Sadie Plant, exploratrice cyberféministe

Et loin de s’évanouir dans l’immatérialité de l’air, le corps se complique, se réplique, échappe à son organisation formelle, aux organes organisés que la modernité a pris pour la normalité. Cette nouvelle malléabilité est partout : dans les commutations de la transsexualité (sic), les perforations des tatouages et des piercings, les marques indélébiles et les cicatrices, l’émergence des réseaux neuronaux et viraux, la vie bactérienne, les prothèses, les prises neuronales, nombre de machines errantes. (Zeros + Ones, Londres, Fourth Estate,  1997, p. 177)

Sadie Plant, née en 1964, est une théoricienne anglaise du cyberféminisme. En 1995, elle quitte son poste d’enseignement au département de Cultural Studies de l’université de Birmingham pour co-fonder la Cybernetic Culture Research Unit à l’université voisine de Warwick, dont elle se retire en 1997 ; l’université se désolidarise alors du collectif. Chercheuse indépendante, elle écrit des articles, voyage, enseigne à temps partiel et se consacre actuellement à l’écriture d’un « roman quasi-fictionnel[1] ». Elle traduit aussi de l’allemand vers l’anglais, et parle français et arabe. En 2001, elle a mené un projet de recherche sur l’impact social du téléphone mobile pour Motorola et en 2009, elle a travaillé sur une garderie novatrice.

Le cyberféminisme est un courant de réflexions théoriques et de propositions artistiques sur les technosciences en tant que possibilité d’émancipation à l’égard du patriarcat[2]. Il s’est développé, principalement en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis, au début des années 1990 dans le sillage du « Manifeste Cyborg » (1991) de Donna Haraway. Sadie Plant, l’artiste canadienne Nancy Paterson, le collectif australien VNS Matrix et le Old Boys Network en sont les figures de proue.

Panneau de 6 mètres par 3 créé par le collectif VNS Matrix à l’occasion de la diffusion en 1992 de leur « Manifeste cyberféministe pour le 21e siècle », affiché sur le mur de la Tin Sheds Gallery à Sydney (Australie). Source : https://vnsmatrix.net/projects/billboard-project.

Après des espoirs déçus, il connaît depuis quelques années un regain. On peut citer la fondation en 2013 du Deep Lab, réseau de chercheuses, activistes, artistes et journalistes cyberféministes, la publication en 2015 par le collectif Laboria Cuboniks du manifeste « Xenofeminism : A Politics for Alienation », ou encore des publications[3] et les expositions Computer Grrrls en 2019 à la Gaîté Lyrique à Paris et Producing Futures. An Exhibition on Post-Cyber-Feminisms organisée en 2019 par le Migros Museum für Gegenwartskunst (Zurich).

Version espagnole du « Manifeste cyberféministe pour le 21e siècle » de VNS Matrix. Source : https://vnsmatrix.net/projects/the-cyberfeminist-manifesto-for-the-21st-century.

Les trois livres de Sadie Plant ont été publiés au cours des années 1990 : The Most Radical Gesture, issu de sa thèse sur les situationnistes (un groupe d’artistes et de penseurs engagés dans la critique de la société de consommation des années 1960, dont Guy Debord est une des figures de référence), Zeros + Ones. Digital Women + The New Technoculture qui propose un récit féministe des technologies numériques, et Writing on Drugs qui montre l’importance des drogues dans la culture contemporaine, autour notamment des écrits de Samuel Taylor Coleridge, Sigmund Freud, Henri Michaux et William S. Burroughs.

Zeros + Ones[4], pensé dans le but de dépasser la technophobie qu’elle identifiait dans les théories féministes, semble inclassable. Il s’ouvre sur une fiction puis se déploie en fragments et en citations dont la trame principale est la vie d’Ada Lovelace, qui inventa dans les années 1840, un siècle avant la mise au point des ordinateurs, la programmation informatique. Les citations placées dans les fragments ne sont référencées qu’en fin de livre, renforçant l’impression d’une urgence à faire entendre une voix alternative au récit dominant de la technologie faite par et pour les hommes.

Opératrices d’ordinateurs avec un Eniac, le premier ordinateur entièrement numérique mis au point en 1945 par l’armée américaine. Source : armée américaine (https://www.army.mil/article/98817/womens_history_month_eniac_first_computer_programmers).

En tissant ensemble l’importance des opératrices téléphoniques, les liens entre les métiers à tisser et les ordinateurs, la part majoritaire de femmes (sous-payées) dans les usines d’assemblage électronique, et les grandes figures de conceptrices de programmes informatiques, Plant propose une relecture récupérationniste de l’informatique, révélant et valorisant l’héritage féminin. Mais cette « herstory » qui tendrait à doter l’informatique d’une essence féminine, du moins non-masculine, se trouve débordée : Plant montre surtout combien la binarité qui structure la pensée occidentale rigidifie la fluidité, les multiplicités et les multidimensionnalités.

Malgré des assertions parfois absconses ou non-démontrées, Plant a le mérite de s’être autorisée d’elle-même à proposer un autre regard sur l’histoire des technologies et leur potentiel féministe, pour nous permettre de penser les relations entre humains et machines en l’articulant à la fluidité des genres.

Pour aller plus loin :

Jessie Daniels, « Rethinking Cyberfeminism(s): Race, Gender, and Embodiment », Women’s Studies Quarterly, vol. 37, n°1/2, 2009, p. 101-124. JSTOR, consulté le 9 juillet 2019. URL : www.jstor.org/stable/27655141.

Kathy Kleiman, The Computers: The Remarkable Story of the ENIAC Programmers, Etats-Unis, 2016. En vidéo à la demande, URL : https://vimeo.com/ondemand/eniac6 (documentaire sur les 6 mathématiciennes chargées de programmer l’ENIAC).

Chantal Morley et Pascale Kuntz, « Empowerment des femmes par les technologies numériques : pouvoir avec, pouvoir pour et pouvoir intérieur », Terminal [En ligne], n°125-126, 2019, consulté le 9 juillet 2019. URL : https://journals.openedition.org/terminal/5081.

Victoire Tuaillon pour Binge Audio, Les couilles sur la table #58, « Des ordis, des souris et des hommes », consulté le 9 juillet 2019. URL : https://www.binge.audio/des-ordis-des-souris-et-des-hommes/

Notes :

[1] Voir les éléments biographiques donnés par Sadie Plant sur son site : http://www.sadieplant.com/biographie.

[2] Pour plus d’informations sur le cyberféminisme, voir la synthèse en anglais proposée par Susanna Paasonen, « From Cybernation to Feminization: Firestone and Cyberfeminism », in Mandy Merck, Stella Sandford (dir.), Further Adventures of the Dialectic of Sex, New York, Palgrave McMillan, 2010, p. 61-83. URL : https://monoskop.org/images/4/41/Paasonen_Susanna_2010_From_Cybernation_to_Feminization_Firestone_and_Cyberfeminism.pdf.

[3] Malinda Seu, Cyberfeminism Catalog 1990-2020, Cambridge (MA), Harvard University Graduate School of Design, 2019 ; Yeon Ju Oh, Radhika Gajjala, Cyberfeminism 2.0, Berne, Peter Lang, 2012.

[4] Pour une analyse en anglais du livre dans le contexte cyberféministe de l’époque, voir Alex Galloway, « A Report on Cyberfeminism », Switch, n°9, 14 juin 1998. URL : https://vnsmatrix.net/wordpress/wp-content/uploads/a-report-on-cyberfeminism-sadie-plant-relative-to-vns-matrix-alex-galloway-switch-journal-issue-9-june-14-1998-online-journal.pdf.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.