Portraits de chercheureuses en animales

« Ma bonne Alliette, lui dit-elle, qu’est-ce que la chercheuse ? »

L’expression du visage d’Alliette changea subitement, elle pâlit, serra son front dans ses deux mains, et dit à voix basse en tremblant de tous ses membres :

« La chercheuse ? Oh ! c’est une chauve-souris qui vient de la lune. Elle est toute petite quand le premier croissant brille là-haut comme une serpe, et de ses ailes froides elle vient battre mon front ; de ses griffes déliées, elle me serre le cœur ; puis, à mesure que la lune grandit, elle grandit aussi, elle me saisit, elle m’emporte, me traîne dans tous les recoins du château et m’oblige à chercher, à chercher sans relâche ce qui est perdu, perdu pour toujours ! »

Une jeune châtelaine au XVIIe siècle, Julie Lavergne (1823-1886), 1924 [1885], pp. 40-41. Source : Gallica.

En quête d’autre chose, une Jaseuse rencontre ce passage dans un roman de la fin du 19ème siècle, écrit par une certaine Julie Lavergne. Ces lignes comme un miroir lui renvoient une image insolite de ce qu’elle pourrait être — l’animale nocturne qui, dans sa fougue, travaille (et fait travailler les autres…) sans relâche en quête de ce qui doit être retrouvé ! —, mais après de longues heures infructueuses et solitaires passées à scruter des textes sur un écran, elle sent faiblir sa ténacité de chauve-souris. Elle décide néanmoins de répondre à l’appel de cette animale qui vient de la lune, et propose aux Jaseuses de tenter un portrait de læ chercheureuse en animale.1 Voici les premiers de ces portraits.

Germaine Richier, La Chauve-souris, 1946, bronze naturel nettoyé, 91 x 91 x 52 cm, © Musée Fabre de Montpellier Méditerranée Métropole, photo : Frédéric Jaulmes, © ADAGP, Paris


LOUV}E{S

La louve apprend en meute. Si celle-ci n’a pas de cheffe à proprement parler, il s’agit plutôt de têtes pensantes polymorphes, meutes hybrides à mille têtes – et aux millions de griffes et de crocs saignant d’un vermeil)le( savoir. 

La louve est mère et fille des flammes et des mers. Elle a le poil d’un noir d’encre qui, au fil des nouvelles lunes, s’est coloré de sang rouge à sang noir au fil de ses tentatives, de ses apprentissages, de ses échanges.

La louve vit en meute – a minima intérieurement. Ouvrez leurs encyclopédies, ils vous  diront : la louve est un animal solitaire. Elle hante les bois et terrifie les hommes ; mais, fort heureusement, c’est aujourd’hui une espèce en voie d’extinction. Moi je dis qu’en vérité la louve existe en meute, elle se meut et )se( crée avec ses sœurs. Et si, parfois, les nuits marines lui sont nécessaires – si elle rentre en elle-même pour tisser la poussière d’étoile qu’elle récolte auprès de ses pairEs et dans ses yeux et dans sa gueule – si elle semble, pauvre animal{e{ solitaire, plus riche de son auto-conception que jamais : { moi je raconte la vérité de la légende de la louve – des louv}e{s, toujours chercheuses, chercheureuses des forêts touffues d’un savoir noir de jais, où le duvet et la toile de ce que tissent ses griffes et ses crocs se mêlent aux gueules et aux yeux de ses sœurs dans la roche des mondes.

Elisa L. Walter


Phase bleue

Institution souhaite chercheuse agile, adaptable, dynamique. Institution enjoint chercheuse à se faire guenon, adepte du multitasking serein, écureuille, prévoyante et curieuse, fourmi, industrieuse au sein du groupe. Institution recommande à chercheuse de préférer la mue à l’hibernation.

mais chercheuse a appris : la renarde arctique sait que la neige viendra, quand elle entre dans sa phase bleue, elle construit un réseau de galeries complexes, elle protège tout ce qui en elle est sombre, elle perd, elle gagne, elle équilibre, elle accumule, elle survit de pas grand-chose, sauf quand elle a faim de plus grandes choses, elle se détourne des couleurs chaudes, elle se méfie ce qui brille.

dans l’ombre
                     on se tapira on taupinera on fouissera
                     on furètera on fouinera on belettera

dans la nuit
                     on creusera nos galeries
                     on fera notre sol

sous la surface
                     on aérera le monde

Virginie


Apprendre ensemble

Les personnages sur lesquelles j’écris sont beaucoup des enfants et c’est pour ça que, par choix, ici,
j’écoute des bébés animaux.

Des chatons peuvent nous enseigner à sauter avec grâce d’idée en idée. Des petits oiseaux, à harmoniser nos voix avec les sons environnants.
Des bébés renards peuvent nous enseigner à accepter l’aide extérieure. Des rats, à défendre nos arguments et mordre au besoin.
Des vaches et leurs veaux peuvent nous enseigner à mâcher et remâcher nos raisonnements jusqu’à arriver au but escompté. Des chevreaux, à ne pas y passer trop de temps quand même. Et des chimpanzés, à s’amuser en chemin.

Passionnée, travailleuse, rêveuse, créative, la chercheuse veut apprendre avec des bébés animaux.
Elle s’imagine qu’on lui parle et s’émerveille de leur sagesse,
leur instinct de survie, leur agilité d’esprit, leur douceur et leur énergie.

J’admets que ça en dit plus long sur moi – sur nous – que sur eux.
On projette, on se rassure, on voit bien ce qu’on veut.
Mais que pourrait-on faire de mieux sinon s’inspirer des qualités ?
Et dire merci !

Alice


Le monologue de la marmotte à la recherche du discours 

Entre en scène la chercheuse (marmotte).
Elle est vêtue d’une coiffe blanche (marmotte) et d’une robe en toile marron (marmotte). 

Lᴀ ᴍᴀʀᴍᴏᴛᴛᴇ – C’est depuis une grotte que je parle pour dire. 
La recherche des choses qui échappent au commun.
C’est depuis 
un espace parmi 
d’autres qui sont tous les miens. 

Je les habite, et les construis, et j’y travaille,

et j’y creuse. 

C’est depuis un espace qui fait famille. 
Que mon discours advient.
Il est issu d’un corps capable de combats. 

J’apprends, depuis des siècles, à danser, me mouvoir, au son des instruments. Je cherche, cherche. Un rythme. J’apprends à établir des structures, à construire un discours dans l’outre-dominant. La cadence de mon corps et celle de mes mots s’originent dans les tunnels, dans les caves obscures et dans les pissenlits. Et j’y creuse. Et j’y bâtis. Je construis mon langage accompagnée des mien-nes, des celleux qui choisissent de chercher outre, ailleurs, de siffler fort pour dire, et de regarder loin. Jusqu’à la fin des terres. Jusqu’au bout de creuser. 

Emilie Victor Ollivier


 



Citer ce billet
Les Jaseuses (2024, 12 janvier). Portraits de chercheureuses en animales. Les Jaseuses. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vkb4

  1. en prolongement de l’atelier Brouillon pour un nouveau bestiaire organisé en mars dernier avec Wendy Delorme []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search