Février 2021 : Colloques “entre copines”, questions de pédagogie, et bingo !

Samedi 6 février avait lieu la dernière journée du colloque « Constellations créatrices : héritages et réseaux féminins/queer ». Ces trois semaines de discussion ont été l’occasion d’explorer les liens horizontaux et verticaux – qu’ils soient admis, exaltés ou rejetés – tissés par les œuvres et les parcours artistiques des femmes* dans des domaines variés : cinéma, littérature, peinture, sculpture, performance. Centrées sur différentes époques et aires géographiques, les interventions et tables rondes ont permis de souligner la richesse et la complexité des rapports d’influence qui unissent ou opposent, rapprochent ou distinguent les réalisations artistiques des femmes/queer.
Les après-midi que nous avons passées ensemble ont permis de donner vie temporairement à l’objet même du colloque : le collectif, la filiation, la mémoire ont non seulement animé les discussions, mais aussi constitué le cœur de la réalisation et du déroulement de l’événement. C’est avec joie et émotion que nous avons vécu ce moment privilégié, dont vous pourrez retrouver la majorité des captations en ligne sous peu, et dont les actes seront publiés dans la revue GLAD courant 2022.
En attendant, découvrez notre merveilleuse carte astrale, réalisée par Newenn Turbiau-Wortham à partir des noms d’artistes donnés par les participant.e.s au colloque lors des inscriptions !

Camille Islert

Constellations créatrices, héritages et réseaux féminins / queer. Étoiles recueillies auprès des inscrit·es du colloque. Graphiste : Newenn-Turbiau Wortham, tous droits réservés.

Constellations créatrices, héritages et réseaux féminins / queer. Étoiles recueillies auprès des inscrit·es du colloque. Graphiste : Newenn Turbiau-Wortham, tous droits réservés.


Podcasts des Jaseuses

Du 23 au 25 janvier, quelques Jaseuses se sont rassemblées le temps d’une résidence d’écriture à La Générale à Paris – coopérative artistique, politique et sociale – pour imaginer un futur sans patriarcat. Quelle organisation de l’espace ? Quels corps ? Quelles sexualités, spiritualités, parentalités ? À quoi ressemblent le travail, l’art, le militantisme, la politique dans ce monde encore à inventer ? Des personnages post-patriarcaux (post-humains ?) vaquent à leurs activités quotidiennes, laissant entendre – comme si de rien n’était – les sons d’un monde révolutionnaire. C’est le thème du prochain podcast des Jaseuses.

Club de lecture

Sarah Ghelam nous offre un compte-rendu de sa lecture de Hétéro, l’école ? de Gabrielle Richard (Remue-ménage, 2019). Elle croise l’analyse de la sociologue avec ses propres observations dans l’école primaire où elle travaille. Pour prolonger ces réflexions, Sarah animera le prochain atelier des Jaseuses, « Égalité filles-garçons : pour une éducation antioppressive », le mercredi 10 février à 18h sur Jitsi. Écrivez-nous pour vous inscrire !

Un jour une jaseuse

Eva Belgherbi a rédigé un portrait de créatrice pour notre rubrique mensuelle Un jour Une jaseuse : «Madame de Genlis. La pédagogie par l’objet», à l’occasion de l’exposition que lui consacre le musée des Arts et Métiers (jusqu’en mars et *en attendant les réouvertures* visible en ligne).

Sur nos réseaux sociaux

Après une matinée explosive où nous avons visionné à plusieurs un colloque sur Zoom, nous avons réalisé un “bingo du colloque sexiste”, à la fois hilarant, enrageant et désespérant. Les attitudes et propos problématiques tenus lors de cet événement ne nous ont malheureusement pas étonné·es, tant les rassemblements universitaires en sont remplis. N’hésitez pas à remplir ce bingo en vous basant sur vos propres expériences ou observations, et si vous le souhaitez, envoyez nous vos grilles par mail : on prépare un papier en collectif sur le sujet.


⚡On jase aussi par ici

:pelote: Claire Salles propose, à partir d’œuvres contemporaines de broderie montrant des mots brodés en cheveux humains, une réflexion sur la façon dont les femmes artistes remettent en question la séparation et la hiérarchie traditionnellement assignées entre l’aiguille (pour les femmes) et la plume (pour les hommes). À découvrir ici !

:livres: Retrouvez Sarah Ghelam le 21 février 2021 à 17h pour une discussion live sur les personnes racisées dans les métiers du livre et de l’édition sur la chaîne Youtube de Booktillaise. Elle avait déjà participé à un live le mois dernier.

:arc_en_ciel: Héloïse Thomas, avec Vanina Mozziconacci et Samantha Saïdi, a dirigé ce numéro de la revue GLAD! sur les traductologies féministes.

:plume_pointe_noire: Eva Belgherbi signe un article “Sculpture et littérature. Quelques personnages de sculptrices fictives au XIXe siècle” dans les varia du dernier numéro de Sculptures, Études sur la sculpture (XIXe-XXIe siècles), (Presses universitaires de Rouen et du Havre, n°7, janvier 2021, p. 67-75), dont vous trouverez le sommaire ici. Il s’agit de romans naturalistes et pièces de théâtre francophones, des sculptures de Marcello, de Sarah Bernhardt et Marie Bashkirtseff, de représentations de sculptrices de papier au XIXe siècle. Elle a publié sur son carnet de recherche un article sur la table-ronde du colloque “Constellations créatrices” des Jaseuses du samedi 30 janvier “En regardant le film sur l’Union des Femmes Peintres et Sculpteurs (UFPS) réalisé par Catherine Gonnard et Anne-Marie Gourier (2007)” et un texte sur ses questionnement quant à la manière de faire de l’histoire de l’art en travaillant sur les femmes artistes “Tristes notices. En finir avec les notices de femmes artistes.”

:poupées_russes: Mathilde Leïchlé a écrit son premier article pour le collectif Jeunes Critiques d’Art : “Odonchimeg Davaadorj : l’art comme un couteau”. Elle a également été discutante pour la séance du séminaire de traductologie féministe FELiCiTE au cours de laquelle Claire Placial évoquait les enjeux de traduction et d’exégèse féministe dans les Bible Studies.

:appareil_photo: Patrycja Toczek photographie ses ami·es puis brode leurs silhouettes sur des sacs en tissu. Le lancement de bodybag s’accompagne d’une vente de ses photographies, les 13 et 14 février dans le 15ème arrondissement de Paris. Vous pouvez lui envoyer un mail à toczek.patrycja@gmail.com pour avoir plus d’informations et soutenir son travail.

Plongeant dans leurs regards, Aurore Le Ludec, 2020

 :haut_de_forme: L’œuvre de Aurore Le Ludec, Plongeant dans leurs regards…, réalisée à partir de portraits de femmes écrivaines et poétesses, est exposée à la bibliothèque de la Sorbonne, dans la salle Jacqueline de Romilly. Elle se poursuit avec une lecture de citations assemblées et lues par Aurore, à retrouver sur Youtube

:tornade: Isaline Dupond Jacquemart publie des photographies issues de sa série “Le corps de l’image” dans WELL BEHAVED, zine queer et féministe, dont le prochain numéro sortira en mars.

:jongleuse: En parallèle de notre colloque, l’Atelier Corps, genre, arts de l’association EFiGiES a proposé une exploration des constellations féministes et queer contemporaines. Découvrez les capsules sonores et l’exposition virtuelle rassemblant les œuvres de Rose Butch, Odonchimeg Davaadorj, Camille Brouillard, Marine Gilis, le Laboratoire de la contre-performance, Elena Moaty, Solène Raclot et Cathou Tarot sur le site de l’atelier.

 

Peut-être faites-vous partie des personnes ayant suivi notre colloque en ligne ces trois dernières semaines. Merci à vous, et à très bientôt ! De très belles constellations sont encore à venir !

Conceptrices : Caroline Dejoie & Patrycja Toczek

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search