mois d’octobre, on propose d’explorer le rôle des femmes dans la BD et de retracer l’histoire orale de Johanna Schipper, Vanyda, Marie Bardiaux Vaïente, Coline Picaud, Chloé Cruchaudet, Catel et Claire Bouilhac. Les communications scientifiques seront portées par les Bréchoises, Jessica Kohn, Gaëlle Kovaliv, Pierre Nocerino et Cristina Tosetto. Ça se passe un vendredi par mois, dans la salle panoramique de la MSH Paris Nord (Aubervilliers), c’est gratuit, ouvert à toustes et pour s’inscrire il suffit d’envoyer un mail aux Bréchoises. Ceci est un atelier EFiGiES et compte avec le soutien de l’EUR ArTeC, de la MSHPN, des Archives du Féminisme et de l’ED35.

:livres:  Sophie Benard couvre la rentrée littéraire avec un article paru dans le Monde des Livres à propos de la dernière parution de Camille Froidevaux Metterie Un Corps à soi. Pour La Langue française, elle chronique Quelques indélicatesses du destin, de Laura Morente et L’Éternel Fiancé d’Agnès Desarthe. Enfin, retrouvez le nouvel épisode du podcast de Sophie Benard « L’Entretien deux », consacré à l’écrivain Denis Michelis.

:lèvres: Isaline Dupond Jacquemart a exposé sa série de photographie « Beauty Mask » ainsi qu’une installation vidéo inédite intitulée « Qui regarde ? » à Mains d’Œuvres dans le cadre de l’exposition du Gloria Collectif! « Ras la moule de la censure ». Elle participe aussi à l’exposition collective « Le Désordre », organisée par Vanda Spengler, Corridor Eléphant et TK21 la Revue. L’une des photographies de sa série « Mum and the Garden: Chrysalis » sera visible à Le Studio du 13 au 25 septembre (vernissages les 16, 18 et 24 septembre). Le 9 et 10 octobre elle participe à l’exposition collective « Lien(s) » organisée par Manon Gallois… chez mamie à Sens ! Au programme : « Mum and the Garden: Chrysalis » avec deux nouveaux tirages sur textile.

:appareil_photo_avec_flash: On peut admirer les photographies de Patrycja Toczek dans le nouveau numéro du magazine Argentik.

:gouttes_de_sueur: Caroline Dejoie a présenté à Mains d’Œuvres un texte érotique intitulé « Recouvre moi de ton féminisme », dans lequel elle a coulé sa voix dans un extrait de Testo Junkie de Paul B. Preciado. C’était dans le cadre de l’exposition « Ras la moule de la censure » du Gloria Collectif!

:écriture: Eugénie Bourlet a écrit dans en attendant Nadeau à propos de Gazelle Théorie de Inès Orchani, découvrez son article « Devenir ghzâl » ici.

Ami·es des Jaseuses

:feuillu: Le 17 septembre, c’était l’inauguration du Jardin Wittig dans le 14ème arrondissement de Paris. Plusieurs Jaseuses étaient là et c’était bien.

:aubergine: Garance Bonotto de la Compagnie 1% artistique présente son solo « Phallus Stories » les 10 et 11 octobre prochains au théâtre de la Reine Blanche (Paris 18). Pour réserver c’est ici !

:ampoule:L’appel à contributions pour la revue Outsider, qui consacrera son premier numéro à la notion d’outsider, est ouvert jusqu’au 27 septembre. Envoyer vos idées de critique créative en littérature et en arts à outsiderrevue@gmail.com. Plus d’info ici.


En ce mois de rentrée, on vous souhaite de ne pas paniquer si vous avez « tourné moins de pages que prévu ».

Et comme en septembre on aime bien s’organiser, on vous rappelle que vous pouvez vous abonner à notre agenda ou au padlet du carnet des Jaseuses pour être certain·e de ne rater aucun de nos événements de cette année !

Conceptrices : Patrycja Toczek et Caroline Dejoie


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search