Mars – Soyez mal ajusté-es

Alice Hagopian, Coney Island, County Down, Irlande du Nord.

Ça fait que 5 mois pour le doctorat/7 mois en l’Irlande du Nord/8 ans et demi à l’étranger.

Ça fait déjà 5 mois/7 mois/8 ans et demi.

Je comprends pas pourquoi la malhonnêteté est tellement acceptée, encouragée, récompensée par nos institutions parfois. Je vois bien comment -et pour qui- ça fonctionne. Mais je refuse de tolérer ces choses‑là. Les résultats sont inégaux : je m’accroche aux petites victoires, je laisse se désagréger les relations perdues et j’évite sans regret certaines personnes. Le but est de ne surtout pas plus ressembler à celleux qui « réussissent » selon des critères de comportement que je ne partage pas.

/ Pendant un atelier où il fallait mentionner des problèmes, mes commentaires sur les génocides ont été complètement ignorées. / Après un séminaire, mes commentaires sur des discriminations psychophobes-validistes n’ont reçu que du silence.

J’arrête les exemples à 3 (ce sont ceux qui me tordent le plus l’estomac ces derniers mois) et je pense à la Quichotte féministe lesbienne du Voyage sans fin de Monique Wittig. En 2022 déjà, je bossais sur cette pièce de théâtre tout en me débattant contre des problèmes créés par des gens bien vus dans l’université où j’étais mais au comportement intolérable selon d’autres critères (mes moulins à vent à moi peut-être !). À l’époque, ce sont les écrits, les valeurs et les actions de Sara Ahmed qui m’avaient apaisée. Living a Feminist Life m’a aidée à transformer un mélange de dégoût/colère/mépris pour des trucs adulés à l’université et d’admiration/espoir/joie pour d’autres choses que l’université ne tolère que sous certaines conditions. C’est pas grand-chose. Et en même temps, c’est hyper puissant :

Be maladjusted, don’t adjust to an injustice!

I am willing to be inconvenient.

Raised eyebrows = lesbian feminist pedagogy

Ça aide à continuer. Au fond je crois que j’en ai besoin. De tout ça et de puissance créatrice collective. J’ai besoin de penser avec, avec Wittig, Ahmed, etc., mais aussi de faire ensemble: “A collective is what does not stand still but creates and is created by movement.

Alors si ça vous dit aussi, on se retrouve très bientôt pour un club de lecture autour du Feminist Killjoy Handbook [Manuel de rabat-joie féministe] puis un atelier d’écriture entre rabat-joies féministes et on verra vers où nos lectures, réflexions, créations nous attireront.

D’ici-là. Moi je vais m’organiser pour ralentir sur le plan du doctorat et rester plus dans mon village (pour adopter les bébés cochons d’inde de ma voisine roumaine, rigoler entre bols de soupe et/ou verres d’alcool avec les copines du club de crochet, poser des questions queer et faire du presque karaoké à l’église, kiffer tout simplement dans mon petit chez moi toujours en cours d’aménagement, etc.). Et je nous souhaite de la douceur, des tempêtes qui font du bien, et la force collective des rabat-joies féministes.

                                                                                              Much love from Greenisland

Alice pour les Jaseuses


Virginie Trachsler a offert au carnet des Jaseuses une note de lecture à propos de La Plaie de l’aube, un recueil de Sara Mychkine, publié chez blast. Retrouvez son beau texte « Tisser la fin du monde – La Plaie de l’aube de Sara Mychkine » dans la rubrique Lectures de notre carnet !


⚡On jase aussi par ici

🎥 L’article « La grossesse dans les clips : le « baby bump » comme performance (de genre) » de Claire Salles pour la revue Genre en séries (approches gender en études audiovisuelles) est en ligne. Il fait partie du dossier « Quand les clips font genre » coordonné par Célia Sauvage (autrice de Décoder Disney-Pixar aux éditions Daronnes) et Maureen Lepers.
👣 À l’occasion de la journée d’études « Sur les traces des doctorant-es » organisée par des sociologues doctorant-es du Cerlis, le 25 mars au Campus Saint-Germain-des-Prés (Paris 6ème), Claire Salles reviendra sur son expérience de thèse avec une communication-performance intitulée « Bifurquer vers une recherche féministe : de l’importance du tiraillement ». Voix officielle et voix officieuses du journal de bord en négociation…
:micro: Emilie Victor Ollivier publiera ce mois-ci plusieurs articles dans la revue Zone critique. L’un d’entre eux sera consacré à l’ouvrage À l’ammoniaque de Bettina Ghio et aux évolution du rap français ces quinze dernières années au sein du dossier « Le rap avenir de la littérature ». D’autres, au format plus court, rejoindront la nouvelle rubrique de la revue « CULTES ».
:scintillements: Le 12 mars à 19h, Alex Lachkar discutera avec Camille Cornu et Noah Truong dans le cadre du festival des luttes féministes « Maison Plur·iel » organisé au Pavillon des Canaux (Paris 19) pour aborder la question des transmasculinités en littérature.

Ami-es des Jaseuses

:extra_terrestre: Le Laboratoire Corps genre arts lance un appel à propositions pour sa première soirée open-mic « Micro-mutant·es » ! Vous avez jusqu’au 24 mars pour leur faire parvenir vos propositions intégrant une pratique vocale (lecture, performance, chant, stand-up…). Un intérêt particulier sera porté au thème « voix mutantes / voix queer ». La soirée se déroulera le 10 avril au Bonjour Madame, à Paris. Toutes les infos sont sur le site du Labo !
💜 Le samedi 09 mars aura lieu une table ronde, intitulée « Ravages, de Violette Leduc : une édition enfin non censurée », à l’occasion de la parution de la version non censurée de Ravages, avec Mireille Brioude, Alexia Rivalet, Juliette Rouxet et Alexandre Antolin, co-auteur d’Ecrire à l’encre violette, littératures lesbiennes en France de 1900 à nos jours. La rencontre aura lieu de 15h à 17h à la Médiathèque Violette Leduc (18 rue Faidherbe, Paris 11e), toutes les informations sont ici.
:cahier_à_spirales: L’artiste caim stibert lance les précommandes du prochain numéro de son zine Amours Queers spécial « Amours gouines ». S’y retrouveront des œuvres lesbiennes de divers·es artistes, notamment une série de poèmes « Recueil d’assez de joies et de lumières » par Elisa L. Walter. Commandes possibles par mail à l’adresse 13zine@protonmail.com, et plus d’infos sur le compte instagram de caim.

Aux feminist killjoys des quatre coins du monde

Cette newsletter a été préparée par Virginie Trachsler, Marine Rouch et Caroline Dejoie

Conceptrices : Patrycja Toczek et Caroline Dejoie



Citer ce billet
Les Jaseuses (2024, 15 mars). Mars – Soyez mal ajusté-es. Les Jaseuses. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w0yl

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search