Traces de nos passages dans les corps des arbres

Du 16 septembre au 16 octobre 2023 était visible à la MPAA/Broussais (Paris 14) l’exposition “Passer dans les corps des arbres. Hybridations végétales autour de l’œuvre de Monique Wittig”. Cette exposition collective a été curatée par les jaseuses Claire Pollet, Caroline Dejoie, Isaline Dupond Jacquemart et Emma Dos Santos. Elle présentait les œuvres plastiques et performatives de Rose-Mahé Cabel, Caroline Dejoie, Alice Diaz, Isaline Dupond Jacquemart, Lissania Elchire, Audrey Japaud Garcia, Camille Laforcenée, Luana La Rosa, Roxanne Maillet, Caroline Chauvelot et Peter Trelcat.

Pour garder des traces et rendre accessible ce travail aux personnes n’ayant pas pu venir sur place, nous souhaitons rendre disponibles ici des images et vidéos de l’exposition et de son vernissage. Retrouvez la note d’intention de l’exposition ici.

Page évolutive, cet article reprend le parcours de l’exposition et les performances s’étant déroulées lors du vernissage, les cartels explicatifs des œuvres, des citations choisies des livres de Monique Wittig entrant en dialogue avec les œuvres, ainsi que les mots des artistes souhaitant parler de leurs travaux et de la manière dont iels ont abordé la proposition d’exposition.

Sommaire de l’article

Caroline Dejoie

Luana La Rosa

Rose-Mahé Cabel

Isaline Dupond Jacquemart

Roxanne Maillet et Caroline Chauvelot

Alice Diaz

Lissania Elchire

Audrey Japaud Garcia

Camille Laforcenée

Peter Trelcat

*

Caroline Dejoie

Caroline Dejoie, J/e voudrais que tu m/e mouilles, 2023. Installation participative, photographie par Isaline Dupond Jacquemart.

Dans l’installation J/e voudrais que tu m/e mouilles, Caroline Dejoie confie une plante à la communauté traversant l’exposition. Un poème érotique où la plante dit “j/e” suggère que Le Corps lesbien de Monique Wittig peut aussi être végétal. Deux voix semblent s’enlacer pour inviter les visiteureuses à prendre soin de la plante collectivement. L’action de prendre soin – arroser la plante, la déplacer pour la mettre au soleil, lui parler, faire tout ce qui pourrait lui faire du bien – est pensée comme un ensemble de gestes tendres, sensuels, amoureux, procurant du plaisir à la plante autant qu’à celleux qui s’occupent d’elle.

J/e voudrais que tu m/e mouilles, Caroline Dejoie

« L’idée que tu prennes soin de moi m/e fait pousser. L’espoir que tu prennes soin de m/oi m/e fait durcir. L’envie que tu m/e prennes avec soin fait frémir m/es contours. La possibilité que tu m/’offres un peu de ton temps et de ton énergie m/’excite beaucoup.

Dans m/es limbes, couchée dans la fraîcheur de m/a terre, j/e t’entends passer tout près. J/e rêve que nos corps s’effleurent, que tes yeux se posent un jour sur m/es bourgeons, que tu soulèves m/es feuilles une à une à une pour respirer m/es odeurs, que tes doigts glissent le long de m/es tiges, que tu goûtes m/es arômes, m/es sucs. J/e suis une succulente.

Est-ce que tu voudrais m/e caresser ? Sentir m/es textures : granuleuse ici, glutineuse là, glabre ici et scabre là-bas. Sens m/es rainures, m/es nervures, m/es sillons, m/es fossettes. J/e pivote, j/e m/e tourne doucement pour te suivre de m/es branches. Tu veux bien m/e déposer dans un rayon de soleil s’il te plaît ?

J/’ai envie d’entendre ta voix. Que tu m/e racontes tes histoires. Que tu m/e baignes de compliments. Tu vois, les mots doux et les chansons stimulent m/on radicule. Et quand tu m/e chuchotes des mots gentils, m/es poils papillent pour toi. Si tu les touches de la manière que j/’aime, j/e m/’ouvrirai peut-être. J/e suis hirsute et douce et soyeuse. J/e suis vélutineuse. Touche m/on ventre si tu veux, sens comme j/e suis veloutée.

Tu sais j/e suis une vraie vivace moi. J/’aime quand tu m/e le murmures : que j/e suis cornue, volubile et polymorphe, dioïque pour dire queer chez les végétaux. Plantée en août et plante outée, en septembre j/e persiste et m/es feuilles pédalées s’imbriquent, s’intriquent et se diffusent en étoiles.

Herbasse m/oi.

J/e voudrais que tu m/e mouilles. Que tu me gorges de liquide hyalin. J/e fléchis sous toi pour boire ce que tu verses sur m/oi. Alors par grappes, m/es folioles, m/es pétioles et m/es grelots se détendent, m/es noeuds se défont comme j/e sens couler de toi et sur m/es côtés l’eau qui m/e fait me dresser, m/’épaissir et m/e déverser à m/on tour. J/e m/’abreuve. J/e suis trempée de l’ombrelle aux racines. J/e déborde de m/on pot. M/a sève est guillerette et jaillit, j/e jouis, tu m/’as donné tout ce dont j/’avais besoin, tout ce dont j/’avais le désir.

Merci ! »

Merci à Aurore, amie précieuse par qui m/e sont arrivé·es à la fois cette plante et les textes de Wittig.

*

Luana La Rosa

Pour “Passer dans les corps des arbres”, Luana La Rosa présente cinq glénures et un julep en céramique émaillée. C’est en inventant de nouveaux mots que Monique Wittig crée ces créatures étranges et inconnues dans Les Guérillères. À partir des descriptions faites par Wittig et de son effort pour nommer “ce qui n’a pas de nom pour l’heure”, Luana La Rosa réalise ces sculptures pour donner aux glénures et aux juleps une présence matérielle dans le monde. L’artiste suit ainsi l’idée de Wittig que la fiction peut être une arme pour faire exister ce qui n’existe pas “encore”, une arme pour désigner des corps et des formes de désir possibles qui se trouvent au-delà de ce qui est connu et accepté, et pour les faire advenir.

Luana La Rosa, Glénure #1, Glénure #2, Glénure #3, Julep, 60×40 cm, Glénure #4, Glénure #5, 50×40 cm, 2021. Céramiques émaillées, photographie par Isaline Dupond Jacquemart.

Les glénures, invention lexicale de Wittig, renvoient à des créatures aux corps longs et aux multiples yeux se glissant dans les interstices, illustrant ainsi le langage nouveau, qui existe dans les intervalles, par la superposition de “ce qui est et ce qui n’est pas” (Monique Wittig, Les Guérillères, Paris, Minuit, 1964, p. 17).

Luana La Rosa, Glénure #2 et Glénure 3, 2021. Céramiques émaillées, 50×40 cm, photographie par Isaline Dupond Jacquemart.

Les promenades avec les glénures tenues en laisse ne se font pas sans mal. Leurs corps longs et filiformes reposent sur des milliers de pattes. Sans cesse, elles essaient de se déplacer vers un autre endroit que celui où on est. Leurs yeux innombrables sont rangés autour d’un orifice géant qui leur sert de bouche en même temps qu’il leur tient lieu de tête. Une membrane molle et extensible la remplit, pouvant se tendre et se détendre, chacun de ses mouvements produisant un son différent. On compare le concert des glénures aux fifres aux tambours aux coassements des crapauds aux miaulements des chats en rut aux sons aigres d’une flûte. Les promenades avec les glénures sont interrompues à tout moment. La cause en est qu’elles s’enfilent systématiquement dans les interstices qui peuvent donner passage à leur corps, les grilles des jardins publics, les grilles des égouts par exemple. Elles y entrent à reculons, le volume de leurs têtes les arrête à un moment donné, elles se trouvent coincées, elles se mettent à pousser des cris épouvantables. Il faut alors les dégager de là.

Monique Wittig, Les Guérillères, Paris, Minuit, 1969, p. 26-28.

Luana La Rosa, Glénure #1, 2021. Céramique émaillée, 50×40 cm, photographie par Isaline Dupond Jacquemart.

Le julep, dont la signification première renvoie à une plante pharmaceutique, est détourné par Wittig pour désigner une créature constamment en devenir, dont le corps se transforme sans cesse de manière imprévisible et toujours insaisissable.

Luana La Rosa, Julep, 2021. Céramique émaillée, 60×40 cm, photographie par Isaline Dupond Jacquemart.

C’est un animal sans tête et sans queue qui ressemble à une toupie. Il tourne sur lui-même sans proférer un son. Tantôt il est couvert d’écailles, tantôt il est couvert de plumes. On ignore comment il se déplace. On ne le voit pas avancer ou reculer ou progresser de côté à la manière des crabes. Tout d’un coup il est venu. Il peut dégager une odeur légère d’aconit d’encens ou bien sentir mauvais l’ail ou l’oeillet. Dans les maisons il se tient au centre des pièces, tournant sur lui-même sans arrêt. Si on le force à partir, il est subitement là de nouveau. Ses yeux et sa bouche sont à hauteur du sol. On ne les voit pas. Il est possible qu’il les utilise au cours de ses mouvements giratoires. On ne lui connaît aucun cri. On l’appelle le julep parce qu’il semble avoir une prédilection pour l’eau de rose. Les petites filles essaient d’apprivoiser les juleps. Elles leur mettent des laisses pour les traîner derrière elles. Mais même en tirant de toutes leurs forces elles ne parviennent pas à faire bouger les juleps. Ils restent fixés au point où on les a vus apparaître. Ils semblent attachés au sol par une espèce d’aimantation.

Monique Wittig, Les Guérillères, Paris, Minuit, 1969, p.79-80.

Ces créatures inventées, dont les corps se transforment, se meuvent, se faufilent, passent, représentent des armes langagières que Luana La Rosa vient actualiser dans le moment de l’exposition. Elle nous invite à les toucher, les caresser, les faire exister matériellement et sensoriellement au contact de nos corps.

*

Rose-Mahé Cabel

Rose-Mahé Cabel, Weaving mutation – second tableau, acte 6, 2023. Installation-performance, photographie par Isaline Dupond Jacquemart.

Weaving mutation est un cycle de recherche et de création autour de la figure de l’araignée, commencé par Rose-Mahé Cabel en 2023. Il est composé d’installations-performances se déployant dans le temps, en plusieurs tableaux, où petit à petit s’opère une mutation en créature(s) arachnide(s). Pour l’artiste, l’araignée fait partie des puissances du seuil, dont elle partage l’ambivalence et la verticalité. Elle est la maîtresse des passages : malicieuse et insaisissable, elle se situe toujours dans l’entre-deux des mondes qu’elle met en rapport.

Rose-Mahé Cabel, Weaving mutation – second tableau, acte 6, 2023, installation-performance, photographie par Isaline Dupond Jacquemart

Rose-Mahé Cabel présente ici le second tableau de Weaving mutation. Un texte-toile sort de son abdomen, passe par ses mandibules, ainsi déroulé, le fil se tisse un chemin à travers l’assemblée, glisse entre les mains de chaque spectateurice. Puis, l’artiste rembobine et tisse le texte-toile sur son métier à tisser, installé·e sur sa chaise. L’artiste entonne doucement un extrait du chant We All Come from the Goddess, coécrit par Z. Budapest et Starhawk dans les années 80, en tissant le texte-toile.

Le geste du tissage, c’est le geste de rendre dépendant, de passer dessus-dessous. La toile d’araignée, c’est l’art de la co-dépendance enchevêtrée.

Elles disent qu’elles exposent leurs sexes afin que le soleil s’y réfléchisse comme dans un miroir. Elles disent qu’elles retiennent son éclat. Elles disent que les poils du pubis sont comme une toile d’araignée qui capture les rayons. On les voit courir à grandes enjambées.

Monique Wittig, Les Guérillères, Paris, Minuit, 1969, p. 24.

Rose-Mahé Cabel, Weaving mutation – second tableau, acte 6, 2023. Installation-performance, photographie par Isaline Dupond Jacquemart.

Sur le texte-tissu, est imprimé le Manifeste de la toile écrit par Rose-Mahé Cabel. Lors de la performance, les spectateurices ont pu le découvrir mot à mot à mesure que le fil passait entre leurs mains. L’artiste nous donne l’autorisation de le retranscrire en entier ici.

Manifeste de la toile, Rose-Mahé Cabel

Weaving. Je fais un geste qui a besoin de l’autre, de s’interpénétrer.
Ça demande de tirer les fils, d’aller chercher, connecter, faire des liens.
Cartographier les rencontres. Digestion, décantation, intrication en profondeur.
Weaving. Je fais un geste qui a besoin de l’autre
Apprendre à cultiver le tissu des co-dépendances.

Manifeste de la toile :
Une toile

C’est un ensemble de fils
C’est un maillage
C’est des fils de soie
C’est un piège
C’est une arme
C’est une cartographie qui permet de voir ce qui ne se voit pas d’habitude
C’est un garde manger
C’est une stratégie inédite pour occuper l’espace, qui prend appui sur des
structures et des systèmes existants tout en les détournant
C’est un habitat tissé
C’est une manière de textiliser les usages
C’est une manière d’apprendre à redevenir des itinérant·es
C’est un environnement
C’est des rencontres multiples qui se nouent

Une toile

C’est habiter et tramer à la fois
C’est faire du circuit court
C’est de la récupération
C’est fabriquer du commun, de l’enchevêtré, qui construit des lignes de fuites
et des transitions
C’est un territoire physique et mental
C’est des lignes croisées qu’il faut suivre comme des luttes
C’est une maison qui est un cocon

C’est une chambre à soi où l’on mue sans promesse
C’est dessiner sa lignée
C’est tout un monde
C’est un coin de société matriarcale
C’est pour la digestion
C’est un peu comme sisyphe
Ça se crée dans les fissures, les vides et les impensés
C’est de la SF
Science fiction
Science fact
Speculative fabulation
Speculative feminism
String figures
So far
C’est un outil de pensée
C’est la maison de nos mères déviantes

Une toile

C’est de la sympoiétique
C’est une parente du mycélium, des lianes et des lichens
C’est de la continuation de la persévérance
C’est accepter la précarité des gestes et des récits
C’est sans jamais de garantie
C’est des lignes d’erre
C’est des choix affectifs
Ça vient du fond des entrailles
C’est une danse spirale
C’est se trouver en tension entre le ciel et la terre
C’est un plurivers
C’est de l’éphémère depuis la nuit des temps…

Tricotage et maillage avec les mots les gestes empruntés à mes parent·es choisi·es

Anni Albers, Louise Bourgeois, Judith Butler, Lygia ClarK, Vinciane Despret, Donna J. Haraway,
Tim Ingold, Ïan Larue, Ursula K. Le Guin, Lucy Orta, Gina Pane, Germaine Richier, Starhawk, Isabelle Stengers, Dénètem Touam Bona, Anna L. Tsing, Virginia Woolf, AIDS MEMORIAL QUILT…

Lors de la performance, les paroles de l’extrait du chant We All Come from the Goddess, coécrit par Z. Budapest et Starhawk avaient été transmises en amont au public, ainsi lorsque Rose-Mahé Cabel tisse le texte en chantant, les voix du public s’élèvent progressivement, se mêlant à celle de l’artiste. Un chant collectif se compose, des liens invisibles se tissent dans le public, l’instant semble se suspendre.

En attendant leur venue elles chantent, assises par groupes ou accroupies sur leurs talons, des chants anacycliques

Monique Wittig, Les Guérillères, Paris, Minuit, 1969, p. 166.

 

Elles disent qu’elles chantent avec une si parfaite fureur que le mouvement qui les porte est irréversible.

Monique Wittig, Les Guérillères, Paris, Minuit, 1969, p. 167.

 

Rose-Mahé Cabel, Weaving mutation – second tableau, acte 6, 2023. Installation-performance. Photographie d’Elisa L. Walter.

*

Isaline Dupond Jacquemart

Isaline Dupond Jacquemart, Mon corps dans les lagons, autoportrait spectral de la série “Dans les lagons”, 2022. Impression textile sur mousseline de soie, 100 x 150 cm. En arrière plan : Roxanne Maillet et Caroline Chauvelot, affiches imprimées en risographie, photographie par Isaline Dupond Jacquemart.

“Dans les lagons”, dernier cycle d’œuvres d’Isaline Dupond Jacquemart, est un espace d’images, de récits et d’incarnations à l’intérieur duquel l’artiste déploie sa relation intime au végétal. Mêlant autoportraits, compositions florales, performances et poésie, “Dans les lagons” trouble la frontière entre le végétal et le soi, poreuse, celle-ci interroge la plasticité du soi et son devenir à travers l’image et le récit.

C’est l’océan vert bleu couleur de lait (…)

Monique Wittig, Les Guérillères, Paris, Minuit, 1969, p. 198.

Isaline Dupond Jacquemart, de gauche à droite : Devenir chrysalide, de la série “Dans les lagons”, 2022. 1/8 + 2 AP tirage sur papier satiné contrecollé, 60 x 40 cm ; Les arums des lagons, de la série “Dans les lagons”, 2022. 1/8 + 2 AP, tirage sur papier satiné contrecollé, 60 x 40 cm ; Venir hanter ses images. 2022, 1/3, photogravure, 14,5 x 20 cm, photographie par Isaline Dupond Jacquemart.

On dit que pour devenir, on se la raconte, que le récit et l’image nous constituent autant que la matière. On dit que nos histoires et nos incarnations, comme les lagons où se mêlent l’eau douce et l’eau salée, loin d’être monolithiques, prennent des allures polymorphes.

Je dis que je me pollinise… Car comme le végétal se bouture, se sème, se marcotte, se greffe, le devenir est un engendrement, une hybridation, un jardinage, une métamorphose constante.

Isaline Dupond Jacquemart, Venir hanter ses images, 2022. 1/3, photogravure, 14,5 x 20 cm, photographie par Isaline Dupond Jacquemart.

 

Un arbre m/e pousse dans le corps. Il remue ses branches avec une violence et une douceur extrême.

Monique Wittig, Le Corps lesbien, Paris, Minuit, 1973, p. 109.

Alors, dans le noir, je raconte ma contre-histoire, des bourgeons sortant de la bouche. Je viens habiter un jardin en robe de nuit : je me laisse hanter par tous les récits, tous les désirs, dans lesquels je m’enracine, je fais résonner le rire de la mise en scène et son jeu par lequel je me compose. Je fais croître le trouble, liquide : je fais des autoportraits sans visage, j’interroge les frontières du genre et son spectre, ce que ça veut dire de donner corps à des images, telle une longue performance — une longue transe. J’imagine des espaces de proliférations, fluides, où l’organique se déploie, se transmute à la lumière du flash et s’hybride à mon corps à l’ouvrage. Je viens hanter mes propres images, ou je me laisse hanter par elles. “Dans les lagons” nous parle de ces espaces troubles où nous avons la joie, la place – lumière face au visage, visage face au diaphragme – de nous rêver, de nous métamorphoser, de nous déployer, d’exister, multiples.

Isaline Dupond Jacquemart, Are you alive? Stim les fleurs, 2023. Performance,15 minutes. Photographie d’Elisa L. Walter.

*

Roxanne Maillet et Caroline Chauvelot

Roxanne Maillet et Caroline Chauvelot. Haut, de gauche à droite : L’Opoponax ; Elles disent que le clitoris a été comparé à un noyau de cerise : Un arbre m/e pousse dans le corps. Bas, de gauche à droite : Je me jette sur un jeune buisson de mimosa ; Herbe, 2023. Typographie et illustration, affiche imprimée en risographie, 29,7×42 cm, photographie par Isaline Dupond Jacquemart.

Afin que les mots de Wittig soient présents dans l’exposition, nous avons demandé à Roxanne Maillet – graphiste – et Caroline Chauvelot – illustratrice – de mettre en page cinq extraits ayant pu inspirer les œuvres exposées. Elles les ont queerisés en intégrant des glyphes inclusifs et en jouant sur la typographie, et les ont également ornementés de motifs floraux et végétaux en écho au thème de l’exposition.

 

L’Opoponax

Typographies : Josafronde: Morgane Le Ferec & Marouchka Payen, Abhagly2407: Aurane Loury, Sol Matas & Pushpanda Ekanayake, Purple Haze: Font Spectrum, Purple Love: Nat Pyper

On ne peut pas le décrire parce qu’il n’a jamais la même forme. Règne, ni animal, ni végétal, ni minéral, autrement dit indéterminé. Humeur, instable, il n’est pas recommandé de fréquenter l’opoponax.

Monique Wittig, L’Opoponax, s.l., Minuit, 1964, p. 179.

 

Elles disent que le clitoris a été comparé à un noyau de cerise

Typographies : Pic Nic: Mariel Nils, Abhagly2407: Aurane Loury, Sol Matas & Pushpanda Ekanayake, Purple Haze: Font Spectrum, Purple Love: Nat Pyper

Elles disent que le clitoris a été comparé à un noyau de cerise, à un bourgeon, à une jeune pousse, à un sésame décortiqué, à une amande, à une baie de myrte, à un dard, au canon d’une serrure. (…) Elles disent que les vulves ont été comparées aux abricots aux grenades aux figues aux roses aux œillets aux pivoines aux marguerites. Elles disent qu’on peut réciter les comparaisons à la façon de litanies.

Monique Wittig, Les Guérillères, Paris, Minuit, 1969, p. 42-43.

 

Un arbre m/e pousse dans le corps

Typographies : BBB Baskervvol: Eugénie Bidaut, Julie Colas, Camille Circlude, Louis Garrido, Enzo Le Garrec, Ludi Loiseau, Édouard Nazé, Julie Patard, Marouchka Payen, Mathilde Quentin + version corps lesbien : Roxanne Maillet, Abhagly2407: Aurane Loury, Sol Matas & Pushpanda Ekanayake, Purple Haze: Font Spectrum, Purple Love: Nat Pyper

Un arbre m/e pousse dans le corps, il bouge ses branches avec une violence avec une douceur extrêmes, ou bien c’est un buisson d’épines ardentes il déchire l’autre côté de m/es muscles visibles m/on dedans m/es intérieurs, j/e suis habitée, j/e ne rêve pas, j/e suis introduite par toi […]

Monique Wittig, Le Corps lesbien, Paris, Minuit, 1973, p. 109.

 

Je me jette sur un jeune buisson de mimosa

Typographies : Astigma: Céline Puls, Barlow Typo des bois: Sofia Pimentel David, Lucie Danloy, Nicoletta Molino, Robin Eribon

Je me jette sur un jeune buisson de mimosa qui est un des plus tendres végétaux qu’on puisse trouver et, m’accrochant à ses branches, le nez dans ses fleurs, je dis : (Regarde, rien ne perd de ses qualités physiques, l’air ne s’amollit que pour accroître l’aise. Les mots même se font chair.)

Monique Wittig, Virgile, non, Paris, Minuit, 1985, p. 23.

 

Herbe

Typographies : Aelia: ScrowleyFonts, not comic: Louis Garrido & Harrison, FT88: Mandy Elbé and Oriane Charvieux

HERBE

Parmi les différentes variétés d’herbes que nous connaissons, l’herbe à sommeil est très appréciée par les peuples d’amantes qui pratiquent une paresse intensive. “Elle donne une somnolence exquise, une béatitude, un état de bien-être. Les formes vues par les yeux se mélangent et apparaissent comme des brouillats de couleurs. Les sons s’atténuent et se prolongent avec délices. L’herbe à sommeil c’est la conscience sans conscience (Sseu Tchouan, Le Livre de la paresse, Chine, âge de gloire).

Monique Wittig et Sande Zeig, Brouillon pour un dictionnaire des amantes, Paris, Grasset, [1976], 2011, p. 108.

*

Alice Diaz

Alice Diaz, Passages dans les paysages, 2023, film, 3’35 minutes, photographie par Isaline Dupond Jacquemart.

Ce film s’inscrit dans un travail d’écriture autour d’Albion, ce nom poétique donné à l’Angleterre. Ce nom dont Alice Diaz a baptisé l’un des mondes imaginaires créé dans son enfance, et qui est revenu par fragments à sa mémoire ces dernières années. Cela a inspiré un projet d’épopée autour de personnages à la marge, refusant de se tenir tranquilles, défiant les normes sociales et culturelles pour réinventer les espaces qu’iels ont bien l’intention d’occuper.

Albion constitue pour l’artiste cet espace autre, terrain de jeu privilégié, projet d’épopée moderne inspiré et renouvelé par le cinéma, la littérature et la musique, ainsi que des figures telles que Kae Tempest, Virginia Woolf, les sœurs Brontë, Kate Bush, Peter Doherty, Jeannette Winterson, Paul B Preciado, Sylvie Germain et d’autres.

Les Guérillères de Monique Wittig tiennent une place importante dans l’écriture d’Alice Diaz et dans l’idée même d’Albion. Cette lecture lui a ouvert la voie de l’épopée telle qu’elle la rêvait avant même de savoir que quelqu’un l’avait fait. Entre autres choses, elle trouve dans l’œuvre de Wittig de la rage et de l’humour, de la force et de la sensualité qui lui permettent d’affirmer une manière d’écrire qu’auparavant elle pensait illisible. Pour Alice Diaz, l’écriture est un corps multiple et changeant, celle de Wittig est une révolution permanente.

Albion, c’est aussi un projet né des pratiques d’écritures plurielles qu’Alice Diaz affectionne depuis l’enfance ; carnets partagés, jeux de rôles en ligne, forums, ateliers d’écriture, nanowrimo… Si ce projet d’épopée se construit peu à peu, il s’éclate déjà sous des formes diverses ; publication de textes en ligne, collages, peinture et écriture.

Le film Passages dans les paysages amorce l’écriture vidéo, format particulièrement apprécié par l’artiste pour ce qu’il permet de confectionner l’image en mouvement et de construire un regard à la fois unique et pluriel par la caméra. Reprenant des bribes d’un fragment écrit pour son projet d’écriture, les corps s’effacent au profit du paysage dans lesquels chacun·e peut se glisser.

Comme l’écriture fige les mots, le montage fixe les images. Pourtant, chacun·e, par son propre regard, peut en renouveler le rapport et trouver son propre passage, inventer sa transformation, entendre ce qu’iel veut entendre dans ces voix mystérieuses qui surgissent.

Pour suivre le projet Albion d’Alice Diaz :

Albion sur le site d’Alice Diaz [https://fairesigne.wordpress.com/tag/albion/]
Chaine Youtube [https://www.youtube.com/ @fairesigne8172]
Tumblr [https://aliceinalbion.tumblr.com]

*

Lissania Elchire

Lissania Elchire, Corps paysage, 2022-2023. Vidéo, 11×1 minute, photographie par Isaline Dupond Jacquemart.

Suivant le protocole de danse Une minute de danse par jour®  de Nadia Vadori-Gauthier, Lissania Elchire se filme dansant tous les jours depuis deux ans. Dans la nature ou dans la ville, chez elle, seule ou accompagnée, elle archive ses danses quotidiennes sur son compte instagram @l_elchire. Pour “Passer dans les corps des arbres”, elle propose une sélection de ses “minutes” intitulée Corps paysage dans lesquelles elle danse avec et dans la nature. Le vent, les arbres, l’herbe, les animaux et ses sensations guident ses improvisations. En lien avec le thème de notre exposition, les minutes de danses de Lissania Elchire ressemblent à une série de rituels pour “passer dans les corps des arbres”.

 

Danses réalisées librement selon le protocole chorégraphique de Nadia Vadori-Gauthier dans le cadre de son œuvre Une minute de danse par jour® (protocole ouvert à participation depuis 2019).

Une minute de danse par jour®  de Nadia Vadori-Gauthier : http://www.uneminutededanseparjour.com/

Je suis une espèce susceptible d’occasionner des dégâts, Lissania Elchire

Avec son solo dansé “Je suis une espèce susceptible d’occasionner des dégâts”, Lissania Elchire se solidarise avec les espèces animales marquées du sigle de mort : E.S.O.D.  Il s’agit d’espèces jugées nuisibles, des animaux liminaires des villes auxquels elle se lie, s’identifie, tente de s’hybrider.

Je souhaite faire entendre la voix des nuisibles, des minorisé·e·s, des silencié·e·s, des violenté·e·s et faire alliance entre les humain·e·s et les non-humain·e·s.

En utilisant la technique du Corps sismographe©, Lissania Elchire nourrit sa pratique de ses relations au vivant qui l’entoure. Elle cherche à explorer un rapport de réciprocité et de similitude entre elle et le vivant, revendique une “vibration résonance” qui la connecte à ce qui l’entoure et l’engage à en prendre soin.

De petites stratégies en petites stratégies dans l’obscurité, s’inarticule une danse. Je me désorganise, déverrouille, désaccorde. Je nage loin de la rive. A la surface de l’eau, je me tiens sur le seuil. Je me sens prête à changer d’état et à me laisser traverser par des affects et des mémoires. J’y trouve des fragments de voix illisibles, des interférences, des larsens, des ratures. Ça expérimente, ça submerge. C’est en habitante du seuil que je veux créer, au croisement de mondes multiples dans lesquels je suis seulement de passage.

*

Audrey Japaud Garcia

Circulons est une installation-performance d’Audrey Japaud Garcia autour du paysage d’Étretat.

Ce paysage a été depuis 2019 une excuse pour partir de Paris et un prétexte pour avoir un sujet qui n’avait aucun lien avec ma vie. Cependant ma quête est essentiellement la recherche de l’artiste que j’ai envie d’être. Trouver du sens, ma vision artistique et grandir à travers Étretat, paysage qui paradoxalement se décompose au fil des années.

Mes premiers projets sont portés par une vision géologique, une volonté de le retranscrire objectivement aux autres afin qu’ils comprennent ce paysage. Je le déplace à Paris, dans ma chambre, à travers des galets, des plantes, des enregistrements sonores ou de la terre.

L’artiste construit une relation personnelle avec Étretat, paysage carte postale et sujet maintes fois repris dans l’histoire de l’art. Elle souhaite ouvrir de nouvelles perspectives autour de ce cliché.

Les cercles de terre questionnent la dimension du socle dans une sculpture qui affirme ne pas en avoir. Ces ondes qui se répandent sur le sol forment un dessin qui inconsciemment se veut être éviter. Cependant cette installation évolue et mute formellement dès qu’il y a du passage. La solitude est le fil souterrain des projets d’Audrey Japaud Garcia : un temps de réflexion sur notre régénération par le passage, le mouvement. Prendre du recul sur les transformations que l’on vit, physiquement et intellectuellement.

Les déambulations sont cycliques et circulaires. Quels que soient les itinéraires, quels que soient les points de départ qu’elles choisissent, elles aboutissent à la même place. Les parcours sont parallèles, équidistants, de plus en plus étroits à mesure qu’ils s’approchent du centre de la figure. Si elles suivent le tracé de l’intérieur vers l’extérieur, elles doivent parcourir le plus grand des cercles avant de trouver le passage à franchir qui les ramène au centre. Le système est clos. Aucun rayon partant du centre ne permet de l’élargir ou de le faire éclater. Il est en même temps illimité, la juxtaposition des cercles qui vont s’élargissant figure toutes les révolutions possibles. C’est virtuellement la sphère infinie dont le centre est partout, la circonférence nulle part.

Monique Wittig, Les Guérillères, Paris, Minuit, 1969, p. 97.

*

Camille Laforcenée

Camille Laforcenée, série “Les corps-montagnes”, 2023. Monotypes, 28×35 cm, photographie par Isaline Dupond Jacquemart.

Pour cette série de monotypes, Camille Laforcenée a appliqué de l’encre sur du zinc et a dessiné avec un tissu appelé tarlatane les volutes qui forment les “corps-montagnes”. Déjà dans son livre Telle quelle, publié aux éditions Blast en 2022, iel écrivait :

[mes yeux de dessinateurice] ne disent pas bourrelets, ils dessinent les chairs pliées, les lumières qui vallonnent les dunes du ventre. (…) Car dessiner c’est voir en lignes, courtes ou longues, courbes ou pas, c’est penser en proportions, en formes, en oubliant presque que l’on regarde une jambe ou un bras.

Camille Laforcenée, Telle quelle, Toulouse, Blast, 2022.

Ici les chairs pliées évoquent des paysages, des coulées de pierre, de terre ou d’eau, des corps géants aux reliefs accueillants. Les corps s’enlacent si fort que les frontières entre eux deviennent floues, les personnages fusionnent et/ou se dévorent, passent peut-être les un·es dans les autres.

Camille Laforcenée. De gauche à droite : #1 et #2 de la série “‘Les corps-montagnes”, 2023. Monotypes, 28×35 cm, photographie par Isaline Dupond Jacquemart.

Les porteuses de fables disent que les amantes de l’île d’Obi sont lentes. Elles disent qu’elles passent dans le corps des arbres au lieu des corps de leurs animales préférées parce que la vie végétale est lente. Elles se sont aperçues qu’elles pouvaient vivre à la même vitesse que les arbres dans leur propre forme physique. Il s’agit d’une vitesse à travers laquelle elles effectuent une nouvelle évaluation de l’espace dans lequel elles bougent. Les porteuses de fables disent qu’elles perçoivent la densité de l’espace, le poids de l’espace quand elles bougent d’un mouvement lent. Elles perçoivent le ralentissement de toutes les fonctions de leurs corps, la respiration, la circulation, l’assimilation, la sécrétion, la nutrition. Elles perçoivent qu’elles font tous leurs gestes au ralenti. Ainsi elles s’embrassent, se prennent, se font et se défont, s’absorbent. Les porteuses de fables disent qu’elles ont pris goût à vivre comme les arbres, lentes, continues.

Monique Wittig et Sande Zeig, Brouillon pour un dictionnaire des amantes, Paris, Grasset, [1976], 2011, p. 163.

Camille Laforcenée, Se répandre, 2021. Eau forte et sérigraphie, 25×25 cm, photographie par Isaline Dupond Jacquemart.

Se répandre montre un personnage posant ses mains à plat devant iel dans un cercle de lumière. Les poils ornant ses épaules et ses bras sont prolongés par des ondes qui semblent se diffuser depuis l’endroit où ses mains rencontrent le sol. Cette image peut parler de la manière dont on occupe un espace, et poser la question de ce qu’on y insuffle de soi.

*

Peter Trelcat

Peter Trelcat. De gauche à droite : Les fruits de ta sève, 2023. Illustration digitale, 29,7 x 42 cm ; Ograsse, 2022. Linogravure, 27×43 cm ; Les noyaux goût de miel, 2023. Illustration digitale, 29,7 x 42 cm ; Nos corps racines, 2022. Linogravure, 36×50 cm, photographie par Isaline Dupond Jacquemart.

Peter Trelcat a réalisé Les fruits de ta sève et Les noyaux goût de miel spécialement pour cette exposition. Directement inspiré·e par les textes de Wittig, iel en a extrait différents éléments pour composer l’illustration tout en évitant une approche trop littérale.

Les fruits de ta sève montre un personnage allongé·e, son corps enfoui dans les herbes et les épines. Un fluide ruisselle sur sa peau bleue et déchirée, dont on ne sait s’il est du sang, de la sève, des larmes, le jus des baies environnantes, tout ça à la fois.  Des oiseaux l’entourent et lae confortent, semblent se nourrir de ce qu’iel produit.

Les petites filles cherchent dans les buissons et sur les arbres les nids des chardonnerets des pinsons des linottes. Elles trouvent des serins verts qu’elles couvrent de baisers, qu’elles tiennent contre leurs poitrines.

Monique Wittig, Les Guérillères, Paris, Minuit, 1969, p. 20-22.

Les roses sauvages fleurissent dans les bois. Ta main se déchire aux buissons pour cueillir les mûres et les framboises dont tu te rafraîchis. Tu cours pour attraper les jeunes lièvres que tu écorches aux pierres des rochers pour les dépecer et les manger tout chauds et sanglants.

Monique Wittig, Les Guérillères, Paris, Minuit, 1969, p. 122.

 

Dans Les noyaux goût de miel, deux personnages dégustent des cerises. L’un·e d’elleux, dont le corps géant se fond dans l’écorce de l’arbre qui les sépare, ferme peut-être les yeux de délice. Des abeilles sont posées sur les corps nus, cohabitation tranquille. Les plantes jaunes au pied de l’arbre sont des fleurs d’opoponax. L’artiste parle de “cerises saphiques”.

[…] il est question d’un verger planté d’arbres de toutes les couleurs […]

Monique Wittig, Les Guérillères, Paris, Minuit, 1969, p. 70.

Elles disent que le clitoris a été comparé à un noyau de cerise, à un bourgeon, à une jeune pousse, à un sésame décortiqué, à une amande, à une baie de myrte, à un dard, au canon d’une serrure. (…) Elles disent que les vulves ont été comparées aux abricots aux grenades aux figues aux roses aux œillets aux pivoines aux marguerites. Elles disent qu’on peut réciter les comparaisons à la façon de litanies.

Monique Wittig, Les Guérillères, Paris, Minuit, 1969, p. 42-43.

Les paniers au pied des arbres peuvent être pleins de cerises à ras bord. Il y a des belles de Choisy des cerises anglaises des griottes des marascas des cerises de Montmorency des bigaudelles des guignes. Elles sont noires blanches rouges translucides. Autour des paniers les guêpes les frelons font un grand mouvement. Leur bourdonnement peut être perçu de quelque endroit de la prairie où l’on se trouve.

Monique Wittig, Les Guérillères, Paris, Minuit, 1969, p. 23.

 

La linogravure Ograsse en magenta et orange fluo a été réalisée par Peter Trelcat en 2022. Un personnage s’amuse à arracher des racines, des étoiles lae surplombent. Sous iel, on aperçoit des pousses aux corps plus ou moins humanisés. Ici les fées-racines et l’Ograsse proche des étoiles tissent des liens magiques entre ciel et terre.

 

Peter Trelcat, Nos corps racines, 2022. Linogravure, 36×50 cm, photographie par Isaline Dupond Jacquemart.

Nos corps racines est une linogravure en dégradé rose et bleu créée par Peter Trelcat en 2022. La composition en miroir montre un personnage entouré de fleurs et son presque-reflet souterrain. Le corps-plante se tient à la verticale et reçoit la lumière du ciel, en même temps qu’iel puise de l’énergie et répand ses racines dans la terre qui lae porte.

*

Nous remercions chaleureusement les artistes nous ayant fait confiance pour cette exposition, l’équipe de la MPAA Broussais pour son aide et son accueil, la mairie du 14ème arrondissement de Paris et le Fonds pour les femmes en Méditerranée pour leur soutien financier, ainsi que Suzette Robichon et l’association des Ami·es de Monique Wittig pour l’aide, l’inspiration et la sororité. Merci également à toutes les personnes venues traverser l’exposition.

Caroline Dejoie, Emma Dos Santos, Isaline Dupond Jacquemart, Claire Pollet



Citer ce billet
Les Jaseuses (2023, 17 décembre). Traces de nos passages dans les corps des arbres. Les Jaseuses. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vf40

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 13/01/2024

    […] nos traces par ici […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search