Improvisations guidées au fil de l’eau avec Lissania Elchire

Le premier atelier corps des Jaseuses s’est tenu le dimanche 13 septembre, dans le parc boisé de Boussy-Saint-Antoine. Organisé par Caroline Dejoie, il a été animé par la danseuse et chorégraphe Lissania Elchire. Sa démarche de création tourne autour de l’improvisation, la musicalité du texte et de la danse, la mise en mouvement de textes littéraires.

Lissania Elchire, Si j’étais eau, été 2020

 

Présentes : Caroline Dejoie, Palmyre de la Touane, Lissania Elchire, Élise Huchet, Mathilde Leïchlé, Luce Roudier, Claire Salles, Léa Weil

***

Il a fait très beau ce dimanche là. Lissania nous attendait à l’ombre de grands arbres, près du sentier longeant la rivière. Quelques promeneur.euses passaient de temps en temps, certain.e.s étaient curieux.ses d’autres pressaient le pas, sans jamais vraiment nous déranger. Nous avons installé nos tapis, couvertures, serviettes, en cercle, et avons commencé par un tour de présentation. Chacune prit le temps de raconter “sa météo”, ce qui allait, ce qui n’allait pas, ce qui l’avait poussée à venir cet après-midi là, et la manière dont elle envisageait cet atelier, ses attentes, ses craintes… Lissania nous a un peu parlé de sa pratique, son parcours, et de ce qu’elle voulait nous proposer pour cet atelier.

Nous nous sommes allongées et il a fallu d’abord pousser les petits morceaux de bois, les pierres etc. qui pouvaient blesser le dos. Finalement ceux qui restaient n’étaient pas si désagréables, et participaient à masser le dos et les épaules en basculant le poids du corps dans un sens ou un autre. On a commencé par un moment de relaxation / méditation. D’abord à l’écoute des sensations extérieures : Lissania a doucement attiré notre attention sur les bruits du vent, des feuilles, des gens, des oiseaux, la texture des feuilles séchées sous nos jambes, la sensation du soleil ou de l’ombre sur la peau, du poids du corps posé sur le sol, l’impression de voir la lumière du soleil même avec les paupières fermées… Puis elle nous a invitées à nous concentrer sur les bruits et les sensations internes à nos corps, notre respiration, les mouvements des narines, de la gorge, de la poitrine, du ventre lorsque nous prenons conscience de notre souffle, les pulsations, les rythmes qui nous parcourent, l’air qui circule…

Nous avons continué de réveiller nos corps et de prendre contact avec eux avec quelques exercices d’échauffement très doux, puis avec un moment dédié à l’auto-massage. Chaque partie du corps, des pieds à la racine des cheveux, fut touchée, palpée, caressée, tapotée afin d’être réveillée.

Puis Lissania nous présenta un premier mouvement inspiré de l’auto-massage et nous proposa d’improviser autour de ce geste en musique.

Musique : Baba – Iyeoka

Bras gauche tendu parallèle au sol, la main droite vient recouvrir la main gauche. Elle glisse ensuite le long du bras gauche, continue sur la poitrine où la main gauche vient se poser sur elle puis la remplacer pour longer le bras droit. Les deux mains rassemblées à droite reviennent ensuite ensemble droit devant, bras tendus, pointant le centre du cercle que nous formons toutes ensemble. Puis le bras gauche s’étend à nouveau sur le côté, comme poussé par la main droite qui reprend le mouvement de caresse tout le long du bras jusqu’à la poitrine, où elle est rejoint par la main gauche, et ainsi de suite… Au moins l’une des mains est toujours au contact du corps.

Ce geste simple créant un rond à l’infini repose à la fois sur la caresse et l’enlacement de son propre corps – il est donc centré sur soi – et sur l’ouverture des bras en signe d’accueil et de tendresse envers les autres et l’espace qui nous entoure. Tout cet atelier et les différents exercices imaginés par Lissania nous mèneront à expérimenter le paradoxe d’un état de grande introspection pris dans un moment d’intense partage au sein d’un groupe, avec une attention particulière portée à l’environnement qui nous accueille.

Au cours de cette impro, nous avons pu nous approprier, déformer, décomposer, étendre, déplacer le geste initial montré par Lissania pour exprimer cette dualité entre introspection et sororité avec tout le corps.

Nous avons ensuite entrepris une marche méditative. En silence, chacune a exploré les alentours et pris le temps de regarder, sentir, toucher, écouter, jouer avec un ou plusieurs éléments qui ont attiré son attention. Nous nous sommes ensuite montré nos découvertes :

Claire a trouvé l’endroit rêvé. Debout sous une branche arquée, formant comme un portail feuillu qui filtrait les éclats du soleil, elle s’est sentie entourée, réchauffée, à sa place dans un beau cocon éclatant. Les pieds chauffés par le soleil et le visage à l’ombre. Vu de l’extérieur, son corps est habillé par les ombres découpées et projetées par le soleil sur les feuilles. Chacune à notre tour nous sommes venues goûter cette place royale, alors que les autres nous observaient. Ça faisait comme une sorte de procession.

Caroline s’est assise au pied d’un arbre. Une fine branche sort du tronc juste derrière sa tête appuyée contre l’écorce. Lorsqu’elle bouge la tête d’avant en arrière, sur les côtés ou bien en rond, la fine branche bouge avec elle et les feuilles qui la font ployer en avant ressemblent à une extension du corps, une coiffe, une couronne, une antenne, une corne… Pour faire bouger cette branche, il faut faire de micro-mouvements de tête, d’épaules, de cou… infinis !

Élise a trouvé une branche balançoire. Une grande branche épaisse et solide a poussé à la perpendiculaire de son tronc d’origine. Élise s’y suspend et s’y balance. Un nœud dans le bois forme même une poignée parfaite pour s’aider à grimper.

Luce s’est logée dans le creux d’un arbre qui a poussé en deux parties et lui rappelle un arbre de son enfance. Elle l’enlace d’un bras et pose sa tête contre le bois. À la fois soutenue et caressante, elle retrouve la sensation d’enlacer un être humain.

Nous avons ensuite refermé le cercle et pris un moment pour respirer. Lissania nous a proposé une seconde improvisation, dans laquelle elle nous a guidé avec ses mots, sa voix et des extraits musicaux. Depuis plusieurs mois elle travaille avec sa meilleure amie à la création d’un spectacle sur l’élément eau. L’improvisation qu’elle nous a proposé est directement tirée de leurs recherches et sera surement intégré à leur spectacle.

Pour Lissania, lorsque l’on improvise, on peut autant le faire avec une partie du corps, tout le corps, que dans son imaginaire, les yeux fermés, immobile, pour soi.

Musiques : Riverday, Ezéquiel Pailhe, puis une composition inédite de Hugo Lévêque pour Si j’étais eau

Lissania a lu un très beau texte qu’elle a écrit à propos des différents états de l’eau, et nous a invité à nous laisser guider. On a d’abord reçu une goutte, puis deux, puis trois, puis la pluie, puis l’eau a coulé partout sur nous, en nous. À un moment on a muté, fusionné , nous sommes devenues eau, ruisseau, rivière, fleuve, on s’est laissées couler laissées aller. On circulait, on glissait, prises dans un grand ensemble, toutes ensemble et chacune pour soi, de plus en plus rapide, de plus en plus puissant. Alors tout bougeait très vite. Et puis enfin l’ouverture, le repos : le flottement calme et infini de l’océan. Les vagues aussi, rythmaient nos corps et guidaient nos mouvements, avec la tête, le bassin, les bras, les pieds et tout à la fois. Doucement, tirées vers le haut par une force invisible, on s’est évaporées doucement vers le ciel, une goutte après l’autre, à mesure que le soleil nous réchauffait le corps… Nos corps ne sont redevenus solides et pleinement humains qu’une fois les yeux ouverts.

Peu de temps après cet atelier, Lissania, Mathilde et Caroline ont appris une chanson qui a peut-être sa place ici :

We are the children of the goddess

And to her we shall return

Like a drop of rain, 

Flowing down the ocean

***

Nous nous sommes ensuite tranquillement assises à nouveau en rond. Certaines ont sorti des petits gâteaux, des pommes… Chacune a pu exprimer son ressenti sur le moment que nous venions de partager. Le temps qui a semblé s’arrêter, l’incertitude au début et le sentiment de se laisser enfin aller, les appréhensions, les préjugés qu’on avait et qui se sont évaporés, le plaisir de partager, les souvenirs qui ont émergé alors qu’on ne s’y attendait pas…

Lissania a aussi pu nous parler plus en détail de son projet de spectacle Si j’étais eau qui s’annonce magnifique, et de sa volonté de donner ce genre d’ateliers ou de cours plus souvent.

Finalement, nous avons échangé longuement sur les futurs ateliers Corps que l’on aimerait organiser pour poursuivre après cette première séance. Les idées ont fusé joyeusement, on a parlé des invitéEs, du calendrier, des détails pratiques, logistiques. On a lancé des idées en l’air, on s’est dit que c’était peut-être pas des idées en l’air, on a réfléchi ensemble, on a osé penser à ce que chacune pourrait individuellement apporter au groupe, et on s’est dit qu’on avait hâte.

Toute le monde a remercié Lissania d’avoir guidé ce moment de détente, de découverte et de plaisir, et nous étions toutes reconnaissantes d’avoir pu faire partie de ce groupe bienveillant.

***

Les Jaseuses recommandent :

DARSAN Lou, L’Arrachée belle, La contre Allée, 2020

Comme une danse improvisée sur la page, on y retrouve les thèmes qui traversèrent cette première séance de l’Atelier Corps.

« Au centre de cette histoire, il y a le corps d’une femme, ses hantises et  ses obsessions, & il y a la nature. C’est l’histoire d’une échappée belle,d’une femme qui quitte, presque du jour au lendemain, tout ce qui déterminait son identité sociale.

Elle sort de stase et se met en mouvement. Son départ est d’abord une pulsion, une sorte de fuite vers l’avant qui tient du road movie, avec de longues traversées de paysages en voiture, en auto-stop, puis à pied. De la fuite et l’errance du départ, cette échappée va se transformer en nomadisme et en un voyage vers la réalisation de soi. […] »

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search