Chantal Montellier, explorer l’Enfer en tous sens

J’ai la volonté, la curiosité, d’explorer l’Enfer en tous sens. Le petit monde de la bande dessinée en fut, semble-t-il, choqué et effrayé (La reconstitution, p. 243).

Cette notice je devais la faire depuis plus d’un an, quand je suis arrivée chez Les Jaseuses. Pourtant, j’ai supprimé plusieurs brouillons, j’ai effacé des bouts par-ci et par là, j’ai recommencé, j’ai fait de nouvelles versions qui s’accumulaient dans un dossier de mon ordinateur intitulé sobrement Chantal Montellier. Pourquoi m’est si difficile parler d’elle ? Parce que durant un an, nous étions très proches, nos discussions étaient très rapprochées (il ne se passait pas une semaine sans que nous échangions au téléphone ou par mail) et parce que parler des personnes qui ont contribué à notre évolution comme individus, n’est pas chose aisée. Si aujourd’hui nous ne sommes plus proches, c’est parce que nos épistémologies et nos tempéraments ne sont plus compatibles. Ceci dit, ce texte vise à présenter de la manière la plus respectueuse possible, le portrait d’une artiste profonde et complexe. Alors, je veille à raconter son histoire en invoquant ses mots, non pas dans une posture ventriloque, mais bien, en assument ma position d’observatrice chargée de subjectivité. Artiste multiple, Chantal Montellier s’inscrit dans l’histoire du neuvième art comme la première dessinatrice de presse politique et comme l’une de pionnières de la BD française. Mais elle n’est pas que cela. Voici donc son portrait :

Le miracle de la salamandre1

Jusqu’en 1968, quand on me demandait ce que je voulais faire plus tard, je répondais avec le plus grand sérieux : peintre maudit ! Après 68, je m’imaginais plutôt dans l’agitprop2 […] Je ne savais pas encore très précisément quelles idées je voulais diffuser par le biais du dessin, mais je savais quelle révolte m’animait. […] Le dessin de presse et la bande dessinée […] me semblaient les plus indiqués pour faire MA révolution. Les femmes y étaient-elles scandaleusement absentes ? Une raison de plus pour y faire l’entrisme3.

Née dans la Loire un 1er août 1947, vers 8 heures du matin, Chantal Montellier grandit au sein d’une famille issue, d’un côté, de la bourgeoisie locale et de l’autre, du milieu ouvrier. Les rapports qu’elle entretiendra avec sa famille sont difficiles, et vont marquer sa « rage » vis-à-vis des bourgeois.e.s. Sa relation avec son père la hantera jusqu’au décès de celui-ci : « aujourd’hui, devant son cadavre, je peux enfin parler et tout dire, sans qu’il puisse me faire taire, et peut-être que de là où il est, il m’entend enfin ? ENFIN ! » (p. 24). Sa relation avec sa mère était aussi fragile, mais d’après son analyste, il semblerait que, malgré tout, ce soit sa mère la personne qui l’a le moins traumatisée (Montellier, 2014 : 27). Son enfance a été marquée par un contexte extrêmement difficile qui a grandement influencé son œuvre. Voulant présenter l’artiste qu’elle est, en dehors de tout déterminisme sociologique, je ne vais pas m’attarder sur les événements difficiles de sa vie intime ou familiale. Toutefois, Montellier assume entièrement la part biographique de beaucoup de ses œuvres, et je vous laisse le soin de l’ausculter comme vous le voulez.

On peut tracer l’émergence d’une vocation dès son enfance :

Je crois avoir appris à dessiner en recopiant les figurines imprimés sur les pochettes des patrons, c’est-à-dire des modèles en ‘papier fort’ d’après lesquels on taillait un vêtement (p. 68).

Mais la légende autour d’elle indique que, dès ses huit ans, elle échangeait ses dessins très réalistes contre des bonbons. Pratique qui se maintiendra jusqu’à sa professionnalisation, échangeant son travail contre de l’argent (le propre à tout travail rémunéré) et avant ça, durant ses études, troquant des dessins érotiques contre des dissertations… Au collège, elle se découvre une passion envers les saint.e.s et les martyr.e.s qui emplissaient les hagiographies présentées dans l’enseignement religieux de son institution. C’est aussi à cette période, qu’elle fait la découverte de l’œuvre de Suzanne Valadon, qui retient sa complète fascination :

Grâce à ‘Suzanne la folle’, mon goût pour le dessin s’accentua et devint plus qu’un jeu sans conséquence. Il se changea en passion, en vocation. Si la ‘fille de rien’ avait pu devenir une grande artiste, une femme d’exception, alors pourquoi pas moi ? (p. 78).

Cette fascination pour des sujets concernés par la souffrance, la lutte pour la justice et la passion semble être un intérêt avant-coureur de ce qui viendra construire son œuvre artistique. C’est pourquoi, on peut comprendre que durant son adolescence son admiration porte sur des figures tourmentées.

Le misérable Soutine couvert de plaies, la scandaleuse Valadon, voilà, avec le Christ, quelles étaient mes idoles à 14-15 ans, alors que tous les jeunes de mon âge n’avaient d’yeux et d’admiration que pour les yéyés : Sylvie, Eddy, Johnny, Sheila… « Salut les copains ». Je n’en tire pas gloire, je m’en étonne plutôt. (p. 86).

De 1962 à 1967, elle se forme à l’école des Beaux-Arts de Saint-Étienne, première école des Beaux Arts française à cette époque. C’est au sein de cette institution que Chantal Montellier observera le travaux de Mireille Porte (ORLAN) mais gardera une impression de cette artiste basée plutôt sur sa personne que sur son travail : « plutôt belle, snobant tout le monde, bourgeois compris […] Mireille se voulait inabordable » (p. 89). Ses rapports avec ses enseignant.e.s (parmi lesquels on trouve Madame Claveloux ; mère de la dessinatrice Nicole Claveloux) et ses camarades étaient plus au moins distants. Montellier s’attardait plutôt à sa formation et à essayer de traverser son contexte familial compliqué.

Histoire Express

En 1967, après avoir obtenu son certificat d’aptitude à une formation artistique supérieure, elle part en stop, pour le Sud de la France où elle se découvre habile à l’exercice des crayeur.e.s de rue [qui] « arrivent juste après les beatniks et bien avant les tagueurs et autres graffeurs du hip-hop ; qui explorent, eux, ‘le champ visuel de la verticalité urbaine’ » (p. 101). Cette expérimentation annonce le début de son insurrection artistique, qui va à l’encontre de sa formation aux Beaux-Arts, et qui exigeait d’elle une approche extrêmement classique. Peu après, emportée par la vague fébrile de mai 68, Chantal Montellier trouve dans la politisation un nouveau sens à sa vie :

je naissais (enfin !) à la politique, découvrais des mots, des concepts : capitalisme, classes sociales, conscience de classe, forces productives, rapport de production, exploitation de l’homme par l’homme, plus-value, profit, aliénation… […] Je découvris aussi de nouveaux noms, inconnus jusque-là : Marx, Engels, Lénine, Staline, Trotsky… Les communistes devinrent mes nouveaux héros. Des sauveurs ! (p. 111).

Parmi ses expérimentations artistiques, on trouve un passage éclair par le monde théâtral. Elle joue dans deux spectacles montés par Alain Françon en 1971, Fin de partie de Samuel Beckett (elle interprétait Nell), et Monsieur Bonhomme et les incendiaires de Max Frisch (où elle interprétait une bonne). Parallèlement à son travail artistique, Chantal Montellier entame une brève carrière dans l’enseignement secondaire en tant que Maîtresse auxiliaire de dessin d’art (de 1969 à 1973). Ne se sentant pas dans son élément, elle démissionne de ses fonctions pour se consacrer pleinement à sa production artistique et politique.

Sous pression

Sa carrière dans le dessin de presse et la bande dessinée commence au début des années 1970. Son projet artistique, politique et professionnel consistait à « rendre visible l’invisible, rien que ça » (p. 138). Ses premiers dessins de presse apparaissent dès 1972 dans la revue Combat syndicaliste de la Confédération Nationale du Travail (CNT).

Je n’avais pas conscience en publiant mon premier dessin sur le Nuevo Diestro que je devenais ainsi une pionnière du genre, jusque-là et depuis toujours, entièrement dédié à la gente masculine (p. 143).

Parmi les titres de presse où elle a travaillé on trouve : Politis, L’Humanité, L’Unité, La Nouvelle Critique, Maintenant, Le Monde, L’Autre Journal, Marianne, France nouvelle ou encore Révolution. Depuis quelques années, elle publie régulièrement dans le blog de Paul Jorion des dessins qui se revendiquent contestataires. L’ouvrage Sous pression (Pop’com/Graphein, 2001) est un recueil où l’on peut observer ses travaux pour la presse politique dès 1971 jusqu’en 2001.

L’esclavage c’est la liberté

En 1972, Chantal Montellier expose ses toiles au Salon de la jeune peinture du Grand Palais. Cette grande exposition ne comptait que sur la présence de deux femmes, elle et Claire Bonnafé. Évoluer dans un milieu masculino-centré étant donc la norme, cette situation ne la changeait pas des autres secteurs qu’elle a intégré, notamment la BD.

Parmi ses premières bandes dessinées, on remarque « Consultations gynécologiques au lendemain de la loi Veil » dans les pages de L’Unité, hebdomadaire de divers gauches, dont la rédactrice en chef de l’époque était Nicole Chaillot et le directeur Claude Estier. Cette BD-reportage, publiée le 28 février 1975, autour de la non application de la loi Veil dans les hôpitaux de France, avait été refusée par son employeur principal, l’hebdomadaire L’Humanité Dimanche, où Montellier s’était initiée en tant qu’illustratrice des articles de la journaliste Marie-Louise Courdec. Censurée, elle s’est donc donné pour objectif l’éveil des consciences : « Mon but à moi n’était pas de caricaturer à outrance, de ridiculiser mes modèles, mais plutôt de mettre en image les rapports de classes, d’exploitation, de domination et leurs conséquences » (p. 175).

Peu de temps après, elle s’implique de plus en plus dans la création des bandes dessinées, et c’est en proposant sa BD Jean, scénarisée par Alain Scoff, à la revue Charlie Mensuel (dont le rédacteur en chef de l’époque était Wolinski) qu’elle entame son métier de bédéaste (terme qu’elle emploi pour se désigner). Cette collaboration va donc la faire intégrer le réseau du neuvième art, d’ailleurs, ce sera Wolinski qui va l’adresser à Guy Peellaert, pour remplacer son assistante, la dessinatrice Liz Bjl. En tant qu’Assistante de Guy Pellaert, Montellier participera à la création de la pochette de l’album It’s Only Rock ‘n Roll (1974) des The Rolling Stones. Cela sera leur unique production commune.

La femme aux loups dans la fosse aux serpents

Le moment qui marquera un avant et un après dans le travail bédéïste de Chantal Montellier est sa participation dans la revue Ah ! Nana. Ce travail s’esquisse en 1976, quand elle rencontre Anne Delobel (coloriste et lettriste d’Adèle Blanc-Sec jusqu’en 1978). C’est Delobel, qui à l’époque travaillait en tant que secrétaire aux Humanoïdes associés, celle qui la « recrute » pour ce nouveau projet de bande dessinée. Il s’agissait de participer à une revue conçue entièrement par des femmes, ayant pour nom Ah ! Nana4 et dont la rédactrice en cheffe était Janic Guillerez (aussi orthographie Janick Dionnet). Cette revue iconique, sous fond de revendication féministe, regroupera les travaux contestataires (articles et BD) de Nicole Claveloux, Trina Robbins, Cecilia Capuana, Aline Issermann, Paula Jacques, Liz Bjl, Victoria Thérame, Florence Cestac, Sotha, Keleck, entre autres. Pour Ah ! Nana, elle signera notamment la création de la BD Andy Gang, en référence à la brigade antigang et dont le héros a été inspiré de Roger Marchaudon, un brigadier « connu pour ses bavures aussi fréquentes qu’impunies » (p. 197). Son contenu étant associé à de la pornographie (car la revue traitait des sujets comme la pédophilie, l’inceste, la libération sexuelle ou encore les relations non hétéronormées), conduit à la censure de la revue, qui se verra interdite de publication dans les espaces grand public. Cette censure signe le coup d’arrêt de la revue, ce qui n’entraîne pas l’arrêt de Chantal Montellier qui avait déjà commencé à publier ses BD dans Métal Hurlant. De ces premières expériences vont suivre d’autres collaborations aussi régulières dans les revues (À suivre), d’où l’on retient sa série Julie Bristol, et Psikopat.

Nostalgique de l’Art avec un grand A, je poursuivais tout de même mes travaux de dessinatrice de BD…, p. 227.

Chantal Montellier n’est pas que dessinatrice de BD, elle est aussi peintre et romancière. Sa maison, est habitée non seulement par elle, son mari, ses chats et son élevage d’escargots, mais surtout par une quantité impressionnante de ses œuvres (ainsi que de ses projets en cours, achevés ou non finis), qui n’est qu’une petite partie de ce qu’elle a pu produire5. De son portfolio bédéïste, je retiens notamment les albums 1996, Blues, Odile et les crocodiles, Les damnés de Nanterre, Tchernobyl mon amour, Le Procès (d’après Kafka), L’Inscription et La reconstitution. Ces travaux, peuplés par des personnages (notamment féminins) forts, livrent une vision très critique de la société, dont le dessin réaliste et les jeux atmosphériques (de l’anthropie à la dystopie), tendent à déstabiliser le lectorat. Cette forme d’insurrection discursive est propre à Chantal Montellier (on pourrait même parler d’un style montéllierain) et dépasse les frontières de la esthétique pour se placer au niveau d’une forme d’action politique.

Voyages au bout de la crise

La relation qu’entretient Chantal Montellier avec la bande dessinée est ambivalente et à l’image de son expérience à l’intérieur de cette industrie. Elle a publié une vingtaine de bandes dessinée, dont la plupart ont marqué l’histoire du neuvième art européen, mais ses prises de position et une certaine agressivité6 lui ont valu beaucoup de détracteurices : « Je jouais à la bédéaste, mais les figures de Soutine, Francis Bacon et quelques autres me hantaient. Les grands brûlés de l’art étaient ma famille, contrairement aux fabricants de strip » (p. 226). Se considérant ostracisée, certain.e.s professionnel.le.s du livre m’ont précisé que la principale difficulté qu’iels rencontrent auprès d’elle c’est sa résistance vis-à-vis des positionnements qui ne vont pas dans son sens (que ce soit sur des sujets d’ordre politique ou esthétique), et surtout son caractère intempestif, pouvant la conduire à quitter abruptement un événement. Ayant été en présence de quelques une de ces situations, les ayant même subi, je comprends que la violence qu’elle manifeste découle d’un manque de reconnaissance (institutionnel et affectif). Toutefois, cette critique qu’on lui assène constamment est propre à la structuration genrée des sociétés patriarcales qui dévalorise la violence des femmes et des personnes qui s’identifient à ce terme, tandis qu’elle sera valorisée chez les hommes, à qui on attribue des adjectifs en lien avec la puissance et l’autorité. Mais la situation autour de Montellier est plus complexe que des rapports tendus dans une industrie, où presque tout le monde se connaît. La situation est d’autant plus compliqué en ce que Chantal Montellier peut reproduire ce qu’elle critique, voire ce qu’elle dénonce, auprès même de ses plus proches et fidèles collaborateurices ou compagnes/compagnons de route. Ainsi, le prix Artémisia (organisé par l’association éponyme), créé à l’initiative de Marie-Jo Bonnet, Jeanne Puchol et Chantal Montellier, expérimente des conflits internes qui conduisent régulièrement à la dissolution des membres de son jury (passant d’une formation originelle qui revendiquait sa non-mixité durant les premières années, vers une parité du jury7). Si les dysfonctionnements de cette association contribuent à la représentation que se fait l’industrie de la BD sur Chantal Montellier, cela ne devrait pas faire sous-estimer sa mobilisation pour la valorisation des femmes dans la bande dessinée. Or, jusqu’à ce jour, le prix Artémisia reste la seule initiative en France qui œuvre pour faire reconnaître une œuvre produite par de créatrices de BD et en récompense, l’association s’engage à produire des événements culturels autour de ses lauréates (rencontres, dédicaces et expositions).

La reconstitution

Écrire cette notice (qui n’en est pas une) sur Chantal Montellier était une contrainte que je m’étais imposée et où plusieurs émotions se sont croisées. Des souvenirs douloureux vis-à-vis d’une personne qu’on admire mais qu’on quitte brutalement, mais aussi un apaisement qui survient suite à la prise de recul et à l’observation, rétrospective des rapports qu’on peut entretenir avec une personne, avec son œuvre et avec l’influence qu’elle a pu avoir dans nos vies. Chantal Montellier et moi ne nous parlons plus, mais je la comprends mieux aujourd’hui et jamais je ne pourrais amoindrir l’importance qu’elle a dans l’histoire de la BD. Elle a ouvert la voie à beaucoup de créatrices, qui voient en elle ou en son travail un modèle à suivre ou qui ont bénéficié de son soutien à la production bédéïste des femmes. De ce fait, Montellier reste sans conteste l’une des principales actrices du neuvième art français.

Chantal Montellier, corpus et sources

Pour aller plus loin :

1Les intertitres correspondent aux titres de certaines de ses œuvres.

2Département pour l’agitation et la propagande du Parti communiste de l’Union soviétique. À ce propos, voir Romain Ducoulombier, « L’agit-prop communiste. La propagande et son efficacité », ANR PAPRIK@2F, 28 mai 2014 [en ligne: http://anrpaprika.hypotheses.org/2178]

3Chantal Montellier, La reconstitution, livre 1, Mouthiers-sur-Boëme, Actes Sud – l’An 2, 2014, p. 9. Sauf mention contraire, les citations sont issues de ce livre.

4Sur l’histoire de la revue Ah ! Nana, voir : Talet Virginie, « Le magazine Ah ! Nana : une épopée féministe dans un monde d’hommes ? », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés, 24 | 2006, En ligne depuis le 1er décembre 2008, URL : http://journals.openedition.org/clio/4562 ; DOI : https://doi.org/10.4000/clio.4562 ; Delaborde, Blanche, « ah ! nana : les femmes humanoïdes », Neuvième art 2.0, (dossier « Les années Métal Hurlant »), janvier 2006. En ligne. URL : neuviemeart.citebd.org/spip.php?article128 et Servin, Lucie, « Ah ! Nana, l’histoire d’une censure », Association Artémisia, 8 mars 2012. URL : https://associationartemisia.wordpress.com/2012/03/08/ah-nana-lhistoire-dune-censure/

5Beaucoup de ses archives ont été perdus dans des déménagements ou suite à des ventes, voire des prêts.

6Lors d’une de nos discussion, elle me précisera que cette agressivité résulte d’un réflexe d’autodéfense qu’elle a développé suite à des situations où elle a peur ou se sent en danger.

7À ce propos, cf. : Hertiman, Marys Renné, La valorisation du travail des femmes dans la bande dessinée : entre médiation, remédiation et mobilisation. RELIEF – Revue Électronique de Littérature Française, 14(2), 2020 pp.60–72. DOI: http://doi.org/10.18352/relief.1095. Voir aussi : Jérôme Briot, « Artémisia défend la bande dessinée au féminin « , entretien avec l’association Artémisia, 25 novembre 2007. En ligne. URL : https://www.bdgest.com/news-234-BD-artemisia-defend-la-bande-dessinee-au-feminin.html

Pour citer cet article : Marys Renné Hertiman, "Chantal Montellier, explorer l’Enfer en tous sens", in Les Jaseuses, 07/04/2021, https://lesjaseuses.hypotheses.org/2564.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search