​Devenir Bandita, entre indisciplinarité, bricolage et mise en commun

Image d’archive reprise pour représenter deux gangs londoniens : le Clockwork Oranges Gang et le Forty elephants gang 

Pour écouter cet article lu à voix haute par une jaseuse, rendez-vous en bas de l’article ou sur nos comptes Spotify ou Deezer.

Mon rapport à la recherche est assez complexe, vous en parler n’est déjà pas chose aisée… Entre digressions, cohérence et sens, ce texte ne suit pas une structure cartésienne, mais témoigne d’un parcours éclectique. Même si je n’ai jamais véritablement cessé d’étudier (depuis que j’ai eu mon baccalauréat en 2004, j’enchaîne les formations et les études, tout en exerçant un métier en parallèle), je suis arrivée « tardivement » à la recherche, suite à une reconversion professionnelle en 2015. Alors, si mon rapport à la recherche est ambivalent, c’est plutôt pour des raisons institutionnelles. Et, malgré la plénitude et la joie expérimentées avec les projets de recherche, les investigations et l’enseignement, il s’avère que j’ai l’impression d’être dans une usine, où seul compte le résultat final, celui qui fait rayonner l’ESR à la française… Ainsi, il semblerait que dans certaines disciplines (ou dans certaines universités), faire le choix de l’autoréflexivité, écrire à la première personne, dévoiler les coulisses de la recherche, parler de regard situé1 et privilégier une politique citationnelle de références dites mineures plutôt que de noms de grands Auteurs (oui, au masculin) de la Science, revienne à faire preuve d’un manque de scientificité…

Récemment, dans une discussion entre Jaseuses sur le phénomène de l’imposteurice2, je suis revenue sur mon parcours et sur ce sentiment d’illégitimité, sentiment renforcé par des normes et des jugements qui visent tout écart de conduite. Le dévoilement des coulisses de la recherche est une de ces situations qui peuvent être hautement nuisibles ou punissables. Par exemple, malgré la diversité de méthodes à l’intérieur des divers champs disciplinaires, on emprunte souvent des outils variés qui se construisent pour un projet ad hoc et qui répondent à une problématique unique. Même si la méthode bricolée est adaptable à d’autres projets, la réflexion suite aux résultats ou l’adaptation de la même méthode, à des corpus ou des problématiques similaires, vont varier en fonction des individus et des parcours qui construisent leur point de vue. C’est peut-être naïf, mais je considère qu’échanger autour de nos matières, de nos réflexions et de nos manières de faire, peut conduire à de nouvelles formes d’analyse et d’expérimentation, tout en contribuant au tissage critique des savoirs. Pourtant, en dehors des événements scientifiques, débattre ou échanger sur sa recherche, son protocole, ses analyses, voire parler passionnément de ses résultats ou demander des conseils, peut être considéré comme risqué, notamment pour les jeunes chercheureuses. Mathilde Leïchlé l’avait justement pointé dans un article de 2020 :

En parler de manière informelle avec d’autres qui subissent les mêmes pressions devient alors associé à un sentiment de danger – il faut dire, pour montrer qu’on est actif-ve, mais ne pas trop en dire avant d’avoir pu montrer officiellement qu’on est le/la premier-ère sur ce champ. Dans l’état actuel des choses, arriver seul-e et en premier-ère semble en effet une condition sine qua none de la survie en milieu universitaire3.

Le profond sentiment de méfiance chez certain.e.s rend ainsi difficile (utopique ?) le projet d’une recherche véritablement collective, une recherche sociale. Alors, une question me semble essentielle dans tous les cas : pourquoi faisons-nous de la recherche ? Dans mon cas, c’est pour comprendre l’ordre social, tout en veillant à saisir la dimension agentive et la visée transformatrice de l’acquisition des connaissances abstraites et pratiques. En veillant à saisir cette praxis discursive, et ses épistémologies, je me place donc dans une démarche expérientielle qui revendique la nécessité de la communication4 des savoirs. Comme en rébellion (car faire confiance ne devrait pas être un signe de naïveté), je parle ouvertement de ma recherche, des pistes et des perspectives que je vois émerger, de mon tâtonnement, de mes bricolages méthodologiques et théoriques, de mes déboires et des joies éprouvées dans la vie scientifique et dans la recherche.

Indisciplinée, mon rapprochement de l’approche indisciplinaire (qui ne veut pas dire dissipée) de Laurent Loty, s’est fait ainsi naturellement, car l’indisciplinarité est « utile, pour la liberté, pour la découverte, pour la création, pour l’affirmation de valeurs qui dépassent largement les domaines de la recherche et de l’enseignement, à moins que recherche et enseignement ne soient conçus comme ce qui participe à une dimension culturelle fondamentale pour nos modes de vie en société »5.

Je m’inspire donc constamment de cette approche, qui me parait libératrice, et dans cet élan de partage ma voie rencontre celle de Vanina Mozziconacci, qui m’introduit au paradigme (rusé et fascinant) de la chercheuse bandita (conceptualisée par Linda Singer) qui n’a pas peur de se salir les doigts avec des sweaty concepts6 (Sarah Ahmed). Être une bandita c’est donc

Jouer avec les restes7 des hommes morts, piller sans pitié, prendre ce qui est nécessaire et laisser le reste. La bandita recycle ces restes, plutôt que de les refondre en objets d’exposition reliquaires, sous verre, protégés de la profanation […] Les restes recyclés font une carte différente, et marquent de nouvelles intersections entre les discours, les disciplines, les formes de « savoir ». […] Tous les chemins ne sont pas les bons. Il y a digression, indirection […] La bandita va vite. Elle doit le faire. Souvent, cette vitesse fonctionne à son avantage, il y a tellement de terrain à couvrir. Il y a des choses qu’elle ne fait pas, et des choses qu’elle rate en cours de route. Mais même si elle se déplace seule ou en petits groupes, le rythme de sa progression n’est pas entièrement déterminé par elle-même, bien qu’il soit déterminé par ce qu’elle poursuit, et ce qui la poursuit […] Les banditas prennent des risques, et malgré leur réputation bien méritée de bravoure et d’effronterie, elles ont aussi parfois peur.8

Monument en hommage à Sofia Bluvshtein (bandita admirée) au cimetière Vagankovo de Moscou

Dans ce contexte, faire de la recherche un terrain d’expérimentations de possibles, sans faire des mausolées la demeure des savoirs ni craindre les transgressions disciplinaires, mais plutôt en veillant à invoquer différentes formes de contribution qui enrichissent la recherche, eh bien, c’est aussi un gage de scientificité. Mais, comment s’aventurer, collectivement, dans cette voie ? Une des pistes intéressantes serait de passer par l’écriture créative et d’intégrer des moments où l’on peut rendre compte, rapporter. Or, si nous considérons les savoirs (académiques et profanes) comme des processus, toujours en cours de (trans)formation, alors ne livrer que le résultat final fait perdre beaucoup trop de données importantes. Cette perte (ou masquage) d’informations peut aussi être une stratégie qui vise à maintenir l’ordre du discours et à n’ouvrir l’accès qu’à un nombre restreint d’élu.e.s : elle va donc à l’encontre de la démocratisation des savoirs. Alors, oui, rapporter ; mais quoi ? D’un côté, rapporter ou raconter brièvement le contexte de recherche et de rédaction dans les publications scientifiques.9 D’un autre côté, dévoiler dans l’introduction de la thèse la manière dont nous composons la recherche avec la vie personnelle, les discussions formelles et informelles avec des pair.e.s et des personnes éloignées de notre étude…. En indiquant aussi les difficultés dans le parcours de recherche (financement institutionnel ou pas, jeunisme, validisme, reconversion, vie de famille et vie scientifique, rattachement institutionnel, accès au terrain et à des conditions de travail, rapports de genres…). Il y a tellement d’éléments contribuant à la réflexion méthodologique et théorique qui ne sont pas d’ordre académique, que leur mise en lumière servirait aussi à prolonger le dialogue et le tissage des savoirs et des savoirs-faire. Ceci me semble important puisque la course à la perfection, ou au moins sa mise en scène, dénature le propre de la recherche. Or, c’est dans cet espace d’expérimentation (qui est avant tout humain ou social, ou en tout cas pas qu’uniquement académique ou institutionnel) que l’on fait ce qu’on appelle les Sciences. Un espace où l’on cherche, où l’on s’aventure, où l’on s’émeut, où l’on vit intensément la découverte qui se fait aussi grâce aux échecs, aux doutes, aux tâtonnements et au repérage des fausses routes pouvant nous éloigner des savoirs critiques et émancipateurs.

Merci à Marie, Adèle, Camille et Caroline pour leur relecture et leurs si précieuses corrections/suggestions.

Citer cet article : Marys Renné Hertiman, "​Devenir Bandita, entre indisciplinarité, bricolage et mise en commun", dans Les Jaseuses, publié le 01/04/2021, https://lesjaseuses.hypotheses.org/2584, consulté le 30/06/2022.

Pour écouter cet article lu à voix haute par une jaseuse :

1Par regard situé j’entends la notion développée par la standpoint theory, mais j’entends aussi les points de vus revendiqués neutres et universels.

2Une des perspectives qui a émergé de cette discussion était que ledit syndrome de l’imposteur relève d’un mécanisme structurel, qui touche une grande partie de la population qui se sent (ou qui est) délégitimée. Parce qu’un syndrome relève plutôt d’une situation clinique propre à un groupe d’individus et non pas à un.e statut / condition / situation provoqué.e par l’action d’un groupe puissant sur un groupe que l’on a inhabilité, l’expression « phénomène de l’imposteur » serait plus appropriée.

3Leïchlé, Mathilde, « Plus vite, plus haut, plus fort – mais seule ? Sociabilité en milieu universitaire et injonction à la compétition », in Les Jaseuses, 13/06/2020, https://lesjaseuses.hypotheses.org/1326.

4Par communication, j’entends le sens dérivé de : « Mettre ou avoir en commun, avoir part, partager, participer de quelque chose, être en rapport mutuel, en communion avec quelqu’un, transmettre, propager, faire partager ». Bornandcécile Leguy, Sandra, et Cécile Leguy. « Chapitre 2 – Différentes manières d’appréhender la communication », , Anthropologie des pratiques langagières. sous la direction de Bornand Sandra, Leguy Cécile. Armand Colin, 2013, pp. 43-72.

5Loty, Laurent. « Pour l’indisciplinarité », The Interdisciplinary Century; Tensions and convergences in 18th-century Art, History and Literature, edited by Julia Douthwaite and Mary Vidal, Oxford, Studies on Voltaire and the Eighteenth Century 2005:04, Voltaire Foundation, 2005, p. 245.

6Mozziconacci, Vanina, « Faut-il être femme pour philosopher ? », La Vie des idées, 1er septembre 2020. ISSN : 2105-3030. URL : https://laviedesidees.fr/Faut-il-etre-femme-pour-philosopher.html

7Suite à sa relecture de ce texte, Adèle Cassigneul me présente l’article de Barbara Cassin « Le désordre philosophique » (Les Cahiers du GRIF, n°46, 1992) qui reprend également l’idée des restes comme matière première pour (re)construire d’autres formes de savoirs : « nous philosophons toutes en muant, remuant, mélangeant les sensibilités, les aperceptions, les contacts avec les phénomènes, les bouts d’existence et les mises entre parenthèses, que les pensées nous sont d’autres, bouts d’existence et de mises entre parenthèses, que nous croisons, corsons, rasons les genres et les styles. Les styles ne nous sont pas constitutifs, ne sont pas pour nous ou par nous constitués. Nous ne savons ni ne voulons respecter l’ordre des styles. » (Cassin, 1992 : 14).

8Singer, Linda, Erotic Welfare: Sexual Theory and Politics in the Age of Epidemic, London, Routledge, 1993, p. 23-24. Traduction personnelle.

Texte original : ”What does the trope of the bandita imply ? Playing with the remains of dead men, ruthless pillaging, taking what’s needed and leaving the rest. The bandita recycles these remains, rather than recasting them as reliquary objects of display, under glass, protected from desecration […] The remains recycled make a different map, and mark new intersections between discourses, disciplines, forms of “knowledge”. […] Not all routes are the right ones. There is digression, and indirection, […] The bandita moves quickly. She has to. Often this speed works to her advantage, there is so much ground to cover. Sometimes not, and something is missed along the way. But even though she moves alone or in small bands, the pace of her progress is not entirely self-determined, although it is determined by what she is pursuing, and what is pursuing her […] Banditas take risk, and despite their well-deserved reputation for bravery and brazenness, they also get scared sometimes”.

9On trouve de merveilleux exemples dans les ouvrages F. d’Almeida et D. Maréchal (dir.), L’histoire orale en questions, Bry-sur-Marne, INA éditions, 2013 ; B. Mésini, J.-N. Pelein et J. Guilhaumou, Résistances à l’exclusion. Récits de soi et du monde, Aix-en-Provence, PUP, 2004 ; et S. Lécossais et N. Quemener (dir.), En quête d’archives. Bricolages méthodologiques en terrains médiatiques, Bry-sur-Marne, INA éditions, 2018.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.