Réflexivité et violences symboliques

 

Nous avons pour objectif la constitution d’un réseau de chercheur.se.s engagé.e.s par un même projet, à forts enjeux universitaires, politiques et personnels, et venant de disciplines variées.1 

 

Si vous avez suivi notre calendrier de l’infini vous avez pu voir apparaître ces mots sur Instagram – tenu par notre Caroline Dejoie. 
Si vous avez reçu notre première newsletter, vous l’avez peut-être lu autrement : 

 

Depuis un an et demi, le collectif des Jaseuses explore des manières novatrices, militantes et bienveillantes de faire de la recherche. Nous travaillons à constituer un réseau de chercheur·ses féministes, issu·es de domaines variés.2

 

Cet objectif, au cœur du projet des Jaseuses depuis ses débuts, ne va pourtant pas de soi. Il demande une discussion constante et une remise en question de nos positions, individuelles et collectives, une réflexivité, comme celle définie par Mélodie Faury3

 

serait-ce prendre conscience de la perspective depuis laquelle on parle, avec quels présupposés (postulats, hypothèses), quels aprioris, suivant quelles valeurs implicites, selon quelles normes (notamment de communication) intégrée.

 

C’est dans cette perspective que nous avions déjà décidé d’être toustes, publiquement, des membres des Jaseuses, sans hiérarchie. 

Durant notre dernière assemblée générale nous avons poursuivi notre exploration en questionnant l’intérêt et les possibles violences symboliques que pouvaient entraîner l’utilisation de nos différents statuts, académiques ou non. Pour toujours plus d’horizontalité, mais aussi dans un souci de veiller à ne pas reproduire des violences symboliques, nous envisageons de préférer la mention de chercheur.euse suivi de nos domaines de recherche à nos statuts. 

Ce qui est apparu pendant nos discussions, c’est que même en veillant à une certaine horizontalité et en se voulant inclusives, nous ne pouvions tenir l’approche féministe intersectionnelle que nous désirions avoir, sans la réalisation que nous étions nous-mêmes toustes potentiellement dominant.es dans certaines situations. Il est apparu crucial, pour être plus inclusives, d’apprendre à l’être. 

Nous avons donc décidé de mettre en place  un groupe de travail autour de l’inclusion, de l’horizontalité, questionnant aussi de la majorité blanche des membres actives de notre collectif. Des premières réunions en non mixité des personnes racisées  (en incluant également les personnes qui auraient l’impression de ne pas être inclus.e aux Jaseuses du fait d’autres oppressions et/ou de différences de capitaux symboliques/culturels/intellectuels), permettraient d’interroger la manière de mieux intégrer la parole racisée au sein d’un collectif mixte.  Ce sera ensuite ouvert à toustes. 

 

À l’issue de ce dialogue, nous publierons une charte à laquelle nous devrons toustes adhérer, individuellement et en tant que collectif. L’objectif de la charte est de préciser les valeurs des Jaseuses, tout en veillant à son respect et à son application, pour assurer un espace bienveillant, sain, sécurisant et constructif pour nous et pour d’autres.  

 

 

« Quelle est la violence symbolique, et en particulier épistémologique dans nos pratiques de recherche – que moi j’inflige dans ma pratique de recherche et/ou dont je fais l’objet en tant que positionnée dans un système, un dispositif où mon expérience n’importe pas ? 

Quelle est la position de domination que moi j’exerce sur quelqu’un d’autre et comment je me déprotège pour être un.e vrai.e allié.e et pour me laisser affecter par une autre perspective que la mienne, un autre vécu, et donc peut-être me déplacer ailleurs, me laisser transformer par la même occasion, et en tout cas pour ne pas rester avec une position et des points aveugles, des œillères.4

 

 

  1. https://www.instagram.com/stories/highlights/17853675773116531/?hl=fr []
  2. https://lesjaseuses.hypotheses.org/1758 []
  3. Réflexivité(s), Sous la direction de Mélodie Faury & Marie-Anne Paveau []
  4. Mélodie Faury. Vers une réalité élargie. Se situer entre savoirs et expériences : trouver sa voix propre et l’inter-relier. Editions science et bien commun. Injustices épistémiques, A paraître. ⟨halshs-02941023v2⟩ []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search