Chantal T. Spitz, déclamer la colère et l’amour

(…) Je les regardais s’entourer l’une des bras

de l’autre

s’accrocher l’une à l’autre un instant de trop

s’hésiter à se détacher l’une de l’autre

sans mot

sans autre geste

et cet unique geste

se prendre l’une dans les bras de l’autre

un instant de trop

que je n’ai vu personne d’autre faire de cette façon

figurait l’amour qui a survécu à toutes les ruptures toutes

les solitudes toutes les flétrissures.

(Elles, Terre d’enfance, roman à deux encres, Tahiti, Au vent des îles, 2011, p. 102)

Chantal T. Spitz, née en 1954 à Pepe’ete (Tahiti), œuvre à briser les mythes issus du colonialisme en Polynésie française, à travers ses écrits littéraires, ses métiers (elle fut secrétaire, institutrice, conseillère pédagogique et conseillère technique au Ministère de la Culture) et ses combats (défense de la culture polynésienne, militance indépendantiste, présidence de l’association Littérama’ohi lancée en 2001 qui publie deux fois par an une revue, participation au mouvement antinucléaire suite aux essais menés par le gouvernement français à Moruroa et Fangataufa à partir de 1966, qui ont pris fin en 1996 avec le Traité d’interdiction complète des essais nucléaires).

Chantal T. Spitz, © Marie-Hélène Villierme, Papeete, juillet 2009. Source : Île en île (http://ile-en-ile.org/spitz/).

La publication en 1991 de L’île des rêves écrasés lance sa carrière littéraire. Mettant en scène les malaises de la Polynésie française contemporaine, le roman soulève des réactions vives et contradictoires dans la société tahitienne, des éloges aux menaces anonymes. C’est le premier roman tahitien traduit en anglais.

Dans Hombo, transcription d’une biographie (2002), elle restitue les témoignages douloureux de jeunes tenu.es à l’écart de leur village pour leur mode de vie trop étranger aux traditions.

En 2006, les Pensées insolentes et inutiles réunissent ses contributions à des colloques et des revues, ainsi que des écrits divers qui dormaient dans ses carnets et, en 2015, elle publie un recueil de nouvelles intitulé Cartes postales.

Fruit de sept années de travail, Elles, Terre d’enfance, roman à deux encres paraît en 2011. Dans un français puissant et corrosif, riche de néologismes, imprégné de mots tahitiens et du souffle rythmique de la déclamation orale, émergent les « Elles » qui ont construit le personnage principal qui porte deux noms, ‘Aiu du côté tahitien, Victoria du côté popa’a (nom qui désigne pour les Tahitien.nes les étranger.es ainsi que les blanc.hes né.es sur l’île). Ces femmes (grand-mère, mère, grands-tantes, et surtout sa nourrice Marie), dont certaines la refusent, d’autres l’aiment, deviennent les figures matricielles du lien aux autres, entre désespoir, tendresse et fardeau. Les filiations et les héritages sont ambivalents, notamment dans l’usage des langues maternelles. Le français était devenu la langue courante et il était interdit de parler tahitien à l’école, langue rejetée comme marqueur des classes sociales dévalorisées dans le système colonial. Les langues polynésiennes ne sont officiellement admises à nouveau dans les écoles qu’à partir de 1977.

Loin d’appeler à retourner à une origine pré-coloniale, Chantal T. Spitz souligne plutôt, comme dans son discours devant l’Assemblée de Polynésie du 26 juin 2008,

le risque de succomber à la mythisation des origines la célébration de racines imaginaires l’exaltation sectaire de la culture traditionnelle

le risque de substituer à la mythologie forgée par le colonisateur une contre-mythologie « un mythe positif de [nous]-mêmes[1] »

nous engageant à notre tour sur le chemin d’une nouvelle désidentification.

Sa langue indépendante et insoumise brise les non-dits et les idées reçues. Elle libère la colère, les liens d’amour aussi.

[1] Albert Memmi, Portait du colonisé, Paris, Gallimard, 1985, p. 153.

Pour aller plus loin :

Julia L. Frengs, « ‘Comment te dire la dualité entre l’une et l’autre moi-même’: The Double ‘je’ of Chantal T. Spitz’s Elles, Terre d’Enfance, Roman à deux encres », in Adrienne Angelo et Erika Fülöp (dir.), Protean Selves: First Person Narrators in Twenty-First-Century French and Francophone Fiction, Newcastle upon Tyne, Cambridge Scholars Publishing, 2014, p. 115-127.

Chantal T. Spitz, « 5 Questions pour Île en île », entretien de 29 minutes filmé à Paris le 10 avril 2014 par Estelle Castro et Dominique Masson. URL : http://ile-en-ile.org/chantal-t-spitz-5-questions-pour-ile-en-ile/.

Chantal T. Spitz, « Poésie lue par l’auteure », lecture filmée à Paris le 10 avril 2014 par Estelle Castro et Dominique Masson. URL : http://ile-en-ile.org/spitz-poesie/.

Chantal T. Spitz, « Sur la francophonie », Île sur île, février 2002. URL : http://ile-en-ile.org/chantal-spitz-sur-la-francophonie/.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.