Faire pleurer les HSBC comme programme politique

Ce texte a été écrit dans le cadre d’une étape de travail issue du podcast post-patriarcal des Jaseuses actuellement en cours de réalisation. Il s’agissait pour chacun·e de nous de pitcher une possible fin du patriarcat, selon un axe défini à l’avance. J’avais choisi le prisme des corps et des sexualités.

Reconnaissance éternelle à l’artiste Maïc Batmane, qui a accepté d’accompagner mon texte de son superbe dyptique FLUX – squirt & blood. Pour découvrir et soutenir son travail : son site est , et son instagram ici.

Maïc Batmane, Flux – squirt and blood [dyptique]

 

On situe le commencement de la grande utopie érotique au moment des premières révoltes de 2031 menées par les queers et les travailleur·euses du sexe. C’était l’époque des sex parties en manifs et des méga happenings pornos-punk sauvages. Le mouvement s’est ensuite rapidement diffusé lorsque les queeros ont été rejoints vers 2042 par le syndicat des robottes anarcho-gouines et la communauté des intelligences artificielles misandres. Tout·e le monde dans la rue, dénonçant les agissements et l’étroitesse d’esprit des boomers encore en vie, et portant sa sexualité avec force et fierté. Avant cela, plusieurs vagues de lesbianisme politique avaient participé à rendre archaïque l’hétérosexualité obligatoire, et un porno transféministe éthique et inclusif diffusé à haute échelle avait véhiculé de nouveaux modèles et représentations qui avaient influencé les sexualités du futur en construction.

2050 fut l’apogée d’un phénomène depuis lors baptisé LES GRANDES EAUX qui permit pour de bon d’en finir avec le patriarcat. L’augmentation drastique des male tears liée au fait que plus personne ne voulait coucher avec les hommes cis, déclencha une série de noyades d’hommes isolés, déprimés, étouffés par le mélange de leurs larmes et de leur égo. La majorité des hommes restant prirent alors peur et se résignèrent à accepter l’idée qu’ils avaient été, pendant tous ces siècles, de piètres partenaires romantiques et sexuels ignorant tout – volontairement – des bases du sexe comme le consentement, la santé, le partage, la communication et le plaisir. L’année 2054 marqua le début du grand processus d’éducation des zoms. Certain·es dirent que c’était pas trop tôt. Et en effet, c’était pas trop tôt.

Ensuite tout s’enchaîna très vite : l’abolition, à l’échelle mondiale, de l’attribution d’un genre à la naissance, la sortie du système de différenciation des sexes, la normalisation du non-désir d’enfant et la démocratisation totale de l’usage de godes faits maison et inspirés de corps non-humains, accélérèrent la sortie de l’hétérocisnormativité et signèrent le début de la fin de la domination masculine. En quelques cent ans, les violences sexuelles, l’ennui au lit, le missionnaire dans le noir subi et le triste schéma fellation-pénétration-éjaculation devinrent de lointains souvenirs.

On vit alors les gens s’épanouir à vue d’œil à mesure qu’iels exploraient le sexe post-patriarcal. Des mots comme déviance, frustration ou simulation disparurent complètement. L’abandon du seul sexe pénétratif, la fin des normes cisgenres et l’acceptation du potentiel érotique de toutes les formes de corps permirent des évolutions physiques notables : bientôt on vit des poils pousser jusqu’à devenir des fourrures, des clitos gonfler et s’ouvrir comme des fleurs, des doigts s’étendre et s’assouplir pour devenir des tentacules comme une prolongation de l’usage – devenu mainstream depuis longtemps – des godes ceintures et autres prothèses corporelles. Les fluides en tout genre, maintenus, contenus, jugés honteux en patriarcat, purent enfin vivre leur vie, lubrifier et circuler librement au-dedans et au-dehors des corps, faisant passer le taux d’humidité des corps post-humains de 60% à 200% en moyenne. Des communautés aqua et rivièrophiles développèrent des branchies et s’installèrent sous l’eau sur invitation des autres espèces marines, où iels évoluent actuellement vers un devenir-sirènes des plus sexy et salvateur.

Faire l’amour à la terre devint également une pratique courante et occasionna avec le temps des mutations de la peau et de la pilosité qui devinrent peu à peu végétales. Le concept même de masturbation connut sa propre révolution avec la découverte du haut potentiel érogène de la peau devenue écorce dans le creux du coude. En collaborant avec les sororités robottes, les néo-cyborgs explorèrent le devenir-machine, élargissant encore les combinaisons sexuelles possibles – se brancher, se débrancher, s’électriser seul·e ou à plusieurs, diffuser des ondes, des vagues, des vibrations, etc. Le passage à la post-humanité qui suivit la chute du patriarcat permit d’affirmer et de pérenniser l’horizontalité et l’harmonie totale entre tous les corps vivants, y compris machines, animalEs, chimères ou cyborgs. Les nouvelles nouvelles technologies mêlées à des pratiques magiques et chamaniques ancestrales reclaimed permirent d’inventer un avenir sexuel brillant et réjouissant pour tout·e le monde.

Dans cette épopée vers un avenir plus mouillé, la fluidité est clé. Les signes d’eau seront peut-être les premières à s’y glisser mais qu’à cela ne tienne, il y aura de la place pour toustes à condition que les Patrick de ce monde soient prêts à s’hydrater et à faire un effort.

Bois de l’eau, ça va aller.

 

Maïc Batmane, Flux – squirt and blood [dyptique]

Pour citer cet article : Caroline Dejoie, "Faire pleurer les HSBC comme programme politique", in Les Jaseuses, 20/05/2021, https://lesjaseuses.hypotheses.org/2745.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. A dit :

    Beurk c’est quoi ce délire abreuvé de feminazi tears ? Vive le patriarcat (même s’il n’existe pas) !

  1. 25/06/2021

    […] dans le cadre du podcast post-patriarcal des Jaseuses en cours de réalisation. Elle imagine une fin du patriarcat causée par des trombes d’eau, de male tears et de cyprine. Et Maïc Batmane nous prête son […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search