Une année Wittig

Le 3 janvier 2023, au cimetière du Père Lachaise, nous étions là pour le lancement de #Wittig2023 avec l’Association des ami-e-s de Monique Wittig. Un an plus tard, nous sommes fiēr-es des ateliers de recherche, de lecture, d’écriture, de création, des textes publiés et de l’exposition montée au sein des Jaseuses pour participer à célébrer les textes, le militantisme et la vie de Wittig.

En une année, beaucoup de choses se sont passées : des textes ont été lus et d’autres ont été écrits, des événements ont eu lieu, du travail a été accompli, des liens se sont créés, d’autres se sont défaits ; on avance. Alors que ce 3 janvier 2024, le cimetière était fermé pour cause de grand vent, nous empêchant de nous rassembler et de lire ensemble autour de sa tombe comme prévu, nous avons eu envie de publier ce qu’une jaseuse avait écrit dans une tentative de journal de bord, il y a un an.

Claire est au café avec Suzette et Sylvie. Emma et moi les rejoignons – un peu intimidées. Mais Suzette parle beaucoup et est enjouée de tout, nous donne mille comptes insta à suivre, nous promet de nous mettre en contact avec unetelle et aussi un-e tel-le. Peu à peu l’excitation et la gratitude remplacent la timidité. Devant les grandes portes du Père Lachaise, des lesbiennes arrivent de tous sens. Ça se fait la bise, ça se sourit, ça se salue, ça se présente, ça se dit comme on est heureuxse d’être là, ça rit, c’est ému. Perdues parmi les gens qui semblent toustes se connaître, on se serre avec Claire et Emma, on fume des clopes pour faire semblant d’être à l’aise, on lance des sourires et des bonjours. Il y a Clémence Allezard, son bonnet orange et son micro, Céline Sciamma apparaît d’un coup et nos cœurs battent un peu plus fort, il y a Margot Gallimard qu’on regarde en coin, il y a des jeunes, des vieilles, des italiennes, des françaises, des gouines, des bi-es, des queer, des allié-es, des copines, des connu-es, des pas connu-es ; et il y a nous, les Jaseuses, enfin celles qui sont là aujourd’hui. Suzette parle fort et dit à toustes celleux qui veulent l’entendre “Emma, Claire, Caroline, ce sont des Jaseuses elles font un travail formidable” !

Chacun-e trouve sa place autour de la petite tombe blanche et carrée. Des fleurs et des livres sont déposés. Suzette ouvre le bal en lisant un extrait de Virgile, non. Puis une autre lit un fragment du Corps lesbien, et puis une autre Les Guerillères en italien, et puis La pensée straight, et un bout de l’Opoponax, et d’autres, et d’autres, et Claire lit un morceau du Brouillon, suivie d’Emma qui en lira trois. Dans le micro de Clémence, on doit entendre les voix et les oiseaux, parfois les bruits de manteaux qui se frottent, parfois une toux mais toute discrète ou qui s’éloigne pour ne pas déranger. On doit entendre les sourires et puis de temps en temps un “merci” prononcé presque tout bas. On doit entendre le soleil qui traverse les branches des arbres tout autour de nous, et le vent qui nous enveloppe. C’est super beau. Suzette ne sait pas comment finir le moment, quand plus personne n’a eu envie de lire, elle est émue – on l’est toustes. Quelqu’une lit l’entrée “Communauté” du Brouillon pour un dictionnaire des amantes :

Place, lieu, espace partagé par plusieurs amantes qui ont décidé de mettre en commun leurs rêves, leurs lits, leurs initiatives, leurs formes de vie, leurs activités, leur alimentation, leurs découvertes, leurs amours. Les communautés ont multiplié et développé la force et l’énergie de chaque amante.

Puis le cercle se desserre doucement, les murmures se font de plus en plus forts et on sort du cimetière par petites grappes, jusqu’au café place Martin Nadaud. On organise deux grandes tables et on commande des café des chocolats des grogs du vin blanc et du vin rouge, on prend une photo, “une photo pour Aurore qui n’est pas là !”, Suzette dit à la volée qui est qui et qui fait quoi et on applaudit et on félicite et puis, même si elle ne veut pas, on applaudit Suzette pour la remercier.

Plus tard, dans le métro, on se dit comme on est heureuses d’avoir été là ensemble.

 

Nos remerciements vont à Suzette Robichon et à l’association des ami-e-s de Monique Wittig pour cette belle année passée ensemble. Et le voyage sans fin continue.

 



Citer ce billet
Caroline Dejoie (2024, 8 janvier). Une année Wittig. Les Jaseuses. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vfnr

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search