Décembre 2023 – Comment venir à bout d’une porte bloquée ?

Porte Réfléchie, composition photographique, Emilie Victor Ollivier, 2023.

 

Il est des moments où ça butte où ça frotte où ça change aussi.
On se sent même, parfois, changer de l’intérieur. Ça peut faire éternuer. La chair est mise en mouvement par les éclats du monde, elle est tordue.

En ce mois de décembre 2023, je n’ai pas envie de parler des fêtes de fin d’année, ni des guirlandes, ni de celles et ceux dont les rires éclatent autour de grandes tablées, de celles et ceux qui ne s’y sentent pas à leur place et qui choisissent de s’organiser autrement.

Je m’apprête à rénover une maison. J’épluche les sites de bricolage, les chaînes youtube de DIY des travaux, les forums obscurs où, en 2003, mister_nono se demandait s’il fallait laisser une lame d’air entre la laine de verre et les voliges, et où en 2007 gcho_776 constatait avec effroi une fuite dans son mitigeur. Je prends des mesures, je prends du recul, j’envisage mille possibilités et je fais des plans.

Pour cela, je voudrais parler de portes.

Porte : ouverture faite pour entrer dans un espace fermé, pour en sortir aussi.
Porte : espace d’une ville où l’on trouvait anciennement les entrées/sorties des enceintes
Porte : ce qui ferme un meuble, une armoire
Porte : passage exigu dans une montagne
Porte : accès, introduction
Porte : monument de type arc de triomphe

Ouverture faite pour entrer dans un lieu fermé ou pour en sortir / carrée / ronde / bâtarde / cochère / charretière / fenêtre / de devant, de derrière / secrète / dérobée / accordéon / battante / coulissante / pivotante / d’entrée / vitrée / à galandage /  coupe feu / pliante / il est cependant des moments charnières que seul le temps ou la perspective peuvent articuler.

La porte de ma maison sera en bois. Je ne sais pas encore s’il y aura des carreaux. Je m’attelle à prendre le temps d’observer l’idée d’un bois mouvant, des nœuds mouillés parce qu’il a fait un peu plus froid ces derniers temps.

Je voudrais parler de portes.

Celles que l’espace intime de nos vies ou que nos activités de recherche, de création nous opposent. Nous imposent. Il y a celles, visibles et violentes, qui disent non, brisent des élans, qui malgré la grande qualité de votre […] nous sommes au regret de […], celles encore que l’on voudrait dégonder à grands coups de pieds parce que pas assez […] ou trop […] celles qui nous enragent, celles qui, parce qu’elles sont fermées, tuent. Il y a aussi les invisibles et pernicieuses qui se ferment dans le regard des autres et isolent, parfois, celle du constat de leur manque d’envie, celles enfin qui sont là depuis toujours et sur lesquelles on n’ose pas poser notre regard.

Je choisis, en cette fin d’année, de regarder en face ce qui fait porte. Puisque ce qui bloque peut également constituer un accès, c’est la définition qui le dit.

Ce qui fait porte c’est la solitude, ce sont des pensées qui tournent, c’est l’inconfort d’une position trop longtemps conservée sur le canapé, ne pas réussir à finir un livre, les longs trajets, l’espace mental pris par l’attente de tout un tas de réponses, par le souvenir que les morts ne reviendront pas, c’est la fin d’une étape universitaire, une soutenance qui arrive, un article à rédiger, c’est le nez qui coule, se mordre les joues de l’intérieur, trébucher.

Ce qui fait porte, face à ça, c’est la solitude encore, c’est changer de céréales un matin, lire un livre sans avoir fini les trois qui étaient commencés, là sur la table et que l’on s’était juré d’avancer, c’est acheter un sapin en chocolat, un e-mail qui arrive un matin, une balade dans le froid mais avec du soleil sur le visage, c’est dessiner un vase avec une fleur dedans, penser à de nouveaux sujets de recherche, ou à ne plus faire de recherche du tout, c’est regarder les mécanismes de ce qui bloque, parfois constater le défi, parfois l’impossibilité, se dire que l’on pourra faire ça un autre jour, mais parfois aussi c’est se souvenir que l’on a du dégrippant, là, dans la boite à gants, on l’avait oublié, c’est prendre des bouts de ferraille, construire une poignée, travailler la serrure, parce qu’enfin, on en a compris les mécanismes.

***

Vendredi 8 décembre, 11h47, il fait froid, j’ouvre la porte, j’avance de quelques pas et je reste debout, je regarde les lumières et la chaleur du dedans depuis l’extérieur. La porte s’est refermée. La perspective de mon espace de vie, qui est également mon espace de travail, est changée, changeante. Il pourrait se passer quelque chose dans cet espace.

J’ai oublié de mettre un bonnet.

Emilie pour Les Jaseuses


#Wittig2023

Samedi 25 novembre à la médiathèque Aimé Césaire, Abel Delattre et Caroline Dejoie ont raconté ce qui a été créé aux Jaseuses tout au long de cette année #Wittig2023. Expériences de lecture, réception, inspiration, réappropriation et création ont été les thèmes abordés lors de cette discussion ouverte à toustes.


⚡On jase aussi par ici

:écran_ordinateur:  Marine Rouch organise pour la Société internationale Simone de Beauvoir la dernière session des Beauvoir Webinar Series 2023 : « Corps et sexualités dans la pensée beauvoirienne ». Il s’agira d’une discussion bilingue entre Sylvie Chaperon et Emily Anne Parker, modérée par Katja Čičigoj. La session sera enregistrée et mise en ligne sur la chaîne Youtube de la société.

👭🏼 Pour Jeanne MagazineAdèle Cassigneul signe une chronique d’il/le de Minnie Bruce Pratt (éditions Blast)

🏳️‍⚧️ Sur son carnet de thèse, « Lesbiennes de chair et d’encre », Alex Lachkar a publié un article intitulé « Être un chercheur trans à l’université ». Il fait le bilan sur un an en tant que chercheur visiblement trans à l’université, et livre des réflexions et des solutions concernant les pratiques citationnelles dans le monde académique, d’un point de vue trans.

:spectacle: Emilie Victor Ollivier soutiendra sa thèse « À la recherche d’une nouvelle représentation – Artaud, Brecht, Brook pour une relecture de la théâtralité des textes autofictionnels, du sens à la spatialité textuelle » le 18 décembre à 14h à l’université de Nantes (salle C248, Censive du Tertre).

:myrtilles: Dans la revue de poésie Sœurs, Virginie Trachsler signe une traduction d’un poème de l’Irlandaise Annemarie Ní Churreáin. L’un de ses propres poèmes est publié dans la revue gratuite Abridged, à lire ici.
:herbe: Isaline Dupond Jacquemart publie des images de sa série « Monde alternatif » dans le dernier numéro d’Opium Philosophie, « Accident ».

Ami-es des Jaseuses

:cahier: Le 8 décembre s’est tenue la journée d’études « Analyser la réception au prisme du genre. Redécouvertes, réappropriations et relectures d’autrices. XIXe-XXIe siècles », organisée par Lucile Dumont, Camille Islert, Aurore Turbiau, Damien Zanone.

:micro_de_studio:Alexandre Antolin, contributeur d’Écrire à l’encre violette, a présenté l’ouvrage issu de sa thèse et la réédition de Ravages de Violette Leduc au micro de Stéphane Bern. C’est à écouter en ligne.

🔥 Dimanche 10 décembre à la Mutinerie à Paris, rdv pour Sale Art, le petit salon d’auto et micro édition. Organisé par l’artiste Maic Baxane, on y retrouvera aussi les créations d’une autre amie des Jaseuses : Aquafemme.

📰 La mouture hivernale de la newsletter consacrée à Virginia Woolf est en ligne ici. N’hésitez pas à vous y abonner ici.


aux portes qui s’ouvrent alors que l’année s’achève

Cette newsletter a été préparée par Virginie Trachsler, Marine Rouch et Caroline Dejoie

Conceptrices : Patrycja Toczek et Caroline Dejoie



Citer ce billet
Les Jaseuses (2024, 4 janvier). Décembre 2023 – Comment venir à bout d’une porte bloquée ? Les Jaseuses. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vf42

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search