Plus vite, plus haut, plus fort – mais seule ? Sociabilité en milieu universitaire et injonction à la compétition

Détail. Nouvelle armée de femmes St-Simoniennes, organisée en Corps mobile : [estampe] - Source BnF, département Estampes et photographie, RESERVE QB-370 (96)-FT4

Détail. Nouvelle armée de femmes St-Simoniennes, organisée en Corps mobile, estampe – Source: BnF, département Estampes et photographie, RESERVE QB-370 (96)-FT4.

Cet article fait partie d’une série sur la non-mixité : retrouvez le sommaire ici.

 

Une recherche productiviste et innovante

Dans nos milieux où il y a pourtant si peu à gagner – quelques postes, quelques bourses, un peu de reconnaissance -, il est frappant de constater à quel point l’injonction à la compétition est forte. Cette injonction n’est, bien sûr, pas propre au milieu de la recherche – je parle ici de la recherche en SHS car c’est la seule que je connaisse, mais j’imagine que les similitudes sont nombreuses ailleurs. La solidarité n’est pas valorisée dans notre société – en attestent les récents événements qui montrent toute l’horreur de cette productivité effrénée et individualiste qui pousse à laisser derrière soi celleux qui sont perçu-e-s comme les plus faibles, les plus « vulnérables ».

Quand on est chercheur-euse-s, on travaille seul-e, parfois, c’est entendu, mais les espaces de sociabilité sont fondamentaux pour avancer et participer à nos disciplines. L’injonction à la compétition donne le sentiment que ces échanges, ces porosités potentielles, sont dangereuses. Il faut publier le/la premier-ère, trouver des sources inexploitées, des axes innovants. En parler de manière informelle avec d’autres qui subissent les mêmes pressions devient alors associé à un sentiment de danger – il faut dire, pour montrer qu’on est actif-ve, mais ne pas trop en dire avant d’avoir pu montrer officiellement qu’on est le/la premier-ère sur ce champ. Dans l’état actuel des choses, arriver seul-e et en premier-ère semble en effet une condition sine qua none de la survie en milieu universitaire.

Le système des concours, des bourses, des postes nous met les un-e-s face aux autres, contre les autres. Il faut se battre dans l’espoir d’une sécurité – valable jusqu’à quand ? – parce qu’après tous ces sacrifices, toutes ces petites humiliations patiemment avalées, on l’a bien mérité. Le problème de ce système où l’argent est distribué au compte-goutte, c’est qu’il peut faire penser que les autres sont nécessaires à l’avancées de la science mais qu’ils sont aussi d’éternels rivaux plus que des collègues, des camarades.

Il faut sans cesse s’interroger sur la limite entre l’échange passionnant – nous aimons parler de nos sujets, d’autant plus avec des personnes qui vivent avec le leur, qui connaissent cette obsession si particulière et, il faut l’avouer, si bizarre – et le pillage, « l’emprunt » sans mention – c’est-à-dire, le vol.

La peur de briser la fragile sororité

Cette course au pouvoir, à la visibilité et au salaire est genrée – la pandémie l’a bien montré. Quand on veut aborder le monde de la recherche en féministe, on essaie, tant bien que mal, de déjouer les pièges de la hiérarchie, de relativiser chaque situation de mise en compétition et de prendre de la distance par rapport au sentiment de rivalité construit par le système. Mes convictions me donnent envie de travailler avec d’autres chercheuses, en commun, à une réflexion incarnée, joyeuse et en mouvement.

Le choix du collectif et de la non-mixité prend alors tout son sens, apparaît comme un moyen de créer une plus grande solidarité. La constitution d’un tel groupe implique a priori, dès le départ, la prise en compte les conditions de recherches de chacune puisqu’on décide de se rassembler dans la conscience qu’il y a une différence de vécus.

Quand l’on veut sortir de la compétition énergivore et malsaine, il devient ainsi plus difficile – de mon point de vue – de faire face aux réappropriations insidieuses, surtout quand elles se font dans un contexte supposé sororal, par un-e supposé-e allié-e. On a peur de jouer le jeu du système qui veut que l’on dise « J’étais là avant ! » à tout prix. Mais le fait que quelqu’un-e puisse s’approprier une idée sans mention brise la tacite entente de lutte commune contre la compétition, fait resurgir l’injonction, la peur d’être dépassé-e et engendre un fort et tenace sentiment de trahison.

S’approprier, sans mention, les idées de quelqu’un-e quand on est normalien-ne, agrégé-e, titulaire, d’une personne plus précaire, ça a un impact très particulier – la visibilité est plus rapide, les conditions matérielles d’exercice de la recherche très différentes. Ces idées, références, sources, sont un moyen de survie, une source potentielle de revenus pour celleux qui n’ont pas de statut assuré. Sans mention iels sont, encore, toujours, invisibilisé-e-s et, même, diminué-e-s – puisque tout fonctionne à la reconnaissance.

Le vrai luxe, c’est de pouvoir faire confiance. Construire ensemble une pensée, qui ne sort – jamais ? – d’un cerveau unique et génial mais qui est – toujours ? – un labeur collectif. Le vrai luxe, c’est de pouvoir vivre des échanges respectueux et équitables, avec des personnes qui ont conscience des conditions matérielles de chacun-e-s et de leurs propres privilèges, de leurs propres forces qu’iels peuvent mettre au service du bien commun. Je ne veux pas que les émotions que j’associe à la recherche que j’aime tant, qui occupe une part considérable de ma vie, soient la colère et l’amertume, le ressentiment.

Faire front commun : remercier, citer, mentionner

Penser à plusieurs ces enjeux donne de la force. C’est pour cette raison qu’un collectif comme les Jaseuses me donne envie de persévérer dans mes recherches. J’y trouve un espace pour parler de mon travail et de mes interrogations plus personnelles qui font que je suis une chercheuse/être humain et, pas encore, une machine. J’y vois aussi un lieu des possibles pour imaginer une recherche qui tend à se libérer de la hiérarchie discriminante entre les méthodes, entre les disciplines, entre les êtres et de la violente séparation entre corps et esprit, entre personnel et politique.

En dehors de cet espace que je vis comme un havre, il existe, à mon avis, des stratégies très simples à mettre en œuvre pour affirmer cette solidarité au sein d’un milieu compétitif et hostile. Remercier les personnes qui ont inspiré ou accompagné la préparation d’une communication ou d’un article – surtout si iels sont présent-e-s, surtout si iels ne sont pas titulaires – me semble un premier moyen. Il permet de révéler la part collective qui se trouve dans cette recherche et peut encourager le travail en commun des personnes qui y assistent. Citer des travaux de chercheuses, de femmes universitaires, artistes et journalistes, permet également de montrer qui sont les expertes, de les valoriser, de donner des idées d’autres noms à inviter pour parler de l’avenir. Enfin, mentionner ces personnes lors des moments de sociabilité au cours desquels tant de choses se jouent permet d’utiliser sa visibilité ponctuelle pour mettre en lumière ces collègues, ces camarades.

La tentation de l’individualisme est toujours grande – mais elle ne semble bénéfique ni pour la recherche, ni pour nos vies.

 

Pour citer cet article : Mathilde Leïchlé, "Plus vite, plus haut, plus fort – mais seule ? Sociabilité en milieu universitaire et injonction à la compétition," in Les Jaseuses, 13/06/2020, https://lesjaseuses.hypotheses.org/1326.

 

Lire aussi : « Les Jaseuses comme safespace : Partage d’expériences sur le harcèlement ou quand prendre la parole revient à prendre un risque« , par Caroline Dejoie avec Les Jaseuses


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.