Constellations créatrices, questions de stratégies et d’outils – faire avec et contre les canons

Ce billet reprend les notes prises pendant la séance de « club de lecture » du 28 avril 2021, portant sur les outils et théories mobilisables pour penser des « constellations créatrices ». Brouillon comme la discussion qui s’est tenue, désordonné et constellaire lui-même, nous le laissons en l’état pour ouvrir d’autres discussions et laisser chacun·e naviguer entre les différentes idées proposées. Une première section, « Discussions », reprend les échanges au fil de leur déroulement ; la seconde section, « Les outils », tente de récapituler quelques notions ou références centrales à la discussion — elle pourra peut-être servir de sorte de bloc-notes pour d’autres recherches.

Au fil des discussions, des mots-clefs autour de la théorisation des “constellations”

  • Autorités alternatives
  • Savoirs profanes, paroles des enquêté·es
  • Anachronismes
  • Parasitages, contagions
  • Lignées
  • Générations, pensée straight du temps
  • Téléologies vs. disruptions temporelles, marginalités, incohérences
  • Interconnexions
  • Télescopages
  • Affects
  • Agglomérations
  • Influences
  • Responsabilités
  • Inventions
  • Failles
  • Rayonnements
  • Embranchements
  • Transmissions
  • Détournements
  • Circulation
  • Discontinu, trajectoires
  • Name dropping
  • Chantier

 

Discussions

Aurore Turbiau propose de partir de la remarque de Zoé Adam la veille au séminaire GRASS sur “comment parler des rhizomes et des constellations sans passer forcément par Deleuze et Guattari ?” (en gros) : des questions militantes qui croisent des questions scientifiques (à la fois : “est-ce qu’on trouvera des outils efficaces ailleurs, est-ce qu’on arrivera à structurer un propos efficace en dehors des canons ?” et “comment faire avec les attentes de l’institution, quand on fait de la recherche dans un cadre institutionnel en tout cas ?”).

Plusieurs éléments de réponse :

  • Zoé Adam propose de tisser d’autres constellations théoriques : citer plein d’autres chercheur·ses, d’autres personnes qui produisent des discours intéressants pour nos questions, pour “parasiter” le canon (elle a parlé de contagion : on brouille les pistes du légitime et de l’illégitime). D’autant plus efficace si cette constellation est tracée à plusieurs : nécessité des réseaux de chercheur·ses qui s’entrecitent et s’entreremercient, pour créer des “autorités” alternatives (ZA prenait l’exemple de Elisabeth Lebovici, Isabelle Alfonsi, Lorenz et d’autres, qui s’entrecitent en permanence au début de leurs livres ; Isabelle Boisclair nomme aussi ça constitution d’un “sous-champ”, par référence au “champ” de Bourdieu ; Lauren Fournier en parle avec le concept d’“autotheory”).
  • Dans le cas d’un besoin de citer les chercheur·ses reconnu·es et validé·es par l’institution – parfois, on n’a pas la possibilité de faire directement la révolution dans nos recherches –, ZA propose de citer les noms canoniques en passant par les noms de chercheur·ses militant·es qui les ont elleux-mêmes cités : plutôt que citer Foucault, on cite Halperin (théoricien gay) par exemple ; plutôt que citer Mille plateaux de Deleuze et Guattari pour évoquer la notion de rhizomes, on recourt aux chercheur·ses queer qui réutilisent la notion.
  • Anaïs Choulet-Vallet, qui participait au même séminaire et est quant à elle obligée de se conformer à des attentes très traditionnelles pour sa thèse, parle plutôt de “faire passer la pilule” (de l’handi-féminisme dans son cas) en “blindant” son introduction de toutes les références attendues – et en en glissant des moins attendues, et en se permettant plus de libertés dans le reste du manuscrit. Deux questions à gérer dans ce cas : le dosage, et le cadre (l’introduction vs. le corps du développement).

-> Peut-être partir déjà de ces réflexions pour réfléchir à nos propres stratégies d’étude : si on parle de constellations, on refuse de se concentrer sur le canon, on le zappe temporairement – c’est aussi ce dont parle l’introduction des Constellations subjectives. Quelles stratégies pour s’écarter du canon ?

 
Marys Hertiman insiste sur “partir notamment de la parole de nos sujets d’études (nos enquêté.e.s), mais aussi les auteurices que nous étudions”. Les savoirs profanes (Adam parle des savoirs illégitimes) sont ceux qui n’émanent pas des institutions. Par exemple : les savoirs des patient.e.s et des personnes concernées par leur santé/maladie vs. le savoir vulgarisé par le corps médical qui l’étudie depuis une position extérieure.
 

Adèle Cassigneul sur Lauren Fournier, Autotheory (qui vient de paraître), pour parler de “Constellation” : met ensemble des écrivaines, féministes / queer, des personnes non binaires et des artistes. Essaie d’avoir une perspective historique (remonte jusqu’aux années 1970 en gros). Décloisonnement + réflexion sur ce qu’est la théorie, sur ce qui est nommé comme tel. Elle met en pratique tout ça dans son texte, en détectant déjà cette démarche chez les artistes qu’elle étudie. Les artistes dans ce sens imposent les cadres théoriques dans lesquels on peut les étudier. Son introduction commence sur l’illusion que représente la séparation vie/art, théorie/pratique : le personnel est politique, le personnel est théorique (ce que dit aussi Sara Ahmed). Un chapitre sur les pratiques citationnelles, créer une communauté aussi, tracer des liens d’une personne à une autre : stratégie théorique // artistique. S’intéresse aussi aux questions interpersonnelles : ce qu’on reconnaît de sa propre expérience chez une autre personne. Ce genre de concepts : transférable à d’autres objets d’étude, par exemple à des périodes antérieures ? Il faudrait tester. Son corpus est exclusivement anglophone, ça joue aussi : des contextes mis en place par les Women’s lib (même si elle parle aussi beaucoup d’Irigaray).Sur le risque des anachronismes / plaquer des outils d’aujourd’hui sur des corpus passés : risque de l’anachronisme / Zoé Adam proposait justement que ce soit ça aussi le parasitage et la contagion.

 

Suzel Meyer explique que c’est en partie le pari de Sam McBean, dans Feminism’s Queer Temporalities : on peut faire des relectures queer de textes passés, retrouver la théorie queer dans des œuvres féministes antérieures à la question queer, et évacuer la question de l’anachronisme (de la temporalité).

Sam McBean vs. Geneviève Fraisse, conceptions de la temporalité féministe et queer : La théorie des lignées de Geneviève Fraisse (liens entre autrices/penseuses, idée de transmission et d’héritage) est porteuse de sens dans le cadre de la pensée des constellations ; on peut cependant y opposer une autre lecture, ou du moins un angle d’approche différent : Sam McBean (Feminism’s Queer Temporalities, 2016), remet en question l’idée de génération et d’héritage – il est peu probable qu’elle connaisse les travaux de GF, mais elle évoque une pensée féministe qui suit la « logique générationnelle », ce qui fait écho. Elle remet en question l’existence même de cette vision générationnelle, outil féministe mais originaire de la pensée patriarcale.

SMB avance que la temporalité théorique et militante féministe est linéaire, progressive, et générationnelle (on pense par vagues, modèle qui est déjà problématique et critiqué). Le modèle de temporalité queer s’oppose à ce modèle straight du temps, il propose d’autres moyens d’exploration et s’oppose aux méfaits de cette logique générationnelle. La question temporelle est centrale dans les études féministes comme dans les études queer, c’est un véritable nœud dans la pensée. SMB recommande de ne pas opposer la théorie queer à la théorie féministe, de ne pas les hiérarchiser (l’une suivrait l’autre) – elle recommande de ne pas lire les mouvements et théories féministes et queer de manière générationnelle – : dans cet ouvrage elle montre que la temporalité queer est déjà pensée par des éléments de la culture féministe populaire.

Cette remise en question de la logique générationnelle par SMB fait écho à la pensée de GF, elle la critique et l’affine : le modèle générationnel n’est pas innocent, il n’est pas neutre, il implique que le passé influencera le futur, et son aspect téléologique indique aussi un contrôle du futur. Penser la temporalité féministe de cette manière, c’est donc reproduire ces mécanismes : la jeune génération féministe est accusée de ne pas respecter l’héritage, elle doit utiliser les outils du passé, ce qui conditionne sa pensée future. Cette logique porte aussi un jugement sur ce que le féminisme doit être, aujourd’hui et demain, sur le plan théorique et militant.

Ce modèle générationnel est aussi impliqué dans les lectures critiques : lire Gender trouble de Butler en rapport à Foucault (établir une certaine génération, une lignée), c’est complètement différent de la lecture de Butler en rapport avec Wittig (cf. l’ouvrage de Clare Hemmings, Why Stories Matter: The Political Grammar of Feminist Theory, 2010). Penser la génération féministe autrement, aller contre les lignées établies, et contre l’idée même de lignée, c’est donc complexifier la relation entre passé et futur, et c’est aussi ajouter de nouvelles façons de comprendre les théories ou les textes littéraires.

Le projet queer est donc un projet de déconstruction, de disruption de la temporalité, une approche attentive aux failles, aux échecs, aux marges, à ce qui est hors-norme : ces théories nous permettent de penser l’Histoire autrement que la manière chronologique, linéaire, progressive, reproductrice. SMB relève les clashs apparents entre la théorie féministe linéaire et le modèle queer non linéaire, centralisés autour de la question de la temporalité. Elle relève des contradictions dans les modèles théoriques, des débats plus ou moins récents, etc. – et déplore que la recherche queer ignore parfois sciemment la production féministe (qui serait donc “ancienne” vs “nouvelle”). SMB veut montrer que la culture féministe populaire contient déjà des explorations de la temporalité queer, et veut réactiver ces classiques féministes par cette lecture.

SMB cherche des modèles non linéaires, non générationnels ; des modèles faits de liens, d’interconnexions, de télescopages : c’est, sans le dire, une évocation des constellations dont on parle, une remise en question de la lignée. La constellation offrirait alors une nouvelle temporalité féministe et queer. La pratique de la constellation est un renversement de la temporalité générationnelle classique, le dépassement du modèle générationnel patriarcal et de la lignée – penser la constellation relève intrinsèquement de la pensée queer.

 
Anna Levy par rapport à l’histoire des arts, sur Alfonsi et Lorenz, Art queer Freak Theory (B42, CR prévu). S’invitent, font partie des mêmes réseaux – des dialogues qui se créent aussi entre théorie et pratique (de galeriste : la responsabilité de créer des constellations). Éviter le problème de la posture subversive et proposer de vraies constructions. Alfonsi cite beaucoup Fraisse, sans vraiment contester. La question de la rigueur scientifique n’est pas forcément présente : la notion d’influence ou de transmission est moins importante, l’affect beaucoup plus (exemple d’Anna : pas besoin de connaître Cahun pour créer en tant qu’activiste séropositif dans les années 1980). Ouvrir le champ des études affectives en France, dans un milieu qui les a jusque-là un peu rejetées.
 
Eva Belgherbi pas très convaincue sur les démarches d’historien·nes qui plaquent leurs outils sur l’histoire de l’art ; c’est le risque de nier toute une historiographie, évacuée un peu vite. La question de l’affect est importante, quand elle parle de la scène minimaliste elle dit qu’il y a beaucoup d’affect (courant à réinvestir). Ok avec l’idée qu’on peut faire avec ces lignées, mais comme on disait au début les œuvres créent aussi le canon avec lequel on les aborde ; comment on fait pour étudier les arts éphémères, la création des activistes autour du SIDA, disparus ? Musées garants de l’histoire de l’art c’est un problème aussi. Comment on fait accepter l’idée de faire de l’histoire de l’art sans œuvre ? Pour le XIXe siècle, pas de texte, pas d’œuvre : travailler à partir de noms. Comment on fait pour agglomérer ces noms entre eux ? Perçu comme un “non sujet”, on reproche souvent le manque d’archives et le risque de l’anachronisme. On peut s’en moquer, ou on peut réinvestir des lignées et essayer d’en faire quelque chose d’autre – l’anachronisme disqualifie trop le travail en HDA.
 
Marys Hertiman demande : Est-ce que la parole des artistes n’est pas prise en compte en HDA ? Je pense aux travaux qui peuvent être menés à partir des journaux intimes et des correspondances des artistes (la chose étant, comme tu dis, l’absence d’archives).
 
Eva répond qu’elle a très peu de docs : notamment parce que les archives de femmes ont souvent été envoyées à la poubelle. À chaque fois retrouver les archives passe par des hommes : correspondances (elles, on les a conservées). En HDA en plus l’idée d’“influence” a une grande importance. Lebovici et Gonnard : faire un travail commun où on se moquerait de l’autoricité – pour se diriger plutôt vers l’idée d’une invention commune (cf. Rosa Bonheur et Anna ?, Cahun et Moore, etc.). HDA diluée dans plein de disciplines, compliqué de la faire émerger comme une vraie discipline (même si l’interdisciplinarité <3).
 

Sur les Constellations subjectives, l’introduction est un super outil pour des étudiant·es en licence HDA par exemple : une parole qui émane d’institutions (un colloque à Rennes, cadre univ) : un outil pour légitimer recherches queer. Intro blindée + premières lignes qui parlent d’un “rayonnement”, important aussi dans l’idée de constellation : l’objet existe en soi et développe des embranchements. Elles citent beaucoup Pollock, qui a co-écrit Old Mistresses (“grand maître”, “génie” – un peu vieilli mais enfin traduit), point de départ intéressant. Une introduction qui est aussi essentiellement un travail de définition : pourquoi on emploie l’anglais, pourquoi on dit “queer” et “queerness”.Aussi la notion d’“encorporer” la recherche — gênant quand on ne travaille même pas sur des œuvres ! – mais intéressant et cite aussi Cressels [https://journals.openedition.org/perspective/3577] ; importance d’une publication institutionnalisée, légitime la recherche. Sur les constellations créatrices et ces questions, voir aussi “Tuer Pocahontas. Déconstructions et reconstructions identitaires dans l’oeuvre de Wendy Red Star” par Aurélie Journée-Duez -> parasiter les généalogies, les empêcher.

 
Marys : Je me retrouve avec le même constat dans mon travail sur les créatrices de BD, même un/deux siècles plus tard, cette absence des sources (travaux, archives ou autres) invisibilise les femmes dans l’Histoire (même si je n’aime pas mettre le grand H) Jessica Kohn, historienne contemporaine, avait travaillé dans sa thèse (2018), les lignées des créatrices de BD, en partant des échanges avec les premières dessinatrices en France et en Belgique qui restent encore en vie, leur demandant les noms des femmes menant les mêmes activités, mais encore les éléments où ont peut trouver d’autres noms, ce qui l’a conduit jusqu’au syndicat des dessinateurs et illustrateurs, où l’on trouve des échanges, des CR et d’autres documents témoignant du travail des femmes dans l’industrie de la BD et ce dès ses débuts (à la fin du XIXe siècle). Partir des cercles des femmes artistes et d’autres structures regroupant des femmes qui ont pu laisser des traces au sein des institutions (archives des écoles d’arts ou autres).
 
Caroline Dejoie sur le travail de Creissels, “mon histoire féministe de l’art” cite sa constellation, parle de Pollock – texte écrit nulle part, performé seulement. Porté uniquement par sa voix. Sur la figure de la Sibylle, au pluriel : cesser d’essentialiser en une figure, démultiplier.
 

Adélie Le Guen mentionne son épisode de podcast (Artistes manifestes) avec Émilie Blanc, à écouter. Échanges sur les “gender studies” et les noms américanisés qui restent dans les études françaises et trouvent difficilement leur place (“ça ne nous concerne pas”), pareil pour le post- ou dé-colonial. Études qui ne concerneraient pas l’histoire de la FranceLe mémoire de Maëlys Tirehote-Corbin aborde la question de la transmission des savoirs à partir du prisme de genre, et elle s’est intéressée sur la manière dont les écoles de dessin construisent le canon de la BD à partir de l’instruction des enseignant.e.s (hommes et femmes) et la manière dont leur genre conditionne ces savoirs / savoirs-faire.

 
Renata Andrade intervient à son tour sur le travail d’Anne Creissels, sur sa quête de nouvelles formes de recherche, “je suis plutôt praticienne”. Une remarque : elle ne se réfère pas spécifiquement à des mythologies, discours masculins qui cadrent les corps et donnent une norme, aspire à détourner la mythologie. Dans ses conférences-performances, des choses un peu “étranges” : détourne, rejoue.
 
Caroline Dejoie sur Kiki Smith, sa manière d’hybrider des personnages mythiques / chrétiens / issus de son entourage proche. Dans sa constellation, des anonymes aussi. Une sculpture sur Sainte Geneviève et le loup : sculptures faits à partir du corps de sa copine Geneviève : casser la distinction grande histoire / petite histoire, experte / anonyme.
 

Adèle Cassigneul cite Carol Mabor, Becoming, un livre de photographie : albums perdus puis retrouvés, très peu d’infos biographiques, photos connues mais découpées et fragmentées. Livre amorcé par une note queer (queeriser l’histoire de l’art, histoire complètement subjective) et érotique (le toucher). Déconstruit les chronologies, constellations de thématiques ou de motifs récurrents à travers l’histoire de l’art et les médiums, casse aussi des hiérarchies entre art et album photo personnel. Travaille justement cette question du sens qu’on donne aux photos en fonctions qu’on les classe comme Art ou Domestique. Toute une “circulation”, un “mouvement” dans le texte, une manière subjective de tout aborder, de casser les catégories : à la fois grande liberté de recherche et rigueur.Tout ça ce sont des personnes seules qui écrivent de telle ou telle manière : comment ça se passe en collectif, mouvant ? En prévision de l’introduction collective à rédiger : comment on fera ? Un dialogue ?

 
Eva rebondit en citant le travail de Freya Gowrley sur le strapbooking, et mentionne aussi le fait qu’il s’agit d’un art jeune : il y a moins de poids de la généalogie. Histoire de la photo : méprisée au départ, les femmes s’en sont emparées, etc.
 

Valérie Favre sur Teresa de Lauretis « Feminist genealogies: A personal itinerary » (Teresa de Lauretis, « Feminist Genealogies: A Personal Itinerary », Women’s Studies International Forum, Vol. 1, n°4, 1993, p. 393-403), texte issu d’une conférence au sein duquel Lauretis s’interroge sur la place des femmes dans la théorie critique tout en retraçant un itinéraire intellectuel et féministe.Lauretis y souligne notamment le dilemme suivant : les femmes qui entrent dans le champ de la théorie doivent soit s’assimiler à un discours masculin/hégémonique soit refléter le silence des femmes. Lauretis met en avant certaines stratégies permettant de s’émanciper de cet état de fait, notamment en s’intéressant à Woolf et à A Room of One’s Own, qui selon elle « produit les conditions de la pensée féministe » (« produces the conditions of feminist thought » p. 401) en œuvrant à constituer : « a community of readers and writers and speakers as women » (p. 401).

Le texte vise également à mettre au jour une lignée personnelle que Lauretis caractérise ainsi : « My own itinerary as a woman scholar in the university has been guided by the words of such women as by Ariadne’s thread; a scattered, fragmented and yet historically embodied lineage of female thought and writing [… t]hat is neither a tradition nor a kinship of dispossessed mothers and daughters, but rather the trace of a discontinuous, elusive, and daily reconstructed feminist genealogy » (p. 401).

 
Marion Marx sur l’autothéorie, des liens aussi avec la pensée de Gloria Anzaldua : cf. son livre à elle, fin des années 1980, auto-historia-teoria. On ne fait pas partie de l’histoire “officielle”, des trous dans l’histoire de sa communauté, mais par la création, la fiction et la théorie, essayer de combler ces manques. Questionne aussi les questions de traduction : chicana = mélange de langues. Camille ajoute “Camille Back – « “To(o) Queer the Writer” : Contributions et effacement de Gloria Anzaldúa et du féminisme queer chicana dans l’émergence des théories queers », thèse en cours sous la direction d’Evelyne Ricci (CREC) et de Josette Féral (LIRA)“. Cite aussi”Béton salon“,”fais un effort pour te souvenir ou à défaut invente » (Wittig dans les Guérillères), brochure-constellation. Marion Marx propose aussi d’envoyer des textes de Kate Rubin / Rose, notamment un texte utile sur l’idée de l’anachronisme – “du nulle part au partout, l’utopie de Wittig pour changer le présent et l’avenir” : des lignées pas inventées mais héritées, longue histoire derrière.
 
Adèle ajoute “inventer/trouver d’autres chemins quand on a des trous/manques/lacunes, c’est la posture de la biographe dans Orlando de Woolf”
 
Aurore Turbiau sur, en littérature (française), le besoin de réhabiliter en retraçant des lignées et de “bourrer le canon” (Eva), faire entrer l’histoire des femmes / queer / minorités dans le canon – plutôt que juste le zapper (cf. retracer des généalogies jusqu’à Christine de Pizan etc.). C’est aussi un problème lié au travail de constellations, qui peut créer un effet de “name dropping” potentiellement élitiste et snob – comment faire ?
 
Eva cite le travail de Saidiya Hartman https://www.lespressesdureel.com/ouvrage.php?id=8367&menu=0 sur les absences de généalogies dans le cas de l’esclavage. Elle explique comment elle conçoit ses propres constellations.
 
Marys Hertiman : sur le name dropping, tout dépend de la manière dont on place sa propre parole. Besoin de circonscrire (ou limiter : de savoir s’arrêter), d’indiquer que ce phénomène constellaire correspond à un « toujours en chantier » (plus modeste) car, on ne pourra jamais tout citer. Comment on présente les noms, tirés d’un fonds plus large et flou, c’est la question ; comment on présente ces découvertes – bien souligner les manques et appeler à prendre la suite.
 
Camille Islert. C’est le problème de reprendre le canon et les grilles de lecture dominantes pour faire émerger des figures, c’est encore et toujours créer des « exceptions », exclure les autres, et se situer par rapport aux lectures dominantes.
 
Caroline sur le name dropping, comment développer les constellations sans affirmer que toute une nouvelle culture doit être réapprise, ce qui peut être excluant : la notion d’affect est au cœur de ça, on exclut juste radicalement la notion de “grand texte”, “grand nom”.
 
Adèle : poser des questions, plutôt que poser des affirmations en droppant des noms. Les notes de bas de page (Suzel). Réinventer le cadre, apprendre à écrire différemment. “À partir du moment où tu sais qu’il y a un cadre, tu sais qu’il faut le faire trembler” – mais comment ? Cf. Becket, “rater mieux”.
 
Eva : penser des auteurs et autrices qu’on aime bien, c’est déjà bien. Poser des questions c’est le mieux. “Moi je suis pour la décontraction et je pense qu’on ne fait pas des textes avec la déconstruction”.
 
Adèle cite Rancière dans La Nuit des prolétaires et dans Les Mots et les torts sur le sachant / le non sachant, les hiérarchies et les élitismes entre les textes qu’on considère et les autres, entre ceux avec lesquels on parle et ceux sur lesquels on parle, suivre le mouvement du texte / l’écriture produit de la pensée.

Autres ref :

  • François Cusset Queer critics. La littérature française déshabillée par ses homo-lecteurs (Paris, Presses universitaires de France, coll. “Perspectives critiques”, 2002).

 

Les outils

“Constellations subjectives”

Le livre de Marie-laure Allain Bonilla, Emilie Blanc, Johanna Renard, Elvan Zabunyan, notamment l’introduction) : se concentrer sur l’expression des subjectivités, sans les isoler les unes des autres mais en refusant de les placer par rapport à un ordre canonique, par rapport à un centre unique de référence.

L’introduction est un super outil : une parole qui émane d’institutions (un colloque à Rennes, cadre universitaire), utile pour légitimer recherches queer. Intro blindée de références + premières lignes qui parlent d’un “rayonnement”, important aussi dans l’idée de constellation : l’objet existe en soi et développe des embranchements. Elles citent beaucoup Pollock, qui a co-écrit Old Mistresses (“grand maître”, “génie” – un peu vieilli mais enfin traduit), point de départ intéressant. Une introduction qui est aussi essentiellement un travail de définition : pourquoi on emploie l’anglais, pourquoi on dit “queer” et “queerness”.

Constellations

Appelle aussi l’idée de tracer les liens : la recherche ne consiste pas qu’à repérer les étoiles, mais à les relier entre elles d’une manière en fonction de critères essentiellement fictionnels (considérations esthétiques, travail d’imagination mythologique, etc.) – il n’empêche qu’ensuite ce travail fictionnel sert le discours scientifique.

“Rhizomes”

Image construite par opposition à celle des racines d’un arbre – le rhizome c’est ce qui se faufile sous terre et fait pousser une multiplicité de plantes en différents endroits, ce qui les lie entre elles de manière souterraine. À l’opposé d’un modèle vertical, centralisé, prévisible ;

“Autotheory”

Lauren Fournier propose une définition de ce terme qui concerne un corpus littéraire de la fin du 20e siècle ; elle remarque que les citations tiennent une part importantes de l’autothéorie en ce qu’elles permettent de prolonger la réflexion et de construire son discours critique, notamment féministe. Cet usage des citations fait écho aux « pratiques citationnelles » de Sara Ahmed.

Production artistique ou texte qui mêle à la fois philosophico-théorique, artistique et autobiographique – réinscription de la subjectivité dans le discours critique. Réflexion sur la manière dont tout ça s’imbrique. Un outil très intéressant mais difficile à “plaquer” sur n’importe quel objet d’étude.

“Lignées”

Geneviève Fraisse (historienne de la pensée féministe) développe l’idée de lignée, un choix subjectif de créer une ligne entre des autrices ou créatrices, lignée qui correspond à une loi épistémologique et qui construit une problématique. Cette idée sous-entend qu’il y a une transmission du passé qui porte vers le futur ; c’est aussi une idée de provenance qui indique que derrière une créatrice s’en trouvent d’autres. Fraisse utilise cette notion pour aller contre la déshistoricisation des mouvements féministes, pour (ré)historiciser la théorie et la création.

“Mouvement” ou “Espace de la cause” (des femmes)

Laure Bereni. Réfléchissant au contexte des avancées féministes des années 1970-1980, pour lequel on parle souvent de “mouvement de libération des femmes” : notion intéressante, qui évoque le mouvement, l’instabilité, l’explosion de la lutte, mais qui pose aussi des problèmes. Dans le contexte français, sa réappropriation par Fouque, déjà (que Bereni ne cite pas). Mais surtout, une connotation militante qui empêche de prendre en considération les avancées institutionnelles qui sont faites en parallèle -> la notion d’“espace de la cause des femmes” permet d’ouvrir encore plus le terme de “mouvement”, pour englober les actions institutionnelles et celles qui sont menées en dehors de toute référence au mouvement.

Lectures queer, Queer temporalities

Sam McBean, Feminism’s Queer Temporalities, Routledge, 2016.

Chercheuse canadienne, théoricienne queer, senior lecturer à Londres en littérature américaine moderne et contemporaine.

SMB montre que la temporalité queer est déjà pensée par des éléments de la culture féministe populaire, et que la théorie queer peut utiliser des éléments de l’archive populaire féministe des 20e et 21e siècles. L’ouvrage en mobilise plusieurs à travers cinq chapitres : la figure mythique d’Antigone, le roman utopique féministe (Woman of the Edge of Time), le roman graphique (Fun Home), le manifeste féministe (SCUM Manifesto), le cinéma riot grrrl (Ladies and Gentlemen The Fabulous Stains). SMB lit ces produits culturels féministes en montrant qu’ils contiennent déjà des éléments de la théorie temporelle queer – et que pour penser la théorie queer, on peut utiliser des éléments de la culture queer comme des éléments de la culture féministe. Elle appelle à remettre en cause les modèles générationnels du temps, et elle montre que la conception féministe du temps dans certaines œuvres était déjà non-linéaire, déjà non-générationnelle, déjà queer.

Esthétiques de l’émancipation, études affectives

Voir les références à Axelle Creissels dans le texte, notamment

Anne Creissels et Giovanna Zapperi, « Histoire de l’art en France et gender studies : un mariage contre nature ? », Perspective [En ligne], 4 | 2007, mis en ligne le 31 mars 2018, consulté le 28 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/perspective/3577

Contaminations / parasitages

Lorenz propose le concept de contagion comme paradigme qui pourrait suppléer à l’imitation : cette contagion se propage du. de la performeur.euse à le.la spectateur.ice. “Contrairement à la représentation et à la réception, le mode de la contagion cherche à impliquer le.la spectateur.ice pour le faire participer à des pratiques dénormalisantes”

“Tuer Pocahontas. Déconstructions et reconstructions identitaires dans l’oeuvre de Wendy Red Star” par Aurélie Journée-Duez -> parasiter les généalogies, les empêcher.

Lectures possibles (Eva)

l’interview de Alfonsi https://www.lesinrocks.com/arts-et-scenes/le-feminisme-a-desormais-son-manuel-dhistoires-de-lart-183699-04-10-2019/

Saidiya Hartman (à paraitre aux Presses du réel)

Lose Your Mother – A Journey Along The Atlantic Slave Route https://www.lespressesdureel.com/ouvrage.php?id=8367&menu=0

DR FREYA GOWRLEY qui bosse sur le scrap booking http://b-a-t-o-n-s.fr/gestesdimages/pages/intervention3/3.html

Pour citer cet article : Les Jaseuses, "Constellations créatrices, questions de stratégies et d’outils – faire avec et contre les canons", in Les Jaseuses, 28/05/2021, https://lesjaseuses.hypotheses.org/3017.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 25/06/2021

    […] de certaines Jaseuses et c’était super, j’en veux encore plus. Alors j’ai relu le compte-rendu du club de lecture du 28 avril 2021, c’est bordélique mais en fait non, on essaie de définir, de réfléchir ensemble, […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search