Mai 2021 : Des noms, des sons, des mots, des dossiers

 

Avez-vous entendu, vous aussi, le printemps s’installant, les oiseaux chanter ? Les Jaseuses, elles, les ont entendus – et les laissent entendre. Certaines d’entre nous ont ainsi profité du retour des beaux jours pour aller écouter la nature, les feuilles et les arbres ; cette nature tiendra la place qui lui revient dans le podcast post-patriarcal.

 

Immergé·e·s dans ces sons, dans ces sons qui font du bien et qui continuent de s’accumuler dans les épisodes de Pétrichor, on rêve à s’oublier. Oublier jusqu’à son nom – ou penser à lui : c’est la démarche de Caroline Dejoie, qui raconte ce mois-ci pourquoi elle a fait le choix de se réapproprier le nom de sa mère. Porter son nom ; ou, au contraire, s’en défaire s’il est trop lourd. C’est le geste transgressif d’Edouard Louis, qui discute de son nouveau roman dans l’entretien qu’il a accordé à Sophie Benard pour son podcast littéraire.

 

De Monique Wittig à la dramaturge Sarah Kane, en passant par la sculptrice Alina Szapocznikow, les Jaseuses ont continué de lever les yeux vers les constellations créatrices qui les animent. L’exposition « Le Temps : Paradoxe & Illusion »  le 10 juin au Studio à Paris, sera l’occasion de découvrir les photographies d’Isaline Dupont Jacquemart. Pendant qu’Adèle Cassigneul s’intéressait aux tableaux de Daisy Patton, Véra Léon préparait le lancement de l’exposition virtuelle « J’aurais voulu être un artiste ».

 

Ni les murmures millénaires des arbres ni l’éclat des étoiles qui forment nos constellations ne peuvent pourtant couvrir l’obsédant vacarme de la réalité. De celle qui charge le corps des femmes au point de les transformer, de celle qui anéantit ces corps. Les corps féminins sacrifiés à cette réalité seront au cœur du séminaire organisé par Mathilde Leïché, « Féminicides au XIXe siècle en France » et auquel participeront Caroline Dejoie et Camille Islert.

 

Puissants et subversifs, les corps permettent aussi de « queeriser l’esthétique », d’imposer les narrations de leurs désirs. En mai, les corps des Jaseuses écoutent et regardent, pensent et subvertissent – ils tiennent bon.

 

Sophie Benard

 


Lexique évolutif des Jaseuses

Une nouvelle page vient d’être créée sur notre carnet ! On est ravi·e·s d’introduire le lexique évolutif des Jaseuses, qui vise à clarifier et rendre accessibles certains mots régulièrement utilisés dans nos recherches et nos militantismes. L’idée est qu’il grandisse à mesure que nous enrichissons nos vocabulaires et déconstruisons notre rapport au langage.

Carte blanche

Caroline Dejoie publie un texte intime à propos du nom de sa mère, qu’elle a choisi de porter. Elle raconte les histoires, les stigmates et les rapports de forces dont celui-ci est porteur, dont elle se fait héritière et qu’elle se réapproprie.

Apocalypse

Nous avons le plaisir d’accueillir Andrée Ospina des éditions maison-maison dans notre rubrique apocalyptique ! Découvrez “Secrétaires mes sœurs, secrétaire ta mère”, un très beau texte illustré par Pia-Mélissa Laroche, à propos de charge mentale, de secrétaires, de youtubeuses, de bibliothécaires et de corps féminins du futur.

Un jour une jaseuse

Le “Un jour une Jaseuse” de ce mois-ci est signé par Anna Levy. Elle dresse un portrait de la dramaturge anglaise Sarah Kane, en remettant en question “l’obsession biographique” à laquelle elle semble trop souvent rattachée, et explore le fort potentiel queer de son écriture. TW : Suicide explicite, dépression, violence physique.

Podcasts des Jaseuses

L’équipe du podcast post-patriarcal des Jaseuses s’est réunie une nouvelle fois pour une semaine de résidence “nomade” qui s’est achevée par une journée à La Générale. Dans le futur post-patriarcal, les feuilles parlent et on les écoute !

Pétrichor continue avec des ronronnements de chats, des révolutions chuchotées, des douches, des cours de yoga sur internet, des bons gâteaux, des playlists, des baignades de sorcières, du foot et du silence.

 


⚡On jase aussi par ici

:scintillements: Héloïse Thomas était discutante pour le séminaire de traductologie féministe FELiCiTE le mercredi 14 avril, à propos de la traduction dans le chantier littéraire de Monique Wittig.

:livre: Marie Gil a publié un texte dans l’ouvrage collectif Queeriser l’esthétique. Elle y parle genre, cage et queer.

:baguette_magique: Manon Berthier proposera mardi 11 mai une communication intitulée “‘Something yet unnamed’, ou si le lesbianisme m’était conté : la puissance narrative d’une Cendrillon sortie du bal de l’hétérosexualité” dans le cadre du colloque “Fantasy et Féminismes : aux intersections du/des genres” qui se tiendra en ligne du 11 au 14 – informations et liens d’inscription à retrouver sur le site du CRILCQ. Elle a également mis en ligne sur son carnet de thèse le deuxième volet d’un billet-fiche-de-lecture consacré aux narrations lesbiennes.

:oreille: Caroline Dejoie présentera une lecture performée le vendredi 14 mai intitulée M’entends-tu ? à l’occasion du beau colloque “Féminicides au XIXème siècle en France”. Elle co-signe aussi les visuels de cet événement avec Patrycja Toczek.

🖼 Isaline Dupond Jacquemart vous invite au vernissage de l’exposition collective “Le Temps : Paradoxe & Illusion” à laquelle elle participe avec plusieurs photographies de sa série “Mum and the Garden: Chrysalis” qui vous parle d’écoféminisme, des liens que l’on a avec le(s) vivant(s) et de science fiction… Le vernissage aura lieu le 10 juin à 19h à Le Studio (Paris IXe) !

:loup: Camille Islert participe au colloque “Féminicides au XIXème siècle en France” le vendredi 14 mai avec une communication intitulée “«Ces cous-là sont prédestinés à la strangulation ». Féminicides entre parodie et aporie dans La Dame à la Louve de Renée Vivien.”

:micro_de_studio: Adélie Le Guen a publié un article accompagnant le septième épisode de son superbe podcast ARTISTES MANIFESTES : Émilie Blanc : Politiques de l’identité et présente son huitième épisode sur Alina Szapocznikow en discussion avec Valentin Gleyze.

:œil: Véra Léon lance l’exposition virtuelle “J’aurais voulu être un artiste” qui rassemble neuf artistes pour proposer quelques perspectives artistiques pour faire face au monde en berne que nous traversons ces derniers temps.

:fleur_cerisier: Le 7 mai, Mathilde Leïchlé a co-organisé la journée d’études “Femmes, féminité et parfums au XIXème siècle. Imaginaire olfactif et construction du genre” qui s’est tenue au Mucem dans le cadre des Ateliers du XIXème siècle de la SERD et était accessible en ligne. Elle co-organise également le colloque “Féminicides au XIXème siècle en France : socio-histoire, enjeux et représentations” les 14 et 15 mai. Le 8 février, elle était discutante de la séance de Claire Placial “Traduction et exégèse féministe dans les Bible Studies” organisée dans le cadre du séminaire FELiCiTE (Féminismes En Ligne : Circulation, Traductions, Éditions) – la vidéo est maintenant en ligne !

:micro: Sophie Benard lance son podcast “L’entretien deux”, illustré par Caroline Dejoie. Le premier épisode est une belle interview d’Édouard Louis, à retrouver sur Spotify, et toutes les plateformes de podcasts.

🎨 Adèle Cassigneul signe un essai sur l’œuvre picturale de Daisy Patton. “Daisy’s Garden of Desire (on Forgetting is so Long)” est à lire dans Broken Time Machines: Daisy Patton, publié par Minverva Project.

🖋 Margot Lachkar a publié une analyse du roman de Nina Bouraoui, Tous les hommes désirent naturellement savoir dans le dernier numéro de Jeanne magazine : elle s’est intéressée à la façon dont une identité lesbienne et arabe peut se construire au sein de la littérature. Elle a également lancé son carnet de thèse, “Lesbiennes de chair et d’encre”, où elle présente entre autres la définition du concept d’écriture lesbienne par la poétesse canadienne Nicole Brossard.

 

Ami·es des Jaseuses

:poupées_russes: Du 3 au 12 mai ont lieu le festival et le colloque en ligne “Qu’est-ce qu’une femme poète ? Histoire, création, politique”. Vous y retrouverez plusieurs Jaseuses… entre autres brillantes personnes !

:feu: Les 14 et 15 mai, se tient le colloque “Fémicides au XIXème siècle en France. Socio-histoire, enjeux et représentations”, organisé notamment par les Jaseuses Mathilde Leïchlé et Lucie Nizard, avec les illustrations de Caroline Dejoie et Patrycja Toczek.

☕ Après la publication du numéro d’Europe consacré à Virginia Woolf (dont on parlait déjà dans la newsletter de janvier), quelques contributeurices se réuniront pour échanger autour de la revue. Les membres de la Société des Études Woolfiennes vous invitent à les écouter le jeudi 20 mai à partir de 18h sur Zoom. Contact : Adèle Cassigneuladele.cassigneul@hotmail.fr

:silhouette_parlante: L’Atelier Corps, genre, arts, en partenariat avec Queerinal, lance un appel à communications pour le colloque “Censurer les arts, encadrer les corps”, qui aura lieu à Paris les 27, 28 et 29 janvier 2022. L’appel est ouvert du 3 mai au 4 juillet 2021 inclus, et est ouvert à toustes et à toutes les formes d’art, tous les aspects de la culture visuelle et littéraire.

:cœur_anatomique: Maud Cazaux et Camille Pierre organisent les journées d’études “Devenir Sujet : Les pratiques de subjectivation dans l’art au XXIème siècle” les 2 et 3 juin 2021, en visioconférence. Pour s’inscrire, envoyer un mail à devenirsujet@gmail.com.

 

 

 

 

 

Comme tendent à le montrer les informations ci-dessus, c’est la saison des colloques ! Beaucoup d’entre nous sont fatigué·e·s, mais aussi très stimulé·e·s par toutes ces discussions et rencontres à venir. Ces événements sont gratuits et ouverts à toustes, alors n’hésitez jamais. Au plaisir de vous y croiser au détour d’un Zoom ou “en vrai” (bientôt !), merci de votre lecture et à bientôt !

Conceptrices : Patrycja Toczek et Caroline Dejoie


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search