Avril 2021 : Chercheur·ses bandits, féministes violent·es, amoureux·ses indécis·es, et on brûle les CV

Les Jaseuses ont deux ans.

Il y a deux ans, nous étions encore les Parleuses, et puis il y a deux ans, nous n’étions pas toustes là, nous étions moins nombreux·ses, moi par exemple je ne faisais pas encore partie de ce nous-là, ni elle ni ellui non plus, mais elles par contre étaient parmi les premières je crois. Nous n’étions pas les mêmes, nous avons changé chacun·e de notre côté et puis toustes ensemble, les “je” et le “nous” ont grandi et se sont transformés. Alors on s’est demandé ce qui valait la peine d’être dit, ce qui s’était fait tout seul et ce qui n’était pas évident, ce qui méritait qu’on organise des réunions en visio, des groupes de travail et des partages de documents.

Bien sûr nous changeons toustes en permanence. Je ne suis pas la même qu’il y a deux ans, et toi non plus, c’est évident. Je pense souvent à la moi de 18 ans et à tout ce que j’ai appris, construit, déconstruit et reconstruit depuis que je ne suis plus elle. Probablement que la moi de 18 ans savait un peu mieux se présenter en deux-trois mots comme sur le CV. Probablement que c’était pratique et un peu plus confortable, mais finalement ça ne disait déjà pas grand chose de nous : comme toute le monde, on change tout le temps, on est fluide(s), multiple(s), pluriel·le(s), et les cases et les CV sont vraiment trop claustrophobiques pour nos identités brûlantes, nos constellations, nos cartes astrales et nos personnalités arborescentes.

Dans un groupe à vocation non-excluante, comment nous présenter individuellement sans nous ratatiner nous-mêmes et puis les un·es les autres ? Dans un collectif de chercheur·euses, comment embrasser nos multitudes, comment expliciter les mille façons dont on cherche, recherche, se cherche, et puis parfois aussi, dont on (se) trouve ? Dans un chœur à mille voix, comment dire l’harmonie et la sororité sans gommer la spécificité des parcours, des difficultés, des identités, des conditions de vie et de travail ?

Pour notre deuxième anniversaire, je nous souhaite de continuer à chercher des réponses et des solutions. Je nous souhaite de continuer à creuser, à nous poser mille questions, à nous regarder, nous écouter les un·es, les autres. Je nous souhaite de nous remettre en question, de nous tromper, de changer de direction et aussi de réécrire nos présentations, nos chartes ou nos manifestes aussi souvent qu’il le faudra. Je nous souhaite de continuer à pousser, muer, muter, grandir et à ne jamais nous fixer. Je souffle sur deux bougies virtuelles et je nous souhaite de continuer à déborder joyeusement de toutes les cases et de tous les CV.

Caroline Dejoie


Traductions

Une nouvelle rubrique est née sur le carnet ! On y publiera des textes de différentes natures — essais militants ou scientifiques, poèmes, récits… — écrits ailleurs que dans les domaines francophones, dont nous proposons une traduction sur le carnet avec l’accord des auteur·ices. Aurore Turbiau ouvre la danse avec un texte qu’elle a elle-même écrit initialement en espagnol pour la revue La Alcaparra, « revue combative » de réflexion et création littéraire, à propos des caprices et de la violence des féminismes (en ligne).

Cartes blanches

Camille Islert publie une carte blanche sur le carnet : « “Choisir son camp” : Réflexions sur les bisexualités/pansexualités ». Ce texte important revient sur les multiplicités des vécus bi/pansexuels et appelle à se rassembler, se parler, pour gagner en visibilité et politiser les identités bies et pans.

 

Marys Hertiman parle ouvertement de son travail de recherche, partage ses questionnements, ses doutes, elle tâtonne, bricole parfois, dévoile les coulisses, assume sa subjectivité et ne privilégie pas toujours “les grands Auteurs” dans ses citations. Cela suffit à faire d’elle une rebelle dans l’enseignement supérieur. Elle embrasse cette étiquette dans sa carte blanche “Devenir bandita : entre indisciplinarité, bricolage et mise en commun”.

Podcasts des Jaseuses

Les épisodes de Pétrichor, notre podcast tout doux qui rassemble nos petits remèdes pour aller mieux, continuent d’arriver doucement sur le carnet, notre chaîne Youtube, notre Instagram et plusieurs plateformes de podcasts (Spotify, Deezer, Apple Podcast). Pour le moment, on y parle de danser dans son salon, on lit des carnets de gratitudes, on dessine, on se masturbe, on repense à de vieilles amitiés et à David Bowie, on invente des histoires pour s’endormir, on rêve de quitter Paris…

Un jour une jaseuse

Marys Hertiman dresse un portrait de la bédéaste Chantal Montellier. Le texte dit aussi la richesse et la complexité des liens pouvant se tisser entre un·e chercheur·se et son “sujet” d’étude quand ce sujet s’avère être une personne que l’on connaît, que l’on fréquente, et avec laquelle on établit évidemment une relation de “sujet à sujet”.

Club de lecture

Le prochain club de lecture des Jaseuses est un peu particulier… Mercredi 28 avril à 14h (heure française), on parlera à nouveau de “constellations créatrices” : quels outils ? quelles méthodes ? comment gérer l’interdisciplinarité, comment naviguer dans les nébuleuses ? La séance participera à la préparation de la publication des actes du colloque prévue l’an prochain. Tout le monde est bienvenu·e et nous enverrons des documents en amont pour lancer les discussions.
Inscription gratuite et obligatoire par ici.


⚡ On jase aussi par ici

:pousse: Caroline Dejoie parle de la pratique de l’artiste Ana Mendieta sous un angle éco-queer dans le troisième magazine collaboratif créé par Les Sous-Entendues, dédié à l’écoféminisme.

:jongleuse: En tandem avec Elsa Cavalié, Adèle Cassigneul explore la représentation visuelle des fantômes dans le roman Expiation d’Ian McEwan. Leur article, “Making Us See the Ghost: Ian McEwan’s Expressive Visual Style”, est à retrouver dans le volume collectif Reading Ian McEwan’s Mature Fiction: New Critical Approaches (PUN, 2020).

:planète_anneaux: Trois photographies d’Isaline Dupond Jacquemart sont parues dans le deuxième numéro de HIBOU, la revue murale de la Générale, coopérative artistique, politique et sociale. En passant dans le XIVème arrondissement de Paris, vous pouvez voir Le champignon de la fin du monde, Les veines de ce monde et Les crocs du post-monde. Trois photographies de sa série “Mum and the Garden: Chrysalis” ont aussi été accrochées à Le Studio dans le cadre de l’exposition collective “Le Temps : Paradoxe et Illusions”… qui attend l’évolution des dispositions sanitaires pour ouvrir !

:ordinateur: Un article d’Aurore Turbiau est paru dans la revue de littérature comparée TRANS-, pour un numéro consacré au thème de l’anomalie. Elle y a parlé des œuvres de Monique Wittig, Christiane Rochefort et Josée Yvon : “Les straights de la gang imposent leurs anomalies”. Sur son carnet, autre sujet, elle a aussi publié quelques réflexions sur les environnements numériques de la rédaction de thèse : un peu de prosélytisme pour Ubuntu (contre les GAFAM !), et quelques retours d’expérience sur le logiciel Zettlr.

:filmer: Claire Salles animera une discussion avec Ovidie le vendredi 16 avril de 17h30 à 19h, aux côtés de Héloïse Van Appelghem pour la revue Traits d’Union. Elles aborderont la stigmatisation des femmes sexualisées et la (ré)appropriation des insultes, autour notamment des films Rhabillage (2011) et Là où les putains n’existaient pas (2018). Pour recevoir le lien de connexion : https://tinyurl.com/TUOvidie.

:image_encadrée: Dans le cadre du partenariat entre le musée d’Orsay et l’association AWARE, Mathilde Leïchlé retrace la vie de la peintre, sculptrice et graveuse Louise Abbéma.

:plume: Marie Allègre ouvre son site perso où elle partage ses autofictions, critiques créatives et poèmes en prose. Elle commence avec un texte très fort intitulé “Enfant naturel·le du patriarcat”.

:boum: Eva Belgherbi a rédigé deux billets d’humeur salvateurs : retrouvez Ouf ! et Où ? sur son carnet. Elle signe également un article “Expositions de femmes artistes en France : stop ou encore ?” qui lui permet de revenir sur l’intérêt ou non de ce type d’expositions et les enjeux qu’elles impliquent. On pourra écouter Eva parler de sculptrices-enseignantes du XIXème le vendredi 7 mai à 10h50 à l’occasion du colloque en ligne “Élèves et maîtresses : permanences et ruptures dans l’apprentissage des artistes femmes (1849-1924)”.

:deux_femmes_par_la_main: Manon Berthier proposera une communication intitulée “‘Something yet unnamed’, ou si le lesbianisme m’était conté : la puissance narrative d’une Cendrillon sortie du bal de l’hétérosexualité” dans le cadre du colloque “Fantasy et Féminismes : aux intersections du/des genres” qui se tiendra en ligne du 11 au 14 mai – informations et liens d’inscription à venir sur l’événement Facebook.

Ami·es des Jaseuses

:scintillements: L’Atelier Corps, genre, arts de l’association EFiGiES propose deux nouveaux ateliers ouverts à toustes et organisés par la Jaseuse Mathilde Leïchlé !
Dimanche 11 avril à 14h, un après-midi de rencontre, dégustation et écriture avec Anna Tje, artiste transdisciplinaire et co-fondatrice de la revue Atayé, autour de son projet Fruits du futur. Le lien pour s’inscrire est ici.
Mardi 13 avril à 18h30, une séance de rencontre, de pose et de dessin avec l’artiste Hélène Fromen, dont la pratique se situe à la rencontre du dessin, de la performance et de l’action in situ et collective. Pour participer à ce moment de “tendresse radicale collective”, c’est !

:feu: La dernière lettre de La vie matérielle, intitulée Toute feu toute flemme, est adressée à une Jaseuse. Une réponse, une correspondance partagée comme on les adore est peut-être à prévoir ? On en profite pour recommander l’abonnement à cette excellente newsletter féministe !

 


Plusieurs gros chantiers sont en cours chez les Jaseuses en ce moment : on réfléchit beaucoup à la manière dont on est perçu·es de l’extérieur, dont chacun·e se sent à l’intérieur aussi, comment nous présenter, quoi dire et comment le dire… En attendant, on vous remercie de nous lire et de nous soutenir. Prenez-soin de vous !

Conceptrices : Caroline Dejoie et Patrycja Toczek


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search