« Les voilà qui reviennent, les arrivantes qui hantent les récits officiels de nos arts et de nos littératures » — Lecture d’Alma matériau

Emilie Notéris, Alma matériau, Les presses du réel p. 83

 

 

Compte-rendu de lecture : Emilie Notéris, Alma matériau, Paris, éditions Paraguay, 2020 – par Adèle Cassigneul.

 

« Les arrivantes de toujours »1

Émilie Notéris fait se lever et danser ensemble les refoulées de l’histoire. Les voilà qui reviennent, les arrivantes qui hantent les récits officiels de nos arts et de nos littératures. Mères, filles, petites-filles viennent à celle qui sait les reconnaître. Et les voilà qui marquent enfin leurs coups dans ces histoires phallocentrées, faisant dérailler le temps homogène et linéaire de la tradition hétéro-patriarcale pour faire surgir dans l’instant de notre présent fissuré des passés oubliés, ignorés ou effacés. Et de la collusion de ses temporalités hétérogènes naissent des constellations où chaque artiste, chaque œuvre appellent d’autres artistes, d’autres œuvres qui les travaillent. C’est-à-dire, les creusent, les complexifient, les dialectisent pour que, dans leur déploiement, elles puissent enfin rayonner. Ainsi chaque chapitre d’Alma matériau offre quelques images dialectiques par lesquelles « l’Autrefois rencontre le Maintenant dans un éclair pour former une constellation »2.

Il y a des images de lieu – le jardin, la chambre-cabane, les espaces de vie – à (ré)investir et (ré)enchanter. Des images mythiques stéréotypées – l’ange, la cariatide, la Vénus noire – à déconstruire et (ré)incarner. Et des images-motifs – la poussière, la souillure, le fruit – à (re)visiter. Elles sont les matrices nourricières qui alimentent l’imaginaire critique d’Émilie Notéris, à la fois matériau fabulaire des autrices et artistes qu’elle convoque et nœuds conceptuels réflexifs.

Rassemblant ses images en familles tantôt biologiques tantôt fabuleuses, l’essayiste tisse de subtiles lignées comme autant de « constructions subjectives, de véritables inventions, résultats de volontés actives en faveur de l’émancipation »3. Sa démarche est féministe queer, elle est antiraciste et intersectionnelle. Elle permet la sexualisation de l’histoire, la transgression des filiations obligatoires. Elle permet de penser la filliation – avec deux ailes –, une maternité biologique ou élective, portée par les filles abandonnées de l’ « Histoire blanche, hétéronormative, validiste et bourgeoise »4.

La toile constellée qu’Emilie trace est non hiérarchique, rhizomique, à la fois intergénérationnelle et transhistorique. Véritable tissu conjonctif, elle s’esquisse par le milieu, entre les artistes et leurs œuvres. Assemblant de multiples lignes de fuite et de désir, elle tresse sans jamais les confondre deux fils féministes noir et blanc. Les affinités se structurent par alliance, elles réparent les liens sectionnés et étendent les attachements pour mieux « redécouvrir ou fabuler les liens qui nous unissent à nos passés de femmes »5. Émilie donne aux femmes d’autres femmes.

 

« La mère aussi est une métaphore »6

Ce don réparateur, qui fait la part-belle à l’hybridation femelle non-biologique, donc séparée de toute relation au masculin, permet d’ouvrir des espaces queer, car non-binaires, de liberté critique autant qu’il favorise la transmission. Pensant à travers la pensée de ses mères favorites, Émilie Notéris poursuit le travail beauvoirien de lutte contre les « idoles figées »7, véritables coquilles vides, faussement objectives, qui essentialisent et invisibilisent.

Ce sont ces figures de femmes qui ont été substituées à notre regard qu’il nous faut de nouveau convoquer, chercher nos sœurs dans d’autres pays, faire entendre de nouveau leurs voix, retracer leurs histoires, le chemin qui nous conduit vers elles, qui les conduit et les conduiront encore les unes vers les autres.8

Émilie furète à la recherche des intermédiaires et des passeuses qui, par leur énergie affirmative, abolissent les frontières normatives arbitraires, transportent d’une rive à l’autre et nous sauvent des héritages subis.

Les mères qu’elle convoque forment un chœur d’outsiders qui transporte. Qui déplace nos certitudes et nous ravissent. Ces mères nous lèguent une riche mémoire, une mémoire de chair, non pas fantôme, mais incarnée et, pour reprendre les mots d’Hélène Cixous, « transmise, héréditaire, je pense aux femmes qui n’ont pas eu d’enfants directement mais qui ont l’enfant quand même écrit dans la chair, de femme en mère en grand-mère, en mère en fille en petite-fille »9. Émilie fait proliférer les identifications intérieures.

Elle parle de résistance anti-patriarcale et anticoloniale. Elle parle de contestation artistique et politique. Elle parle de seconde naissance et d’autocréation, de la manière dont certaines s’auto-engendrent en changeant leur nom « pour lutter contre la reproduction des héritages patriarcaux postcoloniaux » (Notéris 118), pour enfin s’affirmer créatrice. Mais également pour (s’)aménager des espaces de vie et d’expression à l’intérieur des géographies de l’oppression. Elle parle d’incarnation.

 

Demeure-femme

Alma matériau prend corps dans le maillage constellaire des citations, l’enchevêtrement des langues et des voix, la mise en écho de paroles et de figures qui, d’un chapitre à l’autre, habitent, hantent et hybrident la prose d’Émilie. Chaque fragment textuel, chaque œuvre convoquée et chaque image dupliquée sont les compagnes, dirait Sara Ahmed qui, assemblées, aménagent cet essai-demeure et l’ancrent dans une logique circulatoire féministe.

Car l’écriture est au travail. Réflexive, elle déplie sa méthode et ses outils entre lecture réparatrice, (auto)cannibalisation, fabulation critique et écriture inclusive. Il s’agit à chaque fois de réfléchir aux problématiques d’inclusion et d’exclusion, de se faire plus inclusive qu’exclusive, de queeriser et défamiliariser pour révéler les œuvres et les histoires qu’on nous cache, comme on ferait soudain apparaître un texte secret rédigé à l’encre sympathique. Comme elle fait surgir, au seuil de son texte, une chronologie féminine, HERstory, impressionnante procession de créatrices hétérodoxes et révolutionnaires.

Entre ekphrasis vivante et recherche intermédiale – le volume renferme dix photographies réalisées par l’autrice qui documentent poétiquement l’écriture de l’essai qu’elles regardent –, Émilie se fait passeuse à son tour. Et bâtisseuse d’histoires. Si son texte crie son urgent besoin de fictions nouvelles et de la nécessaire relecture de nos héritages artistiques et littéraires, il propose aussi une subtile méditation sur ce qu’il reste à construire. Les deux mains dans la boue et dans le langage, jouissant de la poisse indissoluble du vécu, tirant les petits fils poisseux qui nous relient et dessinent quelques figures chimériques qui, dans le noir, éclairent déjà l’histoire de demain.

 

Références

Ahmed, Sara. 2017. Living a Feminist Life, Durham : Duke University Press.

Alfonsi, Isabelle. 2019. Pour une esthétique de l’émancipation, Paris : B42.

Benjamin, Walter. 1999. The Arcades Project, Harvard : HUP.

De Beauvoir, Simone. 1949. Le Deuxième sexe I, Paris : Gallimard.

Cixous, Hélène. 1994. « Contes de la différence sexuelle », in Mara Negron (dir.), Lectures de la différence sexuelle, Paris : des femmes, pp. 31-68.

— 2010. « Le Rire de la Méduse », Le Rire de la Méduse et autre ironies, Paris : Galilée, pp. 35-68.

Notéris, Émilie. 2017. La Fiction réparatrice. Paris : Éditions Supernova.

 

Pour citer cet article : Adèle Cassigneul, "« Les voilà qui reviennent, les arrivantes qui hantent les récits officiels de nos arts et de nos littératures » — Lecture d’Alma matériau," in Les Jaseuses, 16/11/2020, https://lesjaseuses.hypotheses.org/1738.

 

👉 Allez consultez le site d’Émilie Notéris.

👉 Ce compte-rendu a été rédigé par Adèle Cassigneul en lien avec la préparation du colloque « Constellations créatrices : héritages et réseaux féminins / queers », qui se tiendra en ligne fin janvier 2021. D’autres suivront !

 

Notes :

  1. Cixous 2010, 41. []
  2. Benjamin 462 []
  3. Alfonsi 20. []
  4. Alfonsi 22 []
  5. Notéris 35 []
  6. Cixous 2010, 48 []
  7. de Beauvoir 405. []
  8. Notéris 142. []
  9. 1994, 56 []

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 06/01/2021

    […] Cassigneul a rédigé un très beau compte-rendu de lecture à propos d’Alma matériau, livre d’Émilie Notéris que l’on recommande chaudement. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search