Septembre 2023 – Se faire stalagmite

Marine Rouch, Ralentir, août 2023.

24 août 2023

Je pars. Je laisse mon ordinateur. Je mets les projets en cours en pause, j’oublie les deadlines, pour certaines déjà dépassées de plusieurs mois. Je mets tout en stand-by. J’oublie aussi que je suis au chômage et qu’à la fin du mois d’août, parce que l’administration se plait à nous déshumaniser, je n’aurai aucun revenu. Je pars. Je pars quand même. C’est ça, ou je ne passerai pas l’année qui vient.

Alors, je pars. Seule. Je dois paenser. Car ces vacances sont aussi pour moi un départ en convalescence : au cours des douze derniers mois, j’ai soutenu une thèse après sept années de travail acharné ; j’ai cumulé quatre emplois précaires pour réussir à joindre les deux bouts ; j’ai fait plus d’une trentaine de candidatures et essuyé autant de refus. Et pour couronner le tout, je suis en plein deuil sentimental. Un de plus.

Mon (nos) corps, mon (nos) esprit(s) – sont à bout de souffle.

26 août 2023

Mes sœurs me disent de me reconnecter à un rythme biologique et organique. Alors je renoue avec une temporalité qui m’est propre : je mange quand j’ai faim, je dors quand j’ai sommeil, je pleure quand je suis triste ou émue, je laisse mes envies guider mes pas et mes yeux, je traîne, je flâne et lorsque je suis sans force, je laisse mon corps et mon esprit se reposer. C’est délicieux.

Et puis la mer. Bleue, turquoise, transparente, chaude. Dès qu’elle m’enveloppe, le poids des derniers mois et années disparaît. Le sel de mes larmes se mêle à celui de la mer. Je tourne le dos à l’étendue de sable et me nourris de la lumière dorée qui commence à teinter le ciel, les arbres, le sables, les falaises… Le temps s’arrête. Je ne peux plus bouger. Je ne le veux pas.

Ça fait longtemps que je me sens déconnectée de moi à force de faire passer les amants, le travail, les responsabilités, les obligations… avant ma santé physique et mentale. Des mois que je dis vouloir me « recentrer ». Ça y est, enfin j’y suis. Et je pense à la Sympoïese de Donna Haraway1 en me demandant comment, ensemble – humain·es, non humain·es et éléments – nous pouvons co-créer un recentrage collectif pour survivre aux ruines qui nous entourent, nous détruisent.

29 août 2023

Je plonge dans les entrailles de la terre. J’y apprends que les stalagmites grandissent d’1 cm tous les 100 ans. Il y a dans cette grotte des tas de choses impressionnantes : ses 2km aller-retour, ses plafonds de 70m de haut, sa profondeur de 34m, les millions de chauves-souris qu’elle abrite, les kilomètres qui n’ont pas encore été explorés… Mais ce sont les stalagmites qui me fascinent. Plus précisément leur rythme de croissance, qui force à ralentir, enseigne la patience. Précisément ce qui me/nous fait défaut. Se faire stalagmite, ce serait accepter que certaines choses prennent du temps : la recherche, les deuils, les tissages de liens… Se faire stalagmite, ce serait se forcer à ralentir ou plutôt lutter contre les injonctions à aller vite. Là, dans les entrailles de la terre, cela me semble évident, si vital.

31 août 2023

Symboliquement, c’est le dernier jour de l’été. C’est aussi le dernier jour de mes vacances et ça n’a rien de symbolique. Je dois quitter ce lieu qui me panse : ses douces couleurs réconfortantes, sa chaleur, la sérénité de ses montagnes, la douceur de ses eaux… Mes larmes coulent jusqu’au retour chez moi. Chez moi. Là où je peine à (re)prendre le contrôle. Là où des temporalités violentes et déshumanisantes (patriarcales) me/nous sont imposées.

4 septembre 2023

9h. Je me prépare un café et m’assieds à mon bureau. J’ouvre les différentes boîtes mail. Me voilà happée…

Il faut mettre l’adresse mail de telle personne à jour je m’en occupe pourriez-vous écrire un compte rendu de tel livre pour le mois prochain je suis désolée je ne peux pas d’accord je comprends nous attendons toujours l’article à rendre le 15 mai toutes mes excuses j’ai pris du retard mais il sera prêt la semaine prochaine plus tard dans la journée la psy dit concentrez-vous sur le travail je réponds oui mais ce que je ne lui dis pas c’est que moi je pense que le travail dans ces conditions gratuit je précise va finir par m’envoyer à l’hôpital et puis je croise l’objet de mon deuil sentimental il est en vélo il m’a fait souffrir il est beau sa froideur sa douceur et finalement est-ce que ce n’est pas lui qui va m’achever je me demande…

Stop.

Je refuse de reproduire toutes ces violences. Je refuse de crever et refuse que nous crevions la bouche ouverte à cause d’elles.

À la place, je voudrais tenter d’accéder à l’ère du Chthulucène de Donna Haraway, une ère où l’on pourrait ensemble réparer et co-tisser dans les ruines de nouvelles temporalités – non linéaires, moins destructrices, plus lentes.

« Vivre et mourir pleinement, ensemble, vivre-avec et mourir-avec, dans le Chthulucène, voilà peut-être une farouche réponse aux diktats d’Anthropos et du Capital ! »2.

Marine, pour les Jaseuses


Passer dans les corps des arbres

Nous sommes ravi·es d’annoncer qu’à la rentrée nous poursuivrons #Wittig2023 avec – notamment – une exposition ! Emma Dos Santos, Claire Pollet, Isaline Dupond Jacquemart et Caroline Dejoie présentent « Passer dans les corps des arbres. Hybridations végétales autour des œuvres de Monique Wittig ». Iels ont invité une dizaine d’artistes pour explorer les métamorphoses végétales chez Wittig, à la MPAA Broussais (Paris 14) du 16 septembre au 16 octobre 2023. Rendez-vous samedi 16 septembre à partir de 17h pour assister aux performances lors du vernissage de l’exposition, et dimanche 17 septembre à partir de 16h pour des ateliers et lectures :feuillu::feuillu::feuillu::feuillu:


#Wittig2023

Dimanche 17 septembre de 16h à 18h, Emma Dos Santos, Claire Pollet et Caroline Dejoie proposeront un atelier d’écriture créative autour des œuvres de l’exposition « Passer dans les corps des arbres ». Accompagné·e par les œuvres de l’exposition et des citations choisies parmi les livres de Wittig, chacun·e pourra imaginer le ou les « passage/s », hybridation/s végétale/s qu’elles lui inspirent. Atelier ouvert à toustes, gratuit sur inscription. Merci d’écrire un mail à lesjaseuses.carnet@gmail.com.

À 18h, les participant·es de l’atelier seront invité·es à partager leurs productions lors d’un moment de lecture* ouvert à toustes. Tout le monde est lae bienvenu·e avec ses textes ! Chacun·e pourra lire librement autour du thème des hybridations végétales : Wittig ou pas Wittig, textes persos ou lectures adorées, écrits classiques ou contemporains, extraits connus ou trésors cachés… Rdv à 18h à la MPAA / Broussais, sans inscription. Pour l’occasion, la librairie Flora Lit tiendra une table-librairie avec plusieurs ouvrages ayant inspiré l’exposition, disponibles à la vente.


⚡On jase aussi par ici

:scintillements: Caroline Dejoie revient sur sa dernière performance, créée à l’occasion de la journée joyeuse des Jaseuses. Découvrez sa Baubô baragouine sur son site internet.

Émoji chat Un article de Cassandre Martigny sur « Le mythe d’Œdipe réinterprété grâce à la voix des oubliées dans la réélaboration féministe The Children of Jocasta de Natalie Haynes (2017) » vient de paraître dans la Revue ¿Interrogations ?.

🪶 Adèle Cassigneul a recensé pour Jeanne Magazine l’ouvrage que Catherine Écarnot a consacré aux fictions de Monique Wittig (L’écriture de Monique Wittig à la couleur de Sappho, iXe, 2023). Elle publie également dans la revue Miroir, son poème « objet: lettre de motivation ».

:tournesol: Isaline Dupond Jacquemart montre de nouveaux travaux artistiques à la MPAA Broussais lors de l’exposition « Passer dans les corps des arbres. Hybridations végétales autour de Monique Wittig », vernissage le 16 septembre, et à Chapelle XIV, lors de l’exposition « Wasteland » (commissariat réalisé par Pierre-Antoine Lalande), vernissage le 22 septembre !

:bulle_de_parole: Marine Rouch a publié sur son carnet de recherches « Chère Simone de Beauvoir » son discours de soutenance, dans lequel elle parle des lettres reçues par Simone de Beauvoir, de phénoménologie, de réflexivité… Elle rappelle aussi que les contributions extérieures sont les bienvenues sur le carnet « Chère Simone de Beauvoir » !
Le 12 septembre, elle interviendra par ailleurs dans le colloque dédié à Ménie Grégoire et donnera une communication intitulée « Écrire à une célébrité : Étude comparée des lettres à Ménie Grégoire et à Simone de Beauvoir ».


Ami-es des Jaseuses

:pierre_tombale: Le Laboratoire Corps, genre, arts revient sur le très beau moment de bibliomancie offert par Rachele Borghi (en corps) et Monique Wittig (en esprit, en textes) en mai dernier au cimetière du Père Lachaise. Caroline Dejoie raconte cet instant hors du temps dans un texte intitulé : « Comment tu t’appelles et d’où tu nous appelles ? Retours sur un rituel de tendresse radicale. » Une archive-talisman sonore viendra plus tard…
:toile_d'araignée: Lauréate de la bourse INHA Lab 2024, l’association F.A.R. (Femmes Artistes en Réseaux) vient de voir le jour ! Son objectif est de documenter les archives des réseaux de sororité artistique de la fin du XIXe siècle et du XXe siècle et de faire connaître l’histoire collective de ces groupes non-mixtes d’artistes femmes, de leurs membres ainsi que des critiques et historiennes de l’art qui s’y sont intéressées. Sur le carnet Hypothèses de l’association se prépare un répertoire de travaux de recherche qui intègrent dans leur méthodologie les réseaux de femmes artistes entre 1880 et 1990. Vous pouvez également vous abonner à leur newsletter, et les suivre sur Instagram.
:ogre_japonais: Avis aux amateurices de critique d’art et critique littéraire : la revue de critique créative Outsider lance son second appel à contributions. Thématique : Monstre. Deadline proposition : 25 septembre. Plus d’infos sur le site.

:pousse: A la MPAA Broussais (Paris 14), l’exposition organisée par les Jaseuses cohabite le temps des journées du Matrimoine avec HF Île-de-France. Samedi 16 septembre à 11h et dimanche 17 septembre à 16h, le film documentaire Françoise d’Eaubonne, une épopée écoféministe sera projeté et suivi d’une discussion. Et c’est aussi les portes ouvertes de la MPAA (Maison des Pratiques Artistiques Amateures), un bal chorégraphique proposé par Sylvain Groud aura lieu samedi 16 à partir de 15h !

:tenue_arts_martiaux: Dans le cadre de sa programmation « Cap pour l’île des vivantxs » pour #Wittig2023, Bétonsalon propose un nouveau cours d’initiation au karaté par Marie Bouard le samedi 9 septembre de 16h à 18h à Bétonsalon (Paris 13). L’atelier est en mixité choisie et ouvert aux débutant-es. Inscriptions à info@betonsalon.net

:livres: Les lectures collectives de « Cap pour l’île des vivantxs » proposées par Bétonsalon en collaboration avec l’Association des Ami-es de Monique Wittig et de Stéphanie Garzanti reprennent ! Rendez-vous le samedi 30 septembre à Bétonsalon (Paris 13) de 18h à 20h30 pour lire ensemble Les Guérillères de Monique Wittig !


Vivons pleinement, ensemble et avec.

 

Cette newsletter a été préparée par Virginie Trachsler, Marine Rouch, Elisa L. Walter et Caroline Dejoie

Conceptrices : Patrycja Toczek et Caroline Dejoie

  1. Donna Haraway, Vivre avec le trouble, Paris, Les Éditions des mondes à faire, 2020 []
  2. op. cit., p. 9 []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Les Jaseuses (10 septembre 2023). Septembre 2023 – Se faire stalagmite. Les Jaseuses. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qunt


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search