Mars 2021 : Bruits de douceur, Rire de la Méduse, et Susan Sontag

Un an après

Il y a quelques jours, en préparant une intervention sur la création de podcasts pour le séminaire Médiations culturelles et ludiques : des pratiques critiques pour une pédagogie émancipatrice de Marys Hertiman, j’ai réécouté l’épisode d’introduction de Nos Corps qui jasent. On y entend une porte qui se referme, de la pluie, un soupir et les applaudissements de 20h. J’ai réalisé comme ce premier confinement – temps rallongé, espaces rétrécis – était loin et combien le monde d’après dont on avait alors tant parlé était violent – des hommes blancs en couverture, toujours plus, toujours plus vite. Le premier confinement était une période de latence aigre-douce et étrange avant l’accélération de la machine. Un an après, le monde n’a vu advenir ni la fin du capitalisme, ni celle du patriarcat, du racisme, des inégalités.

Je n’ai pas fait de pain pendant le premier confinement. Je ne me suis pas mise au tricot et je n’ai pas appris de nouvelle langue. Mais, grâce aux Jaseuses, j’ai pu tenir. J’ai fait face aux injonctions contradictoires et au syndrome de la cabane. Nous avons fait face ensemble – rebondir, s’adapter, s’entraider – à ces vagues qui n’en finissent plus de s’échouer. Nous n’avons pas – encore – créé le monde d’après de nos espoirs, de nos colères et de nos rêves, mais nous l’imaginons – ensemble. Pour cet anniversaire que nous aurions préféré ne pas fêter, nous vous proposons de nouveaux voyages sonores. Vers la douceur, parce qu’il y en a besoin, avec Pétrichor. Et, bientôt, vers le monde d’après la fin du patriarcat.

Mathilde Leïchlé


Podcasts des Jaseuses

Nous sommes ravi·es de vous présenter Pétrichor, notre nouveau podcast fabriqué en collectif. On y a compilé des morceaux sonores de choses qu’on aime et qui nous font du bien, et on espère que son écoute sera aussi douce que l’a été sa fabrication. Rendez-vous le 16 mars pour découvrir les premiers épisodes !

 

L’équipe du podcast post-patriarcal s’est à nouveau retrouvée à La Générale les 6 et 7 mars pour continuer l’écriture des épisodes. Sans spoiler, on peut déjà vous dire que l’avenir sans patriarcat s’annonce à la fois doux et brûlant, joyeusement queer et évidemment révolutionnaire !

Club de lecture

Adèle Cassigneul a animé une très belle séance de club de lecture en ligne autour du texte d’Hélène Cixous « Le rire de la Méduse », paru en 1975 dans la revue L’Arc. Avec l’aide de Suzel Meyer, elle laisse sur le carnet une trace de cette lecture partagée.

Séminaire des Jaseuses

Dans le prolongement de notre colloque « Constellations créatrices », Eva Belgherbi organise une séance de séminaire intitulée « Réseaux de créatrices – études de genre et histoire de l’art » qui aura lieu sur Zoom le samedi 27 mars à 17h30. Au programme, les communications d’Ennio Grazioli (Université de Nanterre) : « Les femmes photographes au XXe siècle : enjeux de (re)construction des réseaux d’avant-garde parisiens entre 1925 et 1945 » et de Franny Tachon (École du Louvre) : « « Des expositions de femmes, pour quoi faire ? » Aperçu du contexte historique, artistique et féministe français du milieu des années 1970 ». Inscrivez-vous gratuitement ici.

 

Retrouvez sur le carnet un compte-rendu rédigé par Caroline Dejoie, à propos de l’atelier « Égalité filles-garçons : pour une éducation anti-oppressive » organisé et animé par Sarah Ghelam le mois dernier.

Un jour une jaseuse

Lucile Dumont réalise un portrait de Susan Sontag, aujourd’hui, pour notre rubrique mensuelle Un jour Une jaseuse.

 


⚡On jase aussi par ici

:œil: Lorraine Alexandre présente sa série « Généalogie du firmament – Portrait de Jean-Luc Verna à travers l’histoire de ses tatouages » dans le N°5 de La Peaulogie. Elle y mêle photographies et textes pour interroger l’image du corps comme langage formel pour construire son/identité(s).

:poing_levé: Camille Islert a publié un article puissant sur le club de Médiapart : « Imagine deux secondes, si le viol était interdit ». On l’a aussi entendue le 5 mars à propos de la contribution des femmes à l’histoire de la poésie française au XIXème siècle lors d’une table ronde dans le cadre du séminaire « Littérature, femmes, féminisme, genre, sexualités », organisé par Christine Planté et Damien Zanone au Center of Paris de l’Université de Chicago. Elle co-organise avec Lénaïg Cariou et Claire Finch la deuxième séance de ce séminaire, « Poètes femmes, femmes poètes, poétesses… que disent-elles et comment dire ? », qui aura lieu le 7 avril, en présence de Kiyémis, Marilyn Hacker, Rim Battal, Mia Brion et Liliane Giraudon.

:feu: Retrouvez un article de Sophie Benard dans Le Monde, à propos du livre d’Abram de Swaan « Contre les femmes ».

:plume: Marie Allègre propose un article en anglais intitulé « Virginia Woolf’s entanglement’s vs. Lacanian Psychanalytic Criticism' ». Elle y montre que certaines utilisations de concepts psychanalytiques obscurcissent voire contribuent à pathologiser la relation des personnages woolfien.nes au non-humain ainsi que les représentations non-anthropocentriques du monde.

:pelote: Luce Roudier lance une chaîne YouTube : L’Armoire aux Trucs. Le but de cette chaîne est de parler d’un peu tout : de la vulga littéraire of course, mais aussi… des films, des séries, du tricot (why not), un vlog d’écriture… et tout ce qui lui fera envie !

:appareil_photo_avec_flash: Isaline Dupond Jacquemart publie des photographies issue de sa série « Mum and the Garden: Chrysalis » dans la Revue (Feu). Ce zine, créé par Segadães Da Silva Fiona, est un projet éditorial collaboratif : une manière de voir les images photographiques comme une action collective. Elle est aussi intervenue au colloque du 4 et 5 mars de Philosophes aux Féminins avec une communication intitulée « Le concept d’autodéfense féministe chez Elsa Dorlin » autour de l’ouvrage Se défendre : une philosophie de la violence.

:jongleuse: Adèle Cassigneul propose une analyse croisée de Virginia Woold et Abbas Kiarostami pour la revue en ligne Textimage.

:marteau: Eva Belgherbi est intervenue lors de la « ‘Pioneering Women’ conference » sur les sculptrices britanniques du début du XXe siècle organisée par la Royal Society of Sculptors soutenue par le Paul Mellon Centre for Studies in British Art, le 10 mars (en ligne, en anglais). Sa communication est intitulée ‘From London to Paris: British women sculptors training and the Franco-British network in late 19th century’. Elle a aussi été invitée à présenter ses travaux de recherche sur les élèves sculptrices britanniques de Rodin par la Public Statues and Sculpture Association (PSSA) dans le cadre des « Online Talks : Discovering Women Sculptors » le 30 mars (en ligne, en anglais).

:livre: Marys Hertiman a participé au Congrès International UNICÓMIC XXIII. Sa communication (en espagnol), s’intitule « Voces y caminos de mujeres historietistas en Francia: carencias de la investigación académica y de la historia cultural », et s’intéresse au matrimoine du 9e art français, signalant par là un des angles morts de la recherche en bande dessinée. Cet événement multilingue est en ligne et chacune des communications reste accessible sur la chaîne Youtube du congrès (vous y trouverez également des discussions avec Emil Ferris, Jul’ Maroh et Marika Vila).

:plume_pointe_noire: On a pu entendre Aurore Turbiau parler de Christiane Rochefort dans l’émission « Toute une vie » sur France Culture. Vous pouvez retrouver « Christiane Rochefort (1917-1998) : L’écrevisse combattante » en replay ici, et la série d’articles d’Aurore à propos de Rochefort . Sur son carnet elle a aussi publié la première partie d’une présentation du roman post-patriarcal et apocalyptique de Françoise d’Eaubonne, Les Bergères de l’Apocalypse, qui en propose le résumé.

:ballon_foot: Retrouvez en ligne l’article de Lucile Dumont « Une lutte de terrain : Foot féminin partout, égalité nulle part » paru dans Panthère Première.

👯‍♀️ Margot Lachkar a inauguré une série de chroniques littéraires pour le magazine lesbien « Jeanne », intitulée « Un mois, un roman », avec l’analyse des affres de l’hétérosexualité et de la conversion au lesbianisme dans Apocalypse Bébé de Virginie Despentes. C’est à lire ici.

:poupées_russes: La production artistique de Aurore Le Ludec a inspiré une une exposition mettant en lumière les romancières du XXe siècle qui a commencé le 8 mars à la bibliothèque de la Sorbonne.

🎨 En 2020, dans le cadre de sa mission au musée d’Orsay, Mathilde Leïchlé a coordonné un partenariat avec l’association AWARE et la rédaction de quarante notices biographiques sur des artistes femmes du XIXe siècle présentes dans les collections du musée. Le premier texte, écrit par Julie Maraszak-Saunié, porte sur Eva Gonzalès et vient d’être publié ici.
Avec l’Atelier Corps, genre, arts (EFiGiES), Mathilde organise deux séances de rencontre et de pratique sur Zoom avec des artistes – une première avec Anna Tje le dimanche 11 avril de 14h à 17h30, et une seconde avec Helene Fromen le mardi 13 avril de 18h30 à 20h. N’hésitez pas à vous inscrire en écrivant à corpsgenrearts@gmail.com !

🌟 Adélie Le Guen a sorti un nouvel épisode sur ARTISTES MANIFESTES avec Emilie Blanc, docteure en histoire de l’art contemporain. Dans cette deuxième partie, sont présentés le parcours et les oeuvres des artistes Betye Saar (1926-), Yolanda Lopez (1942-) et Laura Aguilar (1952-2018). Chacune d’elles dévoilent une part de leur intimité et de leur identité qui marquent le Black Art Movement, le Chicano Art Movement ou les communautés gays et lesbiennes. Elle a aussi été interviewée dans le podcast The Talking Canvas réalisé par Federica Di Sario pour une discussion sur son travail d’écriture et sur l’art queer.

:sirène: Patrycja Toczek a publié une série de photographies intitulée « Crazy on You » et inspirée des années 70s avec la drag queen Diamanda Callas pour le magazine en ligne Fashion Grunge.

Ami·es des Jaseuses

L’exposition STRIKE A POSE, montée par Marion Cazaux et Chloé Lavigne, initialement prévue à l’Université de Pau, se réinvente sur Instagram !

On vous invite aussi à découvrir l’outil mis au point par le collectif Toutes des femmes, pour décoder les rhétoriques transphobes et y répondre. FAQ : Mythes et mensonges sur les personnes trans.


Merci à vous qui nous lisez, nous écoutez, nous suivez, nous soutenez d’une manière ou d’une autre. On vous envoie un peu de notre pétrichor à nous : du soleil et de la sororité !

 

Conceptrices : Caroline Dejoie & Patrycja Toczek


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search