Réseaux de créatrices – études de genre et histoire de l’art

Organisatrice : Eva Belgherbi

En prolongement du colloque « Constellations créatrices : héritages et réseaux féminins / queer » organisé par les Jaseuses1 les 23, 30 janvier et 6 février 2021 et dans une volonté de valorisation des travaux menés par de jeunes chercheurs et chercheuses, cette séance de séminaire présente les recherches d’Ennio Grazioli (Université de Nanterre) et Franny Tachon (École du Louvre), au croisement de l’histoire de l’art, sociale et des études de genre. Ces travaux soulèvent aussi des questions méthodologiques : comment dépasser la compilation de biographies et penser le réseau ? Des œuvres matérialisent-elles cet aspect collectif ? Quels sont les rapports de ces collectifs aux expositions ?

 

Ilse Bing, « Autoportrait aux miroirs, Paris », 1931, épreuve à la gélatine argentique, musée des beaux-arts du Canada

 

 

Les femmes photographes au XXe siècle : enjeux de (re)construction des réseaux d’avant-garde parisiens entre 1925 et 1945.

par Ennio Grazioli

« Paris France, où nous étions toutes. C’était tout naturel pour nous d’être là.» Gertrude Stein répond en 1939 à la question que se posait encore le musée d’Orsay en 2015 (Où sont les femmes photographes?). Au début du XXe siècle, les femmes photographes sont à Paris. Considérées longtemps comme les grandes absentes de l’histoire de la photographie moderne, elles sont pourtant toutes au coeur des réseaux d’avant-garde parisiens. Majoritairement issues de l’immigration et venues d’Europe de l’Est, les femmes photographes trouvent leur place au sein des réseaux créatifs parisiens et sont même parfois à l’origine de bien des connexions intracommunautaires.

Masterant à l’Université Paris X Nanterre, Ennio Grazioli travaille depuis 2019 sur les femmes photographes au XXeme siècle sous la direction d’Aurélie Petiot. Il présentera cette année un mémoire intitulé  » Ilse Bing en historienne de l’art et critique de la photographie : le mouvement et la temporalité au coeur de la redéfinition des histoires de la photographie (1930-1990) ». Il est également membre de l’association culturelle Piapia depuis 2019 dans laquelle il est chargé des publics et de la médiation. A côté, il pratique la photographie en amateur et travaille autour de la question du corps et de l’identité @/eniluapski.

 

« Des expositions de femmes, pour quoi faire ? »
Aperçu du contexte historique, artistique et féministe français du milieu des années 1970

par Franny Tachon

« Des expositions de femmes, pour quoi faire ? »2 s’interrogeait la critique d’art Aline Dallier-Popper en 1976. Sous l’impulsion du Mouvement de Libération des Femmes (MLF), plusieurs collectifs de plasticiennes virent le jour à Paris, constituant ainsi des réseaux parallèles aux circuits officiels. Répondant autant au désir d’entraide artistique que de soutien moral, ces groupes s’attachaient à valoriser et promouvoir le travail des artistes femmes à travers des réunions et des expositions. Constellations aux logiques multiples voire contradictoires, ces regroupements laissaient entrevoir une cartographique féministe complexe, à la marge d’une scène artistique institutionnelle. C’est bien ce « tournant des années 70 »3 français que cette communication s’attachera à analyser à partir de l’étude d’archives, de témoignages et de chiffres.

Diplômée de l’École du Louvre, Franny Tachon a soutenu en 2019 son mémoire de recherche en muséologie, intitulé « Les trois premières manifestations du groupe Dialogue : “Des expositions de femmes, pour quoi faire ?” », sous la direction de Michela Passini et d’Emilie Bouvard. Elle a également participé, en tant que chargée de recherches, à l’exposition virtuelle « Les femmes artistes sortent de leur réserve » publiée sur le site du Ministère de la Culture en 2019. Membre de l’équipe éditoriale de la plateforme numérique Forme(s), elle rédige des articles critiques et réalise des entretiens avec des artistes contemporains français. Elle prépare actuellement le concours de conservateur du patrimoine à l’École du Louvre et à Sorbonne-Université.

 

La séance aura lieu en visio le samedi 27 mars à 17h30 et sera suivie d’un temps de discussion et d’échanges.

📩 Pour s’inscrire

 

Le lien Zoom sera envoyé la veille.

 

  1. Les vidéos du colloque sont disponibles sur la chaine Youtube des Jaseuses []
  2. Aline Dallier-Popper, « Des expositions de femmes, pour quoi faire ? », Opus International, n°58, février 1976, p. 95. []
  3. Elvan Zabunyan, « Histoire de l’art contemporain et théories féministes : le tournant 1970 », Cahiers du genre, 2007/2, n°43, p.171-186. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search