“La vie végétale est lente” : écrire dans les corps des arbres

Pour l’automne, #Wittig2023 continue avec l’exposition “Passer dans les corps des arbres. Hybridations végétales autour de l’œuvre de Monique Wittig”. Samedi 16 septembre aura lieu le vernissage de l’exposition, avec des performances et des prises de parole des curateurices et artistes présent-es, à la MPAA / Broussais (100 rue Didot, 75014 Paris).

Dimanche 17 septembre de 16h à 18h, Claire Pollet et Caroline Dejoie proposeront un atelier d’écriture créative autour des œuvres de l’exposition.

Durée de l’atelier : 2 heures.
Ouvert à toustes. La MPAA Broussais est accessible aux personnes à mobilité réduite.
Gratuit sur inscription. Merci d’écrire un mail à lesjaseuses.carnet@gmail.com

Le titre de cette exposition trouve ses racines dans le Brouillon pour un dictionnaire des amantes (Wittig et Zeig, 1976), où l’hybridation entre humain·es et végétaux est abordée à travers l’idée de passage :

TRANSFORMATION
Dès l’âge d’or […], elles pouvaient passer dans leurs corps mutuellement. […] Elles ont appelé ça des métamorphoses, des transformations, des mutations, des passages. Quand le processus était réussi on l’appelait simplement un passage.

Brouillon pour un dictionnaire des amantes, p. 206

OBI
[…] Elles disent qu’elles passent dans les corps des arbres au lieu des corps de leurs animales préférées parce que la vie végétale est lente.

Brouillon pour un dictionnaire des amantes, p. 163

Accompagné·e des œuvres de l’exposition et des citations choisies parmi les livres de Wittig, chacun·e pourra imaginer le ou les “passage/s”, hybridation/s végétale/s qu’elles lui inspirent. En mots, en dessin, en collage, etc. Prenez le matériel dont vous aurez besoin pour créer comme il vous semble.

À 18h, les participant·es de l’atelier seront invité·es à partager leurs productions lors d’un moment de lecture* ouvert à toustes. Tout le monde est lae bienvenu·e avec ses textes ! Chacun·e pourra lire librement autour du thème des hybridations végétales : Wittig ou pas Wittig, textes persos ou lectures adorées, écrits classiques ou contemporains, extraits connus ou trésors cachés…

Rdv à 18h à la MPAA, sans inscription.

 

* Bien entendu, la lecture est toujours facultative et participer à l’atelier ne signifie pas s’engager à lire à voix haute dans la soirée.

La librairie Flora Lit nous fera le plaisir de tenir une table-librairie
avec plusieurs ouvrages ayant inspiré l’exposition, disponibles à la vente.

Traces

Merci aux participantes qui ont partagé leurs créations alors que nous formions un cercle dans l’herbe, près de la MPAA.
Merci à elles aussi d’avoir l’envie de laisser des traces de ces textes ici.

 

elles sont allées dans la vallée elles se sont dispersées comme le font les graines elles ont glané ce qui se glane dans les terres de la vallée de la sève séchée engluée dans l’écorce des arbres des osselets qui soutenaient leurs désirs de la terre poudreuse de la terre qui gratte de la terre mouillée-gadoue de la bonne terre tiède peaux offertes après le gommage de la pluie des feuilles craquantes des feuilles qui forment des constellations rouges sur la pulpe des doigts des feuilles douces qu’elles baisent sans crainte aussi des brindilles aussi frêles que des cils des bogues un peu mous des galets de la mer elles ne savaient pas comment ils étaient arrivés jusque-là elles ont mit les pierres dans leurs bouches juste comme ça ont-elles dit c’était salé et puis vingt-sept morceaux de coquillages roux vingt-huit non dit l’une d’entre elles vingt-sept affirme une autre alors il en manque un et avec cette énigme elles ont prit les restes des bouts de fibres de partout textiles papiers pétales les gens sont fous de laisser cette tapisserie telle quelle

elles se sont retrouvées par leurs chants leurs claquements de doigts leurs claquements de langues elles ont formé un cercle elles ont déposé leur récolte à la marge du cercle la marge c’est l’endroit qu’elles connaissent le mieux elles se sont laissées glisser jusqu’à leur collecte elles ont prit les pierres au goût de sel au goût de leurs bouches et elles ont broyé la récolte elles chantaient pour couvrir l’écrabouillement elles chantaient leurs noms les noms de celleux qu’elles aiment elles ont reposé les pierres elles ont malaxé la mixture elles se sont mises à chuchoter de ce ton unique obtenu par l’épuisement des corps leurs phalanges ont craqué celles qui portaient des bagues demandaient de l’aide pour ne pas qu’elles se perdent dans le mélange et ces mots sombraient dans la mixture devenue pâte informe étalée sous le soleil pâle en lambeaux de la pellicule d’un film que personne ne verra de la matière à tisser

l’une d’entre elles est apparue du dehors du dedans de la vallée avec une étrange construction de bois et de fils sous les regards attentifs et émus iel s’est assis·e sur une souche ses compagnes ont chanté un chant oublié et entre leurs doigts a glissé la matière des mots la matière d’être la matérialité de la vallée entre leurs doigts filaient à l’envers elles perdaient leurs âges et la sagesse glissait du bout de leurs doigts jusque dans leurs regards elles ont fermé les yeux pour tenter de conserver cette sagesse

la pluie est venue à laver leurs figures bariolées de sueur de terre de maquillage pour certaines et de leurs œuvre commune sur le métier à tisser des fragments des lignes d’erre comme dirait l’autre à dit l’une d’entre elles c’est un plurivers elles ont un peu fondues dans la vallée ainsi elles sont passées passées dans la terre les racines les attendaient englouties dans les corps des arbres

Alice Diaz
Retrouvez ce texte également sur le site personnel d’Alice.

 


 

[TW : deuil]

 

Longtemps j’ai préféré le feu à la terre

Non pas depuis toujours, depuis le jour où nous t’avons enterrée seulement.
Cauchemardesque
Sans cesse et je tentais de résonner la nuit, pour qu’elle passe le relais, que le jour vienne la remplacer, afin de chasser de mon esprit, ces images ou des milliers de petites bêtes te dévoraient.
J’ai longtemps détesté la terre, pour avoir planté cette graine au creux de ton cou.
Pas depuis toujours, seulement depuis le jour où elle t’a condamné. C’était l’été, tu devais sûrement être en train de fumer. Il devait être 11h, ça devait être la 10ème de la journée. Et dans une dernière inhalation, plus grande que les autres parce que c’est la dernière (qui sait peut-être la dernière à tout jamais), tu as dû jeter la prolongation de tes doigts au bord de la route.
Et dans un élan de colère, que je ne pourrais que comprendre désormais, alors le vent a décidé d’implanter en toi cette graine. Cette graine que la terre n’aurait pu faire naître et pousser, trop occupée à devoir faire disparaître les dégâts que tu as causé avec tes milliers de cigarettes jetées.
Il semblerait que ta chair ait été un terrain fertile, puisque la graine s’est enracinée, près de ta gorge. Elle a poussé et fait germé pleins de fleurs, qui se sont répandues dans tes poumons, dans ta trachée, puis dans ton cerveau pour finir par s’éteindre avec toi, lorsque dans une poussée printanière, une épine est venue te sectionner la carotide.
Une vie que la terre t’as reprise, pour des milliers de graines que tu as condamné. Je ne lui en veux pas. Elle n’est pas rancunière, et face à tant de bonté, je ne peux pas l’être non plus.
Alors aujourd’hui c’est différent. Je voudrais que tu me pardonnes ô ma mère, ô ma terre de t’avoir accusée à tord. D’avoir préféré être brûlée, te laissant pour seule nourriture une fumée indigeste. Le feu me consume, il n’en restera rien. La terre me consomme, elle ne prendra que le meilleur. Désolée d’avoir voulu t’échapper.
Et puis fusionner avec la terre, ne serait-ce pas avoir la relation que je ne pourrais jamais vivre avec l’humain?
Je pourrais me nourrir de toi, et tu te nourrirais de moi. Nos silences seraient beaux et apaisants, en somme tout, sauf pesants.
Nous pourrions nous toucher, je ne me sentirais pas agressée. Plus besoin de parler pour se raconter, juste à écouter, observer : l’orage qui gronde, la pluie qui danse, le vent qui siffle. Nous ne ferions qu’une. Je n’aurais plus peur de la fusion.
Terre, fais parler tes arbres, tes plantes et tout ceux qui te peuplent ! Qu’ils me disent que tu es l’amante parfaite, la mère éternelle. Alors je me jetterai corps et âme, le plus près de toi possible, afin de retrouver le chemin. Je ne veux pas qu’on m’enciel, ni qu’on m’enflamme, je veux qu’on m’enterre.

Mathilde

 



Citer ce billet
Les Jaseuses (2023, 5 septembre). “La vie végétale est lente” : écrire dans les corps des arbres. Les Jaseuses. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/quns

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 06/10/2023

    […] Nous avons écrit dans les corps des arbres. Et lu nos textes dans l’herbe, sur le petit parc jouxtant la MPAA. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search