La représentation de l’intime dans la correspondance féminine

Séminaire annuel des Jaseuses 2019-2020
« Représentations des féminités par les femmes* »

Organisatrices : Cécile Besnard et Julie Sau Ocampo

En raison des mesures sanitaires liées à l’épidémie, nous expérimentons des solutions virtuelles pour maintenir malgré tout nos événements et différentes activités. Pour cette séance de séminaire, nous vous donnons rendez-vous le vendredi 27 novembre 2020 à 17h, sur Jitsi.

Envoyez-nous un mail à lesjaseuses.carnet@gmail.com pour vous inscrire !

Et pour les notifs, ici le lien de l’événement Mobilizon !

 

Lettre de Marie Laurencin à une amie, 14 juin 1953, 4 pages, plume et aquarelle.

***

La correspondance de Séverine

Par Cécile Besnard

La correspondance de Séverine est riche et variée, et pourtant, peu exploitée, en dehors de ses échanges avec Jules Vallès, son mentor. Allant de sa passion pour le théâtre avec André Antoine, jusqu’à son engagement avec Marguerite Durand pour La Fronde, nous pouvons, en étudiant ces deux correspondances suivies, et certaines lettres isolées (dont quelques échanges précieux avec Zola), tenter de comprendre les enjeux à la fois privés et professionnels que cette discipline régulière a pu avoir, les deux domaines étant étroitement liés chez la journaliste.
Vie privée et vie professionnelle se mêlent, et c’est à nous de dissocier les évolutions de langage, de registre et même de ton dans cet

ensemble. Le style au service de l’âme, l’écriture pour maintenir les liens, entrant également dans une stratégie rhétorique et professionnelle, Séverine se livre et dévoile sa vie de femme, de journaliste, et même de dramaturge. Révélateurs d’aspects insoupçonnés ou minorisés, ses lettres sont à la fois le reflet d’une époque, témoignages contemporains du tournant du 20e siècle, mais aussi le reflet d’une personnalité aux facettes multiples. Ainsi, il paraît essentiel de distinguer dans sa correspondance ce qui peut avoir attrait au professionnel, aux relations humaines, mais aussi aux opinions dévoilées et assumées.

***

Violette Leduc : les lettres passionnées et fictionnelles

Par Sophie Benard

Je me propose d’étudier la correspondance de Violette Leduc (Correspondances, 1945-1972, Gallimard, 2007) pour étudier la mise en mots de l’intimité et l’invention de l’«autofiction» avant sa théorisation littéraire. Les lettres de l’autrice n’échappent en effet nullement à la tendance de l’écrivaine à mentir, fantasmer, créer littérairement sa vie et ses amours. Éprise de littérature et de passions toujours  contrariées (Simone de Beauvoir, Jacques Guérin), Violette Leduc se livre à ses destinataires sans jamais satisfaire à l’impératif futile de vérité. Seule vérité : celle du corps, du corps qu’elle donne, par les mots, à ses passions. Passionnément impudique, la correspondance de l’autrice gomme ses destinataires pour s’envoyer au public.

***

La correspondance auto fictive chez Esther Tusquets

Par Julie Sau Ocampo

Cette communication se concentrera sur les textes d’Esther Tusquets qui portent le nom de «correspondance» et qui ont été publiés par l’autrice (Correspondencia privada, Carta a la madre). Mais sous cette apparente intimité est dissimulée une part de fiction avec laquelle joue l’autrice. Nous pouvons alors questionner ce que l’autrice veut bien dire d’elle-même : comment démêler l’autobiographie de l’imaginaire ?
Ce travail sera guidé par la relation épistolaire qui lie Esther Tusquets à sa mère, ou plutôt les lettres de Tusquets à sa mère, dans un rapport unilatéral puisqu’on n’entend jamais la voix de sa mère. Cette relation à la mère permettra d’illustrer l’intimité la plus profonde des relations interpersonnelles de l’autrice. Nous nous arrêterons également sur les lettres amoureuses que l’autrice a publiées.
Enfin, nous questionnerons l’évolution d’Esther Tusquets dans sa correspondance : comment son intimité est mise à nue ? Comment l’autrice évolue dans ses rapports aux autres et au sein de quel contexte socio-historique ?

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 06/01/2021

    […] Nous avons le plaisir d’accueillir Cécile Besnard et Julie Sau Ocampo sur le carnet pour une nouvelle séance de séminaire en ligne. Rendez-vous le 27 Novembre à 17h pour une séance en ligne sur “La représentation de l’intime dans la correspondance féminine” […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search