Décembre 2020 : Des arrivantes de toujours, des Nanas, et des petits réconforts

Elles jasent.

L’une lance : « Moi ce sont les cours qui me remontent le moral. » Une autre avance : « L’intervention d’Adèle Haenel sur Inter, c’est mon audio doudou. »
Ça fuse à propos de The Happiest Season – « il se peut que j’aie pleuré dès le générique » –, Fever d’Angèle et Dua Lipa qui « donne une sacrée énergie en ce moment » ou tous les discours d’Alexandria Ocasio-Cortez.

Il y a celle à qui le gif de sa copine danseuse donne de la force. Celle qui n’en revient pas de l’existence de Céline Sciamma. Et celles qui s’enivrent des airs de Chris et de Nina Simone ou de la sensualité jazzy d’Akua Naru pour tenir quand les jours sont gris.

Moi c’est la pensée des femmes qui me permet d’avancer chaque jour. Je lis tant et plus afin de cultiver l’espoir, même quand l’obscurité ambiante, faite de frustration, de lassitude et de colère, offusque l’avenir.

C’est Catherine Malabou qui affirme que son « clitoris est en éveil synchrone avec [son] cerveau ». C’est Kate Kirkpatrick qui écrit sur la philosophie incarnée de Simone de Beauvoir. C’est Rebecca Solnit relisant Virginia Woolf et Susan Sontag. Je cherche des mères qui puissent éclairer mes lendemains.

L’une recommande Jolie nana d’Aya Nakamura. L’autre repense à Christiane Taubira, à ses mots sur Maya Angelou. Une autre encore s’encourage en chérissant les projets qu’elle bâtit seule, malgré tout. Certaines contemplent des images, des collages-montages plein de souvenirs colorés ou une Simone qui pense tout haut « Oh shut up Sartre ! ».

Elles jasent. Tant et plus. Elles esquissent un espace utopique de parole et d’écoute, où les voix des unes consonnent avec celles des autres pour aller de l’avant.

Adèle

 


Sur nos réseaux sociaux

Parce que ce mois est long et froid, que vous célébriez les fêtes de fin d’année ou non, les Jaseuses vous donnent des suggestions de lectures féministes, de films, de podcasts, de comptes militants et/ou feel good… On vous donne rendez-vous sur instagram et twitter tous les soirs de décembre !

Club de lecture


Adèle Cassigneul a rédigé un très beau compte-rendu de lecture à propos d’Alma matériau, livre d’Émilie Notéris que l’on recommande chaudement. Cette fiche de lecture a été réalisée dans le cadre de la préparation de notre colloque “Constellations créatrices. Héritages et réseaux féminins/queers” qui se tiendra fin janvier 2021. D’autres suivront !

 

Un jour une Jaseuse


Caroline Dejoie énumère les rôles-modèles ambivalents qu’elle trouve chez Niki de Saint Phalle, sur fond d’utopie matriarcale et de réinvention de soi permanente. Pour se mettre dans l’ambiance du colloque à venir, elle décrit la constellation Saint-Phallienne et la manière dont elle-même se projette sur les figures qui la composent.

 


⚡On jase aussi par ici

Lucile Dumont revient sur une expérience de football militant dans le n°6 de la revue Panthère Première. Elle y aborde les enjeux de l’inclusivité et de la non-mixité de genre dans les pratiques sportives et militantes, et revient sur l’articulation des luttes féministes avec les luttes anticapitalistes et antifascistes. Le sommaire est à retrouver ici.

Vicky Gauthier publie chez L’Harmattan son livre Rachilde, écrivaine fantastique monstrueuse, qui explore les romans de l’autrice et cherche, par leur synthèse, à en dégager une poétique fantastique propre à l’écrivaine. Fil d’Ariane de son étude, les figures du monstre et du célibataire offrent un nouvel éclairage sur l’œuvre de Rachilde, révélant son originalité : ses héroïnes de papier, des célibataires fantastiques monstrueuses reniant leurs rôles normatifs imposés par la société ; à travers elles, Rachilde participe à la rupture de l’identité féminine traditionnelle, qui se poursuit au XXe siècle, rupture qui est aussi au cœur du fantastique. Bravo Vicky !
Camille Islert a brillamment parlé de la poétesse lesbienne Renée Vivien,de sa poésie révolutionnaire et d’anti-hétéropatriarcat dans l’émission Le Cours de l’Histoire sur France Culture. C’était passionnant, et on peut le (ré)écouter en replay ici.
À l’ombre des jeunes filles en feu, le carnet de recherche de Mathilde Leïchlé, accueille un nouvel article à propos de la série d’œuvres de Raphaëlle Peria intitulée « Les voleurs de couleurs ».
Aurore Turbiau

Aurore Turbiau a clos une série de textes pour présenter l’Épistémologie du placard de la théoricienne Eve Kosofsky Sedgwick, l’une des fondatrices de ce qu’on appelle la “théorie queer” : il y est question d’épistémologie et de lectures “perverses” du canon littéraire européen et états-unien, de kitsch, de camp et de modernité littéraire, de Wilde, Nietzsche et Proust, de sortir la littérature du placard et de questionner les “régimes d’ignorance” de la culture hégémonique.

La performance de Caroline Dejoie et Patrycja Toczek “Petites oiselles de mauvais augure” a fait l’objet d’un bel article signé Samy Lagrange pour le site Jeunes critiques d’arts. En se réappropriant le mythe de Procné et Philomèle, elles proposent de récupérer la violence qu’on nous confisque et de valoriser l’amour entre sœurs.

“Il était roi de quelque chose mais ça n’a pas d’importance, ce n’est pas son histoire.”

Adélie Le Guen a publié un nouvel épisode au sein de son podcast ARTISTES MANIFESTES. Cette première partie introductive – dont suivront deux autres parties centrées sur les œuvres d’artistes noires, chicanas, lesbiennes – y traite des “politiques de l’identité” avec Emilie Blanc, doctoresse en Histoire de l’art contemporain, autrice de la thèse “Art Power : tactiques artistiques et politiques de l’identité en Californie (1966-1990)”.

Dans Manifesto XXI, Eugénie Bourlet a publié une critique enthousiaste à propos de Devenir chienne d’Itziar Ziga, brûlot radieux et insolent tout juste traduit en français aux éditions Cambourakis avec une préface de Virginie Despentes et Paul B. Preciado. Dans ce manifeste, l’activiste et performeuse installée à Barcelone rend hommage aux féministes de l’extravagance, ces « sœurs chiennes » dont le comportement radical et marginalisé signe un combat victorieux contre le patriarcat.

 

Conseils de Jaseuses

On vous recommande aussi d’aller jeter un œil au nouveau carnet d’Alexandre Antolin : La Mafia Lavande, consacré à la valorisation d’œuvres littéraires ou d’artistes LGBTQIA+, et le tout nouveau site de l’Atelier Corps Genre Arts, de l’association EFiGiES ! Parmi les choses qui nous ont motivé.es ces dernières semaines, également l’appel à contributions “Le genre du célibat”, colloque organisé par Juliette Eyméoud et Claire-Lise Gaillard. Et puis, si vous le pouvez, pensez à soutenir la naissance de La Déferlante, nouvelle revue féministe qui s’annonce brillante !


Ces dernières semaines, pour lutter contre la déprime ambiante, les discussions et les recommandations au sein du collectif ont fait office de petites miettes de réconfort saupoudrées dans nos journées. Comme un petit chocolat chaque matin, ou le rayon de soleil qui tombe juste sur le coin de la table où l’on est installé.e, ce n’est pas grand chose, mais ça permet de tenir le coup… Au moins jusqu’aux vacances ! En attendant, on espère que vous aurez trouvé dans cette lettre des rayons de soleil ou des miettes de réconfort pour saupoudrer vos journées.

Prenez soin de vous et de celleux qui vous entourent,

À très vite pour une nouvelle newsletter !

© Margaux Averty, Chickadee Blue

© Margaux Averty, Chickadee Blue

PS : Parce qu’il nous semble important de documenter nos actions et réflexions féministes, nous archivons maintenant nos newsletters sur notre carnet. Vous pouvez les retrouver à n’importe quel moment.

 

Rédactrices : Caroline Dejoie & Patrycja Toczek


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search