Un certain phénomène de l’impostrice – Partage d’expériences sur notre arrivée dans le collectif

En mars 2021, une jaseuse a proposé de former un petit groupe de réflexion autour la notion de “syndrome de l’imposteur”. On s’est retrouvé·es un après-midi sur Zoom pour se raconter comment, à quel point, depuis quand et à quel prix nous étions concerné·es par ce syndrome qui n’en est pas vraiment un. Est-ce pertinent de parler de syndrome quand nous sommes si nombreux·ses à l’expérimenter ? Pourquoi entretenir la métaphore de la maladie à soigner, personnelle et hasardeuse, quand il semble évident que les déterminismes sociaux – de genre, de race, de classe –  définissent qui sera plus enclin·e à s’enfermer dans la négation de sa propre valeur ? Plutôt que de syndrome de l’imposteur, nous parlons de phénomène de l’impostrice, soulignant la construction systémique du problème et appuyant du même coup sa dimension genrée. En attendant d’avoir “la confiance en soi d’un homme cis hétéro blanc bourge moyen (médiocre)”, on propose ici quelques morceaux de témoignages retraçant la manière dont nous avons vécu notre arrivée dans le collectif des Jaseuses, moment où quasiment chacun·e d’entre nous s’est senti·e “moins bien”, pas à sa place et incapable d’apporter quoi que ce soit au groupe, avant d’oser se lancer. On espère en même temps que ce texte permettra à celleux qui le liront de ne pas hésiter à nous écrire si l’envie est présente mais que la peur les retient.

Mary Beth Edelson, Series of wall collage (détail), 1973-2017, techniques mixtes sur toile, dimensions variables, Courtesy David Lewis, © Mary Beth Edelson

 

Un jour de séminaire doctoral, dans le métro, deux doctorantes : pour ce qui m’apparaissait la centième fois, au détour de quelques remarques enthousiastes sur nos recherches respectives, j’ai tenté de proposer la création d’un groupe de jeunes chercheurs ou chercheuses sur les questions de genre – parce que je me sentais seule, qu’il me manquait tellement de choses, qu’il y avait un monde de recherche que je détestais et auquel je refusais d’appartenir, et que je voulais voir s’il pouvait exister autre chose à côté. Cette fois, ça a marché : on était deux et ça avait l’air possible. Elle en a contacté une autre ; la semaine suivante, dans une grande salle de la Sorbonne Nouvelle que nous occupions à trois, nous préparions les bases – une idée de départ, un nom, quelques visuels – pour lancer un appel à d’autres. Le mois d’après c’était lancé, avec dans la salle des personnes dont les parcours ne se ressemblaient pas, qu’on connaissait parfois à peine ou pas du tout, des hésitations et des élans communs. Une quinzaine de personnes ont fait naître alors les Parleuses. Il y a plus de deux ans, donc : beaucoup de choses ont changé depuis – à commencer par le nom du collectif, et notre nombre.

 

Lorsque j’écrivais ma thèse, j’étais de plus en plus détachée des collègues locaux, isolée par des questionnements et des soucis méthodologiques irrésolubles. Isolée aussi par l’absence de labo ou de groupe, tout simplement de lieu pour travailler, penser et discuter ensemble.

D’un clic à l’autre, en tombant sur les textes d’une chercheuse et Jaseuse, le carnet s’est ouvert.

J’ai tergiversé pendant quasiment un an, ayant envie de rejoindre ce groupe, puisqu’en croisant leurs membres en colloque et sur les internets, il semblait clair que j’aurais pu y puiser des choses. S’opposait un évident phénomène de l’imposteure : que pourrais-je leur apporter, moi chercheuse débutante, ni ex-prépa ni normalienne ni agrégée ni contractuelle ni enseignante ni parisienne, sans les bons réseaux ni la bonne attitude ?

La page du carnet des Jaseuses et ses bios éblouissantes figuraient un mur infranchissable qui rejouait des mécanismes de domination symbolique vus et subis à l’université, face auxquels j’hésitais à commencer, continuer et terminer le doctorat.

Un appel à communications est arrivé – il résonnait avec mon sujet de thèse – je n’y ai pas répondu – le délai a été prolongé – j’ai envoyé quelques lignes. Entre-temps, il a fallu que j’écrive des centaines de pages pour me sentir légitime à proposer quelque chose, une énorme production qui a fait tomber les murs.

 

Quand elle m’a écrit par texto qu’elle faisait partie d’un groupe de chercheuses féministes et qu’elle me voyait bien rejoindre le club, j’ai dû faire un gros effort pour ne pas dire non tout de suite.

Qu’est ce que je pouvais bien apporter à un groupe de chercheur·euses ?

J’avais à la fois très peur et très envie d’être prise au sérieux par ces personnes qui me semblaient beaucoup trop brillantes pour moi.

J’ai débarqué à ma première réunion terrorisée, persuadée que je n’avais rien à faire là et que j’allais être démasquée. Je n’ai pas dit grand chose, je me suis présentée comme à mon habitude en me dévalorisant un peu, en sur-performant mon malaise – Bonjour, je suis très très mal à l’aise mais aussi très contente d’être ici.

Je continue d’avoir des bouffées de chaleur quand je me porte volontaire pour participer à tel ou tel projet, et je m’entraîne pour faire taire les voix dans ma tête qui me disent que je ne suis pas à la hauteur.

 

Je ne savais pas exactement ce que je cherchais en rejoignant le collectif, qui à l’époque s’appelait les Parleuses. Afin de pouvoir les rejoindre, j’avais échangé plusieurs mails avec une parleuse, des mails où j’avais cette impression de devoir démontrer que je méritais de faire partie du groupe.

Aujourd’hui, j’essaye d’être pleinement impliquée aux Jaseuses, parce que je me sens chez moi. C’est un chez-moi où je ne suis pas toujours comprise, un chez-moi que parfois j’ai envie de quitter mais surtout un chez-moi qui me réconforte, un chez-moi qui me motive et qui me donne de l’élan, un chez-moi où ma bizarrerie passe et où je n’ai pas peur d’assumer mon besoin de recherche, de découvertes et d’expérimentations.

 

Mon arrivée aux Jaseuses s’est faite de manière douce et organique, comme toutes les belles choses qui me sont arrivées cette année.

Les Jaseuses, tu connais ? Ah oui, ce collectif-là, qui me fait autant rêver qu’il m’intimide ! Mais les meufs ont vite fait de me rassurer, et m’invitent à les y rejoindre, quand j’aurai envie, quand je serai prête.

Je me rappelle ce que ma thérapeute-sorcière m’avait dit au début de l’année : “Ça pourrait te faire du bien, de rejoindre un groupe féministe, de partager cet engagement qui t’anime. Penses-y”. On y est, j’en ai envie, j’en ai besoin, je le sens bien. J’y vais.

 

Je ne connaissais pas le collectif et je l’ai contacté sur Twitter, dans un message aussi timide que stressé; je me suis présentée en parlant de ma thèse en cours, en me disant qu’il fallait bien avoir l’air compétente et sérieuse.

Une des membres m’a répondue très chaleureusement et a fini par me proposer d’intégrer le collectif après quelques messages… Je me sentais littéralement minuscule. Minuscule, intimidée, illégitime, ignare. Comme toujours, en fait.

Je n’ai fait ni classe prépa, ni grande école, ni agreg (obligatoire pour enseigner en France dans mon domaine) et je me suis toujours sentie en-dehors de tout, entre deux, jamais vraiment ci ou ça, jamais ‘assez bien’ en général – et les groupes ou assemblés de tout poils me font assez peur, me donnent toujours l’impression d’être de ces ‘outsiders’ dont parle si bien Virginia Woolf.

D’AG en clubs de lecture, de colloques (Constellations <3) en conversations sur le Slack, jusqu’aux réunions à dix, quinze, vingt, j’apprends petit à petit à ne pas (ou à moins) sur-préparer ou sur-analyser tout ce que je dis ou écris; modifier chaque message envoyé par peur d’avoir l’air trop ‘bébé’ ou, au contraire, trop ‘pompeuse’; projeter mon manque de confiance sur tel message, émoji, expression faciale, que sais-je encore.

Je me rends compte petit à petit que toustes parmis nous souffrons de ce sentiment permanent d’imposture, de cette envie de se cacher, de la peur de décevoir, sous toutes leurs formes.

 

Ça fera un an en août 2021 que j’ai rejoint les Jaseuses. Je me sens toujours dépassée par tout ce qui s’y propose et s’y fait, je me dis toujours que je ne suis pas à la hauteur de toutes ces personnes si pleines de ressources, j’ai toujours peur de m’engager, de déranger, d’avoir l’air bête.

Mais – MAIS – je me laisse porter, flotter même, avec plaisir, je m’implique petit bout par petit bout pour ainsi dire, sachant qu’iels m’en laissent le temps, qu’il n’y a pas d’obligation, que les temporalités de chacun·e sont comprises, que je suis accueillie malgré ma peur d’être très ‘awkward’ socialement, d’être vue.

Je découvre aussi le soulagement de pouvoir demander de l’aide, en quelques phrases sur le Slack – le plaisir, aussi, de parler de tout et de rien, de séries plus ou moins avouables dans notre canal dédié, par exemple.

 

Au début de mon engagement dans le groupe, j’avais beaucoup de choses à prouver. Je ne me sentais pas assez solide scientifiquement et je ne voyais pas ce que je pouvais apporter ni où je pouvais mettre mon énergie. J’avais l’impression de devoir tout apprendre.

Le plus dur – et le plus beau –, c’est de dépasser ce qu’on nous a appris (performance, compétition, distance) pour aller vers l’entraide et l’écoute. C’est un travail quotidien, individuel et collectif, parfois frustrant et douloureux, parfois apaisant et revigorant. Nous avons des visions différentes, dans certains cas des points de vue opposés. Nous sommes nombreuxses et nos statuts sont tout aussi nombreux. Comment rassembler tous ces regards ? Ça marche quand on se rend vulnérables, quand on accepte de demander de l’aide, de dire ce qui ne va pas dans nos vie et/ou dans le groupe – et c’est très difficile.

Je ne me sens pas toujours légitime ou entendue. Les vieux démons, ici comme ailleurs, ne disparaissent pas par magie. Le groupe réfléchit sans cesse à des outils pour éviter l’exclusion, le mal-être. Tout ca est imparfait/perfectible, en mouvement, c’est ce qui fait notre force.

Citer cet article : Les Jaseuses, "Un certain phénomène de l’impostrice – Partage d’expériences sur notre arrivée dans le collectif", dans Les Jaseuses, publié le 26/08/2021, https://lesjaseuses.hypotheses.org/3124, consulté le 26/05/2022.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 17/10/2021

    […] sommes nombreux·ses à traîner au quotidien dans nos activités de chercheur·ses. Voici donc Un certain phénomène de l’impostrice – Partage d’expériences sur notre arrivée…, un article à plein de mains qui souhaite retracer les insécurités, appréhensions, hésitations […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search