Juin 2021 : Les voix, les visages, et l’été

Big up comme dirait Diam’s.

Alors on a pu s’entendre et s’écouter, et se voir, et se toucher.

Moi, mon espace de bienveillance et de réflexion c’est le Slack des Jaseuses. C’est l’outil qui me permet de les retrouver. C’est là que j’apprends à lire et à penser, mais aussi à fabriquer des émojis Pikachu parce que c’est important. J’ouvre toujours mille onglets, je ne lis pas toujours tout mais j’archive, je classe, je réfléchis, et c’est un plaisir. C’est l’un des endroits que j’aime sans doute le plus – avec le marché aux fleurs et le magasin central de la bibliothèque.

Et puis on a été quelques-unes à se voir. Je veux dire, on a pris des verres, on a fait des pauses de travail, on a mangé des biscuits, on a rigolé sans les masques. J’ai pu voir les sourires et les airs graves de certaines Jaseuses et c’était super, j’en veux encore plus. Alors j’ai relu le compte-rendu du club de lecture du 28 avril 2021, c’est bordélique mais en fait non, on essaie de définir, de réfléchir ensemble, c’est rapide, mais bien. La transcription rétablit parfaitement l’enchevêtrement de nos voix et de nos cerveaux et constitue une superbe mémoire vive.

Ces questions qu’on se pose ici aux Jaseuses débordent évidemment : on apparait en conclusion de la brillante enquête « Faut-il (encore) des expositions 100 % « artistes femmes » ? » de Roxana Azimi, Magali Lesauvage et Marine Vazzoler pour l’Hebdo du Quotidien de l’Art (11 juin 2021, n°2188) : « Le collectif de chercheuses Les Jaseuses réfléchit ainsi à une histoire de l’art féministe qui se ferait par « constellations créatrices », dans une horizontalité inclusive, intergénération-nelle et non-hiérarchique plutôt que dans la verticalité de la lignée. » Une idée du futur.

Eva

 


Apocalypse

Caroline Dejoie dépose sur le carnet une fiction misandre composée dans le cadre du podcast post-patriarcal des Jaseuses en cours de réalisation. Elle imagine une fin du patriarcat causée par des trombes d’eau, de male tears et de cyprine. Et Maïc Batmane nous prête son superbe diptyque Flux – squirt and blood pour l’accompagner !

Podcasts des Jaseuses

Pétrichor s’est arrêté mais les moments doux eux continuent ! Merci d’avoir prêté l’oreille au podcast douceur des Jaseuses. On finit en beauté avec entre autres un cercle de gratitudes qui rassemblent plusieurs Jaseuses, sur une belle idée d’Aude Nectoux.

Les prises de sons pour le podcast post-patriarcal des Jaseuses ont commencé ! Nous nous sommes à nouveau retrouvé·es à la Générale pour donner leurs voix aux personnages qui peupleront notre utopie sonore.

Club de lecture

Retrouvez sur le carnet le contre-rendu / brouillon du club de lecture du mois dernier « Penser les constellations créatrices – quels outils ? ». On s’interroge collectivement sur ce que crée, théoriquement, méthodologiquement, le besoin de travailler en « constellations », et on parle de lignées, d’auto-théorie, de pratiques citationnelles, de rayonnements, d’influences, d’affects, de contaminations et de parasitages, de détournement et de circulation, de transmission et de chantier…

⚡On jase aussi par ici

:silhouette_parlante: Mathilde Leïchlé, Camille Islert et Caroline Dejoie ont présenté leur performance-conférence intitulée « Entends monter nos cris : contre-coaching vocal en milieu patriarcal » le 11 juin lors de la journée d’études en ligne « Matérialités vocales : voix et genre dans les médias ».

:plume: Marie Allègre publie un court article (en anglais) sur le blog de l’International Virginia Woolf Society, qui reprend les principales conclusions de son projet de thèse en cours sur les réceptions psychanalytiques anglophones et francophones de l’autrice.

:trinquer: Rendez-vous le 25 juin au Studio (Paris 9) pour la deuxième partie du vernissage de l’exposition « Le Temps : Paradoxe & Illusion », dans laquelle on retrouvera des photographies d’Isaline Dupond Jacquemart. Pour venir, il faut s’inscrire ici (pour le 25 juin).

:enseignante: Beaucoup d’enseignantxs du supérieur ressentent le besoin de réfléchir collectivement sur leurs pratiques face aux oppressions systémiques. Les 7 et 8 juin a eu lieu la journée d’étude « Penser les pratiques enseignantes à l’aune des inégalités : réflexivité et éthique en pédagogie universitaire » co-organisée par Claire Salles. La table-ronde finale a réuni Rachele Borghi, Mélodie Faury, Marys Renné Hertiman et Vanina Mozziconacci, et était animée par Aurore Turbiau et Elise Huchet.  En un mot : vendons la mèche sur la reproduction des inégalités et la violence institutionnelle auprès de nos étudiant·es et de nos collègues ! L’enthousiasme collectif nous mène à envisager un rendez-vous régulier l’an prochain – pour participer, vous pouvez écrire à : pratiquesenseignantes2021@gmail.com. Etudiantxs et enseignantxs de tous statuts bienvenuxs.

:kangourou: Mathilde Leïchlé a écrit un texte pour le portfolio de l’artiste Marie-Yaé Suematsu – il s’appelle « Marie-Yaé Suematsu : un dessin au creux des mains« . Ses notices biographiques sur les artistes du XIXe siècle Anna Klumpke, Eléonore Escallier, Victoria Dubourg et Amélie Beaury-Saurel ont été publiées dans le répertoire en ligne d’AWARE. Elle intervient dans l’épisode 3 du podcast de Jeunes Critiques d’Art, Pourvu qu’iels soient douxces, porté par PROJETS. Il y est question de l’exposition « 100% L’EXPO – Sorties d’École » qui s’est tenue à la Grande Halle de La Villette et, dans la deuxième partie de l’épisode, de ce que le podcast fait à la critique d’art.

:lézard:Le 3 juin, Marys Renné Hertiman a donné une conférence intitulée « Une blessure et des salamandres : déni de reconnaissance et tentatives de remédiation dans l’histoire des femmes dans la BD ». Son intervention portait sur l’évincement et le déni de reconnaissance comme blessures fondatrices des créatrices de BD, qu’elle associe à des salamandres pour leur capacité de régénération. Cette conférence a été présentée dans le cadre de l’exposition virtuelle « Vivantes nous nous voulons ! Les violences de genre dans la bande dessinée et l’auto-édition« , conçue par Laura Caraballo.

:filmer: Patrycja Toczek a réalisé le clip Éclipse pour la musicienne Club Célest : une histoire de monde marin, de drames et de quête, d’absence et de chaire, de sirène et de transe aquatique, tout cela saupoudré de paillettes.

:soleil_avec_visage: Lissania Elchire a présenté son nouveau spectacle « Raoui » qu’elle danse avec sa partenaire Gabrielle Pili dans le cadre du festival « L’art rue est à nous ». C’était le 6 juin à Nogent-sur-Marne.

🌳 Margot Lachkar s’est intéressée à Joue-nous « España » dans le dernier numéro de Jeanne Magazine. Ce roman de mémoire de Jocelyne François, publié en 1980 et grâce auquel elle a obtenu le Prix Fémina, aborde les questions du classisme et des enjeux d’être transfuge de classe, parle de l’amour de l’autrice pour la nature et les livres, et de son émancipation par la culture et le lesbianisme. Sa chronique précédente, consacrée au dernier roman de Wendy Delorme, Viendra le temps du feu, est disponible gratuitement sur le site.

✊🏼 Retrouvez la recension de The New Feminist Literary Studies dirigé par Jennifer Cooke dans la nouvelle livraison de la revue MAI: feminism & visual culture. C’est signé Adèle Cassigneul.

🌎 Aurore Turbiau a publié dans The Conversation un article (relu par un bon nombre des Jaseuses !) sur l’engagement littéraire des écrivaines féministes françaises des années 1970 — il résume en substance le projet de sa thèse. Plus universitaire, son article sur les « Traversées québécoises en littérature féministe », qui examine les liens entre littérature féministe québécoise et contextes états-uniens et français, a été mis à disposition sur Cairn.

Eva Belgherbi a co-écrit avec Charlotte Foucher Zarmanian (CNRS, LEGS) la notice « Femmes artistes en quelques mots » dans le Dictionnaire du Genre en Traduction coordonné par Marta Segarra et Ilana Eloit, porté par le LEGS et mis en ligne le 10 juin. Elle signe aussi un article « Des révolutions s’esquissent ? » dans le hors-série Télérama n° 231 « Femmes artistes ni vues ni connues » dédié aux artistes femmes. Elle a aussi publié une série de textes sur son carnet de recherches autour de la question des expositions sur les artistes femmes « Expositions de femmes artistes en France : stop ou encore ? » et « « Peintres femmes, naissance d’un combat (1780-1830) » – quand les œuvres ne suffisent plus ».

🦜Camille Islert co-organise avec Wendy Prin-Conti et le soutien de la SEMDV une journée d’étude autour du recueil Les Pleurs de Marceline Desbordes-Valmore. Elle sera l’occasion de revenir sur l’écriture, la réception, le statut de cette poète à la fois reconnue et mal connue. Camille Islert participera également, du 5 au 7 juillet, au colloque de la Transatlantic Studies Association, au sein d’un panel intitulé « American Sapphos Abroad: Queer Transatlantic Travelers in the Long Nineteenth Century ». Elle y parlera du rôle du déplacement transatlantique dans l’affirmation littéraire et identitaire du lesbianisme chez Natalie Clifford Barney.

 

Ami·es des Jaseuses

🥦 Les Ami·es de Monique Wittig annoncent la publication de leur site Internet pour mettre en valeur non seulement l’œuvre de Monique Wittig, mais aussi tout ce qu’elle suscite d’enthousiasmes, de colères et de joies militantes. À suivre sur Hypothèses, le carnet Études Wittigiennes.

 


Un bel été, pas trop chaud, pas trop chiant, 

La bise

Eva

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search