Passer dans les corps des arbres. Hybridations végétales autour de l’œuvre de Monique Wittig.

Pour #Wittig2023, année de célébration de l’écrivain-e1, théoricienne et militante lesbienne Monique Wittig, Isaline Dupond Jacquemart, Emma Dos Santos, Claire Pollet et Caroline Dejoie présentent l’exposition “Passer dans les corps des arbres. Hybridations végétales autour de l’œuvre de Monique Wittig”.

Onze artistes féministes et queer exposeront leurs propositions plastiques et/ou performatives inspirées de Wittig et du végétal à la Maison des Pratiques Artistiques Amateurs / Broussais (100 Rue Didot, 75014 Paris) du 16 septembre au 16 octobre 2023.

Venez découvrir les œuvres de Rose-Mahé Cabel, Caroline Dejoie, Alice Diaz, Isaline Dupond Jacquemart, Lissania Elchire, Audrey Japaud Garcia, Camille Laforcenée, Luana La Rosa, Roxanne Maillet et Caroline Chauvelot, Peter Trelcat.

Le 16 septembre aura lieu le vernissage, on espère vous y voir nombreuxses ainsi que tout au long du mois. Sentez-vous les très bienvenu-es ! Vous trouverez ici la note d’intention de l’exposition, ainsi que le déroulé du weekend de vernissage à la fin de l’article.

Accès gratuit et ouvert à toustes.
L’exposition est visible du 16 septembre au 16 octobre 2023 durant les heures d’ouverture de la MPAA.
Accessibilité :

La MPAA Broussais est accessible aux personnes à mobilité réduite.
Les contenus sonores et vidéos ainsi que les prises de parole lors du vernissage ne seront pas traduites en LSF ni sous-titrées.

Graphisme d’Alice Forge. Design d’Emma Dos Santos

PASSER DANS LES CORPS DES ARBRES
Hybridations végétales autour de l’œuvre de Monique Wittig

Un petit groupe de jaseuses (Caroline Dejoie, Emma Dos Santos, Isaline Dupond Jacquemart et Claire Pollet) imagine une exposition qui se tient à l’automne à la MPAA Broussais (Paris 14). Onze artistes plasticien-nes et/ou performeureuses sont invité-es à explorer la thématique de l’hybridation végétale en relation avec l’œuvre littéraire de Monique Wittig. Le parcours de l’exposition mêle les propositions plastiques (illustration, sculpture, installation, œuvre sonore, vidéo, photographie) et des citations choisies mises en page par la graphiste Roxanne Maillet et l’illustratrice Caroline Chauvelot. Des « temps forts » avec des performances, des lectures et des ateliers viendront ponctuer l’exposition.

Dans le Brouillon pour un dictionnaire des amantes (1976), à l’entrée « OBI » l’hybridation entre humainE et végétalE est abordée à travers l’idée de passage :

OBI
[…] Elles disent qu’elles passent dans les corps des arbres au lieu des corps de leurs animales préférées parce que la vie végétale est lente.

Brouillon pour un dictionnaire des amantes, p. 163

De nombreuses métamorphoses végétales traversent les textes de Monique Wittig. Elles traversent aussi nos corps de lecteurices (novices ou aguerri-es) et nos imaginaires queer et (éco)féministes. On pense à L’Opoponax (1964), plante mystérieuse qui accompagne le personnage principal dans un processus d’identification et de découverte de son lesbianisme ; aux Guérillères (1969), qui organisent leurs vies avec et dans la nature ; à la manière dont, dans Le Corps lesbien (1973), le paradigme végétal permet de repenser le rapport érotique à son corps et au corps de son amante. Ces rapprochements entre corps humain et végétal dessinent de nombreuses pistes que les artistes ont été invité-es à emprunter : la possibilité de se connecter voire de fusionner avec nos environnements ; la capacité d’expérimenter d’autres manières d’être au monde ; la faculté de repenser les frontières des corps et leurs contacts avec ce/celleux qui l’/es entoure/nt ; la réinvention d’imaginaires érotiques associant traditionnellement les femmes aux fleurs via un retournement parodique ; la mise en lumière de l’enfermement des corps aliénés dans des états végétatifs ; la réhabilitation d’identités dites monstrueuses ; l’affirmation d’une lutte commune contre l’exploitation de la nature et l’oppression systémique des minorités de genre et sexuelles. Autant d’axes qui permettent de penser une exposition où le texte wittigien puisse se ramifier pour donner naissance à un réseau d’œuvres déployant les significations du thème de l’hybridation végétale.

PASSER (DANS)

TRANSFORMATION
Dès l’âge d’or […], elles pouvaient passer dans leurs corps mutuellement. […] Elles ont appelé ça des métamorphoses, des transformations, des mutations, des passages. Quand le processus était réussi on l’appelait simplement un passage.

Brouillon pour un dictionnaire des amantes, p. 206

Comment penser la notion de passage dans sa dimension transformatrice ? Comment cartographier les voyages d’un règne (végétal, humain, animal, minéral…) à un autre ? Quels espaces et temporalités ces passages ouvrent-ils ? Le passage entendu comme transformation résonne avec la notion de rite de passage, dont on ressort changé-e, initié-e. Peut-on envisager des rites de passage sans commencement ni fin, offrant la possibilité d’une identité mouvante et en devenir constant, inspirés des rythmes et cycles de la nature ? La lecture des textes de Wittig peut elle être elle-même perçue comme un outil de transformation ?

                                   LES CORPS

Des spores sortent de ton épiderme. Tes pores les produisent par milliers, j/e regarde les éclatements menus, j/e vois comment les spores descendent au bout de filaments pileux sans se détacher d’eux, les tiges poussent, les spores se développent et s’arrondissent […].

Le Corps lesbien, p.24

Quels sont ces corps traversés, traversants, dont les contours sont poreux, et qui suggèrent une identité mouvante, à la recherche de l’hybridation avec un-e autre, humain-e ou non humain-e ? Comment représenter et ressentir ces corporéités nouvelles, définies par leur absence de frontières avec les autres êtres ? Que permet l’identification à ces monstres-ses, ces mutant-es tordu-es, ces cyborgs queer prolongé-es par des éléments végétaux ? Monique Wittig envisage le langage comme un corps, une matière palatable2, à travailler afin de le (re)signifier. Comment penser l’entrelacement du travail wittigien sur le corps du texte, le corps lesbien, le corps de la nature ? En lien avec son caractère transdisciplinaire et multi-médial, l’exposition propose une expérience multi-sensorielle.

                                                                   DES ARBRES

Un arbre m/e pousse dans le corps. Il remue ses branches avec une violence et une douceur extrême.

Le Corps Lesbien, p. 109

Si nous avons choisi d’axer cette exposition sur les métamorphoses végétales, les personnages de Monique Wittig passent, en réalité, dans toutes sortes de corps : animaux et humains notamment. En dehors des arbres, les textes sont traversés par de nombreuses listes de noms de fleurs, herbes, racines, essences, fruits, épices, etc. Le végétal est présent chez Wittig sous toutes ses formes, envisagé comme lieu de vie idéal renvoyant aux imaginaires de l’utopie (dans Les Guérillères ou le Brouillon) ; matière première transformée en onguents, parfums, drogues utilisées dans divers rituels (dans Les Guérillères et le Brouillon) ; être personnifié (dans L’Opoponax) ; corps transformés dans un jeu érotique (dans Le Corps lesbien) ; ou encore métaphore obscure, où les corps-fleurs sont « végétatifs », inertes, emprisonnés dans un « jardin des supplices3 », univers carcéral parodique du jardin d’Eden (dans « Le Jardin », Paris-la-politique). Comment s’inspirer de l’herbier polysémique4 de Wittig pour déployer nos propres expériences corporelles ? Et comment comprendre les relations qui unissent les végétaux entre elleux ? Peut-on repenser les rapports entre les êtres en termes de réseaux de racines, de sève et de branches, de rhizomes ? Quels modes de sociabilité les arbres ou les champignons nous enseignent-iels ?

Programmation du weekend de vernissage

Les 16 et 17 septembre – journées du Matrimoine – nous prévoyons en collaboration avec la MPAA / Broussais et HF Île-de-France une riche programmation pour le lancement de l’exposition !

Samedi 16 septembre

11h : Projection du film-documentaire “Françoise d’Eaubonne, une épopée écoféministe” suivie d’une discussion (par HF Île-de-France)

16h : Bal chorégraphique proposé par Sylvain Groud (par la MPAA/Broussais)

17h30 : Performance d’Audrey Japaud Garcia “Circulons”

18h : Présentation de l’exposition et prises de parole des artistes présent-es

18h45 : Performance de Lissania Elchire “Je suis une espèce susceptible d’occasionner des dégâts”

19h : Performance de Mahé Cabel “Weaving mutation – second tableau, acte 6”

19h30 : Performance d’Isaline Dupond Jacquemart “Are you alive ? Stim les fleurs”

Dimanche 17 septembre

16h : Projection du film-documentaire “Françoise d’Eaubonne, une épopée écoféministe” suivie d’une discussion

16h : Atelier d’écriture autour des œuvres de l’exposition animé par Claire Pollet, Emma Dos Santos et Caroline Dejoie (sur inscription, merci d’envoyer un mail à lesjaseuses.carnet@gmail.com)

18h : Restitution de l’atelier et lectures libres autour du thème de l’exposition

Bibliographie

ARDILLI Deborah, “Prefazione. Eroiche nelle realtà, epiche nei libri”, traduit en français par Sara Garbagnoli, “Préface. Héroïques dans la réalité, épiques dans les livres”, in WITTIG Monique, Il Corpo Lesbico, Italie, Vanda Edizioni, 2023.

AUCLERC Benoît, CHEVALIER Yannick, Lire Monique Wittig aujourd’hui, sous la direction de Benoît Auclerc et Yannick Chevalier, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2012.

BERTRAND Romain, Le détail du monde, L’art perdu de la description de la nature, Paris, Points, 2019.

ECARNOT Catherine, L’écriture de Monique Wittig. A la couleur de Sappho, Donnemarie-Dontilly, Editions iXe, 2023.

FEOLE Eva, “«Je suis l’Opoponax.» Indicible, écriture et désir dans le roman d’exorde de Monique Wittig”, in Ricardo Benedettini (sous la direction de), Feuillage francophones. Dire et écrire le végétal dans les Pays francophones, Gruppo di Studi sul Cinquecento francese, Collana del Gruppo, 3, 2018. http://www.cinquecentofrancese.it/index.php/feuillages/23-feuillages-n-3-feuillages-francophones-dire-et-ecrire-le-vegetal-dans-les-pays-francophones/363-je-suis-l-opoponax-indicible-ecriture-et-desir-dans-le-roman-d-exorde-de-monique-wittig.

FEOLE Eva, Mots incarnés et corps illisibles. L’œuvre littéraire de Monique Wittig, Thèse de Doctorat de l’université de Lyon opérée au sein de l’Université Jean Monnet, Lyon, soutenue le 21/10/2017.

GALATEE & GINKGO, “Épisode 16. Monique Wittig : linguistique à la dynamite”, Podcast Mange Tes Mots, 2022, 1h35min.

JACQUET, Marie Thérèse. « Entre les feuilles », in Le sentiment végétal : Feuillages d’extrême contemporain, par Marinella Termite, 7‐12. Lettere. Ultracontemporanea. Macerata, Italie, Quodlibet, 2017. http://books.openedition.org/quodlibet/523

KOSKAS Camille, « L’érotisme végétal au féminin », Terrain. Anthropologie & sciences humaines, no 75, 2021. https://doi.org/10.4000/terrain.22339

STAMM Gina, “Monique Wittig’s material ecology”, in Colloque international “Monique Wittig : Twenty Years Later / Vingt ans après”, University of California – Berkeley, 18 mars 2023.

TERMITE Marinella, Le sentiment végétal: feuillages d’extrême contemporain, Macerata, Quodlibet, 2014.

WITTIG Monique et ZEIG Sande, Brouillon pour un dictionnaire des amantes, Paris, Grasset, 2011.

WITTIG Monique, L’Opoponax, Paris, Minuit, 1964.

WITTIG Monique, La pensée straight, Paris, Éditions Amsterdam, 2007.

WITTIG Monique, Le Chantier Littéraire, Lyon/Donnemarie-Dontilly, Presses universitaires de Lyon & Editions IXE, 2010.

WITTIG Monique, Le Corps lesbien, Paris, Minuit, 1973.

WITTIG Monique, Les Guérillères, Paris, Minuit, 1969.

WITTIG Monique, Paris-la-politique et autres histoires, Paris, P.O.L Éditeur, 1999.

WITTIG Monique, Virgile, non, Paris, Minuit, 1985.



Citer ce billet
Les Jaseuses (2023, 28 août). Passer dans les corps des arbres. Hybridations végétales autour de l’œuvre de Monique Wittig. Les Jaseuses. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qunr

  1. Nous reprenons ici l’usage typographique proposé par Catherine Ecarnot, in ECARNOT Catherine, L’écriture de Monique Wittig. A la couleur de Sappho., Donnemarie-Dontilly, Editions iXe, 2023, note de bas de page n°1, p.9 : « J’adopterai cette graphie qui tient compte du fait que Wittig se nommait elle-même “auteur”, mais qui ne se contente pas du masculin. Elle me semble propre à exhiber et questionner dans un même mouvement la marque du genre. » []
  2. Le terme « palatable » est un néologisme créé par Monique Wittig qui renvoie à la matérialité du langage, aux mots qui sont « visibles, audibles, palpables, palatables », in WITTIG Monique, Le Chantier Littéraire, Lyon/Donnemarie-Dontilly, Presses universitaires de Lyon & Editions iXe, 2010, p.60. []
  3. « [L]e jardin qui est le fond du récit de Wittig fait allusion aussi à un autre topos littéraire, c’est-à-dire au jardin des supplices duquel Octave Mirbeau s’inspire pour son célèbre roman (Le Jardin des supplices, Paris, Fasquelle, 1899.) », in FEOLE Eva, Mots incarnés et corps illisibles. L’œuvre littéraire de Monique Wittig., Thèse de Doctorat de l’université de Lyon opérée au sein de l’Université Jean Monnet, thèse, Lyon, soutenue le 21/10/2017, note de bas page n°52, p. 324. []
  4. Nous faisons ici référence à l’ouvrage collectif en préparation Herbier Queer, dirigé par Eugénie Péron-Douté & Alexandra Picheta. []

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. 04/09/2023

    […] Retrouvez le détail du programme du vernissage, la note d’intention de l’exposition, une bibliographie ainsi  que toutes les informations sur le site internet des Jaseuses ! […]

  2. 23/09/2023

    […] vous encourage vivement à découvrir cette exposition.Toutes les informations liées à l’exposition sont disponibles ici.Et de manière plus générale, les informations autour de « Wittig […]

  3. 13/01/2024

    […] 16 septembre au 16 octobre 2023 était visible à la MPAA/Broussais (Paris 14) l’exposition “Passer dans les corps des arbres. Hybridations végétales autour de l’œuvre de Monique Wittig…. Cette exposition collective a été curatée par les jaseuses Claire Pollet, Caroline Dejoie, […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search