Janvier 2021 : Vivre la théorie féministe, sororités à construire et constellations créatrices

“Quelle est cette chose qu’on appelle théorie féministe ?” demande Sara Ahmed au début de Living a Feminist Life. À l’heure où nous sommes heureux·ses de pouvoir annoncer la tenue du colloque “Constellations créatrices : héritages et réseaux féminins / queer” que nous préparons depuis plus d’un an maintenant, nous nous posons la même question aux Jaseuses : que sommes-nous en train de faire ? Qu’est-ce que cette théorie que nous réfléchissons et traçons, et que tisse-t-elle de pratiques au sein de notre collectif ?

Pour Sara Ahmed, la théorie féministe ne peut pas être une théorie qui se construit comme la théorie, celle de l’université : abstraite, souvent univoque, ce type de théorie qui se prend très au sérieux, qui s’éloigne du vulgaire et des corps, qui se construit sur des systèmes de citations déjà bien rôdés, toujours à peu près les mêmes. Cette théorie-là est un langage : elle s’apprend.

Elle suggère que la théorie féministe pourrait être plutôt ce que l’on se donne comme devoirs à faire à la maison nous-mêmes, en tant que créateur·ices, en tant que penseur·ses : ce qui fait obstacle, ce qui bouge, cet espace à expérimenter et qui nous permet de nous tromper parfois. Nous devons rapporter la théorie féministe à la maison, dit-elle, car la théorie féministe ne commence pas à l’université ou dans les bibliothèques – “la théorie féministe pourrait même bien plutôt être ce qui vous pousse à vous rendre là-bas”.

Il n’y a pas de questions plus difficiles à poser que celles qui demandent une explication à la violence, aux inégalités, à l’injustice. “Le travail empirique, le monde qui existe, pour moi c’est là que résident les difficultés, et donc les défis”, ajoute-t-elle. La théorie qui naît des pratiques quotidiennes, des obstacles et des contradictions, des colères et des désespoirs, on ne finit jamais vraiment de la formuler. « Abstraire, c’est retrancher, détacher, écarter, ou détourner. Alors nous devons récupérer la théorie, ramener la théorie à la vie. »

La théorie féministe est au cœur de nos travaux de recherches à toustes, elle est ce qui nous a poussé·es à produire du savoir, à construire ce collectif. Aujourd’hui, cette même théorie nous pousse à remettre en question ce qui est objet, ce qui est sujet, quelles sont nos positions, individuelles et collectives, et ce qu’elles impliquent.

« Tout air peut être jazzé, c’est une question de style. Toute théorie peut être jasée, c’est une question de style. »

Sarah Ghelam et Aurore Turbiau

 


Journées d’études / colloques

Nous sommes très heureux.ses d’annoncer le programme du second colloque des Jaseuses ! “Constellations créatrices. Héritages et réseaux féminins / queer” aura lieu les samedis 23 janvier, 30 janvier et 6 février 2021 en ligne. Inscrivez-vous pour recevoir le lien de connexion.

Carte blanche

Lundi 4 janvier, nous nous sommes réunies – virtuellement – entre Jaseuses afin de rediscuter de notre organisation interne, et des différents rapports de domination et de pouvoir qui y subsistent malgré nos efforts. Sarah Ghelam revient sur cette discussion et les différentes prises de conscience, décisions et objectifs qu’elle a engendré, dans sa carte blanche “Réflexivité et violences symboliques”.

Séminaire des Jaseuses

Mercredi 10 février à 18h aura lieu notre prochaine séance de séminaire, proposée par Sarah Ghelam. Cet atelier sera l’occasion de (re)voir ce que sont les stéréotypes de genre et comment ils se manifestent dans un cadre scolaire (par l’équipe éducative, les élèves elleux-même, l’occupation de l’espace, etc). Nous aborderons également l’historique des politiques publiques, leurs limites et leurs échecs. Pour finalement partager des situations vécues et élaborer des stratégies individuelles et collectives.

Du fait de son contenu la séance est pensée pour les prescriptrices, mais ouverte à toustes. Écrivez-nous un petit mail pour vous inscrire, soyez les bienvenu·es !


⚡On jase aussi par ici

🌞 Adèle Cassigneul a dirigé le nouveau numéro de la revue Europe, à propos de Virginia Woolf et dont elle signe notamment l’introduction. On y retrouve des contributions de, entre autres, Annie Ernaux, Frédéric Regard, Clotilde Leguil, Émilie Notéris, Sara Ahmed, Marie Darrieussecq, Charlotte Bienaimé, Lauren Bastide, Alban Lefranc et Lorenzo Castore.

🔥 Marys Hertiman signe un article “La valorisation du travail des femmes dans la bande dessinée : entre médiation, remédiation et mobilisation” dans la revue scientifique internationale RELIEF. En bref : à partir d’une approche contextualiste, cet article entend reconsidérer la notion de média­tion littéraire au travers des dynamiques médiatrices instaurées par les auteur.rice.s eux-mêmes (bédéastes à l’occasion). Il s’intéresse aux logiques d’une médiation des littéraires ainsi qu’aux rapports de force et de pouvoir qui se jouent au sein même d’une des principales sources de savoir.

Aurore Turbiau a publié un article dans un numéro de la revue Textes et Contextes : ““Le privé est politique” comme paradoxe littéraire : révolution et intimité chez les Québécoises Louky Bersianik et France Théoret”. Elle s’y intéresse à la manière dont le slogan des années 1970, “le privé est politique”, peut être versé en littérature, s’y inscrire et s’y transformer.

Sur son carnet, retrouvez aussi un article pour des repères rapides sur la notion de “féminisme matérialiste”.

Camille Islert signe un article sur la parodie et la subversion des topoi fin de siècle dans Une femme m’apparut de Renée Vivien, dans l’ouvrage Romanciers fin-de-siècle, tout juste paru aux éditions Brill.

⚡️ En parallèle du colloque des Jaseuses, l’Atelier Corps, Genre, Arts, de l’association EFiGiES, organise l’exposition virtuelle “Retracer notre ciel. Constellations féministes et queer, Archives et création contemporaine” du 23 janvier au 6 février 2021 sur leur site. Retrouvez y les œuvres de Rose Butch, @Constellations_Artistes_Femmes, Odonchimeg Davadoorj, Marine Gilis, le Laboratoire de la contre-performance, Elena Moaty, Solène Raclot et Cathou Tarot. La soirée live du 6 février rassemblera toustes les artistes pour une table ronde, puis Gang of Witches nous offrira un concert en visio.

Un événement Facebook a été créé pour l’occasion, vous y trouverez toutes les infos !

L’inscription au colloque Constellations créatrices vous permettra d’accéder à la soirée du 6 février. N’hésitez pas à nous écrire à corpsgenrearts@gmail.com.

 

En espérant vous retrouver nombreux.ses lors du colloque Constellations créatrices, les Jaseuses vous souhaitent une belle et sereine année 2021 – pleine de force et de douceur

PS : Si vous le souhaitez, vous pouvez vous abonner à notre agenda ou au padlet du carnet des Jaseuses pour être certain.e de ne rater aucun de nos événements.

Conceptrices : Caroline Dejoie & Patrycja Toczek


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search